Universe image Ciné TFO Universe image Ciné TFO

Ciné TFO

Watch the best movies on CinéTFO! Enjoy our selection of free movies to discover (again) classics and the best works of contemporary auteur films. For movies airing on TV, take a look at our CinéTFO Passport !

Share

Video transcript

Young Werther

Ismael and his friends are trying to find out what led their friend Guillaume to commit suicide. During the investigation, he falls in love with Miren, who was also the object of Guillaume´s affection.



Réalisateur: Jacques Doillon
Acteurs: Ismaël Jolé-Méhébhi, Thomas Brémond, Simon Clavière
Production year: 1992

Accessibility
Change the behavior of the player

video_transcript_title-en

Début générique d'ouverture


Titre :
Le jeune Werther


JESSICA sort de l'école et interpelle ISMAËL. Ensemble, ils vont s'asseoir dans la cour.


JESSICA

Ismaël? Je peux te parler?


ISMAËL

Oui.


JESSICA

C'est pas pour moi.


ISMAËL

C'est Elsa? Elle t'a téléphoné?


JESSICA

Non, c'est pour Faye.


ISMAËL

Qu'est-ce qu'elle veut, Faye?


JESSICA

Bien, tu devines, non?

Sortir avec toi.


ISMAËL

Bof... Moi, ça me dit rien.

Dis-lui que je suis pas libre.


JESSICA

Justement, on se demandait

si tu sortais encore avec Elsa.


ISMAËL

En principe, oui.


JESSICA

Qu'est-ce que ça veut

dire "en principe"?


ISMAËL

Il faut que je l'embrasse

toutes les deux minutes,

alors ça devient chiant.


JESSICA

C'est pas ce qui se dit.


ISMAËL

Je m'en fous de ce qui se dit.

De toute façon, Faye, je sais

même pas si elle a 13 ans.


JESSICA

Si, elle les a.


ISMAËL

Bien, on dirait pas, hein.


JESSICA

(Se levant)

Quand on l'est pas, vous vous

moquez, et quand on en a, vous

vous foutez de nous aussi.

Vous êtes chiants, enfin.


ISMAËL et JESSICA marchent ensemble dans la cour.


ISMAËL

J'ai rien compris à ce

que tu as dit.


JESSICA

Tu sais très bien.

Non, j'ai rien pigé.


ISMAËL

C'est des trucs qui se disent

qu'entre filles.

Tu devrais comprendre.


ISMAËL

Je comprends toujours pas.

Enfin, c'est pas grave.


JESSICA

Quand on est pas formés, vous

vous moquez de nous, et quand on

a de la poitrine, c'est pareil.

Voilà, c'était pas compliqué.


ISMAËL

J'avais pas compris et

je me moquais pas de ça.

Je demandais juste son âge.


JESSICA

Si, tu avais compris.


ISMAËL

(Riant)

Oui, j'avais compris.

Je voulais savoir comment

tu allais le dire.


JESSICA

Tu es vraiment con!


THÉO

Embête pas mon pote.


JESSICA

On parle. Tu peux nous

laisser, s'il te plaît?


THÉO

Oui.


ISMAËL

C'est peut-être une fille

bien, mais j'ai pas envie

de sortir avec elle.


THÉO rejoint MIRABELLE qui est assise plus loin.


MIRABELLE

Qu'est-ce qu'elle voulait,

Jessica?


THÉO

Bien, il va me le dire.


MIRABELLE

Elle veut sortir avec?


THÉO

Je sais pas.


ISMAËL et JESSICA continuent de discuter en marchant dans la cour.


JESSICA

Et puis, ça fait longtemps

qu'elle est amoureuse de toi.


ISMAËL

Oui, mais je vais pas me

forcer. Sortir pour sortir,

c'est pas mon genre.

Même si je ne sortais plus avec

personne, quoi. Tu comprends?

Si je sortais avec elle, je

casserais dans les trois jours.

Et ça se fait pas.


JESSICA

Non.


ISMAËL

Tu sais, au début,

j'ai cru que tu étais venue

pour me demander de sortir

avec toi. Pourquoi tu souris?


JESSICA

Parce que c'est pas possible.


ISMAËL

Parce que je sors avec Elsa?


JESSICA

Non, c'est pas possible.


ISMAËL

Je t'ai jamais vu

avec un garçon.

Tu es amoureuse?


JESSICA reste muette et sourit.


ISMAËL

C'est pas compliqué à dire.

Je te demande pas qui.

Je t'ai bien dit que j'étais pas

amoureux de Faye, moi.


JESSICA

Oui, mais c'est plus difficile

de dire si on est amoureuse

que si on l'est pas.


ISMAËL

Oui.


JESSICA

Forcément, c'est

un type super mignon.


ISMAËL

Oui, il a un visage parfait.


ISMAËL

Parce que j'ai pas

un visage parfait, moi?


JESSICA

Lui, c'est plus que parfait.


ISMAËL

J'ai aucune chance, alors?


JESSICA

Ça m'étonnerait.

Je suis amoureuse et

c'est pas près de finir.

Si c'est pas près de finir,

c'est que ça a pas commencé.


ISMAËL

Je suis sûr que tu sors

pas avec ce mec.

Peut-être que c'est parce

que tu sors pas avec lui

que tu es si amoureuse.

Tu crois que tu as une chance?


JESSICA

Je sais pas, mais la dernière

fois, il a attendu d'embrasser

sa copine quand je suis partie.

J'avais le dos tourné,

il l'a pas fait avant.


ISMAËL

Et comment tu as fait pour le

voir si tu avais le dos tourné?


JESSICA

Je les ai vus en reflet dans

la vitre. Ça veut bien dire

qu'il fait attention à moi.


ISMAËL

Il a une copine et il l'embrasse.

C'est ce que je vois, moi.


JESSICA

Peut-être, mais il est délicat.


ISMAËL

Il est pas en quatrième?

Tu peux me dire sa classe?


JESSICA

En seconde. C'est pour ça,

il doit me trouver trop jeune.

Sa copine, elle est comment?


JESSICA

Canon, et pas cancre. Elle est

en seconde d'excellence.


ISMAËL

Tu as aucune chance, alors.


JESSICA

Plus tard, on sait pas.


ISMAËL

Elle est pas marrante,

ton histoire.


JESSICA s'éloigne et ISMAËL rejoint MIRABELLE et THÉO sur le banc, le long du mur.


THÉO

Qu'est-ce qu'elle voulait?


ISMAËL

Que je sorte avec Faye.


THÉO

Et alors?


ISMAËL

Bien alors, rien du tout.

Je vais pas sortir avec Faye.

Je lui ai demandé si, un jour,

elle voudrait sortir avec moi.

Et, comme d'habitude, c'est les

beaux mecs de seconde ou de

première qui l'intéressent.

En plus, c'est les types

qui bossent qui la branchent

le plus.


THÉO

Oh là là... Il faut être hyper

mignon, bosser, et en plus,

être plus âgé qu'elle.

Décidément, on

n'a pas des têtes qui

plaisent, en ce moment.


ISMAËL

Toi, tu as Mirabelle, hein.


THÉO

Oui, mais c'est chiant, à notre âge.


LES ÉLÈVES sont de retour en classe.


ENSEIGNANTE

Donc, on va

faire le tableau...

de ces quatre régimes.

Donc, vous faites comme moi.


On frappe à la porte de la classe.


ENSEIGNANTE

Oui, entrez.


PROVISEUR

Restez assis.

(À voix basse à l'ENSEIGNANTE)

Est-ce qu'on

peut faire sortir Ismaël?


ENSEIGNANTE

Ismaël, s'il te plaît,

Monsieur le Proviseur

voudrait te parler.


ISMAËL se lève et quitte la classe pour suivre le PROVISEUR sous le porche. Une jeune fille attend dehors.


PROVISEUR

Bonjour, Ismaël.


ISMAËL

Bonjour.


PROVISEUR

Vous étiez très ami

avec Guillaume.


ISMAËL

Oui.


PROVISEUR

Mademoiselle est

la soeur de votre ami.


SOEUR DE GUILLAUME

Oui, on s'est déjà vus.


PROVISEUR

Elle voudrait vous poser

quelques questions.

Guillaume ne vous a rien dit

de particulier hier ou

ces jours derniers?


ISMAËL

Sur quoi?


PROVISEUR

Sur ses problèmes...

Il ne vous a parlé de rien?


ISMAËL

Mais non.

Et hier, vous l'avez trouvé

comment?


ISMAËL

Comme d'habitude. On se

voit un peu moins parce

qu'il a redoublé.


SOEUR DE GUILLAUME

Il y avait rien d'anormal?


ISMAËL

J'essaie de me souvenir...


ISMAËL

Je l'ai pas vu hier.


LA SOEUR DE GUILLAUME s'éloigne un peu pour discuter en retrait avec ISMAËL.


SOEUR DE GUILLAUME

Il t'a jamais

parlé d'une guitare?


ISMAËL

Non, pas d'une guitare.


SOEUR DE GUILLAUME

Il t'a jamais

emprunté de l'argent?


ISMAËL

Non.


SOEUR DE GUILLAUME

Il était pas triste pour

quelque chose? Pour quelqu'un?


ISMAËL

Qu'est-ce qui se passe?


La SOEUR DE GUILLAUME prend ISMAËL par la main en marchant sous le porche.


SOEUR DE GUILLAUME

Il sortait avec une fille?


ISMAËL

Qu'est-ce qui se passe?


LE PROVISEUR s'approche.


De nouveau la SOEUR DE GUILLAUME s'éloigne pour parler en retrait avec ISMAËL.


SOEUR DE GUILLAUME

Il s'est tué cette nuit.

Il s'est pendu.


Le PROVISEUR parle à voix basse à la SOEUR DE GUILLAUME qui s'en va tout de suite après. Ensuite, le PROVISEUR discute avec ISMAËL en marchant.



PROVISEUR

Écoute, Ismaël,

je sais que c'est terrible.

Je sais que c'est trop dur

pour vous.

Le lycée est trop grand, je ne

peux pas vous connaître tous.

Je ne connaissais pas Guillaume.

Vous avez envie de parler de lui?

Vous savez, Ismaël, c'est normal

que vous n'ayez pas deviné.

Personne n'a deviné.

Moi non plus, je ne comprends pas.

C'est compliqué à vivre,

la mort d'un ami.


ISMAËL

Il m'avait rien dit.


PROVISEUR

Des choses comme ça, tu y

penses longtemps, longtemps...

Toute la vie, peut-être.

Ce que je crois,

c'est que ça n'a pas à

voir seulement avec la mort.


ISMAËL

Et avec quoi, alors?


PROVISEUR

Avec la vie, malgré

les apparences.

Avec le désir de vivre.

C'est difficile,

puis ce n'est pas clair.

Mais je suppose que,

pour Guillaume,

il devait y avoir quelque chose

qui n'avait pas de prix.

Et qui, malheureusement,

lui a paru inaccessible

et il a préféré

renoncer à tout plutôt

que de vivre un instant sans.


ISMAËL

Vous connaissiez

pas Guillaume.

Ce serait quoi?


PROVISEUR

Je ne sais pas. Sans doute

quelque chose de grand.

Quelque chose

comme l'amour, peut-être.


ISMAËL

Je comprends rien

à ce que vous dites.

Je préfère retourner en cours.


PROVISEUR

Venez me voir

quand vous voulez.

N'hésitez pas.


ISMAËL revient dans la classe.


ENSEIGNANTE

Liberté d'expression

et égalité devant la loi.


THÉO

Ismaël...


ISMAËL

Guillaume...


ENSEIGNANTE

Alors, il y a

aussi l'existence

d'une chambre des députés,

élus au suffrage censitaire.


Dans la rue près de l'école, le groupe d'amis est réunis. Tous ont la mine basse.


SUNNY

Il avait l'air de se foutre

de tout, mais s'en foutre

à ce point-là...


SIMON

Je crois même que,

l'année dernière,

il avait même pas

ouvert ses bouquins

de maths et de physique.


THÉO

Faire redoubler un

type comme ça, c'est

plus que de l'injustice.

C'est de la très

grosse connerie.


MIRABELLE

Ça prouve bien que

les profs, c'est du vent.

Guillaume,

c'était le genre de mec...

...qui était toujours

hors sujet en rédaction.

Il fallait lire les rédacs,

c'était mieux que les sujets.

Il y a mieux à faire qu'étudier,

de toute façon.


ISMAËL

Oui, mais Guillaume,

il lisait plein de trucs.


MIRABELLE

Oui, mais il a quand même

toujours tout fait

pour pas être un intellectuel

comme ses parents.

Moi, j'admirais ça chez lui.


THÉO

C'était pas un type bidon.


MIRABELLE

Non, c'était un révolté.


ISMAËL se lève et s'éloigne.


MIRABELLE

Il faut lui foutre

la paix, à Ismaël.

Ils se connaissaient depuis la

primaire, et lui, il en prend

un gros coup dans la tronche.


ISMAËL et MIRABELLE marchent ensemble.


ISMAËL

Mais qu'est-ce qui

s'est passé qu'on comprend pas?


MIRABELLE

Si le type est sensible avec

des profs et des élèves faits

dans le même moule,

épuisé, parents galère,

tu arrives au désastre

vite fait, hein.


ISMAËL

Tu sais, on était devenus

vraiment copains le jour où

je l'avais laissé jouer goal.

Comme il savait que je voulais

jouer goal moi aussi, il avait

été vachement content.

Et de le voir aussi content,

c'était surtout à moi que ça

avait fait plaisir.


MIRABELLE

J'arrive pas à croire qu'il

se soit tué pour une

histoire de guitare.

Je comprends pas ça et j'aime

pas quand je comprends pas.


ISMAËL

Je m'en fous

de pas comprendre.

C'est plus le revoir

qui est dur.


ISMAËL et MIRABELLE s'assoient dans un escalier où PIERRE est déjà.


ISMAËL

Tu te souviens

comment il souriait?


THÉO

C'était incroyable

comme sourire.


MIRABELLE

C'était plus

qu'un joli sourire.

Mais parler de lui à

l'imparfait, ça fout les boules.

C'est vraiment un sale temps.


ISMAËL

C'est une conjugaison

pour les vieux.


THÉO

Alors, sur lui, on savait rien?


MIRABELLE

Sur toi, tu sais tout?


THÉO

Bien, je connais

des trucs, quand même.


ISMAËL

Je connais des choses.


THÉO

C'est toi qui devais

en savoir le plus

parce que c'est pas moi

qu'ils ont interrogé

chez le Proviseur.


ISMAËL

Tu es jaloux qu'on t'ait rien

demandé? Mais tu es con!

J'aurais préféré que tu voies

sa soeur avec le Proviseur.


THÉO

Non, je suis pas jaloux.

Et c'est toi qui es con.

Tu deviens le héros du lycée

parce que ton meilleur

pote se suicide.

C'est indécent. Tout le monde

veut te raccompagner, les

filles sont en pleurs.

Mais tu joues à quoi, là?


ISMAËL

Si tu le vois comme ça...


THÉO

Ce que je vois,

c'est qu'il est mort.

Et qu'on a pas été brillants

sinon il serait vivant.


ISMAËL

Tu es con! Je me sens

beaucoup plus que merdeux.


THÉO

C'est normal.


THÉO prend son sac et s'en va, suivi de MIRABELLE. ISMAËL se lève aussi. MIRABELLE est restée pour marcher avec ISMAËL.


MIRABELLE

La mort, ça lui fout

les jetons. Il perd les pédales.


MIRABELLE

Quand sa grand-mère est morte,

il est pas allé à l'enterrement.

Il a pas supporté.


ISMAËL

Il a pas tort sur Guillaume.

C'est vrai qu'on le voyait moins.


MIRABELLE

Oui.

Tu sais...

pendant un moment, j'ai été

amoureuse de Guillaume.

Je sais pas, j'avais

tellement peur de lui.

Surtout, j'avais

peur qu'il refuse, alors je

lui ai jamais rien demandé.


ISMAËL

Tu aurais dû lui dire.


MIRABELLE

Oui.

Il faut pas en vouloir à Théo.


ISMAËL

J'ai l'impression

qu'on vit en plus.

À partir de maintenant, on

pourra plus être comme avant.

Moi, j'ai connu que mon

grand-père qui est mort.

Et lui, à son âge,

c'était normal.

Déjà, j'avais beaucoup

de mal à l'avaler.


MIRABELLE

Moi, je me souviens

d'un garçon en CM1,

qui est mort de...

je sais plus trop quoi.

On a désinfecté la classe,

et puis après...

on a plus jamais parlé de lui,

comme s'il avait jamais existé.


ISMAËL

Mais c'était pas un copain

comme Guillaume.


MIRABELLE

Non. Ils foutent les

boules avec leurs

histoires de millions d'années.

Nous, on est là

que pour une goutte de temps.

Et lui, il a trouvé

que c'était trop long, déjà.


ISMAËL

Le premier qui déprime,

il appelle l'autre.

Tu en parles chez toi?


MIRABELLE

Je sais pas.

OK, salut.

Et puis, appelle Théo.


ISMAËL

Oui, d'accord.


MIRABELLE et ISMAËL partent chacun de leur côté.


Le lendemain, à l'école, le petit groupe d'amis se réunit dans la cour.


ISMAËL

Cette histoire de guitare,

qu'est-ce que ça veut dire?

Il faudrait comprendre, aussi.


JESSICA

Quelque chose avec les types

de sa classe ou avec les

profs. On sait pas.


THÉO

Je peux aller en discuter avec

un des mecs de sa classe,

on verra ce que ça donne.


ISMAËL

Guillaume est jamais sorti

avec une fille du lycée.

Ça peut peut-être venir de là.

Une histoire avec une fille

qu'on connaissait pas et

qui aurait mal tourné.


SIMON

Qui a mal tourné?

La fille ou l'histoire?


PIERRE

Mais l'histoire,

espèce d'abruti.


ISMAËL

De toute façon, nos

histoires avec les filles

finissent toujours mal. Donc,

c'est plutôt un soulagement.


MIRABELLE

C'était pas un type

qui devait aimer être amoureux.


ISMAËL

C'est pas sûr.

L'année dernière, il m'avait

montré la photo d'une fille

et m'avait demandé ce

que j'en pensais. Non, même pas.

Il m'avait juste montré la

photo de la fille. Après, j'ai

vu qu'il voulait plus en parler,


PIERRE

Alors j'ai laissé tomber.


MIRABELLE

Elle était bien, la fille?


ISMAËL

Sur la photo, elle

était vraiment jolie, oui.

Et blonde, ça, j'en suis sûr.


MIRABELLE

Oui puis avec les yeux

bleus, pendant qu'on y est.


SIMON

Oui, les blondasses, ça fait

toujours bander les "blackos".


ISMAËL

Tu es pas drôle. Et, en plus,

il était même pas métis.

C'est con ce que tu dis.


THÉO

On a le droit d'aimer

dire des conneries.

Et c'est quand l'enterrement?


FAYE

C'est demain.

Il y a sa classe qui y va.


MIRABELLE

Toute la classe de ceux qui

s'en foutaient de lui. C'est

encore un beau truc hypocrite.


SIMON

C'est sûr qu'on devrait pas y aller,

à l'enterrement, quand même?


THÉO

Pour voir la gueule

de ses parents? Non, merci.

Et puis, il y a

qu'Ismaël qui peut y aller.


ISMAËL

On ira plus tard,

quand il y aura plus

personne d'autre que nous.

On va faire des

têtes, Pierre?


PIERRE

Oui, oui.


PIERRE et ISMAËL s'éloignent pour jouer au ballon.


Le groupe entre dans une salle de classe vide et s'assoient pour discuter. Un élève de la classe de GUILLAUME se joint au groupe.


THÉO

Sur la guitare, il sait rien,

mais il y a autre chose

qu'on savait pas.


ISMAËL

Et c'est quoi?


SUNNY

Il s'était fait virer

par le prof de physique

parce qu'il avait refusé

de payer des éprouvettes

qui avaient été volées.


JESSICA

Oui? Par qui?


SUNNY

On sait pas.

Personne s'est dénoncé, alors

le prof a décidé que tout

le monde paierait.


MIRABELLE

Il faut être con

pour voler des éprouvettes.

Qu'est-ce que tu veux

foutre de ça?

À part pisser dedans...


SUNNY

Tout le monde a payé sauf

deux. Et dans les deux,

il y avait Guillaume.


THÉO

Et c'était combien?

20 francs. Le prof voulait

que chacun donne 20 francs.

Et Guillaume a refusé.

Le prof était furieux

et il a décidé que les coupables

s'étaient désignés.


THÉO

Mais c'est dégueulasse.


SUNNY

Oui, mais du coup, il

les a accusés du vol.

Il les a fait virer

pour trois jours.

Guillaume, ça le faisait plutôt

marrer. Enfin, c'est comme ça

qu'il l'a pris.


MIRABELLE

C'est vraiment salaud.

Ça prouve pas que tu as volé

de pas payer.

Au contraire, celui

qui a volé, il a dû payer.


SUNNY

Le prof a dit

que c'était un aveu.


SIMON

Ça vous arrange,

un prof bien con, non?


THÉO

C'est Guillaume

que ç'a pas dû arranger.


SUNNY

Bon, bien, salut.


ENSEMBLE

Merci, salut.


SIMON

Votre espèce de procès,

c'est truqué d'avance.

On va dire que c'est le lycée,

les cons de profs, les parents.

Moi, je dis qu'on n’a

rien vu arriver et que

les connards, c'est nous.

On n’était même pas au courant

qu'il s'était fait virer.

(S'adressant à ISMAËL.)

Tu étais au courant, toi?


ISMAËL

Non, même pas.


SIMON

Nous, on compte bien plus

que les profs, normalement.

Alors, on est bien

plus responsables.


PIERRE

On veut rassembler des

informations et entendre

tout ce qu'on peut.

Après, on pourra

se faire une opinion.


SIMON

Et l'autre coupable,

c'est Guillaume.


MIRABELLE

(Se levant pour gifler SIMON)

Mais tu es con ou quoi!


PIERRE

Mais calme-toi, il

peut dire ce qu'il veut.


ISMAËL

Même si ça plaît pas.


SIMON

C'est pas nous qui nous

intéressions plus à lui,

c'est lui qui s'intéressait

plus à nous.

La preuve, il serait passé

en quatrième, comme nous.

Il nous a laissé tomber.


PIERRE

Et la souffrance d'un mec qui

se suicide, tu la vois pas, toi?

Parce que, moi, je vois que ça.


ISMAËL

On n’a rien su, on s'est aperçu

de rien. On est des nuls.

S'il y a un con de prof et

si on l'a pas vu, moi, comme

copain, je me sens très con.


SIMON

C'est pas du genre à se

laisser miner par un prof.

Je pense tout le contraire.

Une belle injustice, c'était pas

fait pour lui déplaire.

Ça donne du courage.


FAYE

Courage de se suicider...


MIRABELLE

Moi, je pense tout le

contraire de ce que tu penses.

Les conneries,

à la longue, ça use.

S'il y a un con de prof, il y a

pas de raison pour qu'il paye

pas. C'est trop grave.


SIMON

J'ai jamais dit que le prof

était pas un enculé.


ISMAËL

Si c'est Simon qui a raison,

qu'est-ce qu'on fait?


MIRABELLE

Qu'est-ce que tu veux faire?


ISMAËL

Je sais pas, toi?


MIRABELLE

Bien, lui casser la gueule.


THÉO

C'est vraiment

un salaud de prof.


ISMAËL, THÉO et FAYE marchent ensemble dans la rue.


ISMAËL

On sait même pas

comment elle s'appelle.


FAYE

Bien, eux non plus, ils ne

doivent pas le savoir.

Je peux inventer

n'importe quel prénom.

Et je peux parler de la guitare

pour dire que les copains de

Guillaume voudraient comprendre.


ISMAËL

J'ai un compact

que Guillaume m'avait prêté.

C'est de Morrison.

Ça me rend triste de lui rendre.


ISMAËL s'assoit sur un bloc de ciment. FAYE s'accroupit devant lui.


FAYE et ISMAËL reprennent la marche.


FAYE

Je vais quand même

essayer de voir sa soeur.


ISMAËL

Oui, mais tu les emmerdes pas,

hein. Si elle est pas là

ou si tu vois que tu déranges,

tu restes surtout pas.


FAYE

Oui. Mais elle sera peut-être

contente de voir que les copains

de son frère pensent à lui.


FAYE

Tu vas parler de lui avec elle?


ISMAËL

Tu lui dis aussi que nous

non plus, on supporte pas.


FAYE

OK.


ISMAËL

Dis-lui aussi qu'on a pas osé

aller à l'enterrement,

mais que c'était

pour pas les embêter.


ISMAËL et FAYE arrivent devant la bâtisse où loge la famille de GUILLAUME.


ISMAËL

C'est au quatrième, à gauche.

Si tu vois que c'est dur, tu me

téléphones ce soir, d'accord?


FAYE

Tu m'attends pas?


ISMAËL

Non, il faut que j'aille à la maison.

Il faut que je garde ma soeur.


FAYE

Essaie de m'attendre.


ISMAËL

Bon, d'accord.


ISMAËL laisse entrer FAYE dans la maison et retourne vers la rue. ISMAËL aperçoit THÉO qui attend.


ISMAËL

Pourquoi tu traînais derrière?


THÉO

J'attendais que tu te

débarrasses de Faye.

Elle est bien gentille,

mais elle en rajoute un peu.

Toi, tu perds ton humour

et tu deviens tout sentimental

avec tout le monde.


ISMAËL

Qu'est-ce que tu racontes?

Je suis pas amoureux de Faye.


THÉO

Je sais, mais profondément,

tu es quand même un sentimental.


ISMAËL

Si tu veux,

mais il y a pas de mal à ça.


THÉO

Et son CD de Morrison, tu vas

le redonner à ses parents?


ISMAËL

On peut se le partager. On

peut le garder une semaine

chacun ou un truc comme ça.


THÉO

Ou on le file à

la première fille canon

qui veut sortir avec nous.

Enfin, non. À la première un

peu jolie qui veut coucher

avec nous, c'est mieux.

On pensait que c'était un type

costaud, on devrait s'apercevoir

que c'était un mec

plutôt faible.

Mirabelle, elle gueule

tout le temps sur tout,

au moins, elle a les

couilles de vivre.

Bon, je vais me tirer. Salut.


ISMAËL

Salut.


THÉO s'en va. ISMAËL va devant la porte devant la bâtisse, attend un moment et s'en va aussi. [Le soir venu, ISMAËL écrit à la bonbonne les mots « Viré 3 jours » sur un muret sous le porche de l'école.


ISMAËL

Bon. "Viré 3 jours..."

"Mort pour toujours."


Les mots « Mort pour toujours » sont écrits sur le muret perpendiculaire.


PIERRE aide ISMAËL à terminer la phrase. PIERRE et ISMAËL déposent leurs bonbonnes sur le sol et s'éclipsent en courant.


Le petit groupe se retrouve dans un corridor de l'école.


MIRABELLE

C'est bien, mais

rien ne prouve que

le prof se sent coupable.

C'est qu'une étape.


PIERRE

Oui, mais pour Guillaume,

il fallait le faire.


JESSICA

En tout cas, si le prof

demande à être muté, on saura.


SIMON

Oui, oui s'il se suicide,

pendant que tu y es.


FAYE

J'ai vu sa soeur.

Elle m'a montré sa guitare et

ils pensent qu'il y a eu

un chantage avec...

ou qu'elle aurait été volée

parce qu'il voulait la revendre.

Ou qu'il se droguait,

ou je sais pas trop quoi.


MIRABELLE

Pourtant, il touchait à rien.


FAYE

Et la fille dont Guillaume

t'a montré la photo...

Sa soeur, elle sait

rien là-dessus.


JESSICA

Comment on va faire pour la

retrouver, cette fille?


ISMAËL et PIERRE s'assoient en retrait.¿ [ISMAËL

Guillaume allait

à l'église le dimanche,

mais c'était pour

regarder les filles.

Enfin, plutôt le cou des filles,

en espérant qu'elles finissent

par se retourner.

Ce qui l'excitait,

aussi, c'était de croiser

le regard d'une inconnue.

Surtout si elle était jolie.


FAYE

C'est bizarre.


ISMAËL

On pourrait faire la sortie

des églises, dimanche.

Il y en a pas 50

dans le quartier.


PIERRE

Oui.


ISMAËL

Avec un peu de chance,

je vais la reconnaître.


Dehors, FAYE marche seule et s'arrête devant ISMAËL, assis près d'une grille.


FAYE

Salut.


ISMAËL

Salut.


FAYE

Sur ton copain, vous avez

appris quelque chose?


ISMAËL

Non, mais je crois de plus

en plus à une histoire de fille.

Il a l'air vachement

bien, ton copain.


FAYE

Ça vient juste

de commencer. On va voir.

J'espère que ça va durer.


ISMAËL

J'aime bien quand tu souris.


FAYE

Et Guillaume,

avec ses parents?


ISMAËL

Rien. Ils sont pas comme

tous nos parents,

ils sont pas séparés.

Mais sa mère, elle avait

l'air un peu morte.

Elle regardait la vie de loin,

mais sans se mélanger avec.

Tu imagines ce que ça doit

être, en ce moment?

Et toi?


FAYE

Quoi, moi?


ISMAËL

Avec tes parents?


FAYE

Avec ma mère, ça va bien,

mais elle veut pas divorcer.

Mon père, lui, pense qu'à ça.

Sa vie, c'est le divorce.

Sur la table à manger, à chaque

fois que je vais le voir,

il y a tous les papiers

du divorce.

C'est quelqu'un de bien,

mais pas sympa avec ma mère.


ISMAËL

Moi, la mienne,

elle vit seule.

Elle n'a plus de mec

depuis cinq, six ans.

C'est une catastrophe.

En plus, elle fait

un boulot de merde.

J'ai essayé de lui

trouver quelqu'un,

mais déjà que pour soi,

c'est pas facile,

alors pour les autres...


FAYE

Il s'est jamais plaint d'eux?


ISMAËL

Non.

Mon père me disait toujours,

quand j'étais petit, que si

je foutais rien à l'école,

je deviendrais balayeur. Mais je

m'en foutais parce que je

voulais être balayeur.

J'aimais bien le bruit du balai

dans l'eau. C'est vrai.


FAYE

Bon, je file en cours, sinon

je vais devenir putain

qui sort de prison.


ISMAËL

OK. Salut.


FAYE

Salut.


PIERRE et ISMAËL rejoignent THÉO et SIMON sur une place publique.


ISMAËL

Salut.


THÉO et PIERRE

Salut.


SIMON

La fille, elle est blonde,

blonde, ou blonde autrement?


ISMAËL

Bien, je sais pas.

Sur la photo, elle était blonde.

On cherche pas n'importe qui,

c'est déjà pas mal.


SIMON

Bon, bien nous, on

fait St-Marcel, St-Jacques

et St-Étienne-du-Mont, c'est ça?


PIERRE

Oui, et nous

on fait St-Sulpice,

St-Médard et St-Séverin.


SIMON

OK. Bon, bien

alors, à tout à l'heure.


ENSEMBLE

Salut.


PIERRE et ISMAËL partent dans une direction tandis que SIMON et THÉO partent dans la direction opposée.


Dans une église les fidèles chantent des cantiques. SIMON se mêle aux fidèles avec THÉO.


CHOEUR

♪ Rendez grâce au Dieu des cieux ♪

♪ Tous ses dons sont merveilleux ♪

♪ Sa bonté dure à toujours ♪

♪ Éternel est son amour ♪


SIMON

(Chuchotant)

Elle est mignonne.


THÉO

(Chuchotant)

Oui, mais elle est pas blonde.


SIMON

(Chuchotant)

Tu es sûr?


THÉO

(Chuchotant)

Arrête, on va pas

tenir si tu déconnes.


SIMON

(Chuchotant)

Je déconne pas,

elle est vraiment mignonne.


THÉO

(Chuchotant)

On cherche une blonde.


SIMON

(Chuchotant)

Pas moi, vous êtes racistes.


PRÊTRE

Au nom du Père

et du Fils et du Saint-Esprit.


FIDÈLES

Amen.


PIERRE et ISMAËL sortent d'une église.


PIERRE

Il y a vraiment rien

que des boudes.

Je comprends qu'il

y ait une crise de la foi.

Tu crois qu'il y a

des cathos qui sont jolies?


ISMAËL

J'en sais rien,

je suis pas spécialiste.


PIERRE

Remarque, c'est con

ce que je dis.


ISMAËL

Oui.


PIERRE

Pourquoi il y aurait

pas de cathos sexy?

Jeanne d'Arc, c'était une bombe.


ISMAËL

Qu'est-ce que tu en sais?


PIERRE

Bien, ils l'auraient pas cramé

si elle avait pas été

hyper jolie.


ISMAËL

Tu cherches à être drôle, là,

ou quoi? C'est pas la peine.

Laisse ça à Simon parce que

toi, c'est toujours con et nul,

ce que tu racontes.


ISMAËL et PIERRE entre dans une église et s'assoient en regardant autour d'eux.


UNE FEMME

(Voix au loin)

Prions, Seigneur.

Je suis entrée dans ta demeure

pour entendre ta parole.

Créateur, Sauveur

éternel, au nom du Saint-Esprit,

pardonne nos péchés.


Dans les rangées, une fille blonde fait dos à ISMAËL. La fille se retourne pour le regarder.


UNE FEMME

(Voix au loin)

Que ton Nom soit sanctifié.

Amen.


ISMAËL

(Chuchotant)

Pierre, va chercher

Théo et Simon. Grouille-toi.

Ils doivent être à St-Marcel.


PIERRE se lève et sort de l'église.


ISMAËL ne quitte pas la fille du regard.


À la sortie de l'église, la fille marche avec sa mère et un homme.


Les garçons sont déjà sur le parvis de l'église et dès que les dépasse, les garçons se mettent en marche.


MIREN et sa famille tournent un coin et entrent dans un immeuble. Les garçons suivent derrière, mais restent dans la rue, près d'une fenêtre entrouverte.


PIERRE

Si elle habite juste en face

de chez Guillaume, c'est

que c'est elle, hein.


THÉO

Tu as raison, c'est certain.


ISMAËL

Calmez-vous. C'est peut-être

à cause d'elle que Guillaume

s'est suicidé, aussi.


THÉO

On en sait rien.


PIERRE

Non, on en sait rien.


THÉO

Et puis, tu as vu où

elle habite?

C'est sûr que c'est elle.

Et c'est toi qui l'as reconnu,

c'est pas moi.


SIMON

Bon, alors, qu'est-ce qu'on fait?


ISMAËL

On va réfléchir à un plan.


THÉO

Déjà, on sait où elle habite.


PIERRE

Oui, il faut l'aborder

et la cuisiner.


THÉO

Quand tu veux.


ISMAËL

Oui, du calme, hein.

On fera ça plus tard.


PIERRE

C'est vrai qu'elle est jolie.


ISMAËL

Oui.


THÉO

Oui, tu parles.


ISMAËL

Il faut aussi

en parler aux filles.


THÉO

C'est toi qui en parles

à Mirabelle.

Moi, j'y tiens pas trop.


SIMON

Oui, on lui dira

comment tu étais excité.


THÉO

Essaye de faire ça.


ISMAËL

On y va?


SIMON

Oui.


ISMAËL attend dissimulé dans une entrée près de chez MIREN et jette des regards furtifs pour ne pas manquer le passage de la FILLE DE L'ÉGLISE.


MIREN sort d'une allée. ISMAËL se retourne face à la porte pour faire comme s'il attendait qu'on ouvre, le temps que MIREN passe derrière lui.


MIREN marche sur le trottoir et ISMAËL la suit.


MIREN descend un escalier mécanique qui mène à une station de métro. ISMAËL suit toujours.


ISMAËL suit MIREN à la sortie d'une autre station de métro.


Dehors, devant un collège un groupe d'étudiants est rassemblé. MIREN rejoint le groupe.


FILLE 1

Salut.


MIREN

Ça va?


FILLE 2

Très bien.


MIREN

À tout à l'heure.


FILLE 1

Finalement, mon petit frère--


ISMAËL surgit entre les deux filles dès que MIREN s'éloigne.


ISMAËL

Elle s'appelle comment,

cette fille?


FILLE 1

Pourquoi?


ISMAËL

Je veux juste

savoir son prénom.


FILLE 1

Miren.


ISMAËL

OK, merci.


FILLE 2

Qu'est-ce qu'il lui veut?


FILLE 1

Je sais pas.


ISMAËL entre en classe, le cours est déjà commencé.


SIMON

(Lisant)

"Cet état où

l'esprit résiste encore

au blizzard..."


ENSEIGNANT

Vous avez une

bonne excuse pour expliquer

votre retard, Ismaël?


ISMAËL

Je sais pas si c'est une bonne

excuse. Enfin, en tout

cas, pour moi, oui.

J'ai suivi une fille

dans la rue.


ENSEIGNANT

On peut savoir pourquoi?


ISMAËL

C'est un peu difficile

à expliquer.


ENSEIGNANT

Vous êtes amoureux

de cette fille?


ISMAËL

Non, c'est pas moi. C'est

un copain qui devait être

amoureux d'elle.


ENSEIGNANT

Donc, on ne peut pas dire

que vous êtes amoureux

de cette fille?


ISMAËL

Non, on peut pas dire.

En bien, alors, allez

en permanence, Ismaël.


ENSEIGNANT

Je vous tends une perche

et vous voulez pas la saisir.

J'aurais peut-être

admis votre retard,

mais encore

faut-il être amoureux des

filles qu'on suit dans la rue.

Un tout petit peu amoureux.

Allez.


L'ENSEIGNANT reconduit ISMAËL à la porte de la classe et le laisse sortir.


ENSEIGNANT

Simon, on reprend.


Après les cours, MIRABELLE marche sous le porche de l'école.


ISMAËL

Hé, Mirabelle.


MIRABELLE

On a retrouvé la fille.


ISMAËL

Tu sais que Guillaume m'avait

parlé d'une fille, puis

après, plus rien?


MIRABELLE

Oh oui.


ISMAËL

C'est mieux si c'est

une fille qui lui demande.

Nous, on aura l'air de la

draguer, puis elle va

nous envoyer chier.


MIRABELLE

Mais attends, c'est louche,

quand même. Il t'en parle une

fois, puis après, plus rien.


ISMAËL

Mais non, tu

accompagnes, tu la vois,

tu lui parles et comme ça,

on saura si elle connaissait

Guillaume bien ou pas.



MIRABELLE

Moi, j'y crois pas

à cette histoire.


ISMAËL

Mais qu'est-ce

qu'on a à perdre?


MIRABELLE

Si elle le connaissait pas, tu

auras raison, puis on la

laissera tomber.

De toute façon, on traîne

toujours à la sortie des cours.

Surtout toi. Là,

au moins, on aura une

bonne raison de glander.


MIRABELLE

OK, OK.


ISMAËL

Pourquoi tu le dis comme ça?

Personne t'oblige à le faire.


ISMAËL et MIRABELLE entrent dans une classse, suivis de plusieurs élèves.


MIRABELLE s'engage dans l'allée de l'immeuble où habite MIREN. THÉO et ISMAËL, qui l'accompagnent vont attendre de l'autre côté de la rue. MIRABELLE revient sur ses pas et suit les garçons.


Tous les trois attendent près de l'entrée de l'immeuble de la famille de GUILLAUME.


THÉO

Ah, la voilà.


MIRABELLE se lève et va à la rencontre de MIREN.


MIRABELLE

Excuse-moi,

je voulais savoir...

Est-ce que tu connais un garçon

qui s'appelle Guillaume?


MIREN

Qui est-ce qui t'envoie?


MIRABELLE

Un fantôme.


MIREN

C'est le fantôme

qui s'appelle comme ça?


MIRABELLE

Oui.


MIREN

J'aime pas les histoires de

fantôme, puis je ne connais

pas de Guillaume.


MIRABELLE

Tout le monde connaît

au moins un Guillaume.


MIREN

J'en ai eu un dans ma classe

il y a deux ans, mais il

était pas intéressant.

Ton Guillaume,

je le connais pas.


MIREN

Ça m'étonne pas,

tu es pas le genre.


LA MIREN poursuit son chemin et MIRABELLE retourne vers les garçons.


MIRABELLE

Elle connaît pas Guillaume.


ISMAËL

Pourtant, c'est la

fille de la photo.


MIRABELLE

Peut-être que tu t'es gouré?


ISMAËL

Non, je me suis pas

trompé, j'en suis sûr.


MIRABELLE

Pourquoi cette fille,

elle mentirait?

On a rien su, on a rien

fait depuis le début.

On saura jamais

comment il est mort.

Parce qu'il était le moins nul?

Peut-être qu'il est

mort pour ça, parce

qu'il était le moins nul.


THÉO

Tu es dure pour nous.


MIRABELLE

Maintenant, je suis sûre qu'il

devait en avoir marre de nous.


THÉO

Tu es sûre de rien. Comment on

pourrait être sûrs de ça?


MIRABELLE

J'exagère, comme d'habitude?


THÉO

Oui, comme d'habitude.


MIRABELLE

Tu la trouves intéressante, ta vie?


THÉO

Ça pourrait être bien pire,

et des fois, je la trouve pas mal.


ISMAËL

La question, elle est pas là.

On parle de la fille.

Elle connaissait Guillaume

puisqu'il avait sa photo.

Et il connaissait son nom,

aussi, il me l'avait dit.

C'était compliqué.

Ça commençait

comme celui de Mirabelle.

"Mi" quelque chose...

Ça ressemblait à Murène.

Peut-être Miren.

Ça pourrait bien être Miren.


THÉO

C'est un prénom, ça?


ISMAËL

Si elle s'appelle comme ça,

elle pourra pas dire qu'elle

le connaissait pas.

En tout cas, maintenant, c'est

trop tard. Elle est trop loin.


MIRABELLE reprend son sac resté par terre et s'approche d'ISMAËL. THÉO est plus loin.


MIRABELLE

Tu crois vraiment

à cette fille?


ISMAËL

Je sais pas.


ISMAËL prend ses affaires et suit MIRABELLE qui a pris les devants.


ISMAËL est seul, assis dans la cour de l'école.


FAYE

Je peux te parler?


ISMAËL

Si tu veux.


FAYE

Tu peux me raccompagner

chez moi, tout à l'heure?


ISMAËL

Non, je peux pas.

J'ai promis à ma mère que

je rentrerais de bonne heure.

Jessica t'a dit?

Je veux pas sortir avec toi.


FAYE

Je croyais qu'on commençait

plus ou moins à sortir ensemble.


ISMAËL

Qu'est-ce qui t'a fait penser ça?


FAYE

L'autre jour,

quand tu allais pas très bien,

tu m'as pris la main et

on est restés main dans la main.


ISMAËL

C'est toi qui m'as pris

la main. De toute façon,

je t'ai pas embrassé.


FAYE

Embrasser, ça vient après.


ISMAËL

Je t'aime bien

comme copine, mais pas

au point de sortir avec toi.

Je veux pas te faire

de peine, c'est tout.


FAYE

Tu veux pas

réfléchir encore un peu?


ISMAËL

Non, ça servirait à rien.


FAYE

Tu peux pas savoir si tu seras

jamais amoureux de moi.

Ça peut prendre trois jours,

peut-être plus...


ISMAËL

Ce serait plus...


FAYE

Même si je suis

amoureuse de toi?


ISMAËL

Même si tu es amoureuse de

moi. De toute façon, amoureuse,

qu'est-ce que ça veut dire?


FAYE

Je pense à toi souvent.


ISMAËL

Tu as pensé combien de fois

à moi, aujourd'hui?


FAYE

J'ai pas compté, mais souvent.


ISMAËL

Combien de temps, aussi?


FAYE

La moitié du cours d'anglais.


ISMAËL

Mais il est tellement chiant

que c'est pas très difficile.


FAYE

Ça t'arrivera,

tu te moqueras moins.


ISMAËL

Je me moque pas.


FAYE

Si. Je pense à toi

presque tout le temps, que

le cours soit chiant ou pas.



ISMAËL

Moi pas, et je vais

pas me forcer.

Surtout qu'en ce moment,

ce serait pas très honnête.


FAYE

Pourquoi "en ce moment"?


ISMAËL

Parce que...


FAYE

"Parce que" quoi?


ISMAËL

J'ai rencontré une fille.


FAYE

Tu sors déjà avec

une autre fille après Elsa?


ISMAËL

J'ai pas dit ça, t'écoutes

pas ce que je dis. J'ai dit

que je l'avais rencontrée.


FAYE

Qu'est-ce qui s'est

passé avec cette fille?


ISMAËL

Rien, il s'est rien passé.


FAYE

Tu sors pas avec, alors.

Non, je sors pas avec.

J'ai pas dit ça.


JESSICA est venue s'asseoir près de FAYE. Les deux filles se lèvent et partent en se tenant par la main.


Dès que JESSICA et FAYE s'éloignent, MIRABELLE s'assoit près d'ISMAËL.


MIRABELLE

Tu as raison.

Je dis pas ça contre Faye, mais

sur le principe, tu as raison.

Personne doit rien à personne.

Et Elsa, tu as plus

de nouvelles?


ISMAËL

Je lui parle plus.

Elle m'intéresse plus.

Quelqu'un qui t'envoie pas

sa copine ou pas un petit mot

pour te le dire, franchement,

comme fille, c'est pas intéressant.

Enfin, je trouve.


MIRABELLE s'en va et ISMAËL reste seul.


Plus tard, PIERRE, SIMON et ISMAËL sont assis sur le bord d'un trottoir.


ISMAËL

(Pointant une direction)

Elle arrivera

de là-bas, sûrement.

Je vous ferai un signe

dès que je la vois, d'accord?

Pierre, c'est toi qui prends

Simon avec le Panthéon en vue.

Vous vous foutez chacun

au bout du trottoir.


PIERRE

Oui, c'est bon.


ISMAËL

(Donnant quelque chose à PIERRE)

Tiens.


SIMON

Je pense qu'on devrait

faire un truc comme

"on joue les étrangers",

les touristes, OK?

On parle allemand.


PIERRE

Ah oui!


ISMAËL

Non, c'est nul.


PIERRE

C'est super!

En anglais, c'est vachement

bien. En anglais...


SIMON

OK, on fait comme ça, hein?


PIERRE

Oui, c'est bon.


SIMON

Alors... Synchronisation

des montres! Oh merde,

j'ai pas la mienne.


ISMAËL

Arrêtez vos conneries, c'est

sérieux ce qu'on fait, là.

Sinon, on le fait pas.


ISMAÊL s'éloigne pendant que PIERRE et SIMON jouent aux touristes anglais.


PIERRE ET SIMON

Oui...


SIMON

(Propos en anglais avec un fort accent)

Is it good?


PIERRE

(Propos en anglais avec un fort accent)

No, advance just a little,

please.


SIMON

(Propos en anglais avec un fort accent)

OK, is it good now?


PIERRE

(Propos en anglais avec un fort accent)

A little again.


SIMON

(Propos en anglais avec un fort accent)

Is it perfect, no?


PIERRE

(Propos en anglais avec un fort accent)

Yes, it is.


SIMON

Bon, on fera comme ça, OK?


PIERRE

OK.


ISMAËL attend assis sur un bloc de béton.


La FILLE DE L'ÉGLISE arrive accompagnée d'un garçon. ISMAËL se dépêche de rejoindre SIMON et PIERRE.


ISMAËL

On laisse tomber,

elle est avec un mec.


PIERRE

Vas-y, on s'en fout du mec.

Trop tard, on la fait,

maintenant.


ISMAËL

Non, vous venez,

on y va. On se tire.


PIERRE

Vas-y, casse-toi!


ISMAËL se faufile entre des voitures stationnées.


PIERRE prend une photo de MIREN et s'enfuit avec SIMON.


MIREN

Attends, c'est pas moi qu'ils

ont photographiée, là?


AMI DE LA FILLE

Mais non, pourquoi ils te

prendraient en photo?


MIREN

Je sais pas,

ils se tirent en courant.


AMI DE LA FILLE

Allez, viens, ils sont tarés.


ISMAËL est toujours derrière caché dans le stationnement. ISMAËL attend un moment et part en courant.


Dans un laboratoire photo, LE COMMIS donne les photos aux garçons.


LE COMMIS

Voilà.


ENSEMBLE

Merci.


SIMON

Elles sont bien.


PIERRE

Oui, mais pourquoi

tu en as fait tirer deux?


ISMAËL

Bien, s'il y a un problème,

on sait jamais.


PIERRE

Tu es sûre que cette fille,

c'est bien la même

que la fille de la photo

que Guillaume t'avait montrée?


ISMAËL

Oui. Alors, si tu la mets à

côté de Guillaume...


ISMAËL dépose la photo de MIREN à côté de celle d'une photo de GUILLAUME qu'il a apportée.


ISMAËL

Ça marche!


PIERRE

C'est complètement con,

ce que tu viens de dire.

Si prends une photo de mon

père et une photo de ma mère

et que tu les mets une à côté

de l'autre, tu peux pas dire que

"ça marche"! Ça veut rien dire.


ISMAËL

Oui, mais regarde. C'est bien

mieux qu'avec n'importe quel

autre garçon de la classe.


SIMON

C'est sûr qu'avec toi,

c'est pas terrible.


ISMAËL

Oui, oui...


SIMON

Tiens, j'ai un bouquin à te filer.


ISMAËL

C'est bien?


SIMON

C'est pas mal. J'ai pas lu,

mais il paraît que c'est bien.

C'est peut-être un peu comme

Guillaume. C'est un mec

qui s'est suicidé.

Dans tous les cas, Napoléon

adorait ce bouquin.

C'est mon père qui me l'a dit.

C'est quand même une référence!


ISMAËL

Qui ça? Ton père ou Napoléon?


SIMON

Bien... Les deux!


ISMAËL

C'est ton père qui

te l'a filé, c'est ça?


SIMON

Oui. Tu me feras une fiche

de lecture, OK?


ISMAËL

J'ai que ça à faire...


SIMON

Si, comme ça, je pourrai faire

le mariole devant mon père.

Surtout qu'il le relit

systématiquement tous

les deux ans.


ISMAËL

Je te garantis pas que je vais

le lire tout de suite.


SIMON

OK.


PIERRE

Oh là la, qu'est-ce qu'il

peut être fainéant pour la

lecture, c'est dingue.

C'est pour ça qu'ils ont pas

de vocabulaire. C'est terrible.


ISMAËL

C'est vrai. Chez moi, à

table, je ne comprends même pas

ce que mes parents me disent.

Ils utilisent des

mots... Oh là là!

Quand ils me posent

des questions aussi,

c'est l'horreur.

Je comprends la moitié de ce

qu'ils disent, et encore...

On dirait qu'ils se rendent

pas compte.


PIERRE

Oui, c'est comme Balzac et

Zola, là, les deux compères.

Ils nous mettent quinze pages

pour décrire une brosse à dents,

mais c'est une honte!


ISMAËL

Et Molière, j'ai toute

la compil, aussi, moi.

J'ai pas encore lu, mais

je sens que je vais le faire.


PIERRE

Tu arrêtes de faire

le crétin devant le monsieur?


ISMAËL

C'est bon, c'est toi

qui a commencé, ça va.


PIERRE

Non, c'est toi.

On se calme, les nains.


SIMON

Allez, on se casse.


PIERRE

Au revoir, monsieur.


LE COMMIS

Au revoir!


ISMAËL

Au revoir.


Les trois garçons sortent du laboratoire photo.


ISMAËL regarde les photos devant une grille.


MIREN approche et ISMAËL va à sa rencontre.


ISMAËL

Excusez-moi, il faut que je

vous parle. C'est assez grave.


MIREN

C'est toi qui me fais

photographier?

C'est toi, Guillaume?


ISMAËL

Non, c'est pas moi.


MIREN

J'en ai marre qu'on me suive

et qu'on me pose des questions.


ISMAËL

Guillaume, il s'est suicidé

et c'était mon meilleur copain.

C'est pour ça.

J'ai juste une question

à te poser. C'est tout.


MIREN

Tu fais partie de la bande

qui me suit depuis un moment?


ISMAËL

Non, je fais pas

partie d'une bande.

C'est possible qu'une fille

"est" venue te poser une

question, mais...


ISMAËL sort une photo de GUILLAUME de son sac.


ISMAËL

Tu le reconnais?


MIREN

C'est pas le garçon

qui habite à côté d'ici?

C'est lui qui s'est suicidé?


ISMAËL

Oui.


MIREN

Pourquoi?


ISMAËL

Justement, on sait pas.


MIREN

Si, je le connaissais un peu.

Je le voyais souvent, il était

sur le trottoir d'en face.

Un jour, il a traversé,

et il m'a demandé si j'étais

amoureuse d'un autre garçon.

J'ai dit: "Oui".


ISMAËL

C'était vrai?


MIREN

Oui.

Depuis, il a jamais

plus retraversé.

Je le voyais encore,

de temps en temps, de

l'autre côté de la rue.

Je suis triste pour ton copain,

mais j'en sais pas plus.


ISMAËL

C'est Guillaume

qui m'avait parlé de toi,

alors je me demandais

si tu le connaissais.


MIREN

Non. J'aime pas cette idée

que tu as dans la tête.

Qu'il aurait pu se suicider

à cause de moi.


ISMAËL

J'ai pas dit ça.


MIREN

Si tu le pensais

pas, tu ne serais pas

là, en mission de savoir.


ISMAËL

Je suis pas venu pour ça.

Excuse-moi, on t'embêtera plus.

Au revoir.


MIREN rentre chez elle.


ISMAËL range sa photo dans son sac et s'en va.


Plus tard, ISMAËL, PIERRE et FAYE discutent sous le porche de l'école.


PIERRE

L'autre l'entend derrière

la porte en train de lire

le parchemin.

Et il regarde par la serrure...


MIRABELLE rejoint le groupe.


MIRABELLE

Elle sortait avec lui?


ISMAËL

Non.


MIRABELLE

Pourquoi elle m'a pas dit

qu'elle le connaissait?


ISMAËL

Elle le connaissait

que de vue. Ils se voyaient,

mais ils se parlaient pas.

Il lui a parlé

qu'une seule fois.

C'est pour ça que le prénom de

Guillaume, ça lui disait rien.


MIRABELLE

Ils se parlent pas et lui,

il se tue pour elle?


ISMAËL

Pourquoi pas?


MIRABELLE

On l'a laissé mourir.

Si tu vois pas quelqu'un qui

va se tuer, c'est que

tu veux pas le voir.


ISMAËL

C'est de notre faute.

Nous autant que les autres.


MIRABELLE

Ce truc de mourir,

c'était chez lui.

Ça a fait que monter

et on l'a pas vu.

Quand ça a débordé,

on l'a pas vu non plus.

Alors, on peut dire

que c'est la fille...

ou les parents. Un peu ce qu'on

veut. Ou la saloperie du prof.

Mais nous, on le regardait pas.

On peut dire qu'on s'en foutait,

c'est ça qui est grave.

Si tu vois

un type qui crève de faim

à côté de toi, c'est pareil.

C'est pas toi qui le tues,

mais tu le laisses mourir.


PIERRE

Si on l'a laissé mourir,

c'est qu'on l'a pas assez aimé.


FAYE

Oui. Si on t'aime pas,

toi, tu t'aimes plus.

Lui, il s'est plus

assez aimé, et nous, on

l'a pas assez aimé non plus.


PIERRE

En tout cas, pour les garçons,

les filles, c'est ce qui

compte le plus.


MIRABELLE

C'est souvent bidon.

Je continue à croire

que l'injustice, à notre âge,

si on est pas trop con,

on supporte pas.

Et cette exclusion

dégueulasse...

J'y crois plus qu'à une fille

à qui il parlait jamais.


ISMAËL

Moi, en voyant

la fille, j'y crois.


PIERRE

On discute trop

de ce qu'on sait pas.

Le suicide, c'est un truc qui te

tombe sur le coin de la gueule

quand tu l'attends pas.


ISMAËL

Chacun croit ce qu'il veut.


MIRABELLE

Oui, puis on reste là

sans rien faire.

Toi comme les autres, mais toi,

c'est encore plus grave.

Guillaume, maintenant, c'est

devenu un sujet de conversation.

Un prof démolit

ton meilleur pote.

Toi, tu restes là

sans rien faire.

Bougez-vous le cul, un peu.


ISMAËL lit le texte de Goethe : Les souffrances du jeune Werther plutôt que d'écouter l'enseignante qui donne son cours.


ISMAËL

(En pensée)

Comme cette image

me poursuit,

que je veille ou que je rêve.

Elle remplit seule mon âme.

Ici, quand je ferme

à demi les paupières,

ici, dans mon front.

À l'endroit où se concentre

la vision intérieure

demeurent ses yeux noirs.

Si je ferme les yeux,

ils sont encore là.

Ils sont là comme une mer,

comme un abîme.

Ils reposent devant moi,

en moi...


PROF DE MATH

(Voix au loin)

"A" est l'ensemble

des nombres relatifs positifs.

"B" est l'ensemble

des nombres relatifs négatifs.


ISMAËL fait comme s'il prenait quelques notes. Puis il déchire un coin de la page dans son cahier.


PROF DE MATH

"C" étant l'intersection

des deux ensembles.

"C" étant l'intersection

des ensembles "A"

et "B", quels sont les

éléments de "C"?


ISMAËL donne le billet à sa voisine de droite qui le fait passer.


Le billet arrive jusqu'à MIRABELLE qui lit : « Alors, qu'est-ce qu'on fait? Ismaël.


Le groupe est rassemblé dans la cour de l'école.


SIMON

Moi, j'ai jamais été amoureux.

Je peux pas répondre, mais votre

idée, là, de l'amour qui tue,

j'en ai plein les couilles.


THÉO

Même en sixième, quand Claudia

avait pas voulu sortir avec moi,

je me souviens, j'avais pleuré

pendant deux jours.


(Simon rit.[SIMON:]

Se moquant○3 Oui, je me souviens. Tu avais pleuré pendant deux jours, lavette. [THÉO

Mais j'avais jamais pensé

à me suicider, je suis pas fou.


JESSICA

Moi, j'ai connu une fille,

elle avait embrassé un mec

qui était le meilleur copain

du mec avec qui elle sortait.


MIRABELLE

Comme connerie, c'est pas mal.


JESSICA

Oui, et elle savait même

pas pourquoi elle l'avait fait.

Ça s'est su tout de suite

et elle avait tellement la honte

qu'elle voulait pas aller

au lycée le lendemain.

Elle a essayé

d'avaler des saloperies

de pilules de ses parents.

Heureusement,

je suis arrivée à ce moment-là.


MIRABELLE

Oui, mais elle voulait

pas se tuer, cette fille.


JESSICA

Non, elle voulait

faire un petit coup

d'hôpital pour dramatiser,

pas perdre la face.

Pour que son mec arrive

à l'hosto et s'excuse.


ISMAËL

S'excuse de quoi?


JESSICA

Je sais pas,

d'avoir été trop loin

ou de l'avoir jeté pour une

connerie qui était pas si grave.

Moi, je pense qu'on peut se tuer

sans l'avoir vraiment voulu.

Pour presque rien.


ISMAËL

C'est lui qui s'est excusé?


JESSICA

Oui, pratiquement.


ISMAËL

Eh bien...


PIERRE

Les filles, c'est pas

toujours de la frime, hein.

Moi, j'en ai connu une qui

s'est suicidée pour de vrai.

Son amie lui avait

demandé de prendre l'air

pour se changer les idées.

Boum! Elle est

sortie par la fenêtre.

Et Boum! Elle est

morte sur le coup.

Je crois qu'elle était amoureuse

d'un mec qui l'avait plaquée.


ISMAËL et SIMON sont au cimetière et rejoignent les autres qui sont déjà devant la tombe de GUILLAUME.


ISMAËL

J'ai la photo de la fille.


Tous se passent la photo.


FAYE

Dans un tas de pays, les morts

sont toujours présents.

Tu peux leur parler.

Ici, parler à un mort,

ça se fait pas.

C'est comme

si on avait peur d'eux.


PIERRE

Tu as qu'à

lui dire qu'on a foutu

la torchée à Voltaire.

On va en finale,

il sera peut-être content.


SIMON

Faudrait déjà accepter

qu'il soit mort.


THÉO

Tu aurais pas dû.

Maintenant, tu le regretterais.


SIMON

C'est sûr.

Tout nu là-dessous,

ça fout les jetons.


MIRABELLE

Mais ils l'ont habillé.

Ils les habillent toujours.



SIMON

Quelles fringues ils

lui ont mises? Tu crois

qu'il avait un costard?

Donc, si tous les morts devaient

se balader avec les fringues

qu'on leur a mises,

ils se flingueraient une

deuxième fois pour de bon.


ISMAËL écoute la conversation un peu en retrait.


SIMON

Remarque, si tu es en haut

et si tu regardes tout le monde,

ça doit être canon.

Bon, il a pris un peu

d'avance sur nous.

C'est son côté avant-gardiste.


MIRABELLE

Oui, mais c'est con de se tuer

parce que ça donne

raison aux autres.


JESSICA pleure. PIERRE pleure aussi.


ISMAËL

(Ayant rejoint le groupe)

Je peux lui filer la photo?


ISMAËL met la photo dans un sachet de plastique et s'accroupit près des fleurs laissées sur la tombe. ISMAËL creuse le sol et y dépose le sachet, puis l'enterre.


JESSICA

Tu es si loin,

maintenant.

Tu aurais pas dû

partir sans nous.

Tu étais notre ami et tu as cru

qu'on t'avait un peu oublié.

Mais tu te trompes.

Ou si c'est l'impression que

tu as eue, elle était fausse.

Maintenant, tu nous manques

et on sait plus

quoi faire sans toi.

Surtout Ismaël, ta soeur

et tes parents, bien sûr.

Mais peut-être

que tu es mieux là-bas.

Et que Dieu t'a ouvert

très grands ses bras.

J'espère qu'un jour,

on va tous te retrouver.

On va pas t'oublier et tous,

on va vivre un peu pour toi.


Le groupe s'éloigne, sauf PIERRE qui pleure à chaudes larmes. ISMAËL rejoint PIERRE et tous les deux suivent le groupe.


ISMAËL et PIERRE rebroussent chemin et retournent sur la tombe en pleurant.


Au bout d'un moment, ISMAËL et PIERRE rejoignent JESSICA qui les attend.


JESSICA

J'ai bien réfléchi.

Si tu veux toujours,

on peut sortir ensemble.


ISMAËL

Tu dis ça, c'est gentil.

C'est parce qu'on est tous

démolis par Guillaume.


JESSICA

Je dis ça sérieusement.


ISMAËL

C'est bien que tu sois venue.

Faye, c'est ta copine.


JESSICA

Oui, mais Faye,

elle a plus d'illusions.

Elle m'a dit

ce que tu lui as dit.

Sauf si tu as changé d'avis

et que tu veux sortir avec elle.


ISMAËL

J'ai pas changé d'avis.


JESSICA

C'est pas le moment

de parler de ça.


ISMAËL

Non.


JESSICA

Mais repenses-y plus tard?


ISMAËL

OK.

Si tu es sensible comme lui,

tu deviens plus sensible à tout.

Tous les coups que tu prends,

ils pèsent beaucoup plus lourd.

Ils pèsent des tonnes.

Des coups que les gens normaux,

ils sentent à peine.


JESSICA

Oui.


MIRABELLE et les autres marchent en sortant de l'école.


MIRABELLE

Je l'ai suivi.

Je sais où il habite et je

connais le code de l'immeuble.

J'ai besoin d'un garçon pour

prévenir de l'arrivée du prof

juste avant qu'il rentre.


THÉO

Et tu fais quoi?


MIRABELLE

Je suis dans l'entrée,

je vire l'ampoule

et je balance un

grand coup de lacrymo

dans les yeux, à ce salaud.

Mais je peux

le faire toute seule.


PIERRE

Tu vas pas le faire

toute seule, tu es folle.


MIRABELLE

Toi, tu as déjà fait

le truc sur le mur.

Il y a pas de raison

que ce soit les mêmes

qui prennent les risques

à chaque fois.


ISMAËL

C'est à moi de le faire

avec toi, tu le sais très bien.


MIRABELLE

Personne t'oblige.


MIRABELLE

C'est à moi de le faire

avec toi, la question

ne se pose pas, c'est tout.


THÉO

Je peux faire le type

qui prévient.


ISMAËL

Oui, c'est bien

d'être deux avec toi.


FAYE

Moi, je peux faire

quelque chose?


MIRABELLE

C'est pas vraiment

obligatoire.

Si tu veux, tu peux

rester avec Théo.

On fait le coup demain?

Ce connard termine

les cours à midi.

Le temps qu'il

rentre chez lui, ça fait

un quart d'heure de plus.

On fait ça pour Guillaume, hein,

pas pour faire les marioles.

Puis, on se tait.


Dans l'entrée de l'immeuble où le PROF DE GYM habite, MIRABELLE entre avec THÉO, ISMAËL et FAYE.


MIRABELLE

Il faut virer l'ampoule.


ISMAËL

Oui.


THÉO

Tu montes?


THÉO fait la courte échelle à ISMAËL pour qu'il rejoigne l'ampoule du plafonnier.


ISMAËL

Ça y est.


MIRABELLE

Va te mettre en place.


MIRABELLE

Théo, tu frappes trois coups.


THÉO

Dix secondes avant

qu'il arrive.


THÉO et FAYE sortent et laissent MIRABELLE et ISMAËL dans l'entrée.


MIRABELLE

Toi, tu t'occupes de la porte.

Tu as repéré le bouton?


ISMAËL

Oui.


Trois coups sont frappés à la porte. Puis le loquet est actionné, quelqu'un entre.


Aussitôt, MIRABELLE et ISMAËL vont à la rencontre du PROF de gym. MIRABELLE l'asperge au passage et sort avec ISMAËL en courant.


ISMAËL et MIRABELLE rejoignent FAYE et THÉO dans une rue voisine.


FAYE

Vous croyez

qu'il vous a reconnus?


MIRABELLE

On s'en fout.

On verra lundi matin.

Pour une fois qu'on a fait

ce qu'on avait à faire.

En tout cas, il en a pris

plein la gueule.

En ce moment, je préfère

mes yeux que les siens.


THÉO

Salut. À tout à l'heure.


MIRABELLE

Oui.


Les filles partent d'un côté et les garçons de l'autre.


Dans l'allée de l'immeuble où elle habite, la FILLE DE L'ÉGLISE marche vers la rue.


ISMAËL suit MIREN.


ISMAËL regarde le cou de MIREN qui s'arrête devant une vitrine. Puis ISMAËL continue de la suivre.


ISMAËL

(Intérieurement)

J'ai tant de richesse.

Mon sentiment pour elle

engloutit tout.

J'ai tant de richesse.

Sans elle, tout n'est

plus rien pour moi.


MIREN prend l'escalier mécanique qui descend à la station de métro.


ISMAËL s'arrête en haut de l'escalier mécanique et continue son chemin plutôt que de continuer de suivre la fille.


ISMAËL entre dans une cabine téléphonique.


ISMAËL attend sur le bord du trottoir.


PIERRE rejoint ISMAËL.


PIERRE

Il y a longtemps que tu es là?


ISMAËL

Non, cinq minutes.


PIERRE

Qu'est-ce que

tu avais à dire que tu

pouvais pas dire au téléphone?


ISMAËL

J'arrive pas à lui parler.


PIERRE

Tu parles de qui?


ISMAËL

Bien, de la fille que

connaissait Guillaume.


PIERRE

Je ferais pas mieux,

à ta place.


ISMAËL

Tu veux pas

m'accompagner, demain?


PIERRE

Tu veux que je lui parle?

Non, c'est juste pour

la confiance.


PIERRE

Je préfère ça.


ISMAËL

Que tu m'encourages...

Tu m'engueules si je me

dégonfle, si tu préfères.

Pour me manager, en fait.


PIERRE

Oui, demande ça à Théo.

Lui, il ferait ça mieux que moi.

Je suis pas très spécialiste.


ISMAËL

Théo, j'ai pas confiance

en lui avec les filles.


PIERRE

Alors demande à Simon.

Simon va penser qu'à se

foutre de ma gueule.

Toi, tu es sérieux.

Tu diras rien à personne.


PIERRE

OK, je viendrai demain.


ISMAËL

On y va?


PIERRE

Oui.


SIMON et ISMAËL s'en vont.


En classe, THÉO vient s'asseoir près d'ISMAËL.


THÉO

Tu as l'air de me fuir.

Qu'est-ce que j'ai fait?


ISMAËL

Rien, tu délires.


THÉO

Tu penses tout le

temps à Guillaume?


ISMAËL

Oui.


THÉO

Moi, je crois qu'il y a

une autre raison.


ISMAËL

Laquelle?


THÉO

Oh, une bonne raison. Cherche.

Depuis qu'il y a cette Miren,

tu fais tous tes coups en douce.


ISMAËL

Tu me gonfles.


THÉO

Je t'ai appelé, ce matin.

Ta mère m'a dit que tu

étais parti plus tôt pour

réviser avant le contrôle.

Tu as vu passer

un contrôle, aujourd'hui?


ISMAËL

Mes oignons, ça me regarde.


THÉO

Ça veut dire que tu essaies

de la draguer dans ton coin.

Tu veux pas que je la rencontre?


ISMAËL

Tu es vraiment con.


THÉO

Les photos que tu as

faites, comme par hasard,

j'étais pas dans le coup.


ISMAËL

Miren, c'est Guillaume.


THÉO

Tu veux pas que je

l'approche, hein?

Moi, je sais rien.

Je sais pas si tu la vois.

Mais Miren, elle me plaît aussi.


ISMAËL

J'ai pas envie de m'engueuler

avec toi, d'accord?


THÉO

Le type qui sort la photo

d'une fille en cours,

c'est pas moi.

Tu crois que je t'ai pas vu?


ISMAËL

Si tu veux, pour un moment,

on se voit plus.


THÉO

Tu veux me larguer

comme une meuf? Tu déconnes.


ISMAËL

J'ai pas envie de parler

d'elle, c'est tout.


THÉO

Bon, d'accord.

On n'en parle plus.

Mais lance-moi sur un autre

sujet, parce que...

jusqu'à présent, notre principal

sujet de discussion,

c'est toujours les filles.


ISMAËL

Tu me fais chier.


THÉO

Mais avoue

que tu es amoureux d'elle.


ISMAËL

Même si c'était vrai,

qu'est-ce que ça peut te foutre?


THÉO

Quand tu redeviens honnête,

c'est mieux, tu trouves pas?


ISMAËL

Je veux pas parler

de Miren avec toi.


THÉO

C'est vraiment

super d'être ton copain.

Tu commences à ressembler

à Guillaume.

Tu parles plus de

ce qui t'intéresse.

On sait plus rien de toi.


ISMAËL

J'ai pas envie que tu la voies

et j'ai pas envie que tu me

parles de Guillaume non plus.


THÉO

Si Guillaume

l'avait pas connue,

elle t'intéresserait autant?


ISMAËL

Ah! C'est puissant

comme remarque.


THÉO

T'excites pas à vouloir

sortir avec elle.

Tu sais bien qu'on est

vachement plus amoureux

lorsqu'on n’arrive pas

à sortir avec les filles.


ISMAËL

Si tu es amoureux d'une fille,

tu as forcément envie

de sortir avec elle.


THÉO

Remarque, je te comprends.

C'est des sensations qu'on

n’éprouve pas avec la famille.

Ni avec les copains.


ISMAËL

J'y arrive pas, avec elle.

Je suis comme paralysé.

J'arrive même pas à lui parler.

Ce matin, j'ai essayé et je me

suis complètement dégonflé.

C'est bizarre.

C'est seulement avec elle

parce que je t'ai pas dit,

mais Jessica m'a demandé

de sortir avec elle.


THÉO

Putain, tu as du pot.

Tu as une tête qui plaît,

en ce moment.


ISMAËL

Avec Miren,

j'ai pas l'impression.


THÉO

À ta place,

je prendrais Jessica.

Elle est bien, Jessica.

Tu as vu ses nibars.

Puis Miren, elle va te rendre

fou sans que tu arrives à rien.

C'est trop dur, attraper Miren.


ISMAËL

Mais avant Miren, Jessica,

ça m'aurait bien plu.

Mais je pense à Miren

et pas à Jessica.


THÉO

Fais-toi voir

avec Jessica devant Miren.

Elle aurait peut-être un

petit peu plus envie

de sortir avec toi.

Elles sont super sympa

entre elles, les filles.

Quand tu penses que Jessica,

c'est la copine de Faye.


Dans la cour, à la sortie de l'école, FAYE croise THÉO et PIERRE.


FAYE

Vous venez, samedi soir?


THÉO

C'est chez toi?


FAYE

Oui.


THÉO

Je veux bien.


PIERRE

Tu en as parlé à Ismaël?


FAYE

Non.


PIERRE

Tu devrais commencer

par lui en parler.


FAYE

À cause de Guillaume?


PIERRE

Oui.


FAYE

Il est sorti?


THÉO

Non, il est derrière.

Si c'est pour le coincer,

c'est une bonne idée.

Comme ça, tu sauras à quoi t'en

tenir, avec lui. Ce sera net.

Non, c'est plutôt

en pensant à Guillaume.


THÉO

Alors, invite la fille

que Guillaume avait connue.

Comme ça, tout le monde

la connaîtra.

Tu as qu'à en parler à Ismaël.


FAYE

Tu trouves

que c'est une bonne idée?


THÉO

Oui, c'est une bonne idée.


FAYE

OK, je lui en parle, alors.


THÉO et PIERRE s'éloignent. FAYE attend ISMAËL qui vient vers elle.


FAYE

Tu veux bien venir, samedi soir?


ISMAËL

C'est chez toi?


FAYE

Oui.


ISMAËL

C'est pas un peu

près de Guillaume?


FAYE

C'est pas fait pour être morbide.

C'est qu'une fête, mais il

faut le faire comme si

Guillaume était là.


ISMAËL

Oui, je sais pas.


FAYE

On peut inviter la fille

que Guillaume connaissait?

Ça fera comme

s'il était encore plus là.

Enfin, si c'est

une mauvaise idée...


ISMAËL

Je sais pas.


FAYE

Tu peux... tu peux lui parler?


ISMAËL

Oui.


FAYE

D'accord. Alors, essaye.


ISMAËL quitte FAYE en courant.


PIERRE et ISMAËL marchent ensemble.


PIERRE

Moi, à ta place,

je me dégonflerais.


ISMAËL

Les encouragements,

merci. On l'attend là?


PIERRE

Tu sais, quand on te

traite de dégonflé, c'est

un truc qui peut marcher.


ISMAËL

Je suis déjà assez dégonflé

comme ça, c'est pas la peine.


PIERRE

Ce qui doit

être vraiment dur, c'est

d'être prêt tout le temps, non?


ISMAËL

Oui, tu as raison.

Il y a deux minutes, ça allait,

et puis, maintenant...

Je suis sûr

que je vais pas y arriver.


PIERRE

Tu sais, celui qui gagne,

c'est pas le meilleur, hein?

C'est celui qui arrive

à rester concentré.


ISMAËL

Oui, mais je suis plus

concentré du tout.


PIERRE

Tu m'emmerdes! J'ai pas mis

mon réveil à 6h30 pour

t'entendre gémir.


ISMAËL

C'est bon, d'accord.


PIERRE

D'abord, tu te calmes.

Ensuite, tu te concentres.

Et pour te concentrer,

tu respires.

Tranquillement,

mais alors, à fond.

Vas-y, respire.

À fond, je te dis.


MIREN sort de chez elle.


ISMAËL s'approche.


ISMAËL

Bonjour.


MIREN

Bonjour.


ISMAËL

Je viens juste de chez

la soeur de mon copain.

Je suis content de te voir

parce que j'avais deux,

trois trucs à te dire.

Tiens.

(Prenant un bouquin dans sa poche)

Je te l'aurais

mis dans ton casier.


MIREN

Tu connais pas mon nom.


ISMAËL

Non.


MIREN

Tu m'attendais?


ISMAËL

Non.


MIREN

Tu m'attendais pas?


ISMAËL

(Chuchotant)

Si.


MIREN

Et c'est bien, ce livre?


ISMAËL

Napoléon le connaissait

presque par coeur.


MIREN

Ah bon?


ISMAËL

Tu dis ça, mais tu en as

rien à foutre de Napoléon.


MIREN

Complètement. à cause de lui,

j'ai un ramassis de notes

pourries en contrôle.

Toi, tu en penses quoi?


ISMAËL

Bien, on me l'a offert.

Pas celui-là, un autre.

Ça me fait vraiment plaisir

de te l'offrir.

Je pense que quand j'aurai un

peu de temps, je vais le lire.


MIREN

C'est rare que les garçons

me fassent des cadeaux.

Surtout des livres.


ISMAËL

Je sais que c'est pas

un cadeau extraordinaire

et que ça ressemble plutôt

à un cadeau de parent,

mais je te l'ai pas offert

pour te forcer à le lire.


MIREN

Oui, je sais, merci.

J'espère que je pourrai le lire

pendant les vacances.

Avec cet arbre mort,

puis ces corbeaux... En plus,

avec le titre Les souffrances,

ça a pas l'air très gai.


ISMAËL

Tu sais, les beaux livres sont

pas forcément les plus gais.


MIREN

C'est pas une histoire

de suicide, au moins?


ISMAËL

Non, je pense pas.


MIREN

J'espère que non.


ISMAËL

Je suis invité

à une soirée samedi.

Si tu as envie de venir.


MIREN

J'ai un petit ami à Londres.

Je suis du genre fidèle.

J'ai pas envie qu'on m'invite

parce que j'ai aperçu Guillaume.

Je veux pas qu'on me montre

du doigt.


ISMAËL

Je comprends, mais tu sais,

c'est pas un piège.


MIREN

Oui, mais surtout, je veux pas

qu'il y ait une histoire

de fantôme entre tes amis,

toi et moi.

C'est déjà tellement fou

de suivre les gens dans la rue,

comme ils faisaient.

Mais ça serait encore plus fou

avec le regard et les sentiments

de quelqu'un d'autre.

Si tu deviens fou comme lui,

moi, je viens pas.


ISMAËL

Je deviens pas fou.


MIREN

J'espère. Je connais

même pas ton prénom.


ISMAËL

Ismaël.


MIREN

Pardon pour ton copain.

Il y avait...

Je sais pas comment dire,

quelque chose de beau chez lui.

Ça se voyait, même si je le

connaissais pas vraiment.

Ce qui lui est arrivé,

ça me touche

beaucoup plus que tu penses.


ISMAËL

Je te crois.


MIREN

C'est d'accord, pour samedi.

Ça veut pas dire

qu'on sort ensemble.


ISMAËL

Oui, je sais.


MIREN

Tu me téléphones?

D'accord. Mais c'est

quoi ton numéro?


MIREN

47 43... 13 39.

Salut.


MIREN part de son côté et laisse ISMAËL qui part rejoindre PIERRE.


ISMAËL

47 43 13 39.

Elle vient samedi! J'ai

son numéro de téléphone.


PIERRE

Alors, tu es dans

les emmerdes?


ISMAËL

Bien oui. Plutôt,

j'ai aucune chance.

Elle a un mec en Angleterre

et elle a au moins 15 ans.


PIERRE

Bon, allez viens. On fonce.

On va être à la bourre.


ISMAËL

Merci.


PIERRE et ISMAËL se dépêchent de partir à l'école.


JESSICA accueille ISMAËL dans la cour.


JESSICA

Tu avais dit que tu

réfléchirais. Je voulais

savoir si tu avais réfléchi.


ISMAËL

Il y a eu d'autres trucs pour

réfléchir. Il y a eu Guillaume.

En tout cas, pour Faye,

c'est tout réfléchi.


JESSICA

C'est pas d'elle que je te

parle. Pourquoi tu fais l'idiot?


ISMAËL

Avec tout ce qui vient

de se passer...


JESSICA

Tu l'as déjà dit.


ISMAËL

Peut-être.


JESSICA

Tu m'avais demandé

de sortir avec moi.

Me fais pas passer

pour une débile.


ISMAËL

Tu es vraiment

amoureuse de moi?


JESSICA

Tu m'as vu sortir

avec n'importe qui?


ISMAËL

Je suis mignon

et pas trop con, c'est ça?


JESSICA

Mignon, oui. Le reste,

je sais pas encore.

C'est quoi le problème?

Tu es sorti avec

quelqu'un d'autre?


ISMAËL

Non.


JESSICA

Je te plais plus?

Tu as l'air de réfléchir.

C'est toi qui m'avais demandé

de sortir avec moi.

Si tu veux, je peux

sortir avec un autre.


ISMAËL

Tu as dit que c'était

pas ton genre.


JESSICA

Mais je vais pas attendre,

comme ça, sans comprendre.


ISMAËL

On verra ça samedi soir.


JESSICA

Si tu sors avec une autre

fille, tu as qu'à le dire.


ISMAËL

Non, c'est pas vrai.


JESSICA

Alors, tu es amoureux

d'une autre fille.


ISMAËL

Et toi? Ton mec avec le visage

parfait? Tu en parles plus.


JESSICA

Et toi? La copine

de ton copain?


ISMAËL

Qui est-ce qui t'en a parlé?


JESSICA

Moi.

C'est moi qui

t'en parle, maintenant.


ISMAËL

Bien, elle le connaissait à peine.


JESSICA

Tu vas m'embrasser ou pas?

C'est pas compliqué.


ISMAËL

Si tu veux.


JESSICA

Il faut que tu en aies envie.


ISMAËL

Oui.


JESSICA

Tu sais pas si tu en as envie?


ISMAËL

Si.


ISMAËL et JESSICA s'embrassent.


JESSICA

C'était compliqué?


ISMAËL

Oui et non.


JESSICA

Tu me raccompagnes?


ISMAËL

Si tu veux.


JESSICA

Si tu dis encore

"si tu veux", je t'étrangle.


ISMAËL

Je dis plus rien, alors.


JESSICA

Pourquoi? La seule chose que

tu sais dire c'est "si tu veux"?


ISMAËL

Non, pas forcément.


JESSICA et ISMAËL marchent ensemble.


À l'école, ISMAËL s'isole près de la grille pour lire.


ISMAËL

(Lisant intérieurement)

Je la verrai! Voilà mon premier

mot lorsque je m'éveille,

et qu'avec sérénité je regarde

le beau soleil levant.

Je la verrai!

Et alors, je n'ai plus,

pour toute la journée,

aucun autre désir.

Tout va là.

Tout s'engouffre dans cette

perspective.


Au milieu des pages du livre, la photo de MIREN fascine ISMAËL.


ISMAËL rejoint PIERRE près de la grille.


PIERRE

Salut.


ISMAËL

Salut.


PIERRE

Tu as l'air d'un clown

avec tes Jordan.

Tu te la joues

un peu starlette, hein.

Et ce blouson blanc, là,

il est même pas à toi.

Ça fait pédé.


ISMAËL

Ça fait moins pédé avec

les mains dans les poches?


PIERRE

Ah oui.


ISMAËL et PIERRE marchent ensemble.


ISMAËL

Tu crois qu'on peut être bien

avec une fille sans être

amoureux d'elle?

Et, en même temps, être

amoureux d'une autre fille,

sans sortir avec?


PIERRE

C'est une idée mesquine digne

des plus cons d'entre nous.

Je ne te vois plus si tu me

livres des pensées aussi

obscènes.


ISMAËL

Oui, tu as raison.


PIERRE

On va pas commencer

à notre âge.

On a tout le temps de devenir

d'odieux trafiquants.


J'ai rêvé d'u[ISMAËL:]

ne fille.

Il lui arrivait un accident

et, après ça, elle boitait.

Alors, tous les garçons

s'intéressaient moins à elle.


PIERRE

Bien, alors, tu avais

toutes tes chances!


ISMAËL

Oui.


PIERRE

N'empêche que c'est

dégueulasse de diminuer

les gens physiquement.

Tu es un vrai tortionnaire.

Et, en plus, qu'est-ce que

tu manques de confiance en toi!


ISMAËL

Mais c'est cette fille

qui me fait flipper.


PIERRE

Mais tu veux réellement

tenter ta chance ou pas?


ISMAËL

Oui, c'est plus facile

si tu t'en fous de la fille.


PIERRE

Mais si elle te

fait trop flipper, mieux

vaut laisser tomber, hein.


ISMAËL

J'ai pas dit ça.


PIERRE

Donc, tu attends réellement

quelque chose avec elle.


ISMAËL

Oui.


PIERRE

Bien, si tu te donnes

une chance,

vaut mieux que tu fasses

quelque chose, hein.


ISMAËL

Je crois pas

que j'ai une grosse chance.

Enfin, je peux

essayer quand même.


PIERRE

Donc, tu vas essayer.


ISMAËL

Oui.

Je me fais pas

de grosses illusions.


PIERRE

Oui, mais tu vas essayer.


ISMAËL

Oui.

Bon, bien, je vais aller

l'attendre en bas de chez elle.


PIERRE

Bon, OK, salut.


ISMAËL

Salut.


PIERRE

À tout à l'heure.

Oui.


ISMAËL marche seul sur la rue. MIRABELLE vient à sa rencontre.


ISMAËL

Tu m'attendais?


MIRABELLE

Oui.


ISMAËL

Tu as quelque chose à me dire?

Oui.


MIRABELLE

Tu parles plus à Théo.

Enfin, plus comme avant

et puis, ça le rend malade.


ISMAËL

Bah, il se fait des idées.


MIRABELLE

Non, c'est un peu vrai.


ISMAËL

Il m'a dit que Guillaume,

c'était un type fragile...

Bien, il voulait dire un lâche.

Il a dit aussi que

c'était un type sans couilles

et c'est pas très malin de sa part.

Parce que moi, je pense

tout le contraire.

Guillaume, dans sa tête,

c'était un survolté.

Il avait des tensions beaucoup

plus fortes que nous.

Et quand tu en as

trop, tu sautes.

Alors, évidemment,

c'est dur de parler à Théo

quand tu entends comment

il parle de Guillaume.


MIRABELLE

Oui, mais il faut pas en faire

toute une histoire, quand même.


ISMAËL

Il y a autre chose?


MIRABELLE

Non.


ISMAËL

Si, je le vois bien.


MIRABELLE

Je la sens pas

beaucoup, cette fille.


ISMAËL

Tu l'as déjà dit, ça.


MIRABELLE

J'ai pas envie

que ça continue après Guillaume.


ISMAËL

De toute façon, tu y as

jamais cru, en cette fille.

T'inquiète pas, je vais pas

me suicider pour elle.


MIRABELLE

Mais tu es con, je dis pas ça.


ISMAËL

Mais on est pas sûrs,

pour Guillaume.


MIRABELLE

Oui, mais il la connaissait.


ISMAËL

Oui, et alors?

Tu es bizarre.

Tu sais des trucs

sur cette fille?


MIRABELLE

Non.

Enfin, quand j'avais demandé

à Guillaume de sortir avec moi,

il m'avait dit qu'il en aimait

une autre.


ISMAËL

C'est nouveau.

Tu m'avais dit que tu avais

pas osé lui en parler.

Et il te l'a dit quand?


MIRABELLE

Bien, juste avant

que je sorte avec Théo.


ISMAËL

Pourtant, il m'avait rien dit.

Et on se disait

tout, il me semble.


MIRABELLE

Bien, toi peut-être,

mais pas lui, hein.


ISMAËL

Peut-être qu'il a dit ça pour

pas te faire de la peine, aussi.


MIRABELLE

Non, je crois pas.


ISMAËL

Pourquoi?


MIRABELLE

Bien, ça s'entendait

que c'était pas du bidon.


ISMAËL

Mais tu as eu

quelle impression?

Qu'elle marchait cette histoire

pour lui ou pas?


MIRABELLE

Bien, comment tu veux

que je le sache?


ISMAËL

Merde, Mirabelle,

tu as bien eu une impression?

Tu as pensé qu'il sortait

avec elle ou pas?


MIRABELLE

Franchement, j'en sais rien.


ISMAËL

Mirabelle, tu as pensé quelque

chose sur le moment, dis-le-moi.


MIRABELLE

Oui, peut-être. Je pensais

qu'il sortait avec une fille.


ISMAËL

Cette fille, c'était Miren


MIRABELLE

Peut-être.

Ou une autre.


ISMAËL

Ça ne m'avance pas.

Tu aurais pu me dire ça avant.


MIRABELLE

Je venais surtout pour Théo.

Essaie de ne pas le

larguer, déjà qu'il est

pas mal parano comme ça.


ISMAËL

Non, tu venais

pour Miren. Théo, ça

pouvait très bien attendre.


Il fait sombre, ISMAËL attend près de l'immeuble où MIREN habite. MIREN arrive.


ISMAËL

Salut.


MIREN

Salut. Il faudrait

que j'appelle mes parents

pour leur dire où je suis.


ISMAËL s'amuse derrière le dos de MIREN.


MIREN

(Rit des pitreries d'ISMAËL)

Je dois être rentrée

pour minuit.

Je t'ai pas fait trop attendre?


ISMAËL

Non. De toute façon,

j'ai l'habitude.


FAYE ouvre la porte à ISMAËL et MIREN.


MIREN

Salut.


ISMAËL et MIREN avancent dans le salon. THÉO s'avance.


THÉO

Salut.

(Bise)

Je suis le meilleur

pote d'Ismaël.


MIREN

FAYE)

Je peux téléphoner

à mes parents?


FAYE

C'est par là.


THÉO marche derrière les filles et revient vers ISMAËL.


THÉO

Je la préfère comme ça, hein.

En photo et de loin, elle était

déjà pas mal, mais en live...

Elle est vachement mieux.


ISMAËL

Oui, mais tu l'approches pas.


THÉO

Pourquoi? Elle est en

exclusivité avec les plus fêlés?

Ça pourrait peut-être nous

rapprocher un peu tous les deux

si jamais moi, je l'approche.


ISMAËL

Arrête de dire tes conneries.

Pourquoi?


THÉO

Toi et elle, ça marche?


ISMAËL

Et toi, avec Mirabelle?

Elle est pas encore arrivée?


THÉO

J'ai pas envie

de m'engueuler avec toi.

Mais si tu veux, je peux

faire une annonce.

Je peux dire à tous

les mecs de pas l'approcher.



ISMAËL et MIREN dansent ensemble.


MIREN

Tu te souviens

de ce qu'on a dit?

On sort pas ensemble.


ISMAËL

Moi, j'ai rien promis.


MIREN

Pas besoin d'avoir promis. On

sort pas ensemble, c'est tout.


ISMAËL

Parce que j'étais le meilleur

copain de Guillaume?


MIREN

Je t'ai dit que je viendrais,

mais qu'on sortait pas ensemble.


ISMAËL

Comme meilleur copain,

on sait pas tout.

Je savais même pas

que tu étais sorti avec lui.


MIREN

Si ça recommence,

je m'en vais tout de suite.


ISMAËL

Pourquoi tu sortirais pas

avec moi? Je suis trop petit?


MIREN

Oui, c'est ça.


ISMAËL

Mon père mesure 1,87 mètre.


MIREN

Si ça se trouve, à la fin de

la soirée, j'aurai pris

5 à 10 centimètres

parce que je suis

en pleine croissance.


MIREN

On verra tout à l'heure.


THÉO essaie d'approcher MIREN, mais va vite se rasseoir avec MIRABELLE.



MIRABELLE

Elle te plaît?


THÉO

Oui et à mon avis,

je suis pas le seul.


ISMAËL

MIREN)

Il est grand comment,

le mec de Londres?


MIREN

Immense, tu as pas idée.


ISMAËL

Il devrait être à une soirée,

lui aussi, en ce moment.


MIREN

Très drôle. Si j'ai

des secrets, ça me regarde.

Et j'aime pas parler de moi.


ISMAËL

C'est pas pour être

méchant, au contraire.

Je voudrais savoir

plein de trucs sur toi.


MIREN

Ça te servirait à quoi?


ISMAËL

Je suis curieux sur les gens

qui m'intéressent.

Je savais pas que c'était un défaut.


MIREN et ISMAËL restent sans parler à regarder les autres danser.


MIREN s'éloigne


FAYE vient voir ISMAËL


FAYE

Ça me rappelle mon plus

mauvais souvenir.

C'était en CM2, quand un garçon

a pas voulu danser avec moi

en me disant que j'étais trop moche.


ISMAËL

Demande à Pierre.

Ce soir, j'ai pas les jambes

pour danser. Ni la tête non plus.



FAYE

C'est avec toi que je voulais

danser, pas avec Pierre.

C'est la fille que Guillaume

connaissait?


ISMAËL

Oui, je savais

que j'avais aucune chance.


FAYE

Je comprends, je connais ça.

J'ai cru que tu sortais

avec Jessica.


ISMAËL

Non. Je suis amoureux de cette fille.


MIREN est assise sur le divan avec THÉO. ISMAËL les observe.


JESSICA  approche d'ISMAËL.


JESSICA

Tu es pas honnête. Tu aurais

pu me le dire que tu étais

amoureux de cette fille.


ISMAËL

Oui, j'aurais pu.

Mais j'ai pas pu.


JESSICA

Ça sert à rien d'aller

plus loin tous les deux.


ISMAËL

Non, c'est pas la peine.

Si ça t'arrange, tu as

qu'à dire que tu m'as largué.


JESSICA

Mais je suis jamais sorti

avec toi, c'est ça l'histoire.


ISMAËL

Si tu veux.


ISMAËL s'asseoir dans un corridor. PIERRE le rejoint.


ISMAËL

Il y a à boire?


PIERRE

Pourquoi? Tu veux

te casser la tête?


ISMAËL

Oui, j'en ai besoin.


PIERRE

Il y a rien d'autre à faire.

On est venu pour

ça, de toute façon.


ISMAËL

Moi, j'étais pas venu pour ça.


PIERRE

Oui.


ISMAËL

Rhum bière, ça te va?


PIERRE

Oui.


Plus tard, ISMAËL s'assoit sur l'accoudoir du canapé où MIREN et THÉO sont assis.


ISMAËL

C'est ma place.


THÉO

Tu sais très bien

que c'est pas ta place.


ISMAËL

Si ma place c'est à la

cuisine, tu as qu'à me le dire.

Que j'aille me bourrer la gueule.

Tu vois, tu comprends

quand tu veux.


ISMAËL se dirige vers la cuisine.


ISMAËL

MIRABELLE)

Tu as vu Pierre?


MIRABELLE

Non.


ISMAËL

Quelqu'un a amené

à boire ou pas?


MIRABELLE

Je m'en fous.


ISMAËL

Oui, moi aussi.

On se fout de tout.

Enfin, on s'en fout

et on s'en fout pas.


MIRABELLE

Avec les garçons,

j'ai pas confiance en moi.

C'est pour ça que j'aime

pas être amoureuse.

Quand j'aime un mec,

je suis toujours stressée.


ISMAËL

Moi, c'est pire.

J'ai rien dans le ventre.

Je suis une vraie lavette.

J'ai jamais connu ça.


MIRABELLE

Je me crois

supérieure aux autres,

mais en fait, j'ai rien de plus.


ISMAËL

Moi, j'arrive même

pas à lui parler.

Dès que j'ouvre la bouche,

je m'entends dire que

des conneries.


PIERRE apporte un verre à ISMAËL.


PIERRE

Tiens, je te cherchais.


ISMAËL

Merci.

(ÀMIRABELLE)

Elle me rend

complètement stupide.


PIERRE rejoint SIMON au salon. SIMON allume un joint.


SIMON

Moi, je la connais, la bonne

version de la mort de Guillaume.

Il était amoureux de cette

fille, Jodie Julie de la Traye,

et elle, elle pensait

qu'à coucher. Alors, hop!

Il se la nique un bon coup,

inconscient, bien sûr,

et le lendemain, il a pas

compris ce qui lui était arrivé.


PIERRE

Bien oui, il a disjoncté.

Il se croyait amoureux

de la fille et s'est retrouvé

dans un film de cul.

Il a pas assuré.

Ah... Dépression.


SIMON

Il ne pense plus qu'au cul

de la fille, alors qu'il

se croyait amoureux.


PIERRE

Déception, il se prenait

pour un jeune Werther...


THÉO et MIREN sont encore assis l'un près de l'autre. MIREN retire son blouson.


SIMON

Et il se retrouve

en jeune pervers!

Il reste chez lui,

complètement malade.


SIMON

Ça l'empêche

pas de mettre un film

de cul de temps en temps...


PIERRE

Il se croit anormal.

Il ne répond plus à la fille,

qui doit s'en foutre.


SIMON

Qui se fait foutre

par un tas d'autres types.


PIERRE

Il arrive plus à bosser.

Il redouble.

Il découvre que la fille

n'est qu'une salope

et qu'il n'est qu'un

lubrique obsessionnel,

un odieux fouteur de filles.


SIMON

Et la fille l'a pas attendu

et il a plus de cul à se mettre.

Tiens, rends-moi mon truc.


PIERRE

Et il se suicide.


SIMON

Oui, c'est ce

qui nous pend au nez.


PIERRE

Ah! Très drôle, "pend au nez".


SIMON

Ah! Ce qu'on est ignobles.


PIERRE

Bon, allez, je suis fait.

Je vais aller gerber.


SIMON

C'est ça, va gerber.


Dans la cuisine, ISMAËL continue de discuter avec MIRABELLE.


ISMAËL

Tout le monde plaque

tout le monde en ce moment.


MIRABELLE

Oui. C'est la saison des placages.


ISMAËL

Oui, mais c'est pas marrant.


MIRABELLE

Non, c'est pas marrant.

Bon, je vais lui parler.


MIRABELLE quitte la cuisine. ISMAËL cale son verre.


MIRABELLE va voir THÉO.


MIRABELLE

Je peux te parler?


THÉO

Oui, je suis là. Si, si.


THÉO se lève et s'approche de MIRABELLE.


MIRABELLE

Tu as raison.

Il faut pas rester trop

longtemps avec quelqu'un.

Tu es libre.

Et ma tronche, je sais bien

qu'elle est pas terrible.

Surtout si on compare

à la blonde avec les yeux

bleus de vache hollandaise.

Ne t'en fais pas pour moi,

j'ai été larguée plein de fois.

Je comprends, quand on largue.

Je m'en fous de toi.

Parce que tu es

quand même un salopard.


MIRABELLE s'en va.


THÉO retourne s'asseoir. ISMAËL regarde et va s'asseoir plus loin.


Plus tard dans la soirée, THÉO rejoint ISMAËL qui n'a pas bougé.


ISMAËL

Je me suis trompé.

À cause de Guillaume, je me

suis monté la tête avec Miren.

Finalement, je m'en fous.

Puis, je la trouve assez conne.

Elle connaissait Guillaume

et elle joue à celle

qui le connaît pas.

Si tu veux, le champ est libre.


THÉO

Tu es sûr?


ISMAËL

Oui.

De toute façon, j'étais

trop copain avec Guillaume

pour essayer de sortir

avec cette fille.


THÉO

Ça a rien à voir.

Au fait... moi,

c'est fini avec Mirabelle.


ISMAËL

Moi, j'ai rencard

avec Jessica demain.

Je vais au ciné avec elle.


THÉO

Je t'avais dit que Jessica,

c'était le mieux, vraiment.

Vous allez voir quoi?


ISMAËL

On verra plus tard

ce qu'on va voir.

En tout cas, si tu veux

sortir avec Miren,

il y a personne

qui t'en empêche.


THÉO se lève pour aller retrouver MIREN.


PIERRE vient s'étendre sur le canapé où ISMAËL est assis.


ISMAËL et PIERRE vont à la salle de bain. PIERRE ouvre les robinets et ISMAËL se penche au-dessus du bain.


ISMAËL est de retour au salon, les cheveux tout mouillés.


Après un moment, ISMAËL quitte le salon.


THÉO s'isole dans le corridor.


THÉO

ISMAËL)

Elle m'a bassiné

avec son mec à Londres.


ISMAËL

Son mec, c'est du vent.


PIERRE

Ah! Qu'est-ce que tu en sais?

C'est du vent, c'est tout.


THÉO

Elle est assez conne.

Elle m'a rien dit d'un

tout petit peu intéressant.


ISMAËL

Tu dis ça parce que tu viens

de te prendre un râteau.

De toute façon, tu voulais

surtout coucher avec elle.


THÉO

Oui, mais je lui

ai pas proposé.

Elle a 15 ans, elle a

jamais couché avec un mec.

Je sais pas ça se sentait.


ISMAËL

Je pense qu'elle a dû renifler

que c'était ce que tu voulais.


PIERRE

Oui, c'est des allumeuses,

de toute façon.


ISMAËL

Il faut insister.

Il faut lui montrer

qu'elle te plaît vraiment.


THÉO

En plus, elle embrasse mal.


PIERRE

À 15 ans?

Bien, dis donc.

Généralement, après

une sixième, une cinquième,

une quatrième et une troisième,

tu as appris à embrasser.


ISMAËL

Elle voulait peut-être pas.


PIERRE

En tout cas, mon gars, c'est

pas encore maintenant que tu

vas coucher avec une fille.


THÉO

Et toi, Jessica?


ISMAËL

Moi, Jessica,

finalement, ça me dit rien.


THÉO

Tu as encore changé d'avis?


ISMAËL

Oui, mais dans

le fond, je change pas.


THÉO

Ça veut dire quoi, ça?


ISMAËL

Rien.

Tu me laisseras avec Miren

quand elle sortira?

Je voudrais lui parler.


ISMAËL attend à la porte. MIREN approche.


ISMAËL

(Faisant la bise)

Salut. Je peux te demander

quelque chose?


MIREN

Oui?


ISMAËL

De te laisser aimer.

En fait, c'est plus

que te demander.


MIREN

Ça fait que tu me supplies?


ISMAËL

Oui, même si tu es

pas amoureuse de moi.

Tu es pas amoureuse d'un mec

à Londres, j'en suis sûr.

Parce que Guillaume, moi, si

j'avais été une fille,

je l'aurais pas raté.

Toi, Guillaume,

tu aurais dû l'aimer.

Si tu es pas capable d'aimer, tu

as une vie de merde devant toi.

J'aimerais pas être à ta place.


MIREN

Ça veut dire quoi?


ISMAËL

Ça veut dire

qu'un jour ou l'autre,

quand tu auras compris,

tu finiras bien par m'aimer.


MIREN

Tu es fou.


ISMAËL

Non.

Si tu as pas de vrais sentiments

pour les gens, c'est le pire.

Tu es déjà passée à côté

de mon copain, il faut

pas que ça recommence.

Ça doit pas recommencer.


MIREN

Tu as bu. Ça non plus, il

faudrait pas que ça recommence.


ISMAËL ouvre la porte et laisse sortir MIREN.


Plus tard, ISMAËL marche dans la rue.


Dans une rue sombre, ISMAËL grimpe un poteau qui longe un mur de pierres. Ensuite, ISMAËL marche dans les allées du cimetière et s'approche de la tombe de GUILLAUME.


ISMAËL

Je voulais te parler, mais

j'ai pas les mots, ce soir.

Je comprends

ce qui t'est arrivé.

Mais t'en fais pas,

je me tuerai pas.

Même si tu vas empoisonner

toute ma vie avec

ce que tu as fais.


ISMAËL s'accroupit sur la la tombe.


ISMAËL

(Sanglotant)

Mais, avec elle,

il faut que ça change.

Sinon, tu auras tout

fait cela pour rien.

Alors, salut.

Je vais revenir, t'en fais pas.

(Pleurant)

Même si tu m'entends plus,

moi, je te parle.


ISMAËL quitte le cimetière en courant.


Le lendemain, ISMAËL passe devant l'immeuble de MIREN, mais ne s'arrête pas. ISMAËL traverse la rue et attend près d'une entrée.


MIREN sort de l'allée et voit ISMAËL.


ISMAËL suit MIREN de loin.


ISMAËL

(Voix intérieure)

Ah! Ce vide.

Ce vide épouvantable.

Souvent, je me dis,

si je pouvais,

ne serait-ce qu'une fois

la serrer sur mon coeur,

tout ce vide serait comblé.


Générique de fermeture



Movies

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Cinéma
  • Category Fiction

Résultats filtrés par