Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Bas-Caraquet : Chantier naval

Construction Navale Atlantique Inc. (CNA) veut relancer la construction navale en matériaux composites de bateaux côtiers et de bateaux semi-hauturiers, dans le nord du Nouveau-Brunswick. L’industrie de la pêche est très importante pour les communautés côtières du Nouveau-Brunswick, et une nouvelle flottille de homardiers et crevettiers, plus efficace, moins coûteuse et à la fine pointe de la technologie, serait un atout de taille. Les pêcheurs de fond et de hareng bénéficieraient eux aussi de la relance de l’industrie de construction navale.
Une réalisation des Productions Cinévaste



Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION


JACQUES DUGAS est le président de Construction navale Atlantique. Il parle de l'entreprise alors qu'il est debout dans une pièce de la compagnie. Au fil de ses propos, des images de bateaux de la compagnie, d'employés construisant un bateau et d'un baptême de bateau défilent.


JACQUES DUGAS

La ville de Caraquet et le

village de Bas-Caraquet s'est

rejoints pour monter un projet

communautaire de réactivation

de la construction navale.

On est un chantier qui a

décidé de rattraper une

quarantaine d'années

d'architecture navale

qui avait été abandonnée

pour offrir maintenant des

bateaux qui sont à la

haute technologie.

Construction Navale Atlantique

arrive avec un bateau

reconnaissable facilement avec

sa coque à rostre qui est une

forme spéciale dans le devant de

la coque. Cette forme de coque

étant plus confortable en mer

de front, ça optimise

l'utilisation en mer houleuse.

On a adapté cette coque-là à des

utilisations qui étaient

nécessaires dans le coin. Donc,

pêche aux homards, pêche aux

crabes, pêche aux harengs.

On pense que c'est unique

actuellement au niveau

atlantique puis peut-être

nord-américain. C'est un moule à

géométrie variable qui nous

permet de changer les dimensions

du bateau, soit la longueur, la

hauteur et la largeur du bateau.

Une coque complètement nouvelle,

une allure complètement nouvelle

avec des performances qui

sont à la demande du marché

d'aujourd'hui. Trois grands

avantages connus. Ce bateau-là a

cinq compartiments étanches un

de l'autre. Si une perforation

arrivait d'un des compartiments,

le bateau va rester

en flottaison.

On a l'économie d'utilisation.

Cette coque-là va offrir plus de

vitesse tout en conservant une

économie de carburant. Pour

la même force de moteur,

pour la même coque

conventionnelle, ce bateau-là

va être de 20% à 25% plus

économique sur l'essence, sur

le carburant. Les besoins

identifiés étaient facilement

reconnaissables pour le

Nouveau-Brunswick, pour ce

type de bateaux là. Mais à notre

grande surprise, on a de

l'intérêt certain du

bord de Québec et des

îles de la Madeleine et de

la Côte-Nord qui fait que

le projet devient de plus

en plus intéressant.

Le Nouveau-Brunswick a un centre

de formation en matériaux

composites ici à Caraquet,

l'unique en province. Toute

l'infrastructure est en train de

se mettre en place pour offrir

une qualité de produits qui

n'aura jamais été vue au niveau

de la construction navale

en composites en Atlantique.

Ici, on fait affaire avec

des fournisseurs qui ont

toujours été des fournisseurs

de l'industrie navale, de

construction navale. Donc, on

achète localement des

biens et services.

Ici, les réservoirs de carburant

vont se faire décrire par des

spécialistes locaux dans le

domaine. On s'attend, dans

les plus gros bateaux, dans le

prochain 18 à 24 mois, d'être

une vingtaine dans le chantier,

à ce moment-là, avec 20 employés

directs. Les employés indirects,

ça, ça peut parler d'une

retombée d'une trentaine

d'employés, seulement

avec cette initiative-là.

Je pense que l'énergie qu'on

a là-dedans et les connaissances

qu'on a là-dedans nous

permettent d'aller chercher de

l'expertise et de marier ça avec

les capacités qui étaient là

localement. Toute la base

de ce projet-là reste quand même

l'offre d'un nouveau concept

ou d'une nouvelle approche au

niveau construction navale,

mais que le client ultime,

c'est le pêcheur.



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par