Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Amuseur de rue, l´art de jongler avec le public

L’équipe de TFO 24.7 s’est infiltrée dans l’univers des amuseurs de rue, une profession méconnue et «underground». Peut-on gagner sa vie en jonglant avec des balles ou faire tourner un ballon sur son nez? Oui… Faire le tour du globe et divertir est le quotidien de ces amuseurs de rue. Entrez dans l’univers de la formation «The Flying Dutchmen» composée de Michiel Hesseling et Jean-Michel Paré deux jongleurs, comédiens et unicyclistes, de passage à Ottawa cet été 2015.

Une réalisation de Samuel Blais-Gauthier.



Réalisateur: Samuel Blais-Gauthier
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

JEAN-MICHEL PARÉ et MICHEL HESSELING, des amuseurs de rue, parlent de leur métier.


JEAN-MICHEL PARÉ

J'ai commencé à l'âge de 14 ans à

faire de l'unicycle. Juste pour

le fun, parce que me suis tanné

de mon skateboard. Puis... Là,

j'ai 50 ans et je suis encore

sur mon unicycle et je fais

le tour de la planète et

j'ai encore du fun.

Très possible de vivre de

son chapeau. C'est moins évident

ici, parce que c'est une

tradition qui existe depuis

moins longtemps. En Europe,

c'est complètement respecté.

T'es traité même comme un avocat

ou un docteur. Tu sais, ça

fait partie de la vie commune.

Au Canada, c'est un peu plus

dur. Ici, un artiste de rue, ils

regardent ça un petit peu plus

"oui, il est dans la rue". Non,

on est pas dans la rue, on est

très bien. Puis, on s'amuse et

on gagne bien notre vie,

la plupart du temps.

C'est sûr que des fois, il y

a des hauts et des bas. Et quand

il fait fret, il fait fret.

On peut pas faire la rue.

Puis, dans la rue, si t'es

pas bon, bien, tu te fais pas

d'argent dans ton chapeau à

la fin. Si t'es bon, bien, tu le

sais. Et là, c'est comme ça.

C'est le public qui écrit le

show de rue. Parce que tu

fais le tri. Quand les choses

marchent pas, bien, tu changes

pour quelque chose qui va

marcher. Puis, éventuellement,

t'as ta structure et tu remplis

ça de choses qui marchent. Mais

c'est tout le temps le public

qui va te dire "ça, c'est bon"

ou "ça, c'est pas bon".


MICHEL HESSELING

Le mode de vie d'un amuseur de rue,

c'est "bougeant". Comment on dit

ça? On bouge tout le temps. On

est jamais très longtemps

dans un endroit.

On voyage beaucoup. Dans le

monde entier. Parce qu'il

faut qu'il fasse beau.

Alors, on peut pas jouer à

Ottawa en décembre. On

bouge tout le temps.

Et c'est très amusant pour

les amuseurs de rue, parce qu'on

voit beaucoup d'endroits,

beaucoup de

spots très beaux.

Et en plus, comme boulot...

c'est super. On a

toujours un public.

Euh... Il faut pas attendre si

les billets sont vendus. Non, tu

vas là et si tu arrives à...

À... à rassembler un

public, tu peux jouer.


JEAN-MICHEL PARÉ

C'est sûr que tu peux pas

arrêter tout le monde. Il y a du

monde qui passe, qui continue.

Mais, eux autres, on

veut qu'ils restent.

Tu veux que le monde qui est

intéressé reste. Des fois,

il faut que tu te battes avec ce

que t'as, mais... La rue, il

faut que tu te battes aussi.

C'est pas facile tout le temps,

là. C'est... Il faut que

tu sois fait assez fort.


MICHEL HESSELING

"Comment on fait pour captiver

un public?" Ah oui. Mais ça,

c'est un secret. Je peux pas

le partager. Non, mais, c'est...

Captiver... C'est marrant, parce

que, c'est... Le

entertainment,

c'est... Les prouesses,

c'est bon, bien sûr, hein? On

jongle avec cette balle. Il y a

des monocycles très grands. Mais

si tu fais rien du tout, si

tu fais juste jongler, les gens,

ils passent. Mais quand tu

prends une balle et tu regardes

les gens, tu parles un peu,

tu joues avec, c'est

plus intéressant que ça.

Mais quand tu fais une

combinaison des deux,

c'est même meilleur.

Tu as la prouesse et aussi tu

joues avec les gens. Alors,

c'est toujours l'interaction

avec le public. Ça, c'est...

Pour un amuseur de rue,

l'interaction, c'est

le plus important.


JEAN-MICHEL PARÉ

Les erreurs sont souvent les

meilleures parties du

show.

C'est ça qu'on cherche. Quand tu

fais un

show de rue, t'as une

bonne structure, tu veux... Tu

veux des erreurs. Des flops,

ça, c'est une autre histoire.

Des fois, il y a des

shows

qui marchent juste pas, parce

que ça marche pas ou...

Mais... Souvent, les meilleurs

shows, c'est justement quand

quelque chose d'imprévu

arrive. C'est ça que tu

veux dans la rue.

C'est le fun. Tu fais rire le

monde. Tu te fais payer en

plus. Tant qu'à faire...

Qu'est-ce que... Ça fait juste

du bien. Tu sais, c'est juste...

C'est un moment spécial, parce

que c'est comme... Tu sais,

c'est un moment où le monde

a pas besoin de penser

À quelque chose. C'est pas

un spectacle à message

ou... Tu sais, il y a rien de...

On s'amuse, on rit. Pendant une

heure, une demi-heure, dépendant

des jours. Puis, c'est le fun.

Tu sais, le monde, il se... Tu

sais, comme ça crie et le monde

s'exprime aussi. Parce qu'il y a

tout le temps de l'interaction

avec le public dans un

show

de rue. C'est comme ça que ça

marche. Fait que c'est juste

le fun. C'est juste pour le fun.


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par