Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Clearpath Robotics : La grande révolution

Comment est-ce que les avancées en robotique changeront nos vies? Une rencontre avec Matthieu Tanguay, ingénieur auprès de la firme Clearpath Robotics, à Kitchener, nous fait découvrir qu’à bien des égards, l’avenir est déjà à nos portes.

Les robots tout-terrain libèrent les humains de corvées dangereuses ou ardues, comme le déminage, l’exploration minière ou le travail agricole. Et des robots humanoïdes, tels que le « PR2 », peuvent déjà effectuer des tâches simples comme le lavage.

Mais les percées en robotique ont aussi ouvert une boîte de Pandore sur le plan éthique, ce qui a poussé Clearpath à prendre position publiquement contre les « robots tueurs ».
Un reportage de Paul Ruban.



Réalisateur: Paul Ruban
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Début générique d'ouverture

Deux robots électroniques à quatre roues s'affrontent sur une musique électronique.

Fin générique d'ouverture

MATTHIEU TANGUAY, ingénieur chez Clearpath Robotics, discute de la robotique. Tout au long du topo, ses propos sont illustrés par des images de robots en action et d'ingénieurs travaillant sur la conception de robots.


[MATTHIEU TANGUAY:] La limite de

la robotique

présentement, c'est

l'imagination puis ce que

les personnes sont

capables d'imaginer.

On est capables de faire

beaucoup de choses. Par exemple,

on est capables de faire

déplacer un robot dans un

environnement semi-dynamique

de manière autonome.

(Un robot blanc, nommé PR2, se déplace et entre dans un ascenseur. PR2 appuie sur le bouton de l'ascenseur.)


[MATTHIEU TANGUAY:] Donc, des

robots peuvent interagir

avec les humains.

Par exemple, le

PR2 qu'il y a devant moi est

un robot qui est sécuritaire

pour interagir avec les humains.

Un aspect très commun

du PR2, c'est d'aller faire

un cycle de lavage. Donc d'aller

trouver, d'aller ramasser

du linge sale, le mettre dans un

panier, ensuite, de le mettre

dans la laveuse, de le retirer

et ensuite de le plier.

(PR2 ramasse des serviettes et les plie.)

(Un tracteur avec quatre grosses roues avance de façon automatique et autonome.)


[MATTHIEU TANGUAY:] Les robots

tout-terrain sont

capables d'accomplir plusieurs

tâches, que ce soit dans le

domaine agricole, pour arroser

des plantes dans les champs,

dans des mines, pour faire

des relevés topographiques,

dans l'aérospatial, pour tirer

des avions, pour remorquer

des avions.

Il y a une université au

Portugal, par exemple, qui

utilise un de nos robots,

le Husky, pour retirer les mines

antipersonnel du sol. Donc

de la manière que le robot

fonctionne, il y a un bras. Au

bout, il y a un détecteur de

métal. Donc le robot est capable

de détecter les mines, et

ensuite, de les cartographier.

Puis ensuite, bien ça devient

facile pour quelqu'un de

sécuritairement se rendre

sur le champ de mines

et retirer la mine.

(Un homme est sur le terrain, à côté du robot, et suit les déplacements du robot à l'aide d'un ordinateur portable.)


[MATTHIEU TANGUAY:] L'Université

de Toronto utilise

un Husky dans un environnement

qui ressemble à Mars de manière

à être capable de simuler un

robot qui serait sur Mars.

C'est fort possible qu'un

de nos robots soit envoyé

sur Mars un jour.

(Une image d'un robot Husky se déplaçant sur la surface sablonneuse de la planète Mars est présentée.)


[MATTHIEU TANGUAY:] À Fukushima,

où il y a

eu l'accident nucléaire, c'est

beaucoup plus sécuritaire

d'envoyer des robots qui ne sont

pas affectés par les radiations.

Puis on aura pas une perte

de vies humaines en allant

nettoyer le site, par exemple.

On a eu une crise d'Ebola

récemment, puis un de nos robots

a été modifié de manière

à pouvoir aller nettoyer,

désinfecter des équipements

à l'intérieur des

zones contaminées.

Tous les emplois monotones,

dans des endroits qui sont pas

nécessairement intéressants.

Par exemple dans une mine.

Aller prendre des relevés, des

mesures, bien, c'est dangereux

pour un humain parce que les

mines, c'est jamais un endroit

sécuritaire versus si on peut

envoyer un robot, on va envoyer

un robot qui va faire exactement

la même tâche, tout en gardant

l'humain à la sécurité,

à l'extérieur.

(Un robot à l'apparence humaine tient un fusil dans ses mains.)


[MATTHIEU TANGUAY:] Un

robot-tueur, je pourrais

définir ça comme un robot qui,

au début de sa mission, doit

aller laisser tomber des

bombes à un point X.

(Des avions apparaissent dans une mire.)


[MATTHIEU TANGUAY:] Et du

décollage au retour,

il y a aucun humain qui va avoir

aucune intervention. Le robot va

faire tout de manière autonome.

Clearpath a été la première

compagnie qui produit des robots

à signer cette campagne-là

contre les robots-tueurs.

La campagne contre les

robots-tueurs consiste

principalement à dire que ça

va toujours prendre un homme,

un humain dans le milieu.

Donc, c'est toujours un humain

qui va prendre la décision

de tuer un autre humain.

C'est une position qui est quand

même en avant-garde parce qu'un

des gros clients des compagnies

de robotique, c'est l'industrie

du militaire.

(Le robot d'une femme asiatique identique à un humain est présenté à l'écran.)


[MATTHIEU TANGUAY:] Il y a

toujours une crainte

que les robots remplacent

les humains. Mais par contre,

si on retourne dans l'histoire,

la révolution industrielle,

où il y a beaucoup

de machines qui sont venues

remplacer les travaux faits par

les humains, bien aujourd'hui,

on se verrait pas sans la

révolution industrielle, sans

les imprimeries automatiques.

Donc, les robots sont une

nouvelle forme de révolution

industrielle où est-ce que

les robots vont remplacer

le travail que les humains font,

mais les humains seront pas sans

travail parce qu'ils vont juste

être déplacés en amont, donc

travailler à s'assurer que

les robots soient capables

d'accomplir les tâches

qu'on leur demande.

La limite de la robotique,

c'est notre imagination.

Éventuellement, on va être

capables de faire faire aux

robots tout ce qu'on veut.

Puis la seule chose qui va nous

limiter, c'est ce qu'on

est capables d'imaginer.

(Fin émission)

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par