Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Angèle Leroux, la fin d'une carrière

Être une athlète en bikini fitness demande d’énormes sacrifices et de compromis dans la vie de tous les jours. C’est pour cela que l’athlète Angèle Leroux a décidé de mettre un terme à sa carrière de fitness et d’avancer vers de nouveaux projets de vie.
Nous l’avons suivi lors des dernières semaines de préparation à la compétition. Elle s´entraîne et prépare son alimentation avant de monter sur scène pour son dernier essai bikini. Incursion dans un monde où tout est calculé pour être, le jour J, à sa plus belle forme physique.
Un reportage de Chantal Villemaire.



Réalisateur: Chantal Villemaire
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

ANGÈLE LEROUX, athlète de bikini fitness, et son conjoint, ROBIN BIGRAS, parlent de l'implication nécessaire pour une telle discipline.


ANGÈLE LEROUX

C'est ma

dernière compétition pour un

bout, parce que je suis fière

de mes buts où je me suis

rendue et je suis prête

à passer à autre chose.

J'ai décidé de recommencer

à compétitionner en 2015

parce que je pensais qu'il était

temps que je me donne un petit

coup de pied dans le derrière.

Et je voulais montrer à mon

copain, parce qu'il m'avait

jamais vu compétitionner.

C'est définitivement une

nouvelle aventure pour nous

deux, parce qu'il m'a jamais

vu compétitionner et puis

pour moi, c'était important

de lui montrer ça parce que

ça fait partie de moi.


ROBIN BIGRAS

J'ai découvert d'Angèle... Je

savais qu'elle avait beaucoup,

beaucoup de persévérance quand

elle faisait quelque chose,

puis elle était bien tenace, làÀ.

Elle a jamais lâché. J'ai...

Oui, peut-être, j'ai vu des

moments où je sentais qu'elle

était un petit peu moins làÀ,

ça "feelait" pas trop.


ANGÈLE LEROUX

C'est mental,

plus que n'importe quoi. Tu peux

avoir la beauté, tu peux avoir

l'argent, mais c'est pas ça

qui va te donner des muscles.

J'ai dû faire beaucoup de

sacrifices. Je m'entraîne

environ sept jours par semaine.

Les trois derniers mois,

c'était beaucoup plus intensif.

Donc, deux heures par jour.

Je m'entraîne le matin avec

les poids et après le travail,

je vais faire une

session de cardio.

En fait de nourriture

pour la compétition, c'est

certainement un bon sacrifice.

C'est certain, il y a une

restriction. C'est très

fort sur la protéine

puis les légumes verts.

Je mange six à sept fois

par jour. Puis, les portions,

c'est certain que tu peux pas

manger n'importe quoi.

Tu peux pas aller commander

une poutine deux-trois semaines

avant ta compétition.


ROBIN BIGRAS

Le côté bouffe, c'était

la grosse affaire. Donc,

ça, je l'aidais beaucoup

pour la bouffe.

Elle passait une couple

d'heures facilement, des fois,

par jour, devant le barbecue

pour cuire des livres et

des livres d'asperges.


ANGÈLE LEROUX

Il y a beaucoup

de gens qui vont se déshydrater

complètement pour la journée

de la compétition, mais

je crois pas de pas boire

d'eau pendant 24 heures.

Premièrement, c'est pas humain.

T'as besoin d'eau. Puis, si

tu travailles tellement fort,

de te rendre à ce point-là,

puis que tu peux plus marcher

sur l'estrade à cause t'es

tellement serrée puis tes

muscles sont déshydratés,

je trouve pas que

c'est nécessaire.


ROBIN BIGRAS

Dans les deux-trois

derniers jours, j'ai senti,

peut-être, en dedans de

moi, que c'est... OK.

Quand t'arrives proche de la

compétition, c'est peut-être

un peu moins sain. Mais d'un

autre côté, je me dis, des

fois, c'est ces deux-trois

jours-là qui font que...

OK, peut-être que, tu sais,

tu vas gagner ou tu vas

te retrouver plus haut

dans le classement.


ANGÈLE LEROUX

La compétition

dure possiblement...

une minute.

On fait trois pauses:

une de devant, une de côté

et une de l'arrière.

À la compétition, il y a

des juges. Ils regardent

pour un look proportionné.

Ils veulent que la femme qui

gagne soit genre une image

que genre une autre

femme serait: "Wow!"

Tu serais inspirée d'avoir

l'air comme cette femme-là.

Après une compétition

de fitness, on pogne

un genre de

crash,

comme j'ai plus de date

à m'entraîner pour.

Je me sens mentalement assez

forte d'être capable de

maintenir mon style de vie.

Ça va être difficile parce que

là, je travaillais pour un but,

mais c'est un style de vie,

donc pour moi, ça devrait

être facile.

Je suis championne pour

moi. Si je peux gagner,

tant mieux, c'est un bonus,

mais aujourd'hui, je me suis

rendue ici, puis pour moi,

c'est numéro 1.



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par