Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Insolite : Joindre les deux bouts et se mettre sur son 36!

Caroline Leal est de retour avec une autre chronique insolite! Connaissez-vous l’expression joindre les deux bouts? Elle est souvent utilisée pour signaler un manque d’argent. Mais pourquoi utilise-t-on cette expression? De quel bout parle-t-on exactement? Puis, l’expression se mettre sur son 36! Au Canada, se mettre sur son 36 veut dire se faire une beauté et porter son plus bel habit. Mais pourquoi le chiffre 36? Est-ce un jeu de mot ou un jeu de mathématique? Vous découvrirez l’origine de ces expressions dans la chronique de Caroline.



Réalisateur: Carine Ouellet
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Titre :
TFO 24.7


CAROLINE LÉAL s'adresse au public de l'émission dans un décor de lampes suspendues.


Pendant l'élocution de CAROLINE LÉAL, des illustrations, des photos et des dessins accompagnent le propos pour donner une couleur humoristique.


CAROLINE LÉAL

L'expression "Joindre les deux

bouts" est souvent utilisée pour

désigner un manque d'argent.

Mais pourquoi est-ce qu'on

utilise cette expression? On

parle de quel bout exactement?

Semblerait-il que l'expression

tire ses origines d'un phénomène

de mode bien particulier et très

populaire au XVIe siècle: la

collerette. La collerette était

un « must » durant la Renaissance.

Si Kim Kardashian avait vécu

durant cette époque-là, elle en

porterait une. Pis Kanye West

aussi, sans doute. Pis...

Attends, je parlais de quoi

encore? La collerette.

La collerette était formée

de pièces en dentelle pliées

et portée autour du cou par

des hommes et des femmes des

classes nobles et populaires.

On l'appelait aussi une fraise.

Possiblement à cause

de sa ressemblance à la tige

d'une fraise. Au fil du temps,

la collerette est devenue un

symbole de frivolité bourgeoise.

Et qui dit "frivolité" dit "gros

col en dentelle"... évidemment.

Cependant, ce n'était pas

tout le monde qui pouvait se

permettre de grandes collerettes

poussant quelques nobles avec

des problèmes d'argent à porter

une serviette autour du cou.

Ces serviettes étaient bien sûr

beaucoup trop petites, alors

on avait beaucoup de misère

à joindre les deux bouts autour

du cou. De là est née l'expression

"Joindre les deux bouts" pour

désigner quelqu'un en manque

d'argent. Pour ce qui est

de la collerette de nos jours,

l'accessoire mode est

plutôt réservé à Fido.


Un chien porte une collerette.


CAROLINE LÉAL

Au Canada, si on dit "Se mettre

sur son 36", ça veut dire se

faire une beauté et porter son

plus bel habit. Pour certaines

personnes, cela signifie

peut-être porter un tuxédo bleu

poudre ou se maquiller avec une

quantité industrielle de fard

à joues. Mais pourquoi est-ce

qu'on utilise le chiffre 36?

Est-ce un jeu de mots ou

est-ce un jeu de mathématique?

Voyez-vous, quand on veut

paraître à son meilleur,

on va porter quelque chose

de nouveau ou de neuf.

Et qu'est-ce qui est plus neuf

que neuf? 4 X 9 qui font 36.

Est-ce que vous me suivez

toujours? En France, on utilise

l'expression "Se mettre sur

son 31", mais on ne connaît pas

exactement l'origine

de cette expression.

On pense que ça date du

Moyen-Âge où l'on utilisait le

trentain, un drap très raffiné

composé de 30 X 100 fils et

destiné aux vêtements de luxe.

Ce tissu était réservé aux gens

riches. Le reste du peuple ne

connaissant pas trop le tissu a

commencé à mal prononcer le nom,

disant "31" au lieu de trentain.

Le terme "Se mettre sur"

voulait dire se vêtir,

et de là est née l'expression

"Se mettre sur son 31."

On pense aussi que le 31

fait référence à la fin du mois,

quand la plupart des gens

reçoivent leur chèque de paye

et sont en mesure de bien

s'habiller. Quelle étymologie

est la bonne? On ne le saura

peut-être jamais, mais une chose

est claire; dorénavant,

je vais dépenser mon chèque

de paye en robe de bal.



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par