Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Chronique Top 5 : Stéréotypes

Directeur général de l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), Simon Durand connaît bien le milieu des agriculteurs pour avoir lui-même cultivé des terres et pour avoir fréquenté ses pairs dans son quotidien.

Que ce soit avec l’UCFO ou avec le journal agricole franco-ontarien, Agricom, Simon Durand est mieux placé que personne pour chasser les idées reçues que l’on se fait trop souvent du milieu agricole.

Simon Durand s’attaque aux 5 stéréotypes entendus, trop souvent, sur les agriculteurs



Réalisateur: Carine Ouellet
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

SIMON DURAND, directeur général de l'Union des Cultivateurs Franco-Ontariens présente : 5 clichés sur les agriculteurs.


Intertitre :
5 C'est un milieu d'hommes


SIMON DURAND

En fait, ça c'est probablement

le vieux stéréotype qui est

le plus facile à casser.

C'est de moins en moins vrai.

Les jeunes de la relève... On a

sur les bancs d'école, dans les

établissements d'enseignement

agricole... On a plus de jeunes

filles que de jeunes garçons.

Le métier d'agriculteur a

souvent été associé à un milieu

d'hommes parce que c'était des

travaux physiques, il fallait

manipuler des animaux.

Mais maintenant, avec la

technologie, on a des outils

mécaniques auxquels on a accès

qui rendent le métier tout à

fait accessible à n'importe qui.


Intertitre :
4 Ce n'est pas technologique


SIMON DURAND

Ça, c'est complètement faux.

Il y a encore beaucoup de gens

qui ont l'image de l'agriculteur

pelleteux de fumier, ou qui va

ramasser des roches à la main

dans son champ. On va avoir

beaucoup, beaucoup de haute

technologie. On parle de

génétique en production

laitière, le contrôle climatique

à l'intérieur des bâtiments.

On est même rendu avec

des systèmes d'épandage aériens

avec des drones téléguidés. Donc

vraiment, l'omniprésence de la

technologie en agriculture est

très sous-estimée par des gens

qui ont pas visité une ferme

dans les dix dernières années.


Intertitre :
3 C'est impossible de prendre des vacances


SIMON DURAND

Ça, c'est aussi un autre cliché

qui a la vie dure. Le monde

pense que l'agriculture, c'est

des longues heures, que c'est

des horaires insupportables.

C'est un peu vrai dans certaines

productions. Oui, pour les

animaux, les productions

laitières, c'est le train à heures fixes,

deux fois par jour,

365 jours par année. C'est

la réalité de l'animal,

on n'a pas le choix. Mais c'est

sûr que les agriculteurs

travaillent avec les saisons,

travaillent avec la température.

La notion de fin de semaine

et de 35 heures par semaine

s'appliquent pas vraiment à

un agriculteur. La charge de

travail est aussi de plus en

plus répartie. Bon, les fermes

ont grossi. On va souvent voir

des opérateurs multiples. Donc,

soit des gens de la même famille

qui vont se relayer pour couvrir

toutes les heures de travail

requises, ou des gens qui vont

avoir de la main-d'oeuvre. Donc,

à ce moment-là, il devient

beaucoup plus facile de gérer

une ferme, de prendre des

vacances. C'est plus la même

mentalité que dans les années 90

ou 80, qu'un agriculteur était

attaché à sa ferme tout le temps.


Intertitre :
2 Ce ne sont pas des gens d'affaires


SIMON DURAND

Pourtant, les agriculteurs sont

des gens d'affaires, mais sont

tout simplement pas sur le radar

du développement économique.

On voit très, très peu

d'agriculteurs dans les galas de

chambre de commerce, quand on

souligne les bons coups,

les investissements que

certaines entreprises ont faits,

c'est beaucoup dans la PME

manufacturière. Mais souvent,

il y a des investissements

beaucoup plus substantiels

que des agriculteurs font.

Un producteur laitier qui

agrandit son étable, on va jouer

dans les investissements dans

les millions. Mais on n'en parle

jamais. L'association entre

agriculteurs et gens d'affaires

ne se fait pas. C'est un cliché

qui a la vie dure, et je

m'explique pas pourquoi.


Intertitre :
1 Ça ne nécessite pas beaucoup de formation


SIMON DURAND

C'est vraiment pas vrai que

les agriculteurs n'ont pas

besoin de formation. Plusieurs

de nos membres sont même allés

jusqu'à une formation universitaire.

Souvent, ceux qui ont des maîtrises

ou des doctorats vont plus

se retrouver dans des rôles

de conseiller. Mais même

pour opérer une ferme,

c'est un rôle d'homme-orchestre.

Il faut maîtriser un ensemble

de connaissances; un très,

très large éventail, de la

gestion jusqu'à l'électronique,

robotique, génétique et tous les

"-ique" qui viennent avec. Donc,

le niveau de connaissances pour

bien opérer une ferme, c'est

presque rendu démesuré. Ça prend

beaucoup d'experts-conseils pour

bien entourer un agriculteur,

pour les niveaux de performance

que nos agriculteurs atteignent

aujourd'hui, en plus de toutes

les normes environnementales, la

paperasse à remplir. Donc, c'est

très exigeant d'un point de

vue éducation et connaissances

requises. C'est un défi que

j'aimerais bien lancer à

M. et Mme Tout-le-Monde de venir

visiter des fermes, apprendre à

connaître réellement c'est

quoi le métier d'agriculteur.





Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par