Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Top 5 : Comment contrer la dépression saisonnière

Ah! l’automne. Cette saison de transition entre l’été, toujours ensoleillé, et l’hiver où le ciel est couvert et jours plus courts! Puisque le Canada est situé au Nord, nous manquons de luminosité lorsque les journées plus froides s’installent. Comment s’en sortir? La dépression saisonnière est en effet de plus en plus présente lorsqu’on s’éloigne de l’équateur.
Professeur à l’Université d’Ottawa, Pierre Gagnon vous donne cinq trucs afin de contrer la dépression saisonnière et de diminuer ainsi les effets qu’emmènent l’automne et l’hiver.



Réalisateur: Chantal Villemaire
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

PIERRE GAGNON, professeur à la faculté des sciences sociales de l'Université d'Ottawa, présente les 5 façons de contrer la dépression saisonnière.


Intertitre :
5. Aller dehors


PIERRE GAGNON

C'est aller dehors.

Parce que l'hiver,

la luminosité baisse et de façon

importante plus on est au nord.

Et ça s'adonne que le Canada est

très au nord. Donc, on manque de

lumière. Les études montrent que

plus on s'éloigne de l'équateur,

plus le taux de dépression

saisonnière augmente. Alors,

quand on va dehors, ça active la

sérotonine. La sérotonine, c'est

un peu le neurotransmetteur

du bonheur et ça a une influence

aussi sur la mélatonine et

ça, ça règle les cycles

veille sommeil. Alors, plus

on va dehors, meilleur c'est.


Intertitre :
4. Faire de l'exercice


PIERRE GAGNON

Quatrième chose pour combattre

la dépression saisonnière,

faire de l'exercice. De plus

en plus, on se rend compte

que l'exercice a des effets

bénéfiques sur la santé en

général, et la santé mentale.

Alors quand on fait de

l'exercice, ça amène... Vous

connaissez peut-être le

high

du joggeur. Ça amène des

endorphines et on se sent

bien avec ça. Et ça semble aussi

stimuler une protéine dans

le cerveau qui nous aide à

développer des connexions et

ça peut aider à combattre la

dépression. Alors, on a pas

besoin de faire des exercices

très, très, très vigoureux, mais

il faut en faire suffisamment

longtemps et à tous les

jours, ça serait l'idéal.


Intertitre :
3.:La luminothérapie


PIERRE GAGNON

Troisième façon de combattre

la dépression saisonnière,

la luminothérapie ou la

photothérapie ou la thérapie par

la lumière. Quand on va dehors,

on peut recevoir 20 à 100 000

lux qui viennent du soleil.

C'est la force, l'intensité de

la lumière. Bien, ça c'est l'été

ou quand ça va bien. Mais, fin

de l'automne, début de l'hiver,

le nombre de lux baisse beaucoup

et il existe des petites

machines qui envoient jusqu'à

10 000 lux et même plus. Et on

s'expose à cette lumière-là

pendant au moins une demi-heure

jusqu'à deux heures par jour et

on fait ça à tous les jours. Ces

appareils-là sont pas tellement

coûteux et on dit que jusqu'à

50% des gens sont aidés

par la luminothérapie.


Intertitre :
2. La psychothérapie


PIERRE GAGNON

Numéro 2 pour combattre

la dépression saisonnière,

la psychothérapie ou ce qui

est le plus utilisé, c'est

l'approche cognitive behaviorale

où on apprend aux gens à voir

la vie d'une autre façon. Les

gens ont tendance souvent à être

négatifs. On leur montre à être

positifs. C'est un peu comme

voir le verre à moitié plein

au lieu de le voir à moitié

vide. Alors, on rencontre un

psychologue, on parle de 6 à 12

sessions, jusqu'à 20 sessions,

60 minutes par session et le

psychologue aussi va donner des

exercices. Et graduellement, on

change notre façon d'interagir

avec le monde. On développe des

patrons positifs par rapport aux

événements qui nous arrivent.


Intertitre :
1. Prendre de la médication


PIERRE GAGNON

Numéro 1, si rien d'autre ne

fonctionne, on peut essayer

la médication. On parle

d'antidépresseurs. On rencontre

son médecin qui fera un bilan

médical avec vous et choisira le

type d'antidépresseur, parce

qu'il y en a beaucoup, qui va

fonctionner le mieux avec vous.

Ça prend environ deux semaines

avant de voir les effets. On

devient pas dépendant de ces

médicaments-là. C'est la

bonne nouvelle. Faut pas

se culpabiliser parce qu'on doit

utiliser les médicaments.

Si on a tout essayé et que ça ne

fonctionne pas, on peut toujours

essayer les médicaments.




Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par