Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Vivre dans le passé, apprécier le présent

En 2005, Roger Dallaire s’est procuré un bout de terre à Saint-Vincent, un petit village franco-albertain situé au nord d’Edmonton. Il a acheté la maison d´Arthur Laberge. Une demeure construite en 1914 et qui a été abandonnée dans les années 50. Il y vit sans eau courante et sans électricité. Sa ferme est un lieu où l’histoire semble s’être figée dans le temps.
Voici le portrait d’un homme qui a choisi de vivre comme au début du 20e siècle. Un artiste, un paysan, dont le quotidien ressemble à celui de ses ancêtres. Des pionniers qui sont venus de l’Est pour défricher une Alberta rude et froide, il y a plus de 100 ans.



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

On présente des images de la terre de ROGER DALLAIRE, conteur. Pendant qu'il parle, défilent des images illustrant ses propos.


Texte informatif :
«Vivre le passé au présent pour avoir un futur simple» ROGER DALLAIRE


ROGER DALLAIRE

On s'énerve

pour des petites choses

qui sont vraiment pas

si importantes que ça.

Ici, la vie "modère"

et puis, pas parce que je vis

de la terre, mais ne même temps,

parce que c'est un peu ça. Ça me

permet de m'enraciner, modérer

et de voir ce qui compte. Et

quand je pars d'ici pour aller

en ville, aller en tournée, voir

mes amis, j'apprécie les choses

différemment. Et puis, je pense

que mon âme, ou en tout cas, en

dedans de moi-même, c'est plus

serein. Ou j'aime croire

que c'est plus serein.

Alors moi, comme artiste, j'ai

étudié en théâtre à Toronto et

revenu dans l'Ouest, il y

avait ce stress de trouver de

l'ouvrage, d'avoir assez de

spectacles pour payer les bills.

Je me suis dit, ça me prendrait

une place où je peux être, vivre

simplement, où il y a

pas de bills à payer.

D'abord, d'avoir une place de

même pour un gars comme moi, ça

fait pas de sens. Quand je l'ai

fait, en 2006, c'était une

affaire impossible. Un conteur

jouant de l'accordéon, qui a pas

une cenne, qui dort dehors...

Mais moi, je suis un

gars d'intuition.

Alors moi, le rêve était si fort

que j'ai rien qu'avancé dedans.

Et c'est arrivé.

Tu sais, oui, je triche, j'ai un

cellulaire et je veux dire,

je suis pas pris ici. J'ai ma

voiture et je me rends en ville.

Mais pour ce qui est de la vie

ici, une belle vie simple, j'ai

une citerne là-bas, fait que

je charrie de l'eau et j'ai de

l'eau. Pour chauffer la maison,

un bon vieux poêle à bois.

Je fais à manger là-dessus.

J'ai des poules pondeuses,

fait que j'ai des oeufs

à tous les matins.

Et quand elles deviennent trop

vieilles, on fait de la soupe.

Ça m'arrive d'avoir des cochons.

Et j'ai des chevaux.

Ça fait que c'est ça.

Ce qui est beau ici, j'arrive,

ça m'inspire. Quand j'arrive

ici, je décroche. Le temps

"modère". Je fais une bonne

attisée, le soir des fois,

je joue de l'accordéon,

je fume la pipe.

Je veux dire, je suis bien.

Chaque saison a ses beautés

et dans le printemps, c'est

les semences. Tu fais pousser

le jardin, tu te ramasses des

petits cochons. Et puis après

ça, l'été, bien, tu vois fleurir

et tu vois sortir ces

fruits et ces légumes-là.

L'automne, c'est merveilleux.

L'automne, on fait du bois

de poêle. C'est un temps

merveilleux. La senteur des

feuilles dans le bois, le pain,

les cannages, les légumes.

Moi, dans mon cavreau, dans ma

cave-là, j'ai jamais tant

de monde dans cette porte ici

qu'arrivé l'automne. Ça amène

toutes leurs carottes et leurs

patates, parce que mon cavreau,

c'est là que les légumes restent

bons jusqu'au printemps suivant.

Alors ici, c'est exactement ça.

C'est pas pour recréer le passé,

parce que moi, je m'en sacre.

On n'est pas en 13,

on n'est pas en 20, on est

aujourd'hui et on est bien.

Ici, j'ai vu quelque chose

de beau: l'humanité.


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par