Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Michèle Anne de Mey et la nanodanse

Depuis la création du phénomène Kiss & Cry, le terme nanodanse a pris tout son sens, avec le mariage de chorégraphies des mains et des doigts exécutées dans un micro-univers d’objets inanimés. Qui dit nanodanse dit forcément Michèle Anne de Mey, danseuse et chorégraphe de renommée internationale qui est au coeur de la démarche artistique des créations Kiss & Cry et Cold Blood. Raconter des histoires à la fois touchantes et humaines avec des objets inanimés et des mains, c’est tout à fait possible. Il faut le voir pour y croire…



Réalisateur: Fabienne L'Abbé
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION


FABIENNE L'ABBÉ

Dans le monde de la danse,

un pas de deux, c'est ce qu'on

appelle une chorégraphie

exécutée par deux personnes.

En nanodanse, un pas de deux,

c'est comme la microversion

de cette séquence de mouvements,

qui, dans ce cas-ci, se fait

exclusivement avec les doigts.

Qui dit nanodanse dit

forcément Michèle Anne

de Mey, la cocréatrice

du phénomène

Kiss & Cry.

Ce n'est pas à tous les jours

que l'on a la chance de

rencontrer une chorégraphe

dont le nom figure dans le

dictionnaire Larousse de la

danse. Eh bien aujourd'hui, j'ai

le privilège d'avoir un petit

tête à tête avec cette grande

dame qui a fort probablement

les doigts les plus

séduisants au monde.


Défilent des images du spectacle «Kiss & Cry» de Charleroi Danses. On y voit une chorégraphie de mains qui semblent danser l'une avec l'autre.


FABIENNE L'ABBÉ

Michèle Anne de Mey, bonjour.


MICHÈLE ANNE DE MEY est danseuse et chorégraphe.


MICHÈLE ANNE DE MEY

Bonjour.


FABIENNE L'ABBÉ

Si la nanodanse est connue

un peu partout dans le monde

aujourd'hui, c'est un peu grâce

à votre création

Kiss & Cry.

D'abord, expliquez-moi

qu'est-ce que c'est,

la nanodanse?


MICHÈLE ANNE DE MEY

C'est un spectacle, c'est

de l'art vivant, et le public

assiste à la fabrication d'un

film en direct, donc il a

et le making-of et le film.

Et le public voit sur l'écran

le résultat de ce qui est filmé

par une caméra qu'on voit et un

caméraman et des acteurs en

direct. Nano, parce que ce

sont tous des petits mondes

miniatures que la caméra capte

et des personnages principaux

qui sont suivis, bien c'est des

petites poupées miniatures très,

très petites et des mains, des

mains dansantes, qui sont les

personnages principaux.


Défilent des images de maquettes miniatures et d'extrait du spectacle «Kiss and Cry».


MICHÈLE ANNE DE MEY

Et le public ne voit pas ces petits

mondes parce qu'ils sont trop

petits. C'est la caméra qui les

révèle. Et ce que le public voit

avec ses yeux, par contre, c'est

ce que la caméra ne voit pas.

C'est la salle, le plateau,

et tout ce qui se

déroule, le making-of.

Aucune image n'est

enregistrée à l'avance.


FABIENNE L'ABBÉ

C'est vivant.


MICHÈLE ANNE DE MEY

Tout est fait en live.

La seule chose qui est

préenregistrée, c'est le son.

Mais il est mixé aussi en

live pour le jour de

la représentation.


Début d'un extrait du spectacle.


NARRATEUR

Au début, on ne

sait pas que c'est le début.

Au début, on ne sait pas

que les choses commencent.

Au début, on n'est pas

certains que les rêves

sont bien des rêves.

Il pleut des bulles sur tout.

On ne sait pas combien de

temps tout ça va durer.


Fin de l'extrait du spectacle.


FABIENNE L'ABBÉ

Pour une danseuse, une

chorégraphe comme vous, vous

êtes une experte du mouvement

humain, mais du corps au

complet. Est-ce que ça a été

un défi pour vous de construire

des histoires en utilisant

que les doigts et les mains?


MICHÈLE ANNE DE MEY

On n'a pas pensé ça comme un

défi, on a pensé ça comme un

jeu, comme une histoire, comme

une expérience. C'est une

bande de copains qui se sont mis

ensemble, qui ont expérimenté,

qui ont cherché l'histoire,

c'est la dernière

chose qui est venue.

Les chorégraphies aussi. Donc,

un défi, on n'a pas pensé ça

comme ça. Le bonheur le plus

grand, c'était de travailler en

collectif, c'était en partage où

tout le monde se mêle de tout.

Ne pas savoir où on va et

découvrir l'univers des autres,

se l'approprier et construire

petit à petit comme ça.

Se retrouver avec des gens sur

une scène, sur un plateau avec

des personnes qui n'ont jamais

été comédiens, qui sont

des caméramans, des

techniciens. Pour eux,

l'enjeu de tenir, de faire un

long-métrage, avec une caméra,

mais d'être vu, d'être

en fait acteur et praticien

de son art en même temps était

un défi aussi. Et tous ensemble,

d'être là, parce que c'est

vraiment être en scène et être

tellement en attention de faire

tous ensemble ce spectacle,

c'est aussi quelque chose qu'on

acquiert dans la construction

et en jouant et ça, c'est

une des plus grandes forces

du spectacle, je crois.

C'est un peu comme un orchestre

qui joue tous ensemble une

partition très écrite, mais la

chose la plus importante, c'est

d'être vraiment coordonnés--


FABIENNE L'ABBÉ

À l'écoute l'un de l'autre.


MICHÈLE ANNE DE MEY

À l'écoute l'un de l'autre

pour que tout existe et que

tout puisse être dans

son plus beau résultat,

dans sa vibration et dans son

énergie la plus sensible, chose

qu'on ne sait pas dire avec des

mots et autrement. Ça, c'est

l'art vivant. C'est que chaque

représentation sera différente,

ça se fait entre ce qui se passe

sur scène et le public et à ce

moment-là, c'est pour ça que

j'aime ce métier, voilà.


Défilent des images du spectacle où des doigts et des mains semblent marcher, danser, patiner, monter une échelle.


FABIENNE L'ABBÉ

Moi, ce qui me surprend

le plus dans le travail que vous

faites dans la nanodanse, c'est

toute la sensualité que vous

arrivez à créer avec une partie

du corps qu'on prend souvent

pour acquise. Les mains, on

les prend pour acquises. Et je

me demande si vous avez été

vous-même surprise dans votre

processus de création par

quelque chose de particulier.


MICHÈLE ANNE DE MEY

Cette richesse de la danse, de

la sensualité entre la caméra,

la narration, les couleurs, la

peau. C'est le partage, c'est ce

qui se passe entre les choses,

entre les médias, entre la

danse, le cinéma, la scène,

la lumière. C'est ça qui m'a

vraiment le plus étonnée

et transportée, en fait.


FABIENNE L'ABBÉ

Bien, Michèle Anne de Mey,

grande dame de la danse, ça m'a

trop fait plaisir de vous avoir

rencontrée aujourd'hui.

Merci beaucoup.


MICHÈLE ANNE DE MEY

Merci beaucoup à vous, merci.



Apparaît l'affiche du spectacle «kiss and cry» du Canadian Stage.


Générique de fermeture



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par