Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Top 5 : Être transactiviste

Les personnes transgenres sont de plus en plus présentes dans la sphère publique, mais malheureusement encore très mal comprises. Alexandre Baril, professeur adjoint à l’Institut d’études féministes de l’Université d’Ottawa et homme transgenre, explique l’importance de prendre position pour protéger les droits de ces personnes. Il dénonce notamment l’hypersexualisation de leur corps. « Au cours des 12 derniers mois, à l’échelle internationale, plus de 80 % des personnes trans ont vécu au moins un épisode de violence. »



Réalisateur: Caroline Leal
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

ALEXANDRE BARIL, professeur adjoint d'études féministes et de genres, présente «5 raisons d'être transactiviste».


Intertitre :
5. La présence dans la sphère publique


ALEXANDRE BARIL

Effectivement, les

personnes transgenres

sont de plus en plus visibles

un peu partout dans la sphère

publique, dans les médias.

On pense à des vedettes comme

Caitlyn Jenner ou Laverne Cox.

Elles sont partout. Ce sont nos

frères, nos soeurs, nos parents,

nos enfants parfois, cousins,

cousines, amis, collègues de

travail et même nos partenaires

de vie. Et donc, comme il y a

une augmentation des personnes

transgenres dans la sphère

publique et dans nos entourages,

c'est vraiment important que

les droits des personnes trans

soient respectés. Il y a,

en Ontario seulement, plus de

53 000 personnes transgenres.

Donc, ça nous donne une idée à

quel point il y a une présence

importante, de plus en plus

importante des personnes

transgenres en Ontario

et également au Canada.


Intertitre :
4. L'exploitation des médias


ALEXANDRE BARIL

Ce qui se produit souvent, c'est

qu'il y a justement un phénomène

d'engouement par rapport aux

différents médias, médias

sociaux, par rapport àÀ la

question transgenre.

Et ce à quoi on assiste,

c'est en quelque sorte une forme

d'objectification et également

une sexualisation. Et les

personnes trans peuvent subir

d'importantes conséquences suite

à la monstration de leur corps,

de leur image, de leur vie

privée, de leur nudité à

l'intérieur des médias. Et

je pense que ce serait important

justement en tant que

transactiviste de développer une

sorte de conscience éthique pour

davantage réfléchir de façon

critique, de façon collective

aux implications négatives

que peuvent avoir

ces représentations.


Intertitre :
3. La discrimination du gouvernement canadien


ALEXANDRE BARIL

Jusqu'à tout récemment, et

encore actuellement dans

certaines provinces canadiennes,

dont en Saskatchewan, les

personnes trans sont stérilisées

de force afin d'obtenir leur

statut civil. Cette exigence

de stérilisation forcée a été

dénoncée et abandonnée par le

gouvernement de l'Ontario en

2012 seulement. Le gouvernement

de la Colombie-Britannique

ainsi que de l'Alberta en 2014.

Auparavant, c'était une exigence

de modification des organes

génitaux complète qui amenait

une stérilité. Alors que

plusieurs personnes trans

pour des raisons personnelles

ne veulent pas être stérilisées,

étaient amenées à vivre

d'importantes discriminations

parce qu'elles n'avaient pas de

papiers d'identité concordant

avec leur identité

choisie et vécue.


Intertitre :
2. L'accès aux soins de santé


ALEXANDRE BARIL

Plusieurs personnes trans, tout

simplement, se voient refuser

l'accès à des soins de santé.

Non même pas par rapport

à leur condition trans ou ce qui

concernerait leur chirurgie liée

à leur transition. Simplement

pour des problèmes de santé

banals. Et donc, des médecins

qui vont dire: "Je refuse de

vous soigner. Allez voir un

autre médecin", etc. En Ontario,

il y a plus présentement de 1064

personnes qui sont sur la liste

d'attente pour la fameuse

clinique qui est la clinique

centrale et unique en Ontario

pour donner le feu vert aux

personnes transgenres pour

effectuer leur transition.

Le résultat étant que ces

personnes transgenres attendent

en moyenne deux ans avant

d'obtenir une première

consultation.


Intertitre :
1. La violence


ALEXANDRE BARIL

La violence, elle prend toutes

sortes de formes. Donc, on

parle de violence verbale,

psychologique, émotionnelle,

physique, sexuelle, étatique,

structurelle, et les personnes

trans en vivent à tous ces

niveaux. Il y a encore trop

de personnes trans qui se font

agresser sexuellement, qui

se font tuer. à l'échelle

internationale, on se rend

compte qu'au cours des 12

derniers mois, une majorité de

personnes trans, et on parle de

plus de 80% de personnes trans

au cours des 12 derniers mois

qui ont vécu au moins un

épisode de violence. Alors, ces

statistiques-là nous montrent

à quel point la problématique de

la violence elle est importante,

elle doit être problématisée,

elle doit être dénoncée. Et on

doit trouver des solutions

pour y mettre fin.



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par