Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Le Divan : Pourquoi Ottawa devrait être bilingue

Le dossier du bilinguisme officiel de la ville d’Ottawa est revenu sur le devant de la scène, en 2012, avec les États généraux de la francophonie d’Ottawa. Aujourd’hui, le Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue cherche à obtenir la reconnaissance officielle du bilinguisme à Ottawa, afin de célébrer dignement le 150e anniversaire du Canada, en 2017.
Des appuis existent, mais le maire de la Ville d’Ottawa, Jim Watson, s’oppose à cette idée préférant une politique municipale qu’il juge efficace malgré quelques ratés.
Professeure à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa et membre du Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue, Linda Cardinal expose ses arguments pour corriger, selon elle, une incohérence.



Réalisateur: Chantal Villemaire
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Titre :
TFO 24.7


LINDA CARDINAL, du Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue, entre dans le studio, joue avec les boutons de la télé à cadrans et va s'asseoir sur le Divan.


LINDA CARDINAL

Le mouvement pour une capitale

officiellement bilingue, c'est

un mouvement qui a été lancé

au mois de juin 2014, après

les élections de Mme Wynne.

On considérait que l'arrivée

au pouvoir de Mme Wynne

était un moment important

pour reparler des enjeux de

la francophonie ontarienne.

Officiellement bilingue,

ça veut dire que le français

et l'anglais sont traités

à égalité, qu'ils ont les mêmes

statuts, le même privilège,

les mêmes droits. Et ce qui est

différent de la situation

actuelle, c'est que...

Disons qu'on prend la politique

de bilinguisme de la ville

d'Ottawa, c'est que ça élèverait

son statut. L'idée, c'est pas de

transformer la politique et d'en

faire une nouvelle politique

et un nouveau règlement

complètement différent de

ce qui existe déjà.

Le maire l'a dit, la politique

fonctionne bien. Bon, je pense

que, évidemment, la politique ne

fonctionne pas si bien que ça,

parce que nous, on voudrait

élever son statut pour que la

politique corresponde à une

véritable police d'assurance.

Une raison très importante,

c'est le fait que c'est la

capitale du Canada. On profite

de cette fenêtre qui est le 150e

pour dire: Écoutez, vous pensez

pas que c'est un peu le temps,

dans notre pays, que notre

capitale soit à l'image même des

valeurs auxquelles on adhère,

c'est-à-dire des valeurs

fondamentales du Canada.

Et parmi ces valeurs

fondamentales, le français

et l'anglais sont à égalité.

Il y a personne qui veut

créer une guerre des langues.

C'est-à-dire que ce qu'on veut,

c'est juste élever le statut

d'une politique, lui donner

son plein dynamisme en

la rendant officielle.

Il y a personne qui veut mettre

quelqu'un contre l'autre. C'est

de garantir que le français

et l'anglais sont les langues

officielles de la ville

d'Ottawa, c'est de garantir

qu'elles sont à égalité. Donc,

il y a pas une crise ici qui dit

que les anglophones sont

à couteaux tirés avec les

francophones ou vice versa.

Il y a personne qui en veut à

personne. C'est un cadeau qu'on

veut faire au Canada pour

son 150e anniversaire.

Moi, je sais pas de quoi les

gens parlent quand ils disent

que ça coûte cher. D'abord,

c'est très difficile d'avoir des

chiffres. On sait que le budget

de la ville est d'à peu près

trois milliards. Et là-dedans,

les services en français, c'est

pas beaucoup. Est-ce que c'est

un million? C'est vraiment pas

grand-chose, c'est pas un stress

sur le budget de la ville,

il y a d'autres choses qui

sont plus stressantes sur

le budget de la ville que

les services en français.

Moi, je pense pas qu'il y a un

manque d'intérêt. Je pense que,

là, il faut plus mobiliser

tout le temps les troupes.

Il faudrait qu'il y ait une

avalanche de lettres sur

le bureau du maire, ou de

courriels, ou de tweets qui

soient envoyée au maire. Nous,

on a une pétition qui a été

lancée par les jeunes du réseau

des étudiants franco-ontariens,

qui a quand même reçu 4000 noms.

C'est quand même pas rien, 4000.

Moi, j'en aimerais quatre

millions, mais on va commencer

avec 4000. Je pense qu'il y a un

appui latent qui pourra venir

quand on va continuer à le

mobiliser, mais, vous savez,

2017 c'est bientôt, mais

on a encore un an pour

mobiliser les gens.

L'action qui nous motive

depuis le début, c'est toujours

de maintenir cette question

dans l'espace public, d'en faire

un enjeu public, de s'assurer

que les gens en parlent, que les

gens aimeraient que ça devienne

réalité et que les gens écrivent

au maire pour lui dire comment

c'est important, pour eux, que

le Canada devienne une capitale

officiellement bilingue.

C'est un enjeu symbolique, très

important, mais ça peut aussi

avoir des retombées économiques

importantes. En fait, je

ne vois que des avantages

à ce qu'on fasse du français

et de l'anglais les langues

officielles de la ville d'Ottawa.


LINDA CARDINAL se lève, tourne le bouton de la petite télé et quitte le studio.


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par