Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Incubateur de mode: Première à Toronto

Créé en 1987, l’incubateur de mode de Toronto (TFI) a été le tout premier incubateur de mode au monde. Depuis, de nombreuses villes telles que Paris, Chicago ou Milan ont suivi ce modèle.

La mission du TFI est de soutenir et promouvoir les nouveaux créateurs et artisans canadiens de la mode et de les accompagner dans leur développement. Susan Langdon, la directrice du TFI, ainsi que deux de ses membres résidents actuels, Jon de Porter et Kelly Lee, nous font découvrir les bénéfices de l’incubateur pour leurs carrières respectives.

Le TFI a contribué à lancer des carrières de créateurs canadiens de renom, comme Sid Neigum par exemple, qui est considéré comme l’étoile montante de la mode canadienne sur la scène internationale.

Un reportage de Chrystelle Maechler.



Réalisateur: Chrystelle Maechler
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Le reportage montre des images d'un atelier de mode. Des artisans travaillent des textiles. Il y a des machines à coudre, de grandes tables, des vêtements accrochés sur des cintres. La designer de Moda:Ko KELLY LEE et le créateur de bijoux JON DE PORTER, tous deux membres du Toronto Fashion Incubator (TFI), sont interviewés dans l'atelier. La directrice générale du TFI, SUSAN LANGDON, est interviewée devant un grand panneau noir. Les entrevues sont entrecoupées d'images du salon-boutique, où des designers présentent leurs vêtements, bijoux ou accessoires, et discutent avec des clients potentiels. Finalement, un extrait du défilé de mode de Sid Neigum est présenté.] [KELLY LEE:

J'ai

lancé la ligne Moda:ko. C'est

une ligne d'accessoires

chics qui transportent les

ordinateurs portables, les

iPad, et les iPad mini.

J'ai réalisé que j'aurais besoin

d'un peu plus d'aide pour

établir mon entreprise.

J'ai contacté TFI.


[JON DE PORTER:] Il faut avoir

un dossier assez

solide pour se faire accepter.

Donc, je suis un des chanceux

qui a été retenu. Je suis arrivé

à l'incubateur de mode de

Toronto il y a six mois. Je me

spécialise dans les perles.


[SUSAN LANGDON:] [Propos

traduits de l'anglais]

L'incubateur de mode de Toronto

a été lancé en 1987. Il était le

premier incubateur de mode au

monde! C'était un concept initié

par la ville de Toronto. Notre

mandat est de soutenir et

d'encourager les entrepreneurs

émergents de la mode.


[KELLY LEE:] Il y a des tarifs

très

raisonnables pour chaque

designer. Ça nous donne accès au

studio. On a chacun une machine

à coudre, le grand atelier.


[JON DE PORTER:] Un des outils

qui est très

important, ici, au studio,

c'est le centre de ressources.

On a des publications qui sont

exclusives à l'industrie.

On a des cahiers de tendances,

aussi, de la compagnie Peclers

à Paris, qui sont des cahiers

qui sont... Des livres qui vont

un peu faire le résumé de

toutes les tendances à venir

pour les prochaines années.

Donc, c'est des livres qui sont

extrêmement dispendieux qu'un

designer de la relève de mon

niveau pourrait jamais se

payer. Donc, ça, ça nous donne

les outils pour vraiment être

au même diapason que les autres

designers, que les grandes

maisons internationales.


[SUSAN LANGDON:] [Propos

traduits de l'anglais] Nous

avons environ vingt mentors

bénévoles, qui sont tous des

professionnels de l'industrie.

Ils donnent de leur temps afin

de rencontrer les créateurs en

privé.


[KELLY LEE:] Ils offrent

des choses pour nous

spécifiquement qu'on

pourrait pas avoir sans TFI.

Leur contact avec la presse,

puis la capacité de faire

la promotion de nous.


[SUSAN LANGDON:] [Propos

traduits de l'anglais] Nous

sommes à la Semaine de la Mode

Mondiale Mastercard et nous

célébrons les talents canadiens

au Brunch des Acheteurs de la

Presse. C'est un salon

professionnel de type boutique.

Vingt créateurs de partout à

travers le Canada présentent

leur collection automne-hiver à

la presse et à des acheteurs

potentiels.


[JON DE PORTER:] Press &

Buyers, ça a été une très bonne

plateforme pour moi. C'est la

troisième saison à laquelle

je participe. Sans cet

évènement-là, j'aurais pas

la ligne que j'ai aujourd'hui

et la notoriété.


[SUSAN LANGDON:] [Propos

traduits de l'anglais] Pour

beaucoup d'entre eux, c'est leur

premier salon commercial

professionnel. C'est une bonne

expérience pour eux de

rencontrer les acheteurs et les

médias et d'exposer leur marque.


[JON DE PORTER:] Je pense que le

fait d'être

un résidant, ici, ça apporte

beaucoup d'eau au moulin. J'ai

beaucoup moins de préoccupations

par rapport à mon loyer,

par rapport à plusieurs

éléments de la business. Donc,

je peux vraiment avoir plus

de temps à moi-même pour créer,

et pour développer un produit

de meilleure qualité. Je crée

moi-même mes propres pièces

de métal. Donc, ça me donne

beaucoup plus de latitude pour

faire des médaillons, pour faire

des pièces beaucoup plus

éditoriales, beaucoup

plus volumineuses.


[KELLY LEE:] Je suis inspirée

par le

textile. Je cherche des textiles

qui "popent", qui sont vivants.


[JON DE PORTER:] L'environnement

est

exceptionnel, ici. On a un

peu l'influence des autres

designers, donc, on se pousse

plus nous-mêmes. C'est pas

un environnement qui est

compétitif, mais de savoir

qu'il y a des gens tout le tour

qui regardent, ça nous

motive énormément.


[SUSAN LANGDON:] [Propos

traduits de l'anglais] Il n'y a

pas d'autre incubateur de mode

au Canada ou du moins, pas

d'autre institution avec une

aussi bonne réputation qui a

contribué à lancer des

carrières. Nos avons 700 membres

à travers le Canada. Une des

étoiles montantes canadiennes,

c'est Sid Neigum. Il a pris un

studio à TFI, et a remporté la

compétition "Nouveaux labels" en

2012, ce qui l'a catapulté sous

les feux des projecteurs.


[KELLY LEE:] Je suis très

fière d'être partie du TIF parce

que c'est assez prestigieux.


[JON DE PORTER:] Le fait

d'avoir mon studio, ici,

l'incubateur de mode est

reconnu, donc, les gens savent

que je suis un designer

d'un certain calibre.


[SUSAN LANGDON:] [Propos

traduits de l'anglais] Au

Canada, nous avons tellement de

talents dans l'industrie de la

mode. Mais il y a tellement peu

d'investissements ici, ce n'est

pas l'Europe, ni les États-Unis.

Il faut faire quelque chose pour

aider nos artistes. Lorsqu'ils

vont à Paris, comme Sid Neigum

l'a fait, il s'est fait

remarquer par LVMH. Alors, le

monde réalise qu'il y a du

talent au Canada!

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par