Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Alex A. : découvrez un monde animé singulier

Les Belges peuvent peut-être se vanter d’avoir inventé la bédé, mais c’est ici, au Canada, qu’est né l’un des personnages les plus populaires chez les jeunes lecteurs : l’agent Jean. Impossible de résister aux aventures farfelues de cette star de la bédé québécoise qui, en fait, est le fruit de l’imagination de l’auteur Alex A. et ce, depuis l’âge de 10 ans! Véritable mordu des jeux vidéo et des dessins animés américains, Alex A. s’est beaucoup inspiré de ces personnages préférés comme Bart Simpson et les superhéros DC Comics dans la création de ses bédés. Que diriez-vous de rentrer dans la tête de ce jeune bédéiste chevronné et de comprendre son processus de création? C’est exactement ce que vous propose Fabienne L’Abbé dans cet entretien avec Alex A.!



Réalisateur: Fabienne L'Abbé
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

FABIENNE L'ABBÉ se trouve devant une étagère regroupant de nombreuses bandes dessinées pour enfants.


FABIENNE L'ABBÉ

On se souvient toujours de sa

première BD. Moi, quand j'étais

petite, j'ai dévoré des Tintin, des

Astérix et des Gaston Lagaffe.

Depuis son enfance,

l'auteur de BD québécois

Alex A développe des idées de

performances qui, dans certains

cas, se retrouvent entre autres

dans sa série pour les jeunes,

L'Agent Jean.


On voit la page couverture d'une bande dessinée portant la mention «L'agent Jean Le cerveau de l'apocalypse».


FABIENNE L'ABBÉ

Je suis peut-être plus une petite fille,

mais j'ai comme vraiment hâte

de replonger dans l'univers

de la bande dessinée.


Texte informatif :
Images: Groupe Mordus/Vertige Image


Une reconstitution montre ALEX A, l'auteur et bédéiste qui se réveille et se rend au Salon du livre.


FABIENNE L'ABBÉ

Salut, Alex.


ALEX A

Salut.


FABIENNE L'ABBÉ

À quel moment est-ce que

ta passion pour les bandes

dessinées s'est transformée en

une envie d'en créer toi-même?


ALEX A

C'est venu très, très tôt.

Je dessinais depuis que j'avais

2 ou 3 ans. J'ai toujours,

toujours fait ça. Puis l'envie

de créer mes propres choses,

c'est venu vers 8-9 ans. Puis

quand j'ai essayé un après-midi

que je m'ennuyais, je me suis

dit: Je vais essayer de faire

une bande dessinée. J'avais

jamais fait ça de ma vie.

J'étais même pas un si grand

lecteur. J'en avais lu à gauche,

à droite, puis j'ai vraiment eu

la piqûre. Et là, je me suis

mis à inventer des centaines

et des centaines de personnages,

dont l'Agent Jean qui est

venu à cet âge-là.


Apparaît une image de l'Agent Jean qui semble être un chevreuil humanisé.


FABIENNE L'ABBÉ

Quand t'avais à peu près 10 ans.


ALEX A

Oui, 10 ans à peu près, oui.


FABIENNE L'ABBÉ

Est-ce que ton personnage a

évolué avec toi?


Défilent des images dessinées par ALEX A.


ALEX A

Oui, énormément. Bien,

visuellement, pas le choix, bon,

je dessinais pas comme ça à 10

ans. Fait que mon style visuel a

évolué beaucoup, le personnage a

changé. L'Agent Jean, c'est un

grand enfant, puis je dirais que

ça, c'était pas mal déjà là même

à 10 ans, probablement parce que

j'étais un enfant moi-même.

Fait qu'il a pas tant

changé quand on y pense.


Défilent des images du Salon du livre avec beaucoup de jeunes.On y voit ALEX A qui signe des autographes puis qui dessine devant public, ses dessins étant projetés sur grand écran.


FABIENNE L'ABBÉ

Parle-moi de ton processus

de création. Comment

ça se crée, une BD?


ALEX A

Ça se crée par pulsion,

je dirais, ça part de ce qu'on a

envie de faire en dedans.

Je peux même pas dire pourquoi

j'aime faire de la BD dans

la vie, c'est juste comme ça.

Juste pour être capable de

construire une bande dessinée

complète de A à Z, puis une

série, tout ce que ça prend,

c'est juste de la pratique, puis

de la pratique, puis du travail.

Fait que c'est surtout ça. Quand

on en fait des années de temps,

puis qu'on dessine tous les

jours, on finit par être

capable de faire une série

complète instinctivement.


FABIENNE L'ABBÉ

D'où viennent tes

inspirations, que ce soit pour

les personnages, pour ta façon

de dessiner ou pour même

ta structure dans tes histoires?


ALEX A

Pas de la bande dessinée

en fait. Fait que ça vient

énormément des dessins animés

américains, tout ce qui est

Simpson, Family Guy, ça,

j'adore ça. Les Simpson,

c'est une religion.


FABIENNE L'ABBÉ

​[Riant]

Oui.


ALEX A

Puis jeux vidéo énormément,

fait que les Super Mario, tout

ce qui est Nintendo beaucoup,

beaucoup. Pour le look visuel,

les personnages très éclatés,

ça vient de ça beaucoup.

Et les histoires de superhéros

beaucoup. Je suis un gros

lecteur de BD de superhéros.


FABIENNE L'ABBÉ

Les X-Men, ce genre-là, là?


ALEX A

Du côté DC. Batman, Superman.


FABIENNE L'ABBÉ

Puis dis-moi, est-ce que

ça apporte un défi d'avoir

à raconter des histoires

surtout avec des images,

puis avec très peu de mots?


ALEX A

Pour moi, non. J'aurais de la

misère à juste écrire. Je serais

pas capable d'écrire un roman.

Je m'ennuie aussi quand

je dessine, puis qu'il y a pas

de la création de moi derrière.

Donc, j'aurais de la misère

à être illustrateur pour

quelqu'un d'autre ou avoir

des contrats d'illustration,

ce que j'ai fait un peu aussi

en début de carrière.


FABIENNE L'ABBÉ

Hum-hum.


ALEX A

Donc, j'ai vraiment besoin

d'avoir les deux pour vraiment

avoir du plaisir, puis être

capable de créer quelque chose.


FABIENNE L'ABBÉ

Mais toi, ça fait quand même

neuf ans que tu oeuvres dans

ce domaine-là. Qu'est-ce que

t'as appris? Ou c'est quoi

la leçon la plus importante

que t'as apprise dans

ton expérience de travail?


ALEX A

La leçon la plus importante,

c'est qu'il faut en faire pour

devenir bon. Surtout ça. Quand

j'ai fait mon premier livre de

L'Agent Jean à 23 ans, j'avais

jamais fait de livre au complet,

puis j'avais vraiment trouvé ça

très difficile parce que

tout était nouveau à faire,

construire une histoire aussi

grosse. Mais plus j'en fais,

puis plus... Faut jamais non

plus s'arrêter à pas aimer

ce qu'on fait et...


FABIENNE L'ABBÉ

Ah oui, c'est important.


ALEX A

Parce que mon premier livre,

je l'aurais recommencé dix fois.

Mais là, j'avais pas le choix,

j'avais un contrat d'édition

donc on le sort, puis on passe

au prochain. Donc, en faisant

ça, on devient vraiment

meilleur. Puis là, mes bandes

dessinées sortent plus

facilement. Donc, c'est

vraiment juste ça. Ça prend

beaucoup, beaucoup de travail.

Ça, c'est ma plus grosse leçon.


FABIENNE L'ABBÉ

Puis qu'est-ce que t'aimes

le plus dans ce travail-là?


ALEX A

Je dirais que c'est la liberté

beaucoup. J'ai pas de patron,

c'est moi qui décide

de mes heures de travail.


FABIENNE L'ABBÉ

C'est le fun, ça.


ALEX A

Oui. Je me lève à 10-11h le

matin, puis je peux travailler

d'où est-ce que je veux.

La liberté, aussi, de création.

Comme, je peux vivre juste de

L'Agent Jean comme le succès

est très gros. Donc, j'ai

autant la liberté dans la tête

que dans la vie en général.


FABIENNE L'ABBÉ

Ah, bien, c'est merveilleux.

Merci beaucoup, Alex.


ALEX A

Merci à toi.


Générique de fermeture



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par