Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Le Divan: L'importance de s'impliquer!

Cédric Tessier est le plus jeune conseiller municipal des grandes villes du Québec, soit à Gatineau. Gabriel Lemarquand Perreault est pour sa part étudiant en secondaire 5 au Collège Nouvelles-Frontières et membre de la Commission Jeunesse de Gatineau depuis qu’il avait 12 ans. Cédric est un ancien membre de la Commission Jeunesse, organisme qu’il préside actuellement. Ensemble, ils viennent nous parler de l’importance de s’impliquer dans sa communauté, en politique. En tant que jeune, qu’est-il possible de faire? Comment les jeunes peuvent-ils influencer la prise de décision?



Réalisateur: Chantal Villemaire
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Titre :
TFO 24.7


CEDRIC TESSIER conseiller municipal, Ville de Gatineau, entre dans le studio, ajuste le petit téléviseur et va s'asseoir sur le Divan. GABRIEL LEMARQUAND PERREAULT, membre de la Commission Jeunesse de Gatineau, rejoint CÉDRIC sur le divan.


GABRIEL LEMARQUAND PERREAULT

C'est peut-être une volonté

de changer les choses qui m'a

fait rentrer en politique,

mais aussi une volonté... Euh...

Bien, de se faire prendre pour

acquis. Puis aussi, peut-être

une volonté de popularité,

parce que j'aime ça le petit

feeling quand tu fais campagne

pour être président d'une école

ou représentant de classe et que

le monde t'applaudit à la fin.


CÉDRIC TESSIER

Il y a un thrill quand tu

te dis: Je peux arriver à avoir

un impact, je peux réussir

à convaincre des gens.

Je peux réussir à changer

quelque chose.

J'ai commencé à m'impliquer...

Au début, j'avais 14 ans, donc

j'étais quand même assez jeune.

J'étais très idéaliste à 14 ans.

J'étais bénévole pour

une campagne à l'élection

fédérale de 2005-2006.


GABRIEL LEMARQUAND PERREAULT

J'ai commencé à m'impliquer

en politique plutôt vers le

primaire, j'étais représentant

de classe puis tout ça.

Après ça, arrivé au secondaire,

en 2011, ma mère m'avait

inscrit sans que je le sache

dans la Commission jeunesse,

que je n'avais aucune idée

c'est quoi et une fois que je

suis tombé dedans, je peux plus

m'en passer. C'est comme Obélix

avec la potion magique.

La majorité des jeunes que

je côtoie à mon école sont un

petit peu blasés sur le sujet.

"Bon, je mange. Je vais à

l'école puis je dors. Je joue

aux jeux vidéos. C'est pas mal

la seule chose que je fais.

Ça fait qu'il y a plus de sujets

qui m'intéressent. La politique,

je vois pas le rapport dedans."

La politique, ça fait pas juste

partie du fédéral, pas juste

partie du provincial, pas juste

partie du municipal, c'est

aussi à travers l'école.

Donc, la politique, c'est dès

qu'il y a démocratie, dès que

le citoyen vote pour élire

quelqu'un, dès que la personne

vote pour élire quelqu'un, il y

a de la politique là-dedans.

Je veux dire, un conseil

étudiant, c'est de la politique.

Donc, venez pas me dire, les

jeunes, que vous avez aucun

pouvoir, c'est pas vrai.

À chaque année, il y a sûrement

des annonces dans votre école

qui disent: "Oui, qui aimerait

ça s'impliquer au conseil des

étudiants? Qui veut se présenter

comme représentant de classe?

Qui veut être président de

l'école?" C'est de la politique.


CÉDRIC TESSIER

Je dirais qu'il y a d'autres

façons aussi de faire de la

politique sans faire vraiment

de la politique pure, mais

juste en s'impliquant dans

un organisme. Puis là, il y a

toutes sortes d'organismes. Mais

on peut penser, par exemple,

à un organisme environnemental,

parce que c'est un sujet souvent

qui va rejoindre beaucoup

plus les jeunes. Il y a

possibilité de faire

avancer des choses sans juste

s'intéresser vraiment

à la politique pure.


GABRIEL LEMARQUAND PERREAULT

Je pense pas que les jeunes

pourront jamais assez

s'impliquer en politique.

Il y a toujours de quoi de

plus qu'ils peuvent faire.

Pour les intéresser, c'est

sûr que je dirais, bon,

premièrement, avoir des

candidats plus jeunes.

Aussi, faire valoir leur point

de vue. Je veux dire, il y a une

commission jeunesse de Gatineau.

On est unique en ce moment au

Québec, au Canada. Au monde,

il y en a pas d'autres,

Commission jeunesse.

Donc, c'est peut-être implanter

d'autres organisations

politiques comme ça.


GABRIEL LEMARQUAND PERREAULT

La Commission jeunesse, c'est

une commission municipale qui

a un pouvoir de recommandation

au conseil, qui a un pouvoir

d'organiser des événements,

qui a un pouvoir de travailler

sur des projets avec les

différents services.

Par exemple, service de

l'environnement, service

des arts, service de police,

qui touchent les jeunes ados.

Dans le fond, c'est vraiment

12 à 17 ans, le groupe cible,

donc les jeunes du secondaire,

en grande partie.

C'est vraiment ça, son mandat.

Un des projets que la Commission

jeunesse a mis sur pied et que

là, vraiment, on mène

at large dans les écoles de Gatineau,

c'est que toutes les classes

de secondaire 5 rencontrent

un conseiller municipal.

Le feedback est direct

avec l'élu, des jeunes.

Ça vient changer quand même

assez facilement la perception

de l'élu lui-même envers

la jeunesse.


CÉDRIC et GABRIEL se font un combat de coussins. Puis on revient au témoignage où tous les deux sont assis sur le divan.


CÉDRIC TESSIER

Les jeunes représentent pas

juste l'avenir. En politique,

c'est vraiment une force de

travail, je dirais, que tous

les partis, même les candidats

à une élection ont besoin.

Puis pour les jeunes qui

se présentent en politique,

c'est certain que ça peut amener

un vent de fraîcheur, qui peut

être un avantage parfois.


GABRIEL LEMARQUAND PERREAULT

C'est le fun d'avoir du

leadership. C'est le fun

regrouper les autres. Puis

quand on voit nos pancartes,

on voit du monde qui travaille

pour nous, moi, je trouve,

ça me fait un petit sentiment.

Ça me rend fier, puis j'aime ça.

J'ai l'impression que je peux

changer le monde.


CÉDRIC et GABRIEL se lèvent et quittent le studio.


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par