Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Quand grains de sable deviennent sculptures

Chaque été depuis 15 ans, lors du festival Merveilles de sable, les sculptures de sables envahissent le parc du Lac Beauchamp, à Gatineau. C’est l’occasion pour les sculpteurs de montrer leur création unique selon un thème proposé et pour les familles, de profiter de ces oeuvres éphémères.
Michel Lepire participe à Merveilles de sable depuis le tout début. Ce sculpteur de glace, de neige, de sable et même de fruits et légumes prend plaisir à conseiller les familles lors du concours amateur. Complice, il nous partage les secrets d’une sculpture réussie.
Martin Ernst, lui aussi sculpteur de neige, de glace et de sable, se passionne pour l’art du détail. Selon lui, c’est ce qui fait qu’une sculpture attirera le regard des enfants et des familles.

Une réalisation de Raphaëlle Mercier.



Réalisateur: Raphaëlle Mercier
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

MARTIN ERNST et MICHEL LERIRE, sculpteurs, parlent de la sculpture de sable. Pendant qu'ils parlent de cette discipline artistique, on présente les images d'un événement où plusieurs personnes font des sculptures de sable.


MARTIN ERNST

Si je suis trop vieux pour

jouer dans le sable? Je ne

croirais pas. Il y a pas d'âge

maximal, mais c'est sûr qu'il

faut garder son coeur d'enfant

pour faire ça dans le fond. Moi,

je me souviens, étant très

jeune, que je jouais

surtout dans la neige,

et aujourd'hui, c'est ce qui est

bien. Je joue encore dans la

neige, mais là, je suis payé

pour faire ça dans la glace

et aussi dans le

sable à l'occasion.


MICHEL LEPIRE

Pour la sculpture de glace, ça

a débuté il y a une quarantaine

d'années. J'avais fait même à

8 ans une sculpture pour une

compétition familiale devant

la maison chez mes parents et

j'avais gagné la première place,

donc ça, ça fait vraiment

longtemps et c'est devenu la

sculpture de sable depuis 1997.

Mon garçon travaille avec moi.

Il est très, très bon sculpteur.

Le petit fils s'en vient très

bon aussi. Donc, c'est vraiment

une question de famille.

J'ai gagné le Championnat du

monde en 2003 et je gagne très,

très fréquemment le prix du

public. C'est parce que j'aime

faire beaucoup de petits

détails. Et c'est ce qui plaît

beaucoup aux enfants

et à la famille.


MARTIN ERNST

On peut vraiment aller donner

du petit détail à cause que la

lumière réagit bien. Ça fait

vraiment des ombres plus

foncées, alors on peut vraiment

jouer avec ça et étant donné que

c'est comme du pixel, si on

pouvait comparer un grain de

sable, et le fait que ce soit un

sable argileux, donc qui est

mêlé avec de l'argile et une

bonne compaction, alors on

fait du coffrage. Compaction,

beaucoup d'eau et finalement, on

arrive à avoir un sable qui fait

en sorte que lorsque tu coupes

dedans, ça s'effrite pas, il se

tient, et alors on peut vraiment

donner du détail assez, assez

précis. Mais il faut penser très

bas-relief, structure un peu

pyramidale ou les voutes, si

on fait des troués, mais il faut

pas aller trop loin dans

la matière. C'est bien différent

que si on travaillait la glace.


MICHEL LEPIRE

Si on va sur une plage, pour

savoir si le sable est bon, on

prend du sable, on le mouille,

on fait une balle, puis on la

tire en l'air. Si on la tire en

l'air de 3 ou 4 pieds de hauteur

et on la reprend et elle

se tasse pas dans notre

main, le sable est bon.

J'ai des familles ici que ça

fait trois ou quatre ans qu'ils

viennent et maintenant, ils

viennent me voir même avant le

début pour savoir comment ça

fonctionne, ils sont-tu corrects

avec le plan qu'ils ont choisi,

quelle va être la difficulté,

alors je leur donne des conseils

toute la journée, reste là avec

eux autres. Puis s'il arrive un

petit pépin, je leur montre

comment réparer, ces choses-là.

La qualité première, c'est

vraiment patience effectivement

parce que... Patience et aussi

ne pas avoir peur de l'éphémère.

C'est-à-dire que la pièce, on la

prend en photo, on l'a en

mémoire. Puis c'est là que ça se

passe. J'ai organisé des

compétitions sculpture de

sable à Québec pendant plusieurs

années et c'était toujours

le même sable que j'utilisais. à

chaque fois, quand arrivait mon

gros tas de sable, les camions

venaient dumper le tas de sable

devant mon chapiteau, j'avais de

l'émotion parce que je me

disais: Ce gros tas de sable là,

il y a plusieurs personnes

qui ont passé. Des sculpteurs

professionnels de partout dans

le monde qui sont venus

faire des oeuvres d'art

extraordinaires. Là, ce tas

de sable là, on le rentrait à

l'intérieur, on faisait les

compactions, les sculpteurs de

partout dans le monde arrivaient

et là, ils faisaient des oeuvres

magnifiques, puis quelques

semaines après, la foire était

terminée. Ça redevenait un gros

tas de sable. C'est ça

la vie dans le fond hein.


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par