Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Le divan : Steven Guilbeault

Né en 1970 à La Tuque, Steven Guilbeault milite en faveur de l’environnement depuis son tout jeune âge. Il a été porte-parole québécois pour Greenpeace pendant 10 ans.

Depuis les dix dernières années, le Canada a perdu sa place en tant que leader mondial en matière d’environnement. Alors que les yeux sont rivés sur Paris où la conférence sur le climat est sur le point de se terminer, Steven Guilbeault nous partage son opinion quant aux moyens à notre disposition afin de reprendre cette place de leader.



Réalisateur: Caroline Leal
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Titre :
TFO 24.7


STEVEN GUILBEAULT, porte-parole d'Équiterre, ajuste un petit téléviseur à cadrans, et va s'asseoir sur le Divan dans un studio.


STEVEN GUIBEAULT

Avec ce qui s'est passé au

niveau fédéral depuis une

dizaine d'années, on pourrait

avoir l'impression que le Canada

a toujours été un dernier

de classe en matière

environnementale au niveau

international, or c'est pas le cas.

Le Canada a déjà été un leader,

et on a besoin que le Canada

redevienne un leader.

On est un des pays les plus

riches sur la planète.

On a énormément de savoir,

de savoir-faire, on a plein

d'entreprises qui développent

des technologies intéressantes

sur la question de l'eau,

de l'air, de l'énergie.

Il y a pas de raison qu'on ne

reprenne pas cette place-là, sur

la scène internationale,

comme étant l'un des leaders.

Évidemment, ça se fera pas en

criant ciseaux. Ça va prendre du

temps, mais je pense qu'on a

tout le potentiel pour le faire.

L'agence financière Bloomberg

estime que d'ici 2030, la

production des énergies à partir

des combustibles fossiles va

diminuer de moitié, alors

que la production d'énergies

renouvelables va doubler.

Partout sur la planète, en

Chine, aux États-Unis,

dans les pays comme l'Inde,

on investit dans les nouvelles

technologies, les technologies

propres, dans le domaine du

bâtiment, du transport, de l'énergie.

Or, au Canada, on a à toutes fins

pratiques, au cours

des dernières années, aboli

tous ces programmes-là.

Cette idée-là qu'on ne peut pas

à la fois être écologiques et

prospères et créer des emplois,

c'est faux. On peut choisir de

pas le faire. On peut choisir de

dire: Bien, on va mettre notre

argent dans le pétrole et dans

le charbon, plutôt que de le

mettre dans les renouvelables,

les transports collectifs,

mais c'est un choix qu'on fait,

c'est pas vrai qu'on n'a pas les

moyens de faire ça et de mieux

se développer, de façon plus

harmonieuse et plus respectueuse

de l'environnement.

L'environnement est vraiment

devenu, au niveau national,

l'une des priorités des

Canadiens et des Canadiennes.

Il faut toujours faire attention

entre les positions prises par

un gouvernement et là où est

la population de ce même

gouvernement-là sur

ce même enjeu-là.

Il y a plein de choses qui

se font en matière de protection

environnementale, des projets de

protection de rivières, de

communautés où on va, par

exemple, se prendre en mains au

niveau du transport, encourager

l'utilisation du vélo,

de la marche à pied.

La ville de Vancouver

qui veut à toutes fins pratiques

éliminer l'utilisation

du pétrole d'ici 2050...

Qu'est-ce que je suis,

moi, dans la vie?

J'ai tendance à répondre que

je suis un militant. Vraiment,

c'est ce qui me fait vibrer.

Et ça remonte à très loin, quand

j'avais à peu près 5 ou 6 ans.

Je viens d'une petite ville en

Mauricie, en Haute-Mauricie,

qui s'appelle La Tuque et notre

maison était à la frontière

de la ville, aux limites de

la ville, et derrière la maison,

c'était la forêt, les montagnes,

les lacs, et pendant quelques

années, c'était mon terrain

de jeu, ça. Jusqu'au jour

où on fasse place à un nouveau

développement immobilier.

Alors, qu'est-ce qu'ils ont fait?

Eh bien, ils se sont mis à couper

cette forêt-là, qui était

mon terrain de jeu.

Alors, je suis rentré dans

la maison, un peu en état de

panique, puis j'ai dit à ma

mère: Mom, ils sont en train de

couper notre forêt. Pour moi,

c'était ma forêt, c'était mon

terrain de jeu. J'avais une

relation émotive très, très...

très intime avec ce terrain de

jeu là et là ma mère a dit:

"Bien, si tu grimpes

dans un arbre, celui-là,

ils pourront pas le couper."

Avec la permission de ma mère,

même sous les conseils de ma

mère, je suis monté en haut d'un

arbre et je suis resté là

toute la journée, j'ai refusé de

descendre. Cette journée-là, cet

arbre-là, ils l'ont pas coupé.

Éventuellement, ils ont fini par

le couper, mais je pense que ç'a

été un moment, sans m'en rendre

compte à 5 ou 6 ans, et même

un peu plus tard, mais je pense

que ça a forgé un peu ce que

je suis devenu aujourd'hui.

Je suis fondamentalement

optimiste quant à la capacité

de l'être humain de relever

ce défi-là que représentent

les défis environnementaux,

la question des changements

climatiques.

Je pense qu'on a la capacité

technique, technologique, on a

les ressources financières, on a

le savoir-faire pour s'assurer

qu'on va pas léguer à nos

enfants et nos petits-enfants

une planète très mal en point.

Mais on va léguer une planète

quand même avec des problèmes,

et ça, on le sait. Nous sommes

déjà entrés dans l'ère des

changements climatiques. Alors,

je pense que plus ma génération

à moi et celle qui me précède,

on va travailler fort pour

prendre nos responsabilités et

en faire le plus possible, moins

la génération de mes enfants

et de leurs enfants vont avoir à

travailler un problème

qu'ils n'ont pas créé.


STEVEN GUILBEAULT se lève, s'approche du petit téléviseur, tourne un bouton et quitte le studio.

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par