Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Les frites fraîches du Nord

Depuis cinq générations, la famille Ranville profite d’un sol riche et sablonneux, près de Grand Sudbury, pour cultiver de savoureuses pommes de terre. Les Ranville se sont spécialisés dans deux produits : les sacs de pommes de terre et la fameuse frite qui se trouve à être un des plats d’accompagnement le plus populaire dans la restauration à travers le monde.

Depuis quelques mois, l’usine de transformation Valley Growers offre un nouveau produit prometteur, la frite fraîche non congelée. Un produit unique en Amérique du Nord, qui est offert au détail et en gros, aux commerçants.

Un reportage d’Éric Bachand



Réalisateur: Eric Bachand
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

On présente un reportage sur la culture de pommes de terre en Ontario. Défilent des images de leurs produits et de la culture des pommes de terre.


Texte informatif :
GERRY PHILIPPE, copropriétaire de Valley Growers.


GERRY PHILIPPE

Il y a 64 milliards de tonnes

de frites qui se sont mangées

en Ontario, à chaque année,

et 99% vient de l'extérieur.

Ça, c'est gros.

Faire la culture de la pomme de

terre, c'est bon pour le nord,

parce que les pommes de terre

ont besoin de longues heures

de soleil. Et aussi, à cause

qu'il fait froid, ça donne de

l'humidité sur les feuilles et

ça, c'est aussi bon pour les

pommes de terre. Donc, ça nous

donne un bon rendement, ici.


Texte informatif :
TAMI RAINVILLE, copropriétaire Valley Growers.


TAMI RAINVILLE

Valley Growers, c'est

une entreprise familiale. C'est

notre cinquième génération.

Nous cultivons les patates ici.

Ensuite, nous les lavons,

nous les emballons. Nous avons

un centre d'emballage et aussi

un centre de transformation qui

fait des frites. Donc, on a deux

marchés. Ça va faire depuis 1985

qu'on fait des patates frites

avec nos pommes de terre.

Et puis ça, on faisait ça juste

pour le marché local, ici,

à Sudbury. Mais de plus en plus,

le monde s'en allait vers

les frites congelées. Donc,

récemment, nous avons changé le

processus de la transformation

de frites pour avoir accès à

un plus gros marché à travers le

Canada et même les États-Unis.


GERRY PHILIPPE

On a introduit

un nouveau produit; une

frite qui est fraîche, jamais

congelée, pas de préservatif.

Deux ingrédients: la pomme de

terre et l'huile de canola.

Si tu regardes les produits

congelés, il y a des produits

chimiques là-dedans pour que les

frites ne tournent pas grises.

Donc, c'est fait pour durer

un an, deux ans. Puis après six

mois, les frites tourneraient

grises, mais ils mettent

des produits là-dedans. Avec

le monde qui guette ce qu'ils

mangent, on revient aux bases de

ce que c'est un produit comme

ça. On est le seul

plant,

nord-américain, Canada,

États-Unis, qui produit

la frite de la même façon

qu'on la produit. Nous autres,

on précuit la patate

dans l'huile de canola.

La raison qu'on a produit

la frite fraîche, pas congelée,

c'est qu'il y avait un manque

dans le marché pour le produit.

Les propriétaires de restaurants

qui veulent de la haute qualité,

vraiment, ils ont pas la seule

de l'offrir parce que c'est

beaucoup de main-d'oeuvre. C'est

beaucoup d'ouvrage pour faire un

beau produit de qualité. Donc,

beaucoup de propriétaires qui

offrent de la frite congelée.

Et la raison, c'est qu'il y

avait pas d'alternative. Là, on

a donné un choix. Le monde, ils

ont jamais vu un produit de même

avant. On est au détail,

au Superstore, qui est

dans la chaîne de Loblaws.

Et au Québec, c'est à Sobeys.

D'après nos recherches, on sait

que le monde regarde le produit.

Parce qu'ils savent pas c'est

quoi. C'est cuit? C'est pas

cuit? Ça fait qu'il faut faire

des démonstrations au niveau du

détail pour que le monde vienne

à connaître le produit.

Ça va être question

d'éduquer le public.

Si tu es McCain ou Cavendish

ou des commerces énormes, tous

leurs camions sont congelés.

Donc, ça fait complètement un

différent système de chauffage

si jamais s'ils font de

la fraîche. Donc, c'est toute

une grosse affaire de changer

les choses. Donc, pourquoi

tu baisserais tes profits quand

tu as déjà le marché de fait.

Jusqu'à date, c'est une bonne

réception. On a décollé au mois

de février, au mois de mars

où est-ce qu'on a commencé

à vendre. Puis déjà, on vend

à l'Université McMaster,

l'Université de Waterloo.

Il y a un restaurant à Hamilton

qui a été voté meilleures frites

à Hamilton et c'est nos frites.

On espère d'agrandir ça.


TAMI RAINVILLE

Une fois que tu as des

enfants, tu réalises comme

important c'est une suite, quand

tu fais quelque chose, ça fait

cinq génération et les terres,

on a encore les terres,

les Rainville. Ça me réchauffe

le coeur sachant qu'une autre

génération va continuer à faire

quelque chose. Peut-être que ça

sera pas des pommes de terre.

Ce sera peut-être des fraises,

des bleuets ou quelque chose,

mais ça serait beau voir

une belle suite.



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par