Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Profession : Réparateur d'éoliennes

Qui dit énergies renouvelables, dit aussi métiers novateurs. Gilles Paiement, spécialiste en maintenance d’éoliennes, nous emmène dans un parc doté de 43 turbines, près de Windsor, sur la rive nord du Lac Érié.

Moitié ingénieur, moitié escaladeur, Gilles vit un quotidien aussi varié que stimulant. Le technicien éolien se charge du suivi, de l’entretien des éoliennes et aussi de leur montage.

Dans ce reportage, ce Franco-Ontarien évoque sa peur des hauteurs, les problèmes les plus fréquents qu’il rencontre… et les ratons-laveurs.

Un reportage de Paul Ruban.

TFO 24.7, le nouveau regard francophone

WP: Style de vie



Réalisateur: Paul Ruban
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Sur une douce musique, des images d'un parc d'éoliennes, dans un paysage de fin d'hiver, sont montrées. Un camion s'approche d'une station de contrôle des éoliennes.

GILLES PAIEMENT, un technicien en entretien d'éoliennes, donne une entrevue à l'émission 24.7. GILLES PAIEMENT porte un casque de sécurité et un dossard jaune-orange. Pendant l'entrevue, on montre des images des différentes tâches qu'effectue GILLES PAIEMENT et des éoliennes.


[GILLES PAIEMENT:] Mon nom est

Gilles Paiement.

J'ai grandi ici, alentour de

Chatham-Kent, Ontario. Moi,

j'ai toujours aimé travailler

dehors et j'ai toujours voulu

travailler dans les éoliennes.

Ces jours-ci, il y a plusieurs

cours disponibles au collège.

Moi, quand j'ai commencé, il

y avait pas vraiment de cours.

Alors, j'avais commencé

dans la construction comme

assureur de qualité.

Le monde restait surpris.

2010-2011, c'était quelque

chose d'extraordinaire d'être

technicien en éolienne.

Maintenant, il y en a tant ici

qu'ils ne sont plus vraiment

surpris avec le titre.

L'été, on fait nos services. On

change les huiles, on change les

filtres, on serre les boulons.

Il y a comme un cycle qu'on suit

par année, annuellement. Mais

une journée typique, c'est

vraiment... L'hiver, c'est pas

vraiment typique. Tu rentres

le matin, tu figures qu'est-ce

qui va, qu'est-ce qui va pas.

Il y a toujours quelque chose à

remplacer ou à arranger ou même

à figurer. Ça peut être simple

comme un fil de lousse ou un

fusible. Il y a mineur et

majeur, vraiment, là. Majeur,

ça, ça serait de faire venir

une compagnie avec une grue

pour faire sortir une

boîte de vitesse.

On peut les voir sur

nos ordinateurs. On a même

des textos qui nous disent que

certaines éoliennes... Elle est

pas contente, elle fonctionne

pas. Ça arrive pas souvent,

mais ça arrive qu'un

moteur fait défaut

ou quelque chose qui arrive,

il y a des ratons laveurs qui

vont manger les fils parfois.

Ça grimpe et ça rentre. C'est

chaud, hein. Il y a l'air chaud

qui sort, alors à l'hiver,

ils aiment se faire

un nid dans les coins.

J'ai figuré quelque chose quand

j'ai commencé à travailler: j'ai

peur de me faire mal. So, j'ai

peur de monter sur un toit, mais

monter une éolienne, je sais que

si je tombe, c'est fini. So,

j'ai pas vraiment peur. C'est

trop beau ici, avec le lac et

les paysages. Non, j'ai pas

peur. Mais monter sur un toit,

oui, ça, ça me fait un peu peur.

J'ai trois enfants à la maison,

alors je voulais vraiment faire

quelque chose pour le futur,

pour l'air, pour mes enfants

et les autres enfants qui vont

grandir. J'ai toujours été

fan de l'environnement.

J'ai toujours pêché,

j'ai toujours chassé...

Du camping, me promener dans

le bois, c'est toujours mon

style. Alors, faire quelque

chose comme ça, qui va vraiment

aider le futur et l'air et

produire l'électricité. On a

tous besoin d'électricité, so.

Pour moi, c'était mon driver.

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par