Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Chronique Top 5 : Souvenirs de tournée

Pourquoi se rendre dans des salles de spectacle pour rencontrer son public? Pourquoi ne pas aller plutôt chez les gens, pour partager avec eux sa musique?

Ce choix, c’est celui qu’a fait l’auteure-compositrice-interprète Anique Granger, en Alberta et en Saskatchewan, lors de la tournée Chemin chez nous. Elle partage ses souvenirs de cette expérience pas comme les autres.

L’expérience s’est avérée très enrichissante pour la Fransaskoise qui représente la musique franco-canadienne de l’Ouest depuis 15 ans, via trois albums.

Son dernier album, Aimer comme une émeute, lui vaudra sans doute encore de nombreux prix, elle qui a été reconnue par la Fondation SPACQ, en 2011, aux Canadian Folk Music Awards, en 2012, puis au Gala des prix Trille Or, en 2013.



Réalisateur: Raphaëlle Mercier
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

ANIQUE GRANGER, auteure, compositrice, interprète présente : 5 souvenirs de ma tournée dans les maisons.


Intertitre :
5 L'hospitalité des gens


ANIQUE GRANGER

Une chose que j'adore des

tournées dans les maisons, c'est

que les gens sont fiers de

t'accueillir. Il y a de

l'hospitalité. Ils sortent la

table avec tous les gâteaux. Ils

font un potluck. Les gens

amènent des trucs pis ils sont

très généreux. Je me souviens,

une fois, je voulais un petit

peu de décoration. Je voulais

mettre de l'ambiance dans la

maison. La madame, elle m'a

sorti toutes ses lumières de

Noël pis après, elle m'a dit de

les garder pour le reste de ma

tournée. J'ai trimballé un gros

sac de toutes ses décorations de

Noël pour le reste de ma

tournée. Pis ils sont fiers de

leur village. Il y a un monsieur

qui m'a fait faire un tour

de La Broquerie en trois-roues,

le lendemain de mon show,

alors c'est cool, ça.


Intertitre :
4 Voir les réactions de près


ANIQUE GRANGER

De un, moi, j'ai nulle part

où me cacher. Les gens sont

vraiment là, devant toi.

Eux non plus, ils ont nulle part

à se cacher. Ce qui fait que

moi, j'ai le privilège de voir

exactement comment je les

affecte. Ça m'est arrivé de voir

des gens pleurer. Pas que j'aime

voir le monde pleurer, mais...

Mais c'est quand même beau

de voir l'émotion que je peux

provoquer ou de les voir rire.

Euh... Des fois, de voir des

gens vraiment, même les yeux

fermés, qui ont l'air...

J'ai appris ça: si quelqu'un a

les yeux fermés, ça veut pas

dire qu'il s'endort. C'est

souvent le monsieur qui avait

les yeux fermés, après, il vient

me voir et il dit: "Tu sais,

dans telle chanson, quand tu as

dit ça, tu as dit ça..." C'est

comme si tu les vois réfléchir.

Tu les vois écouter pis ça, j'adore.


Intertitre :
3 Saint-Denis Saskatchewan


ANIQUE GRANGER

Saint-Denis, c'est vraiment tout

petit. Il y a genre quatre

maisons pis une église. Alors,

ça, c'était un show. Il y avait

genre six personnes. Pis, il y

avait une madame, assise sur le

sofa, qui me regardait comme ça.

Pas impressionnée, genre. Tu

chantes, tu joues. Tu as une

petite bébelle, mais pff!

Moi, je me demandais comment

je vais faire pour aller chercher

cette madame. Comment je vais

faire pour l'impressionner.

Pis là, à un moment donné,

en plein milieu de je sais pas,

je racontais quelque chose pis

elle me dit: "Tu peux-tu jouer

du Johnny Cash?"

Elle aurait pu me demander

n'importe quoi que je savais

pas, mais ça a adonné que

j'avais une chanson de Johnny

Cash, à ce moment-là, que j'ai

pu lui chanter. Pis après, tout

d'un coup, là, elle m'aimait.


Intertitre :
2 Le Scotch


ANIQUE GRANGER

Il y a une fois, j'étais à

Calgary pis c'est dans une

maison d'une famille un peu

bohème. C'était une vieille

maison. Ils ont invité tous

leurs amis. Il y a des coussins

partout à terre. Leur voisin

s'appelait Dimitri. Je me

souviens de son nom, je sais pas

pourquoi. Il est arrivé à peu

près à mi-chemin dans le show.

Un monsieur assez âgé, russe et

lui, je pense qu'il trouvait que

mon show, ça bougeait pas assez.

Alors, il était en arrière, il

tapait dans les mains. C'est

comme: "Vas-y!" Il essayait de

donner de l'entrain. Alors, lui,

il court dans la cuisine, il me

verse un verre de scotch et moi,

je suis en train de chanter

une chanson. Dimitri monte sur

scène, à côté de moi. Il se met

debout là. Moi, je suis en train

de chanter ma chanson et tu

as Dimitri qui essaie de me

bousculer. Il veut vraiment

que je bois son verre de scotch.

Alors, finalement, j'ai arrêté

la chanson en plein milieu.

J'ai trinqué avec Dimitri puis

j'ai fini ma chanson après. J'ai

repris au couplet où j'étais

rendue. Ce qui était cool,

c'est qu'après, on est restés et

on a jasé longtemps. C'était

un monsieur assez intéressant.


Intertitre :
1 La tempête de vent


ANIQUE GRANGER

C'était une famille qui avait

une grosse... Pas une grange,

mais une grange en métal. Ils

avaient mis des tables, des

chaises. C'était vraiment cute.

Une belle salle. Pis c'était une

immense tempête de vent. Ça

commençait à brasser dans la

cour. Je me souviens que

cette journée-là, il y avait des

dindons sauvages qui couraient

dans la cour et il y avait des

branches qui faisaient le tour,

du vent. Pis là, il y a eu une

panne d'électricité. Pis la

madame a mis des chandelles

partout, partout sur les tables.

Alors, moi, j'avais juste une

petite génératrice pour le

micro. J'étais dans une grange

remplie de chandelles pendant

que le vent brassait ça.

J'entendais le bruit de la tôle.

Il y avait quelque chose de

magique dans ce show-là.


La pochette de l'album de ANIQUE GRANGER apparaît ainsi que son adresse Internet : aniquegranger.info.

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par