Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Les dessous de la création du Wipebook

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’était un inventeur et comment se fait le processus de création d’un nouveau produit? Nous avons profité du succès du produit Wipebook et du fait que l’inventeur vient d’Ottawa pour discuter des coulisses de la création d’un produit.

Voyez comment ils ont testé le marché, ce qui a bien et moins bien fonctionné et surtout comment ils y sont arrivés ! Petit fait intéressant, le Wipebook a été distribué dans pas moins que 65 pays, tout un succès pour de jeunes entrepreneurs.

Un reportage de Chantal Villemaire



Réalisateur: Chantal Villemaire
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

FRANK BOUCHARD cofondateur de WIPEBOOK, nous parle de son invention : des cahiers réutilisatble qu'on peut effacer à volonté. Tout au long de la présentation, défilent des images autour de la création et de l'utilisation de ce cahier nouveau genre.


FRANK BOUCHARD

Un inventeur, c'est un terme

assez général, mais je pense que

c'est quelqu'un qui est capable

de prendre des idées

et les former en réalité.

C'est bien beau d'avoir une idée

que toi-même, tu utilises,

mais de trouver une idée que les

autres veulent vraiment acheter,

c'est totalement différent.

J'ai pris un cours entrepreneuriat.

Le cours disait: validez votre idée

avec un vrai marché. Kickstarter

était assez nouveau au Canada,

donc j'ai dit: Écoute, mettons ça

en ligne, notre but, ça va être d'avoir

4000$ pour faire une batch

de 300 quelques livres.


Présentation d'un extrait de la vidéo qui a été mise en ligne par Kickstarter en anglais seulement, sans traduction, puis retour à l'entrevue et à la présentation du cahier.


FRANK BOUCHARD (Narrateur)

Quand j'ai parti ça, en dedans

de 10 minutes, 20 minutes, les

ventes commençaient à rentrer,

et là, on a vraiment réalisé

que: Eille, il y a quelque

chose à notre idée.

Moi, j'ai été l'inventaire du

Wipebook. Donc, c'est un carnet

réutilisable, effaçable. On

pense à un carnet en papier,

mais les pages sont remplacées

avec des tableaux blancs. Donc,

c'est super portatif et c'est

super le fun pour la

création de nouvelles idées.

Tout l'aspect de sauver

l'environnement, sauver sur

la consommation de papier.

Moi-même, en effaçant à

l'université des pages et des

pages de mathématiques, je me

sentais: il y a tellement de

gaspillage. Pourquoi je peux pas

juste utiliser un carnet et

juste l'effacer quand je

fais un travail qui a

beaucoup d'effacement?

On a fait plein d'erreurs.

Essentiellement. Mais la

première fois que tu fais

quelque chose, tu vas toujours

faire des erreurs. Quelques

gaffes qu'on a faites: avec la

manufacture, on est en train

d'en faire 17 000. On

a dit: On va faire

17 000 livres d'une shot. Mais

on avait pas de quality control,

on avait aucune mesure pour voir

si les manufacturiers étaient

vraiment capables de faire la

production de 17 000 livres. Et

les livres qu'ils ont produits

avaient des défauts, quand on a

envoyé ça au client, il fallait

les retourner pour des livres

qui étaient pas défectueux. Et

le côté shipping aussi, ça, ça

a été l'enfer. On réalise pas

comment compliqué que c'est,

rentrer ton produit dans 68

différents pays autour du monde.

Il y a des taxes, il y a des

customs, des livres qui sont

perdus, il y a des livres qui

arrivent deux mois après.

La mise en marché, c'est

vraiment le côté super

intéressant, la création de

l'idée, la création de la

compagnie. Pour quelqu'un qui a

juste une idée, je pense que la

première étape, c'est vraiment

d'avoir un prototype, quelque

chose que tu puisses donner à

quelqu'un pour que tu puisses

avoir du feedback pour voir si

t'es capable vraiment de vendre.

Petit à petit, tu vas juste

faire certain que ton produit

est un peu mieux pour s'adapter

au marché que tu veux viser.

On a été capable d'aller sur

Dragon's Den dans les derniers mois.

On a réussi à avoir un deal

d'Arlene Dickinson. L'affaire

avec Dragon's Den, il y a

le côté télévision, et

il y a le côté réaliste,

et behind the scenes, donc,

techniquement, encore dans le

processus de due diligence,

comme ils appellent, et

vraiment, eux, ils ont aucune

obligation d'investir s'ils

veulent plus investir

dans la compagnie.

Si on embarque un investisseur,

on veut vraiment que ce soit

quelqu'un qui est capable de

nous apporter dans les marchés

aux États-Unis, à cause que

c'est là que le marché est

tellement plus gros qu'au

Canada. Dans une entreprise

comme ça, t'apprends

constamment. Tu peux pas être

confortable dans ta petite

bulle, vraiment, il faut que

t'ailles à l'extérieur de

ta bubulle de confort pour faire

des choses que t'as jamais

faites. T'embarquer dans tes

nouvelles initiatives que t'as

jamais eu l'expérience avant.

Mais c'est ça qui est le fun de

ce côté-là de l'entrepreneuriat.



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par