Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Gilles Gratton, confectionneur de canot traditionnel

Après avoir ramé de longues années comme vétérinaire, Gilles Gratton s’est trouvé une passion lorsque l’heure de la retraite a sonné. Habile de ses mains et mordu de canot, le franco-ontarien d’Embrun, près d’Ottawa, s’est mis à la confection de canot à la méthode traditionnelle, en latte de cèdre.

Les confections de M. Gratton sont plus que de simples embarcations, elles sont des oeuvres d’arts. M. Gratton jongle avec les types et les teintes de bois lors de la confection afin de créer des motifs et ainsi rendre chacun de ses canots unique.
Ce qui au départ n’était qu’un simple passe-temps pour M. Gratton est lentement devenu une deuxième carrière.

Une réalisation de Samuel Blais-Gauthier.



Réalisateur: Samuel Blais-Gauthier
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION


GILLES GRATTON est confectionneur de canot. Il accorde cette entrevue assis dans sa cour. Au fil de ses propos, des images de GILLES GRATTON faisant du canot sur la rivière et fabriquant des canots dans son atelier défilent.


GILLES GRATTON

On a toujours fait du canot

ici. Comme on a la rivière juste

en arrière de la maison, ça va

de soi qu'on allait souvent

en canot. Donc, je savais que

j'allais aimer construire des

canots parce que c'était quelque

chose dont je me servais

quand même beaucoup.

C'est une façon de retrouver une

certaine sérénité dans le

travail que je fais. C'est pas

que j'avais à m'évader de rien.

Toute la vie est très, très

bonne pour moi, de toutes les

façons. Mais comme j'aimais

travailler avec du bois, ça

s'adonne bien parce que c'est un

médium qui est pour moi facile à

faire des choses agréables avec.

Et puis, j'avais ma chance. Ça

prend un souci des détails, faut

s'appliquer beaucoup. Ça

prend de la patience.

J'essaie toujours de mettre

quelque chose personnalisé aussi

pour Colin, mon petit-fils.

Bien, il est né an l'an 2000.

Et puis, bien là, comment

commémorer ça dans son canot,

bien, j'ai pris un sou de l'an

2000, que j'ai poli à son plus

beau. Je l'ai incrusté dans

le dessus du canot avec

de la résine par-dessus.

Il est là à tout jamais. Il va

se rappeler longtemps qu'en plus

d'avoir son nom en arrière, il a

son sou en avant de

l'année de sa naissance.

Et puis il y a une chose que

j'aime faire beaucoup aussi sur

les canots, c'est de leur donner

une touche personnelle avec une

applique en écorce de bouleau.

J'en ai un dans le moment en

construction avec un inukshuk.

La fabrication de canots, ça

a commencé un peu plus tard dans

ma carrière. Une fois à la

retraite comme vétérinaire,

j'ai... je cherchais quelque

chose à faire pour passer mon

temps, bien entendu. Et puis,

c'est pas que je n'avais pas...

j'avais beaucoup de temps à

dévouer à cela, mais j'ai

toujours aimé construire

des choses.

Je dirais qu'un canot, six mois,

ça serait bien fait. Mais je

pourrais en faire un dans

deux mois et demi, peut-être, si

jamais j'avais une commande

qui pressait. Oui, oui, en

travaillant huit heures par jour

là-dessus, j'en viendrais à

bout. Mais il y en a, des canots

que j'ai fabriqués, que ça m'a

pris presque un an à les finir

parce que j'avais d'autres

intérêts, je faisais

d'autres choses.

Une fois qu'on est sur la

rivière, c'est un autre monde,

t'sais. On oublie qu'on est

en plein coeur du village. On

oublie qu'il y a des fermes

autour. On oublie tout, là, on

est sur la rivière avec les

oiseaux, avec les insectes, les

libellules, les poissons dans

l'eau, et le canot qui s'en va,

qui laisse sa trace sur l'eau.

Eille, c'est incroyable.


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par