Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Muséoparc Vanier : Apprendre autrement

Apprendre autrement, ça vous dit? Depuis 2012, le Muséoparc Vanier, en partenariat avec le Réseau des musées d’Ottawa, propose le programme “ Esprits curieux “, une formation innovatrice destinée aux élèves.

Le but du programme est de développer la pensée créative chez les jeunes et d’améliorer leur capacité en écriture. L’expérience Esprits Curieux favorise l’apprentissage par la découverte, la résolution de problèmes et les nouvelles approches de la pensée critique en permettant aux élèves des écoles participantes d’interagir avec les artefacts et les spécialistes sur chacun des sites. Pendant une semaine, les étudiants viennent suivre leurs cours au musée, profitant ainsi de ses installations et de ses artéfacts. Par l’entremise de présentations et d’ateliers, ils développent leur pensée critique et leurs capacités d’écriture.

La classe d’immersion de 5e année de l’École Ste-Émily, à Ottawa, a participé au programme “ Esprits curieux “ au Muséoparc Vanier.

Un reportage de Chantal Villemaire.



Réalisateur: Benjamin Vachet
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

HÉLÈNE BOULAY, agente de programmation au Muséoparc Vanier, présente le projet Esprits Curieux. Des enseignants et des élèves fournissent un témoignage. Des images appuyant les propos défilent.



HÉLÈNE BOULAY

Esprits curieux, c'est un

projet qui a commencé à Calgary

en 1993 qui s'appelait Open

Minds. Le réseau des musées

d'Ottawa a commencé à offrir

le projet pilote en 2012.

Le but d'Esprits Curieux,

c'est vraiment de développer

la pensée créative chez

les jeunes, et d'améliorer

les capacités en écriture.

Pour une semaine, on utilise

toutes les ressources qu'on a au

musée, afin de développer des

termes qui ont été "prédiscutés"

avec les enseignants.

Aujourd'hui, leur but pour

Esprits curieux, vraiment,

c'était d'améliorer le

français, puisque c'est

un groupe d'anglophones

en immersion française. Puis,

les thèmes qu'ils voulaient

développer, c'est comment

les différentes communautés

au Canada ont vécu les

changements, la colonisation,

de façon différente.

Chaque jour, on commence avec

une question de la journée qui

va englober les thèmes qu'on va

voir avec les enfants dans

les différentes activités.


HÉLÈNE BOULAY

(Intervenant avec un groupe d'élèves)

"Quel impact ont eu

les Européens sur

les Premières Nations?"


HÉLÈNE BOULAY

Chaque jour, après la question

de la journée, on va s'en aller

vers une activité où on va

exploiter un thème de pensée

visible. Donc, on montre un

objet, un artefact. Dans un

musée comme au Muséoparc

Vanier, on a beaucoup d'objets,

on a beaucoup d'artefacts et de

choses qu'on peut utiliser.

Pourquoi les impacts sont

négatifs ou positifs, hein?

C'est pas juste une devinette.

Il faut penser pourquoi.

En après-midi, on va faire

une activité un peu plus

créative ou physique. Donc,

aujourd'hui, on a cuisiné

de la banik. C'est un pain

traditionnel autochtone.

Je pense que ce qui était

intéressant, c'était de

demander aux enfants de penser:

est-ce que nous, on peut faire

de la banik pareil, de la

même façon que les

Premières Nations?

OK, on mélange bien,

tout le monde!


Intertitre :
JENNIFER COHEN Enseignante École St-Emily, Ottawa


JENNIFER COHEN

Ils vont apprendre très bien

lorsqu'on n'est pas à

l'école. Je pense que

le guide, au musée,

il a un très bon horaire,

alors les élèves sont vraiment

impliqués dans leurs travaux,

et je pense que l'environnement

est parfait pour eux, pour

améliorer leur français.

Ici, ils ont les artefacts,

ils ont les différents

"présenteurs", ils ont les

objets nécessaires pour leur

démontrer les différentes

choses. Puis, à l'école, on

n'a pas ça. On n'a pas les

ressources nécessaires pour

vraiment faire une

présentation de l'époque.

Alors, vraiment, ça offre

l'expérience de différentes

façons, avec les différentes

choses qu'ils peuvent leur

démontrer, puis leur montrer.


Intertitre :
CLAIRE FERRY-REID Élève de 5e année


CLAIRE FERRY-REID

C'est amusant

d'apprendre dans sa façon.


Intertitre :
OLIVIA POOLER Élève de 5e année


OLIVIA POOLER

J'aime venir ici, parce

que c'est beaucoup de choses

amusantes et c'est

un différent

environment.


HÉLÈNE BOULAY

Avec un groupe d'immersion,

c'est des futurs francophiles,

et c'est des gens qui

peuvent avoir des enfants

francophones ou francophiles.

Et si on n'intéresse pas ces

jeunes-là dans un très bas âge,

je pense que ça va être vraiment

dur d'aller les chercher quand

ils seront adultes.


HÉLÈNE BOULAY

(Intervenant avec un groupe d'élèves)

C'était vraiment une bonne

journée aujourd'hui!




Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par