Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Les saveurs de l'île

Eugène Chiasson, des Serres chez Eugène de Lamèque, NB, nous parle de son rêve d’enfant de devenir agronome sur l’Île de Lamèque. Il accède à son rêve après des études comme phytotechnologiste, de la rencontre avec son épouse et le rêve de celle-ci de vivre sur une île.
Il nous parle de la particularité des saveurs de ses fruits et légumes, grâce au terroir de son île.
Une histoire qui raconte sa passion et son amour pour la terre, la ferme, la culture de fruits, de légumes, de plantes et de fleurs. Il nous parle de l’importance qu’il accorde au travail bien fait et nous fait part de son plaisir, avec émotion, à échanger avec sa clientèle. Son père, Jean-Eudes Chiasson, témoigne du rêve d’enfant de son fils, des débuts pas toujours faciles pour Eugène comme entrepreneur, et de la fierté qu’il éprouve pour son fils et sa brue, d’avoir été perséverants malgré tout.



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION


EUGÈNE CHIASSON est un agronome. Il accorde cette entrevue debout sur un terrain rempli d'arbres et de fleurs. Au fil de ses propos, des images de tracteurs et de gens travaillant dans des champs défilent.


EUGÈNE CHIASSON

(S'adressant au public de l'émission)

Mon objectif dans la vie,

c'était d'être agronome.

Pourquoi agronome? Parce que je

voulais absolument faire de

l'agriculture, cultiver,

et il paraît que ma mère me

disait qu'à l'âge de 8 ans, je

disais déjà que j'allais acheter

des terres sur l'île

et j'allais être fermier.


JEAN-EUDES CHIASSON est le père d'EUGÈNE. Il accorde cette entrevue debout dans un champ.


JEAN-EUDES CHIASSON

Sur une journée, on s'en

allait vers Caraquet faire

un tour avec les enfants.

Il regardait les paysages. Dès

qu'il a vu ça, tout de suite...

Dès que je suis grand, je vais

tout acheter ça pour

fermer. C'était son idée.


EUGÈNE CHIASSON continue son entrevue debout sur le terrain verdoyant.


EUGÈNE CHIASSON

(S'adressant au public de l'émission)

Moi, c'était une

passion pour moi, l'agriculture.

Puis ça a donné que j'ai

rencontré mon épouse à l'école

d'agriculture. Puis elle, son

rêve, c'était de venir

vivre sur une île.

Donc, en 1996, j'ai fait le

saut à plein temps

comme entrepreneur.


Des images des terrains et des serres d'EUGÈNE défilent au fil des propos de JEAN-EUDES CHIASSON.


JEAN-EUDES CHIASSON

Ça fait que dans le temps de

ces études-là, il avait acheté

un terrain ici. Deux lots

de largeur et deux lots de

profondeur. C'était pas grand.

Quand ça a été le temps de faire

quelque chose, il avait eu des

serres aux coteaux que ça

avait été commencé puis ça avait

arrêté. Il a acheté la première

serre que vous voyez, qui fait

son magasin ici là.

C'était sa première serre.

Ça l'a décidé de faire de

grandes serres pour les tomates.

Ça, c'était rien que la tomate.

J'ai pris ma retraite. Dans

le temps, j'allais faire les

livraisons à Caraquet, Tracadie

pour lui. Ça l'aidait un petit

peu. Dans les arbres, les fleurs

puis les fraises, toutes ces

affaires-là. Là, il va un peu

dans les légumes.

En toute légalité là.

Donc il a fait, puis

il a commencé une affaire

de même, c'était avoir

du courage pas mal.


Des images de gens venant cueillir des fraises dans un champ défilent.


EUGÈNE CHIASSON

On aime ce qu'on fait puis je

pense ça vient tout seul. Mais

dans tout ça, je pense qu'il y a

aussi le fait du terroir qui

rentre un petit peu

en ligne de compte.

Parce que moi, ma production est

toujours en retard un peu

comparé à Tracadie,

St-Isidore, ces places-là.

Je pense que le fait qu'on ait

un climat juste un peu plus

frais sur les îles comparé

à l'extérieur sur la terre ferme

fait en sorte que mes produits

mûrissent peut-être un peu plus

lentement et ont le temps de

se gorger d'un peu plus de sucs,

mais moi je crois que c'est ça

qui fait que j'ai une meilleure

qualité au niveau du goût dans

la plupart des produits que je

fais parce que tous ceux qui

viennent acheter ici sont

toujours surpris par le goût de

nos légumes, de nos

fruits que l'on produit.

C'est sûr que ça fait toujours

chaud au cœur de voir du monde

qui arrive. Ils viennent nous

parler, ils ont le sourire, ils

sont contents de nous voir. Il y

en a qui nous voient seulement

une fois par année. Mais ils

sont là, dans le champ, puis:

"Bonjour Eugène, bonjour France,

comment ça va?" Puis quand on

n'est pas là et c'est nos clients,

bien là, on dirait qu'il manque

quelque chose. Pour eux autres

autant que pour nous autres.


JEAN-EUDES CHIASSON continue son entrevue debout dans un champ.


JEAN-EUDES CHIASSON

Je les ai trouvé tenaces tous

les deux pour continuer à faire

ça. Je le félicite pour son

courage, qu'il ait pu faire ça.


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par