Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Le tarois... Le français des Franco-Ontariens?

Les Franco-Ontariens ont-ils une langue à eux? Si oui, devrait-on lui donner un nom? Hélène Koscielniak, écrivaine et ancienne enseignante, a choisi d’appeler cette langue le tarois. Elle souhaite que les Franco-Ontariens soient fiers de ce qu’ils sont en parlant une langue qui les représente sans se faire rabrouer en se faisant dire qu’ils ne parlent pas le « bon français ». Selon elle, le tarois est un type de français non écrit. C’est une langue orale uniquement, qui représente les Franco-Ontariens et particulièrement ceux du Nord.



Réalisateur: Caroline Leal
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION


HÉLÈNE KOSCIELNIAK, une auteure, s'assoit sur le divan en studio, elle s'adresse directement au public de l'émission.


HÉLÈNE KOSCIELNIAK

Une langue, c'est l'expression

d'une culture. Alors, ce que

l'on vit chez soi, on l'exprime.

C'est notre communication.

Le tarois ne sera pas

une langue qui va diviser

les Franco-Ontariens.

Ce que moi, j'ai nommé le

tarois, je dirais que ce sont

les Franco-Ontariens du nord

de l'Ontario. Par contre, il y a

beaucoup d'expressions qui font

partie du tarois que l'on entend

À travers l'Ontario

chez les Franco-Ontariens.

Pour nommer notre langue,

il fallait nécessairement lui

donner un nom. Alors, j'ai

choisi le tarois, parce que ça

vient de l'expression "ontarois"

qui était le nom que l'on nous

donnait avant de nous avoir

baptisés les Franco-Ontariens.

Je voulais nommer notre

langue, parce que j'ai pensé

spécifiquement au

Nouveau-Brunswick où plusieurs

Néo-Brunswickois parlent le

chiac et ils sont fiers de leur

langue. Et moi, je me disais:

"Pourquoi est-ce que nous,

on ne serait pas fiers

de notre langue?"

Le tarois est une langue orale.

Ce n'est pas une langue écrite.

C'est un mélange d'ancien

français, de français standard,

d'anglais, d'anglicismes.

Certains mots aussi que nous

avons intégrés dans notre langue

viennent de la langue indienne.

Jamais, jamais chez nous on

n'entendrait une question d'un

adolescent à l'autre qui lui

dirait: "Bien, bonjour, Maxime.

Ça va bien ce matin?

Comment est allée ta partie

de hockey hier soir?"

On entendrait: "Hé! Max.

What's up? Comment ça va?

Comment s'est allée ta

game hier?"

Et je me suis dit: il faudrait

la nommer cette langue-là

pour lui donner une certaine

légitimité. Mais c'était aussi

pour autant que possible

minimiser ou même faire

disparaître cette insécurité

linguistique là que nous

avons à parler notre langue.

Une langue, ça comporte

un vocabulaire, ça comporte

une grammaire. Un accent, c'est

plutôt relié au ton de voix,

à savoir où on met l'importance

sur quelle syllabe par exemple.

Si on compare un Français

qui arrive de la France avec une

personne qui parle strictement

le tarois, les deux langues sont

tellement différentes que je

suis pas certaine que les gens

finiraient par se comprendre.

Les gens depuis longtemps

ressentent tellement

d'insécurité face à cette

langue-là. Surtout ceux qui ne

peuvent pas s'exprimer et en

français standard de façon

courante. On leur a tellement

dit que leur langue n'est pas

bonne, que c'est du mauvais

français. Si on pouvait

développer une certaine fierté

de la façon dont on communique,

je pense que ça aiderait

nos personnes.

Les puristes sont totalement pas

d'accord avec moi. Ces gens-là

trouvent que ce serait presque

une abomination d'accepter

le tarois. Tandis que les autres

qui, de jour en jour, parlent

le tarois, eux me disent:

"Ah! Hélène, ça fait longtemps

que quelqu'un aurait dû dire

cette réalité-là."

Je n'ai pas de réponse

à apporter à savoir si on

devrait officialiser la langue

du nord de l'Ontario, mais je

voudrais quand même que l'on

puisse être fiers de ce que nous

sommes et qu'on puisse exprimer

ce que l'on est et notre

culture. Et que ce soit accepté,

que ce ne soit pas une langue

qui est rabrouée et qu'on se

fasse continuellement dire

que c'est pas du bon français.

C'est un type de français.

C'est le tarois.


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par