Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

La Grande Guerre : Communication

Dans cet épisode de la série « La Grande Guerre racontée aux enfants », Mélanie Morin-Pelletier, du Musée canadien de la guerre, raconte comment se déroulaient les communications entre les familles et les soldats qui combattaient au front, de l’autre côté de l’océan, sur le Vieux Continent.
Sans Internet ni téléphone, il ne restait que le courrier postal. Malgré la lenteur de ce mode de communication, il était essentiel pour permettre aux soldats de garder le moral et pour aider les familles à rester en contact avec leurs proches.
Au total, le système postal canadien aura fait transiter quelque deux millions de lettres pendant le premier conflit mondial.



Réalisateur: Nadine Valcin
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


Des photos d'archives montrent des soldats dans différents contexte, pendant la Première Guerre mondiale.


Titre 

(Raconte-moi La Grande Guerre)


ELIJAH tient un coquelicot. Des images de la Première Guerre mondiale défilent en surimpression. Ensuite ELIJAH est dans un salon et tient une tablette électronique à l'aide de laquelle il fait une entrevue avec MÉLANIE MORIN-PELLETIER.


ELIJAH (Narrateur)

Pendant la Première Guerre

mondiale, sans téléphone ou

Internet, le seul moyen que

les soldats avaient pour

communiquer avec leur famille

était d'écrire des lettres.

J'ai demandé à un expert de me

raconter la Grande Guerre.

Qu'est-ce que les soldats

écrivaient dans les

lettres à leur famille?


MÉLANIE MORIN PELLETIER se trouve dans une salle du musée canadien de la guerre. Durant l'entrevue on verra des photos qui sont susceptibles d'avoir été envoyées par des soldats à leur famille.


MÉLANIE MORIN PELLETIER

Dans les lettres à leur

famille, les soldats essaient

beaucoup de les rassurer. Donc,

ils vont parler de leur état

santé, ils vont dire qu'ils vont

bien. Ils parlent moins du

danger qu'ils parlent de leur

vie de tous les jours, de leurs

activités qui font quand ils

ne se battent pas. Ils demandent

aussi à leur famille de leur

écrire des lettres. C'est très

important pour leur moral. Ils

disent souvent: "Écrivez-moi une

très longue lettre", par exemple.

Et aussi, ils leur demandent

parfois de leur envoyer des

friandises, de la nourriture.


ELIJAH

(En s'adressant à l'écran de sa tablette.)

Combien de temps est-ce que

les lettres prenaient

pour arriver?


MÉLANIE MORIN PELLETIER

Au niveau de l'envoi, il y

avait un système postal qui

avait été mis en place qui

accompagnait les troupes. Et ça

pouvait prendre quand même un

bon mois avant qu'une lettre se

rende, et même plus. Donc, les

gens au pays savaient que les

nouvelles qu'ils recevaient

étaient déjà dépassées et des

fois c'était inquiétant aussi

parce qu'on savait pas ce qui

s'était passé dans le dernier

mois et si notre proche était

encore en vie.


ELIJAH

Comment est-ce que les lettres

étaient transportées?


MÉLANIE MORIN PELLETIER

Les familles qui envoyaient

les lettres à leurs proches

outremers, les lettres partaient

du Canada, naviguaient sur des

bateaux jusqu'en Europe et par

la suite, elles étaient mises

dans des camions ou dans des

trains. Et juste en 1918, le

système militaire postal

canadien a transporté plus de

deux millions de lettres.


Des exemples de lettres écrites à l'époque défilent.


ELIJAH

Quel était l'impact de la

guerre sur les familles?


On voit des images de la guerre par le biais de l'écran que ELIJAH tient dans ses mains.


MÉLANIE MORIN PELLETIER

Donc, il a des milliers

d'enfants qui ont vu leur oncle,

leur père partir pour le front,

leur frère aussi et c'était très

difficile. Par exemple,

Aileen Rogers qui avait 10 ans

et Howard Rogers qui avait 7 ans

quand leur père est parti pour

le front en 1915. Ils ont trouvé

ça très difficile et leur père

aussi bien entendu.

Donc, pour les deux ans et demi

où il a été parti, on comprend

qu'il n'y avait pas d'Internet

à ce moment-là, que l'accès au

téléphone, c'était impossible.

Donc, c'était le seul moyen de

rester en contact avec les êtres

chers.


Une lettre de AILEEN apparaît.


MÉLANIE MORIN PELLETIER

Et Aileen, elle a même

envoyé son ourson en peluche

à son papa pour essayer

de le garder en sécurité. Et

malheureusement, son père est

mort à Passchendaele en 1917.

Mais quand ses compagnons ont

trouvé Teddy dans sa poche, ils

l'ont renvoyé au Canada. Donc,

ils l'ont renvoyé à Aileen. Et

maintenant, Teddy, il réside au

Musée Canadien de la guerre

et on est vraiment très fier

d'avoir ce petit trésor avec

nous parce qu'il nous rappelle

l'impact de la guerre

sur les familles.


L'ourson suspendu dans une salle du musée, apparaît.


Générique de fermeture


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par