Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Humour : Expressions sans queue ni tête

Nathan Dimitroff est de retour avec une autre capsule sur notre belle langue, le français. Dans cette chronique, il nous parle d’expressions que l’on utilise au quotidien sans vraiment comprendre d’où elles viennent.
Pourquoi les animaux reviennent-ils à répétition dans nos expressions? D’où viennent ces expressions? Savons-nous vraiment ce que nous disons en utilisant des expressions au quotidien?
Nathan vous fera découvrir et vous fera réaliser que plusieurs expressions ne font pas beaucoup de sens!



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Titre :
TFO 24.7


Intertitre :
Zone N/D Zone non définie


NATHAN DIMITROFF

Hé, gang! Nathan Dimitroff,

#anglophoneassimilé, ici pour

la chronique Expressions à TFO 24.7.

Un moment donné, je vous parlais

de l'expression "jouer de

l'oreille".


NATHAN DIMITROFF saisit son lobe d'oreilles entre deux doigts et fait semblant de la pincer de l'autre main comme il le ferait avec la corde d'un instrument.


NATHAN DIMITROFF

(Imitant le bruit d'un instrument à cordes)

Tu sais, pow, pow, po-pow!

Puis, après ça, quelqu'un

m'avait lancé le défi de vous

faire une chronique 100% expressions.

(Propos en français et en anglais)

J'étais comme oh yeah!

Commençons par les animaux.


On lance un chat en peluche à NATHAN DIMITROFF.


NATHAN DIMITROFF

Le chat.

(Voix enrouée)

Quand on a mal à la gorge

et on dit qu'on peut pas

vraiment parler. On dit

qu'on a un chat dans

la gorge.


NATHAN DIMITROFF place l'animal en peluche en travers de sa gorge.


NATHAN DIMITROFF

(Imitant un miaulement)

Miaou!

Et après, quand

on connaît pas la réponse pour

une question, qu'est-ce qu'on

fait? On donne notre langue

au chat.


NATHAN DIMITROFF tire la langue.


NATHAN DIMITROFF

Hé, chat, prends

ma langue.


NATHAN DIMITROFF met la patte du chat en peluche sur sa langue pour faire comme si l'animal la lui prenait.


NATHAN DIMITROFF

C'est ça.

Quand on a d'autres choses

à faire, on dit qu'on a

d'autres chats à fouetter.


NATHAN DIMITROFF imite les mouvements et les bruits d'un fouet.


NATHAN DIMITROFF

Il y a "appeler un chat un

chat." Moi, personnellement,

je l'appellerais Dexter.

Et quand le chat est

parti, la souris danse!


NATHAN DIMITROFF fait sautiller une souris d'ordinateur en la tenant par le fil.


NATHAN DIMITROFF

Mon père me disait toujours:

"Bê! Les chats ne font pas

des chiens!" Ou vice-versa.

Ça, c'est la même chose que

dire que la pomme ne tombe

pas loin de l'arbre.

Et cette pomme-là, on la mêle

pas avec des oranges. On dirait

que je peux "pommarrêter".


Un bruit de tambour et de cymbale vient souligner le mauvais jeu de mots.


NATHAN DIMITROFF tient maintenant un chien en peluche.


NATHAN DIMITROFF

Le meilleur ami de l'homme en a

beaucoup aussi. Hein, Rex? T'en

as-tu beaucoup? Bien oui, t'en

as beaucoup. Un pauvre peut

se faire traiter comme un chien.

Pendant un temps de chien,

c'est encore pire.

Un temps de chien, c'est comme

un temps de canard, mais tu pas

te cacher dans les coin-coin.

(Rires niais)

Tu peux avoir un mal de chien.

(Imitant les cris de douleur d'un chien)

Aouh! Aouh! Aouh!

Ou être malade comme un

chien.

(Imitant le son d'un vomissement)

Bleuh! Bleuh!

Quand tu travailles fort dans la

vie, on dit que t'as du chien.

Mais quand t'as peur, on dit que

t'as la chienne. Appelez-moi

féministe, mais c'est pas mal

sexiste, je trouve.

Quand on change de sujet, on dit

qu'on saute du coq à l'âne.

Mais quand on revient à notre

sujet initial, on dit qu'on

revient à nos moutons?

(Confus)

Hé, où

est-ce qu'il est, le coq?

Tu sais, on

est au coq, on saute à

l'âne, on revient...

c'est un mouton!

Mais je pense que je la

comprends, celle-là. C'est que

le coq chante le matin

pour nous réveiller.

(Imitant le cri du coq)

Puis, on compte des moutons

le soir pour s'endormir.

(Imitant le cri du mouton)


NATHAN DIMITROFF médite sur la question essentielle du coq ou du mouton.


NATHAN DIMITROFF

Coq?

(Mantra)

Om...

Moutons?

(Mantra)

Om...


NATHAN DIMITROFF

Mais moi, je suis insomniaque.

(Propos en anglais et en français)

So, s'endormir comme il faut,

c'est rare comme

la marde de pape.

Puis, je care pas si ça

vient de Sa Sainteté, là,

ça pue le diable pareil.

Je sais qu'est-ce que vous

pensez: "Qu'est-ce qu'au

"yâble" tu dis là, Dimitroff?"

Mais le diable, Lucifer, il est

dans beaucoup d'expressions.

Tu sais, tu peux avoir

le diable dans le corps.


NATHAN DIMITROFF secoue les épaules.


NATHAN DIMITROFF

Tu peux envoyer quelqu'un au

diable.


NATHAN DIMITROFF glisse sa main sous son menton en un geste vulgaire.


NATHAN DIMITROFF

Il y a "le diable à

quatre". Quand t'es dans les

beaux draps et t'essayes

de joindre les deux bouts,

qu'est-ce que tu fais?


NATHAN DIMITROFF fait un mouvement vers le bas avec ses mains refermées, comme s'il tenait quelque chose.


NATHAN DIMITROFF

Tu tires le diable par la queue.

Et pour te sortir de la

situation, tu vends

ton âme au diable!

On essaye tous de bien faire,

tu sais. L'enfer est pavé

de bonnes intentions.

Mais les expressions

idiomatiques ajoutent beaucoup

de couleur à la langue

française. Tu sais,

tu peux rire jaune...

(Rire niais)

Tu peux avoir une peur bleue!

Tu peux avoir le pouce vert.

Tu peux voir la vie en rose.

Tu peux être blanc comme un

drap ou un petit blanc-bec.

Ou tu peux être rouge comme

un homard ou rouge comme une

tomate.


NATHAN DIMITROFF tient une tomate dans une main et un homard dans l'autre.


NATHAN DIMITROFF

C'est pas la même chose,

hein! La tomate c'est quand t'es

gêné, et le homard, c'est quand

t'es cuit. Passé trop

de temps au soleil.

Hé, il faut que j'avoue que j'ai

eu un fun noir à faire la

chronique Expressions à TFO

24.7!


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par