Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

DJs masqués : Derrière le masque

Armés de leurs tables tournantes, de 260 gigs de musique éclectique et de leur folie contagieuse, les DJs Masqués franco-ontariens Christian Pelletier et Mathieu Joanisse en mettent plein les oreilles et font grouiller les pieds du plus snob des mélomanes.

Les DJs masqués proposent des gros beats, du pop au rock ‘n roll yéyé en passant par des trouvailles de ventes de garage. Spécialisés dans la musique francophone dansante, le rythme instrumental et la musique anglaise sont aussi au menu de leurs prestations. Les membres du duo sont avant tout des mélomanes aguerris qui sont devenues par la force des choses des DJs occasionnel très en demande pour les diverses occasions de célébrer.

Un reportage d’Éric Bachand.



Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Une entrevue avec le groupe DJS MASQUÉS, composé de MATHIEU JOANISSE et de CHRISTIAN PELLETIER. Pendant l'entrevue, des images de DJS MASQUÉS montant leur équipement de DJ en vue d'une prestation dans une salle de spectacle ainsi que des pochettes de vieux vinyles.


[MATHIEU JOANISSE:] Qui sont les

DJs

Masqués? Euh...


[CHRISTIAN PELLETIER:] Oh, c'est

qui ça?


[MATHIEU JOANISSE:] C'est qui

ça?


[CHRISTIAN PELLETIER:] Ça, on

devrait tellement

pas en parler à la télé.


[MATHIEU JOANISSE:] Non, non.
[CHRISTIAN PELLETIER:] Nous

autres, on travaillait à

la NASA dans le temps, en 1968.

Il y a une capsule Apollo qui

est atterrie dans le Pacifique

en 2006, et c'était nous autres.


[MATHIEU JOANISSE:] On est

arrivés avec plein

de nouvelles musiques.


[CHRISTIAN PELLETIER:] DJs

Masqués, on est très

éclectiques dans ce qu'on fait.

On cherche pas nécessairement

à plaire à une certaine foule.

On cherche à faire

découvrir des chansons.

Fait que nous autres, une soirée

qui est réussie, c'est quand

les gens viennent nous voir

et nous disent: "C'est quoi

cette toune-là?" Au lieu de:

"Eille, tu peux-tu jouer

telle ou telle?"

(Pendant le bref passage musical, des gens dansent dans la salle de spectacle. MATHIEU JOANISSE et CHRISTIAN PELLETIER portent chacun un masque pendant leur performance.)


[MATHIEU JOANISSE:] Une bonne

toune pour un DJ,

moi, c'est le rythme, c'est

vraiment ça. C'est une toune

bien, bien, bien remplie.

J'aime beaucoup aussi

quand on peut marier les styles,

tu sais. Fait que ça, tu sors

d'une chanson super rock,

après, on essaye de se "timer".

On fait quatre, cinq tounes dans

une époque et après ça, paf, on

est rendu dans les années 2014.

C'est pas tout le temps sur

le même tempo. Tu sais, on n'est

pas les DJ qui sont sur le 128

tout le long et il faut que la

toune elle soit pareille et il

faut que le beat soit pareil

pendant trois heures. Tu sais,

moi, c'est correct, mais

c'est pas cette crowd-là

qu'on va chercher.

(Sur la chanson Andy des Rita Mitsouko, des gens dansent.)


[CHRISTIAN PELLETIER:] On a

commencé et c'était

vraiment des soirées 100%

franco. Fait que là, c'est sûr

qu'on cherchait des affaires

le fun qui font bouger,

qui font "groover" et qui font

surprendre aussi, mais pourvu

que ce soit dansé.

(CHRISTIAN PELLETIER fouille dans sa collection de vinyles.)


[CHRISTIAN PELLETIER:] Tu sais,

il y a des affaires qui

sont vraiment des trouvailles

de ventes de garage, où je me

retrouve en train de fouiller

dans la caisse de quelqu'un et

je trouve quelque chose, une

curiosité et puis: OK, je prends

ça, 25 cennes. Et après ça,

j'arrive chez nous et j'écoute.

Des fois, ça marche pas et tout

à coup, tu tombes sur une

petite perle rare, tu sais.

(MATHIEU JOANISSE entre dans un magasin de disques vinyles et salue l'employé.)


[MATHIEU JOANISSE:] À un moment

donné, je suis

tombé sur un groupe, Slove, et

je suis comme: Mais c'est quoi

cette affaire-là? Tu sais,

c'était électro, super rythmé,

des paroles tout le temps

pareilles tout le long,

vraiment: 1, 2, 3...

Et ça compte jusqu'à

1 million. C'est devenu

contagieux, le monde sont tous

embarqués sur la piste de danse

et se sont mis à danser parce

que c'était très répétitif.

Et long! Tu sais, des fois

c'est le fun quand une chanson

permet au monde de juste

se sentir à l'aise et

ils se mettent à danser.

(Des gens dansent sur la chanson Carte postale de Slove.)


[SLOVE:] ♪ 70 71 72 73 74 ♪

♪ 75 76 ♪

♪ 77 ♪

♪ 78 79 ♪

♪ À travers des étangs ♪

♪ C’est génial ♪


[CHRISTIAN PELLETIER:] Mathieu,

il me surprend à tout

bout de champ. C'est ça qui est

le fun justement. On se lance

des curveball. Moi, je sais

pas, je pourrais lancer une

toune yéyé et puis là, il va

me répondre avec quelque chose

de complètement loufoque.


[MATHIEU JOANISSE:] Fait qu'on

monte notre set

pendant que ça se passe. On se

prépare à l'avance, mais on sait

pas quelle chanson on va jouer

à telle heure précisément et

on se fie beaucoup à la foule.

Et à deux, ce qui est le fun

aussi c'est que des fois,

un peut se libérer, il s'en va

sur la piste de danse, il va

faire un contact avec le monde

et regarde, nous autres on n'est

pas juste là pour "spinner", on

est là pour avoir du fun et nous

autres aussi on en a. Le monde

vient nous voir et ils sont

comme: "Oua, j'aurais jamais

pensé que j'étais pour danser

deux heures qu'en français." Et

souvent, ça vient des musiciens

qui sont comme dans la scène

francophone canadienne tout ça,

qui viennent de la Saskatchewan

ou de... Et qui sont comme:

"Wow, on connaît pas ça des

sets de DJ francophones

complètement." Parce que,

justement, on le sait,

les DJ, ça se casse pas la tête.

Ça va peut-être mettre 1990 de

Jean Leloup, mais à part de ça,

tu sais, ça se promène pas dans

ce monde-là. On pourrait aller

plus loin dans notre projet,

mais on fait pas ça à temps

plein, on se fait juste appeler

et on va où ça nous tente. Mais

on le pousse pas plus que ça.

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par