Universe image Ciné TFO Universe image Ciné TFO

Ciné TFO

Watch the best movies on CinéTFO! Enjoy our selection of free movies to discover (again) classics and the best works of contemporary auteur films. For movies airing on TV, take a look at our CinéTFO Passport !

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Phoenix

A disfigured Auschwitz survivor goes back to Berlin, where she has facial reconstructive surgery and tries to find her husband.



Production year: 2014

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Ce film est présenté en langue originale allemande, quelques dialogues sont en anglais. Tous les dialogues sont sous-titrés en français. Ce document rapporte exclusivement les sous-titres français.


Générique d'ouverture


C'est la nuit, LENE roule dans sa voiture et arrive à un poste frontière.


Un soldat américain éclaire la voiture de sa lampe-torche.


LE SOLDAT

Vos passeports!


LENE a un passager dont le visage et la tête sont bandés. Du sang transperce les bandages.


LE SOLDAT

Belle bagnole.

Où l'avez-vous eue?


LENE

Elle a survécu en Suisse.


LE SOLDAT

Comme vous?


LENE

Comme moi.


LE SOLDAT siffle pour appeler.


LE SOLDAT

L'auto a survécu en Suisse.

La fille aussi.

Je veux voir son visage.

(En éclairant NELLY avec sa lampe-torche)


NELLY, aveuglée, soulève la couverture dans laquelle est enveloppée.


LENE

Je peux vous parler?


LENE descend de la voiture pour parler au SOLDAT.


LENE

Je vous en prie, c'est pas

Eva Braun.


LE SOLDAT

Bien sûr que non.

Cette salope a été tuée par son

mari.


LENE

Elle rentre des camps.


Plusieurs soldats entourent la voiture. Le SOLDAT s'avance sur la banquette du passager. [LE SOLDAT

Montre ton visage.


LENE

Je vous en prie.


LE SOLDAT

La ferme!

Montre-moi ton visage!


NELLY, apeurée, descend la couverture qui la couvre pour dévoiler sa tête pleine de bandages. Elle défait les bandages en haletant.


Le Soldat se retire et ferme sa lampe.


LE SOLDAT

Pardon.

Allez-y.


Pendant que NELLY replace les bandages, LENE reprend place sur le siège du conducteur.


LE SOLDAT

Laissez-les passer.


La voiture redémarre et passe la barrière pour traverser un pont de métal.


Titre :
PHEONIX


LENE est debout près de la fenêtre dans un cabinet de médecin.


LE MÉDECIN

Le canal de la plaie est dû à

une blessure par balle.

Ils vous ont cru morte.

Vous avez eu de la chance.

Vous voyez? C'est bien.

La patiente a une fièvre

traumatique.

Pénicilline intraveineuse.

Les os malaire et nasal sont

brisés. Morcellement de l'os

crânien à gauche.

Vous étiez chanteuse?

Et où?


LENE s'est approchée du médecin.


LENE

Avant d'arrêter au St Michael's

Choir.


LE MÉDECIN

À Londres?


LENE

Oui.


LE MÉDECIN

Quand?


LENE

Jusqu'en 38.


LE MÉDECIN

Et en tant que Juive, pourquoi

vous êtes revenue ici?


LENE reste sans voix.


LENE pèle un fruit, assise près d'une table.


LENE

Les caves sont merveilleusement

fraîches. Et il y a un vrai verger

dans le parc.

On va bientôt pouvoir se promener.

Et tu pourras...


NELLY

Qui paie tout ça, Lene?

Toi?


NELLY est couchée dans un lit. Elle a encore des bandages sur son visage. La table où LENE est assise est près de la porte.


LENE

Non.

Tu as hérité.

Toute ta famille est décédée.

Et Herbert et Marie...

Les jumeaux.


NELLY

Esther?


LENE

Je ne l'ai pas encore retrouvée.


LENE se lève et apporte une assiette de fruits coupés à NELLY.


NELLY

Où est Johnny?


Le MÉDECIN regarde le dossier de NELLY.


LE MÉDECIN

À qui voulez-vous ressembler?

À vous de choisir.


Le MÉDECIN prend des fiches sur lesquelles des profils, des yeux et d'autres parties de visages apparaissent.


LE MÉDECIN

Nos patientes ont un faible

pour Zarah Leander.

Ou pour Mlle Soderbaum.

Bien qu'elles ne soient plus

vraiment à la mode.


NELLY est semi-allongée sur une table d'examen au dossier relevé. LENE est debout à côté de la table.


LE MÉDECIN

Certains messieurs ne seraient

pas mécontents de voir de

nouveaux visages.


NELLY

Je veux la même tête qu'avant.


LE MÉDECIN

Ça va être difficile. Je vous

conseille d'y réfléchir.


NELLY

Pourquoi?


LE MÉDECIN

D'une part, on n'obtient

jamais le même résultat,

et d'autre part, c'est avantageux

d'avoir une autre tête.


NELLY

En quoi c'est un avantage?


LE MÉDECIN

Vous serez une tout autre

personne.

On ne pourra pas vous

identifier, ce qui signifie...


NELLY

Je veux être exactement comme

avant.


NELLY est maintenant couchée, et on prépare la salle pour la chirurgie.


LE MÉDECIN

On va vous anesthésier

par intraveineuse.


NELLY

Pourquoi?


LE MÉDECIN

Vu votre visage,

il est impossible d'utiliser

un masque à l'éther,

mais ne vous inquiétez pas,

vous dormirez profondément.

Comptez à rebours: dix...

neuf, huit, etc.


NELLY est un peu paniquée, elle tente de se relever, puis se recouche.


LE MÉDECIN

Les Américains appellent ça un

"countdown".

C'est tiré du film allemand

"La femme sur la Lune."

Allez, comptez: dix...


NELLY

Dix.


LE MÉDECIN

Neuf.


NELLY

Neuf.


LE MÉDECIN

Continuez.


NELLY

Huit, sept...

six...

cinq...


NELLY rêve qu'elle est dans un champ. Elle porte la robe caractéristique des camps de concentration juifs. Elle marche vers une péniche au bord d'un lac.


NELLY entre dans la cabane.


À l'intérieur, un homme se tient debout devant un piano droit. L'homme referme le couvercle sur le clavier.


NELLY

Johnny.


NELLY dort dans un lit, son visage est de nouveau bandé.


NELLY est debout en jaquette d'hôpital, elle regarde dans l'embrasure d'une porte, puis ferme la porte.


NELLY se réveille dans son lit et allume une lampe.


NELLY sort dans un corridor et voit une autre femme portant une jaquette et ayant le visage et la tête bandée comme elle.


LA FEMME marche dans le corridor. NELLY observe LA FEMME e la suit de loin.


LA FEMME regarde des photos épinglées sur un babillard, dans le cabinet du médecin.


LA FEMME s'assoit par terre. NELLY entre aussi dans le cabinet.


Sur le bureau du médecin, un livre ouvert montre des photos de visages reconstitués. Sur des feuillets, des dessins de parties du visage sont illustrées.


NELLY s'attarde sur un modelage de nez posé sur une tige.


NELLY regarde le babillard. Au-dessus d'une photo de groupe, son nom est écrit.


NELLY prend la photo, dans le groupe elle reconnaît LENE.


NELLY prend une photo. L'autre femme est toujours accroupie par terre, sous le babillard.


NELLY tient une photo pliée et la déplie. C'est la photo d'un couple : NELLY et JOHNNY.


LENE scrute une photo à la loupe dans un bureau rempli de documents. LENE note un chiffre et fouille dans la pile à sa gauche. LENE ouvre un registre à demi brûlé et cherche le numéro. Elle trouve Jude Blum Esther.


LENE se lève. On découvre une salle où plusieurs personnes font des recherches.


LENE se ressaisit près d'un escalier.


UNE EMPLOYÉE

Monsieur!


Un bruit sourd attire l'attention de LENE qui se retourne et voit un homme sortir.


UNE EMPLOYÉE

Monsieur! Vous savez ce que vous

faites?


L'HOMME sort de l'établissement à toute vitesse suivi par une EMPLOYÉE.


LENE entre dans un bureau où elle trouve une pile de documents tombés sur le sol.


Pendant que LENE ramasse les documents, l'EMPLOYÉE revient dans son bureau.


LENE

Excusez-moi.

Oh, désolée... Lene Winter,

de l'agence.

Que s'est-il passé?


UNE EMPLOYÉE

Il essayait de voler les fiches.


LENE

Il n'est pas le seul.

Je peux regarder?


UNE EMPLOYÉE

Allez-y!


LENE tire une fiche et lit les informations qu'elle contient.


Johannes Lenz, pianiste,

divorcé le 4 octobre 1944


NELLY marche dans un sentier, son visage en encore couvert de bandelettes.


NELLY s'assoit sur un banc.


LENE

Tu t'en tires déjà bien.


LENE s'approche et s'assoit près de NELLY et lui prenant la main.


LENE

Plus que quelques jours et on

t'enlève ton bandage.

Au fait, j'ai trouvé un appartement.

À Haïfa. On peut voir la mer.

Une architecture magnifique,

clairement dessinée.

C'est Bernstein qui l'a conçue.

J'ai des photos. Tu veux les

voir?

(En ouvrant un album)

Regarde.


LENE feuillette l'album dans lequel des documents et des photos sont attachés au pages.


NELLY écrit une note sur un petit écritoire.


LENE

Non, je ne l'ai pas vu.


NELLY écrit encore.


LENE

Nelly, tout a été bombardé.

Ça n'existe plus.


NELLY descend de voiture dans une rue dévastée par les bombardements. Certaines maisons ne sont plus que ruines.


LENE sort de aussi de la voiture et accompagne NELLY qui marche vers les tas de gravats.


En marchant dans les décombres, NELLY voit sa réflexion dans un miroir cassé. Aussitôt, NELLY rebrousse chemin vers LENE restée dans la rue. NELLY et LENE remontent dans la voiture.


NELLY

Je n'existe plus.


LENE

Nelly, tu te rappelles de ton

état il y a trois mois?

À quel point tu étais

désespérée?

C'est impressionnant ce que le

Dr Bongartz...

On t'enlève bientôt les

bandages...


NELLY

Tu me reconnaîtrais?

Est-ce que tu me reconnaîtrais?


LENE

Oui.


NELLY

Non.


NELLY sort une photo de sa poche.


NELLY

(En pleurant)

Ça, c'est moi.


LENE

T'as eu ça où?

La clinique avait besoin de

photos pour la reconstruction.

Désolée, le mot est mal choisi.

Le Dr Bongartz l'a employé et

j'ai...

Reconstitution, c'est mieux, non?


NELLY

Reconstitution.

Tu vois la tête que j'ai?


LENE

Nelly, tu es jolie.

Il ne s'agit pas de ça.


NELLY

Que signifient les cercles?


LENE

Ce sont des nazis.


NELLY

Et les croix sont pour les morts?


LENE

Oui. On doit aussi en faire

une sur Esther.

C'est vraiment un miracle que tu

aies survécu.


Dépliant une autre photo, NELLY met la main sur le visage de JOHNNY.


NELLY

Il n'y a pas de croix

au-dessus de Johnny.


LENE

Je me fiche de Johnny.


LENE démarre la voiture.


Dans une chambre, ÉLISABETH sort des robes d'une penderie.


ÉLISABETH

Voici des robes, une veste

en tissu anglais, et deux manteaux:

un pour l'été et un fourré,

pour faire la transition.

Mme Winter s'est chargée de

tout. Des tissus magnifiques.

Vous faites du 38, n'est-ce pas?

Quand partez-vous en Palestine,

au fait?


NELLY

Je ne sais pas encore.


ÉLISABETH sort de la chambre et poursuit la visite avec NELLY.


ÉLISABETH

Voici la salle de bains,

parfaitement équipée,

et tout fonctionne.

S'il vous faut quelque chose,

dites-le-moi.


NELLY appuie sur un interrupteur. Le plafonnier de la salle de bain s'allume. ÉLISABETH revient dans la chambre et ferme la lumière.


ÉLISABETH

Non, ne touchez pas à ça.

On laisse la lumière éteinte.

On est envahis par les

moustiques.

La guerre n'a pas l'air de les

avoir gênés.

(En posant une moustiquaire dans la fenêtre ouverte.)

Ils arrivent du lac par nuées.


NELLY prend une autre moustiquaire pour aider ÉLISABETH.


ÉLISABETH

Non, je vous en prie,

je préfère le faire moi-même.


LENE

On dîne quand, Élisabeth?


ÉLISABETH

À 7h, si cela vous convient.


LENE vient tout juste d'entrer dans la pièce.


LENE

Qu'avez-vous cuisiné?


ÉLISABETH

Du chou farci au ris de veau.


LENE

Où avez-vous dégoté le ris de

veau?


ÉLISABETH

Je n'ai ni muscade, ni beurre,

ni poivre noir, quelle misère!


LENE

Mais vous êtes la reine de

l'improvisation.


ÉLISABETH

Improviser, improviser!

J'en ai assez d'improviser.


ÉLISABETH sort de la pièce et laisse LENE et NELLY seules.


LENE

Élisabeth est une perle.


NELLY

Elle n'est pas nazie?

Elle les a toujours détestés.

Alors, ça te plaît?


NELLY

Oui.


LENE

Parfait. J'ai posé les papiers

pour l'appartement à Haïfa

sur ton bureau.

Et j'en ai trouvé deux autres

pour nous à Tel Aviv.

L'un est un projet d'habitation.

On nous attribue à tous un

terrain.

Ça n'a pas été évident d'obtenir

un visa pour nous deux.


NELLY serre son amie contre elle.


Dans la salle à manger, LENE et NELLY sont attablées.


Un disque joue : « Speak Low ».


VOIX DE KURT WEILL

(En chantant ♪♪ Chérie, parle bas L'amour est une étincelle Perdue dans l'obscurité Trop tôt, bien trop tôt Où que j'aille... Je sens... Je vous en prie. ♪ [ÉLISABETH sert le repas.)


LENE

Merci, Élisabeth.


VOIX DE KURT WEILL

♪ Que demain est proche

Que demain est ici ♪♪


ÉLISABETH arrête la musique.


LENE

Ça va aller?


NELLY

Oui. On pourrait la remettre?


LENE

C'est beau, hein?


LENE se lève et remet le disque.


VOIX DE KURT WEILL

♪♪ Parle tout bas

Quand tu parles d'amour... ♪


LENE

Je l'écoutais à Londres avant

de m'endormir.


VOIX DE KURT WEILL

♪ Trop tôt...

Bien trop tôt...

Parle tout bas... ♪


LENE

Tu me la chanterais?


VOIX DE KURT WEILL

♪ Quand tu parles amour...

Notre instant est fugitif... ♪


NELLY

D'accord.


VOIX DE KURT WEILL

♪ On est balayés loin de l'autre

Je ne supporte plus les

chansons allemandes.

Chéri, parle tout bas.

L'amour est une étincelle... ♪


LENE

Quand tu iras mieux,

on s'occupera de ta fortune.


VOIX DE KURT WEILL

♪ Trop tôt, bien trop tôt

Où que j'aille... ♪



NELLY

C'est beaucoup?


VOIX DE KURT WEILL

♪ Je sens... ♪


LENE

C'est conséquent. Il va

falloir un certain temps

pour virer les nazis des

propriétés, mais il y a pas mal

d'argent en Suisse.

C'est l'argent des victimes, on

a une obligation envers eux.


NELLY

De faire quoi?


VOIX DE KURT WEILL

♪ Et l'amour si bref... ♪


LENE

D'aller en Palestine et de

fonder un État où les Juifs

pourront vivre en sécurité.

Et de récupérer tout ce qu'ils

nous ont volé.

Peut-être qu'après on réécoutera

des chansons allemandes.


VOIX DE KURT WEILL

♪ Le rideau descend, l'heure a

sonné... ♪♪


NELLY est dans sa chambre devant le miroir de la penderie. NELLY met un chapeau à voilette sur sa tête.


Les rues de la ville sont animées de passants, de voitures, de tramways. NELLY marche seule sur le trottoir. C'est le soir. Trois soldats américains marchent derrière NELLY.


Les trois soldats devancent NELLY et passent sous une grande arche. NELLY fait quelques pas derrière eux et s'arrête. Dans la ruelle, sous un réverbère près des décombres, un jeune homme joue du violon.


LE VIOLONISTE

Ça vous plaît?


NELLY

Oui.


LE VIOLONISTE

Alors donnez-moi une pièce.


NELLY

Oui.


LE VIOLONNISTE est aveugle.


NELLY

Je cherche mon mari.

Lui aussi est musicien.


LE VIOLONISTE

De quoi joue-t-il?

Il est pianiste.


NELLY

S'il est chanceux, il joue

dans l'un des cabarets ou clubs.

Sinon, il se trouve à un coin de

rue avec un accordéon.


LE VIOLONISTE recommence à jouer.


NELLY

Quels clubs?


LE VIOLONISTE

Essayez le secteur américain.


NELLY marche à tâtons dans le secteur sombre et délabré.


Plus loin dans la rue, une enseigne lumineuse affiche : PHOENIX.


NELLY marche tout droit vers

l'enseigne. Après avoir traversé

une arche, NELLY se trouve

devant la porte d'un bar animé.]


UNE FILLE

Johnny, qu'est-ce que j'ai fait?


NELLY se retourne et voit un homme pousser une fille près d'un grillage.


UNE FILLE

Je voulais juste danser un peu.

Lâche-moi! Johnny! Lâche-moi!


JOHNNY et la FILLE disparaissent dans une impasse et NELLY les suit.


Dans un secteur désert de la ville en ruine, JOHNNY pousse la FILLE. NELLY les suit encore.


NELLY reste terrée contre un mur et écoute les respirations saccadées de la FILLE.


JOHNNY passe seul devant NELLY.


NELLY

Johnny?


JOHNNY

Oui.


L'homme se retourne et fait face à NELLY.


NELLY

Excusez-moi.

Je vous ai pris pour quelqu'un

d'autre.


NELLY s'avance pour rebrousser chemin.


JOHNNY

Restez où vous êtes.

Je t'ai dit de rester là!


JOHNNY s'approche de NELLY par derrière.


JOHNNY

Qu'est-ce que tu as dans ton sac?

Montre.


JOHNNY saisit le bras de NELLY et prend son sac.


JOHNNY fouille le sac et part. NELLY reste là, terrorisée.


Dans la maison, ÉLISABETH inspecte le manteau de NELLY.


ÉLISABETH

Le joli manteau!

Je n'arriverai pas à le ravoir.

C'est du goudron.

(En s'adressant à LENE qui s'approche)

Où a-t-elle bien pu aller

traîner?


LENE

Vous pourriez nous laisser un

instant, Élisabeth?


LENE entre dans la chambre de NELLY.


LENE

Alors, tu l'as rencontré?

Tu ne peux pas sortir la nuit.

On en voit de toutes sortes!

Je ne sors plus sans revolver.

Je ne peux pas veiller sur toi,

je dois partir en Pologne.

Un bon moment.


NELLY

Combien de temps?


LENE

Une semaine ou deux,

peut-être plus longtemps.

Tu as réfléchi?

Haïfa ou Tel Aviv?

À Tel Aviv, il y a une chorale

juive dirigée par Vera Stroux.

Ça pourrait te plaire.


NELLY

Moi, dans une chorale juive?

Je ne suis pas juive.


LENE

Tu l'es, que tu le veuilles ou non!

Ils ont tenté de te tuer parce

que tu es juive.

On ne peut pas rester ici, Nelly.


LENE vient s'asseoir sur le lit près de NELLY.


LENE

Johnny t'a trahie.

Tu as été arrêtée le 6 octobre 1944.

Johnny a été arrêté le 4 octobre

1944. On l'a interrogé et relâché

juste après ton arrestation le

6 octobre. On ne l'a pas

emprisonné. Aucune sanction.

Bien au contraire.

On l'a autorisé à rejouer et

maintenant, il veut ton fric.


NELLY

Tu l'as vu?


LENE

Oui.


NELLY

Quand?


LENE

Il y a deux mois.


NELLY

Tu lui as parlé?


LENE

Je ne parle pas aux traîtres.


C'est le soir, NELLY regarde l'entrée du PHOENIX.


NELLY entre dans le bar et s'avance vers la scène où un orchestre de jazz joue. LE PROPRIÉTAIRE s'adresse à l'auditoire après la prestation de l'orchestre.


LE PROPRIÉTAIRE

Quelle merveille! Quelle

merveille!

On a de la bière.

On a de la bière fraîche. On a

du whisky.

On a du champagne.

Mais... il manque quelque chose.

Où sont les filles?

Et voici nos charmantes Vicky

et Lola qui vont chanter

la seule et unique...

"Night and Day" de Cole Porter.


NELLY s'appuie sur le mur pour écouter et observer les gens tant sur la scène que dans la salle.


LOLA ET VICKY

"Nuit et jour".

♪♪ Nuit et jour, je pense à toi

Tant de tristes semaines se

sont écoulées et je te désire

ardemment

De mes rêves nocturnes je me

suis réveillée chaque matin

Et j'ai apporté cette jolie

photo de toi

Où que je sois, je suis

auprès de toi

J'entends souvent tes pas

familiers s'arrêter à ma porte

Et l'éclat de tes yeux bleus

illumine les heures sombres

de ma solitude...

D'une clarté flamboyante

Nuit et jour, je sens cette

main tant aimée

que tu m'as si timidement

offerte alors qu'on était au

bord de la prairie

Tu es le mirage de mon espoir

Qui disparaît dans la brune

grisâtre Mon désir reste

inassouvi

Nuit et jour!

Telle la pluie... ♪


NELLY retire son chapeau en reconnaissant JOHNNY.


NELLY

Johnny!


LOLA ET VICKY

♪ ... Quand à l'automne la

brume apparaît

Et que des nuages gris et

déchirés

s'enfuient en entendant hurler

le vent

Mon coeur de met à battre la

chamade ♪


L'homme se retourne et NELLY s'en va en courant.


LOLA ET VICKY

♪ Il bat sans relâche

Tout comme le vent qui gémit

Juste toi, toi, toi ♪♪


NELLY court dans l'allée en sortant du bar.


Une voiture arrive à toute vitesse lorsque NELLY arrive dans la rue.


LE PASSAGER

Watch out!


NELLY s'arrête, laisse la voiture passer et reprend sa course.


NELLY entre dans la maison en claquant la porte et se dirige tout droit dans sa chambre.


NELLY se regarde dans le miroir de la penderie quand on frappe à la porte.


LENE ouvre la porte de la chambre de NELLY.


LENE

Nelly?

Tout va bien?


NELLY

Oui.


LENE

Un instant, je reviens tout de

suite. J'ai aussi un revolver pour toi.

Tu sais t'en servir?

Des fois, il suffit juste de le

montrer.


NELLY prend le revolver.


NELLY est de retour au PHOENIX. Le bar est vide. Quelques employés s'affairent à préparer la salle pour la soirée à venir.


NELLY s'approche d'une loge où les deux chanteuses se préparent.


NELLY

Je cherche Johnny.


LOLA

C'est lui qui t'a collé cette

rouste?


NELLY

Il travaille ici.


LOLA

Y a pas de Johnny ici.

Mais je l'ai vu.

Je connais pas de Johnny. Et

toi?


VICKY

(En chantant)

♪♪ Johnny, sale crapule, tes

valises sont vides

Mais la cave est pleine, que

demande le peuple?


LOLA ET VICKY

♪ Le monde est un quai

rempli de filles

Qui font tourner la tête des

matelots ♪♪


UN EMPLOYÉ arrive dans le corridor des loges.


VICKY

Un café serait le bienvenu!


LOLA

Deux!


L'EMPLOYÉ

Ça arrive.


VICKY

C'est toi, Johnny? La petite

cherche du boulot.


LOLA

Mais ne la tabasse plus.

Johannes, remue-toi!


L'EMPLOYÉ appelle quelqu'un dans l'escalier tout près.


L'EMPLOYÉ

C'est à lui qu'il faut

s'adresser.


Plus tard dans le bar, NELLY écoute l'orchestre. Un client s'approche et lui offre une cigarette.


LOLA ET VICKY

♪♪ Quand on veut se balader

La lumière du soleil suffit

Mais pour voir Berlin le soleil

ne suffit pas ♪


LE CLIENT caresse le visage de NELLY qui regarde vers la scène sans broncher.


LOLA ET VICKY

♪ C'est un endroit bien

douillet...

C'est ce qu'on pourrait appeler

une sacrée ville

Pour arriver à tout voir ♪


LE CLIENT met la cigarette dans la bouche de NELLY.


LOLA ET VICKY

♪ Il faut bien une centaine de

watts

Mais c'est quoi, ça?

Et ça, c'est quoi?

En voilà une ville!

Allez, allume pour qu'on

puisse voir

Ce qu'il y a là

Allume et cesse de jacasser... ♪


JOHANNES

Désolé, Monsieur, ce n'est pas

la bonne.


LE CLIENT surpris se retourne et va voir ailleurs.


LOLA ET VICKY

♪ ... pour qu'on puisse voir

Je pensais qu'elle était...

à quoi ressembler Berlin sous

la lumière. Allez, allume

pour qu'on puisse

voir ce qu'il y a là...


NELLY sort du bar, un HOMME la suit et rebrousse chemin sur le pas de la porte.


LOLA ET VICKY

♪ Allez, allume pour qu'on puisse

voir ce qu'il y a là

Et à quoi ressemble

Berlin sous la lumière ♪♪


NELLY s'est arrêtée dans l'allée.


JOHANNES

Vous cherchez du travail?


JOHANNES est assis sur le seuil de la porte de service. Il s'approche de NELLY en la prenant par le bras pour l'amener vers la lumière.


JOHANNES

Vous avez un appartement?

Pour vous toute seule?


NELLY fait signe que non.


JOHANNES

Attendez-moi là.


JOHANNES part et revient. JOHANNES prend le bras de NELLY et l'amène plus loin.


JOHANNES

Par là. J'ai pas beaucoup de

temps.


JOHANNES et NELLY marchent ensemble en s'éloignant du bar.


JOHANNES

On peut se faire un paquet de

pognon. Vous ressemblez

beaucoup à quelqu'un.


NELLY

À qui?


JOHANNES

À ma femme.

Maintenant qu'elle est morte,

elle est riche.


NELLY

Quoi? Pourquoi ça?


JOHANNES

Elle et sa famille ont été tuées.

Par là.


Le couple marche dans une rue déserte.


JOHANNES conduit NELLY dans un appartement situé dans un sous-sol.


JOHANNES

Vous pouvez avoir la pièce du

fond. Je dors là.

Je n'ai pas accès à son

héritage.

On n'a aucune preuve de sa mort.


NELLY

Peut-être qu'elle vit encore.


JOHANNES

Elle est morte. Faites-vous

passer pour ma femme.

Je vous raconterai tout.

Vous revenez après avoir survécu

et vous acceptez l'héritage.

On se le partagera.

Il y aura bien 20 000$ pour vous.

Mais pas de sortie au cours des

prochaines semaines.

Personne ne doit vous voir.

Je ferai les commissions.

Il y a une bière américaine là.


NELLY

Johnny!


JOHANNES

M'appelez pas comme ça.

Et... comment veux-tu que je

t'appelle?


JOHANNES

Johannes. Vous m'appellerez

Johnny en public.

Et ne me tutoyez pas.


NELLY

En public?


JOHANNES

Quand vous reviendrez en tant

que rescapée.

C'est quoi votre non, au fait?


NELLY

Esther.


JOHANNES

Il n'y en a plus beaucoup,

d'Esther.


NELLY

Comment s'appelait votre

femme?


JOHANNES

Nelly.

Je reviens à 4h du matin.

Vous me laisserez dormir.


NELLY

Je lui... ressemble vraiment?


JOHANNES

Non. Mais bientôt, oui.


JOHANNES sort de l'appartement et ferme derrière lui.


NELLY est rentrée chez elle et se glisse dans la chambre de LENE qui dort.


NELLY

Lene?

Lene!


LENE

Nelly?


NELLY

Oui.


LENE se lève pour allumer.


NELLY

Non, n'allume pas la lumière.


LENE

Tu étais chez lui.


NELLY

Oui.


LENE

Et alors?


JOHANNES se réveille et tire les rideaux. Dans la rue, NELLY marche vers chez JOHANNES. NELLY porte des paquets.


On frappe à la porte.


JOHANNES

C'est ouvert.


JOHANNES regarde NELLY entrer.


JOHANNES

Revenez sur vos pas.

Entrez encore une fois.

Refaites votre entrée.

Sans les sacs.

Ne me regardez pas.

Entrez et descendez l'escalier.

Continuez, descendez, tout

simplement.


JOHANNES observe NELLY descendre l'escalier.


JOHANNES

Franchement, j'espérais ne plus

vous revoir.


NELLY

Pourquoi?


JOHANNES

Ça ne marchera pas.

Voilà 2$. Et une carte

de rationnement.

Désolé.

Tenez, prenez.

Partez maintenant.


NELLY

Mais on voulait s'entraîner...


JOHANNES

Ça ne marchera pas.


NELLY

Pourquoi ça?


JOHANNES

Vous n'y arriverez pas!

Prenez votre argent et partez.


JOHANNES pousse NELLY vers la sortie.


NELLY

On pourrait tenter le coup.


JOHANNES

Prenez vos sacs.


NELLY redescend l'escalier.


NELLY

Juste pour deux jours.

Si ça ne marche pas, je m'en vais.


NELLY va s'asseoir à la table.


NELLY

S'il vous plaît.

(En sanglotant)

S'il vous plaît.


JOHANNES

Asseyez-vous de l'autre côté.


JOHANNES fouille dans un tiroir sous la table. Il sort un calepin et un crayon.


JOHANNES

Voici un modèle.

Vous devez être capable d'écrire

comme elle.

Entraînez-vous.


NELLY

C'est une liste de courses.


JOHANNES

Oui, on commence par ça.

Et maintenant, au boulot.


JOHANNES met sa veste.


JOHANNES

(En montrant les sacs de NELLY)

C'est tout ce que vous possédez?

Je vais voir ce que je peux

faire.

Entraînez-vous.

Je vous ai laissé à manger.


NELLY

Merci.


JOHANNES quitte l'appartement. NELLY le regarde s'éloigner par la fenêtre.


Seule dans l'appartement, NELLY fouille les tiroirs.


NELLY trouve un petit piano, puis elle ouvre une valise.


JOHANNES

T'aurais pas dû te donner

cette peine.


JOHANNES tient une lanterne en réveillant NELLY.


JOHANNES

Y a pas de fric dans le tiroir.


NELLY sursaute en se protégeant de la lumière.


NELLY

Quoi?

Oh, ça.


NELLY

J'avais besoin de modèles.


JOHANNES

De quoi?


NELLY

Pour voir son écriture.

J'avais fini la liste de courses.

Il me fallait autre chose.


JOHANNES

Montre.


NELLY

Sur la table.


JOHANNES

Vous n'avez pas décalqué?

Non.


JOHANNES est penché sur les notes. NELLY se lève.


JOHANNES

Asseyez-vous.

Je ne m'habituerai jamais à

conduire à gauche.

Écrivez.


NELLY

Ah bon...


JOHANNES

Je ne m'habituerai jamais à

conduire à gauche.


JOHANNES compare la phrase avec une carte postale écrite par NELLY.


JOHANNES

Écrivez: Je suis en vie

et serai bientôt de retour.

Signé, Nelly Lenz.

Voici sa signature.


NELLY écrit et signe. JOHANNES compare les documents.


JOHANNES

C'est presque identique.

Bien. Allez dormir.

On continuera demain.


Le matin suivant.


NELLY

Bonjour.


JOHANNES

Bonjour.

Je vous ai apporté des affaires.


NELLY

Ce sont... les affaires de Nelly?


JOHANNES

Elles ont brûlé.

Sauf les chaussures.


NELLY

Elles viennent de Paris!


JOHANNES

Essayez-les.

Essayez les chaussures.


NELLY

C'est vous qui les lui avez

offertes?


JOHANNES

Oui, je crois.


NELLY enfile les chaussures.


JOHANNES

Elles vous vont?


NELLY

Vous êtes allés à Paris

ensemble?

Il faut bien que je le sache.


JOHANNES

Mettez l'autre. Et faites

quelques pas.

Elles vous serrent?


NELLY fait non de la tête.


JOHANNES

C'est quoi cette démarche?

Là, aussi, il faudra qu'on

s'entraîne.


NELLY

Je viens juste de me lever.

Je n'ai encore rien avalé.


JOHANNES

L'eau bout, on va bientôt

manger. Et maintenant,

appliquez-vous.


NELLY marche normalement.


JOHANNES prend une robe et la dépose sur les épaules de NELLY.


NELLY sort de sa chambre avec la robe qu'elle a enfilée.


JOHANNES

Elle est trop longue.

Vous savez coudre?

Il faudrait la raccourcir.


NELLY

La robe?


JOHANNES

Ses robes s'arrêtaient au genou.

Toujours jolies, courtes, amples

et aérées.

Vous vous en sortirez?


NELLY

C'est mon café?


JOHANNES

Vos cheveux sont affreux. Il

va falloir qu'on arrange ça.

Nelly se teignait toujours les

cheveux.


NELLY

Et sinon?


JOHANNES

Et comment!

On ne fait que commencer.

Si on y arrive... une fois qu'on

en aura fini ici,

vous prendrez un train

venant de l'Est

et on vous attendra à la gare.


NELLY

Et je porterai... une robe rouge

et des chaussures de Paris?

Vous pensez qu'on sort des camps

comme ça?

Personne ne sera dupe.


JOHANNES

Vous avez vu les survivants.

Couverts de brûlures et le

visage amoché par les balles!

Personne ne les regarde. Tout le

monde les évite. Mais on veut

qu'ils te regardent

et qu'ils disent:

C'est Nelly!

Nelly est en vie! Elle est de

retour!

Elle porte une robe légère et de

jolies chaussures parce

qu'elle est contente.

C'est le seul moyen d'obtenir ce

qu'on veut.

(En sortant une photo)

Voici ton comité

d'accueil à la gare,

et ceux que tu pourrais croiser

après ton arrivée.

Et là, leurs noms et quelques

détails.

Apprenez-les tous par coeur.

Je serai là, je vous aiderai.

Et si nécessaire, sanglotez ou

pleurez. Comme si vous étiez

sous le choc.

Ou prenez-les dans vos bras

et j'accourrai.

On va s'entraîner.

Ceux qui ont une croix sont morts.

Mais vous devez les connaître.

Lui a été abattu à Lichtenberg.

C'était un nazi.


NELLY

Lui?


JOHANNES

Oui. Et elle aussi.


NELLY

Vous avez... des photos de Nelly?

Je voudrais tellement la voir.


JOHANNES

Plus tard. Occupez-vous

d'abord de ceux-là.


NELLY

Ses yeux étaient de quelle

couleur?


JOHANNES

Comme les vôtres.


NELLY

C'est-à-dire?


JOHANNES

Bleus.


JOHANNES s'en va.


NELLY dort dans sa pièce. Un bruit la réveille.


NELLY se réveille et voit un petit déjeuner sur sa table de chevet. NELLY s'assoit et mange, puis elle vient rejoindre JOHANNES à la table.


JOHANNES

Bonjour.


NELLY

Bonjour.


JOHANNES

(En montrant une page de magazine)

J'ai trouvé une solution pour

vos cheveux. C'est pas ma femme,

c'est une actrice.

Nelly aimait beaucoup cette

photo. Son style,

sa façon de se maquiller.

Ses cheveux.

Elle l'imitait. Surtout pour ses

concerts. À chaque fois

qu'elle en donnait un.

Vous y arriverez?

Vous savez vous maquiller, non?

Je vous ai apporté du maquillage.


NELLY sanglote.


JOHANNES

Et ça, c'est pour les cheveux.

Ça devrait être la bonne

couleur.


NELLY

Ça ne marche pas.

Je ne peux pas revenir

des camps comme ça.


JOHANNES

Je vous ai expliqué.


NELLY

Non, c'est n'importe...


JOHANNES

C'est Nelly qu'ils veulent,

pas une déportée en guenilles.

C'est le résultat qu'on vise.


NELLY

Si je reviens... des camps,

il y aura bien quelqu'un

qui me demandera

ce que j'ai vécu, ce que...


JOHANNES

Quoi?


NELLY

Comment c'était là-bas,

et il me faut une histoire.


JOHANNES

Quel genre?


NELLY ricane.


JOHANNES

Quoi?


NELLY

N'importe quoi.

Comme... quand on était assis

sur une poutre, nus et...

qu'on devait tâter les vêtements

de ceux qui venaient d'arriver

pendant que les kapos nous

encerclaient.

On devait chercher des billets,

de l'argent ou...

des bijoux qu'ils avaient cachés.

Puis il y a cette... fille, cette fille...

qui me regarde. Elle me regarde.

Cette fille me regarde...


JOHANNES

D'où sortez-vous cette

histoire?


NELLY

Elle a la robe de sa mère...

(En riant)


JOHANNES

D'où sortez-vous ça?


NELLY

Je l'ai lue.


JOHANNES

Eh bien racontez-la.

Si quelqu'un vous demande.


NELLY

Oui.


JOHANNES

Mais je vous assure que

personne ne le fera.

Personne ne vous posera de

questions.


NELLY

D'accord. Personne.


JOHANNES

Vous vous en êtes bien tirée

avec la robe.


NELLY

Johnny!


JOHANNES

Ne m'appelez pas comme ça.


NELLY

Où allez-vous?


JOHANNES

Faut que je sorte.


NELLY

Moi aussi, je dois sortir.


JOHANNES

Bientôt.


NELLY regarde la photo de magazine laissée sur la table.


NELLY regarde par la fenêtre de son sous-sol. JOHANNES marche vers l'appartement et entre.


JOHANNES s'arrête au bas de l'escalier.


NELLY

Tu me reconnais?


NELLY a mis la robe et a les cheveux teints. NELLY s'approche de JOHANNES.


JOHANNES

Johnny.


NELLY tente d'embrasser JOHANNES.


JOHANNES

Ça suffit!

C'est quoi cette peinturlure?

Le contour de tes yeux est mal

fait, la démarche est mauvaise.

Il n'y a rien qui va.

Vous avez tout mémorisé au

moins?


NELLY va chercher son manteau et se dirige vers la porte.


NELLY

Faut que je sorte.


JOHANNES

(En tentant de retenir NELLY)

Non, non!

Vous ne pouvez pas!

Si vous sortez et qu'on vous

reconnaît, on aura fait ça pour

rien.


NELLY

Me reconnaître!

Il faut que je sorte!


NELLY s'assoit dans l'escalier.


NELLY

Je vous en prie.


NELLY et JOHANNES sont devant la maison détruite qu'ils habitaient.


JOHANNES

D'abord, l'épicier a refusé de

nous servir. Puis M. Schmidt-Ott

qui était en face.

On a interdit à Nelly de

chanter.

Nos amis ne passaient plus.

Sigrid et Walter Hochbaum

habitaient au troisième.

Ils ne sont plus venus non plus.

L'hiver 43, j'ai dû cacher Nelly.

Lehmann refusait qu'elle entre

dans l'abri antiaérien.

On était sûrs qu'il allait la

dénoncer.

Il enviait notre appartement.

Un ami mort au front avait une

péniche près du lac.

C'est là que je l'ai emmenée.


NELLY

On s'est rencontrés comment?


JOHANNES

Mettez votre chapeau. Venez.

Allez.


Le lendemain, NELLY et JOHANNES marchent près d'une forêt.


NELLY

Vous vous promeniez souvent

avec elle?


JOHANNES

Oui.


NELLY

La nuit?

Aussi, oui.


NELLY

Et où alliez-vous?

Vous aviez des endroits

préférés?


JOHANNES

Bien sûr.


NELLY

Lesquels?


JOHANNES

Rentrons, le temps se gâte.


NELLY

Et alors?

Et si on s'asseyait là-bas?


NELLY marche vers un banc dans un jardin.


JOHANNES

Laissez tomber.


NELLY s'assoit sur le banc.


JOHANNES

Arrêtez votre cirque.


NELLY se lève sous l'insistance de JOHANNES. Tous les deux marchent dans une allée.


NELLY

Quoi?


JOHANNES

Les photos dans le tiroir sont

à moi.


NELLY

Je le sais bien.


JOHANNES

Ça n'en a pas l'air!


NELLY

Je ne les ai pas regardées.


JOHANNES

Arrêtez de jouer à Nelly!

Je sais que vous n'êtes pas Nelly!

C'est pas moi qu'il faut

convaincre!


NELLY est choquée.


JOHANNES

Où est votre chapeau?


NELLY

Sur le banc.


Des passants arrivent. JOHANNES embrasse NELLY pour passer incognito.


UN PASSANT

Que c'est beau l'amour!


Le baiser se prolonge malgré le départ des passants.


NELLY est ébranlée. JOHANNES va chercher le chapeau.


JOHANNES

Tenez.


JOHANNES et NELLY marchent côte à côte.


NELLY discute avec LENE, dans le noir du salon, chez LENE.


NELLY

Je n'aurai pas survécu au camp

sans Johnny.

Je n'ai cessé de penser à nos

retrouvailles.

Et une fois arrivée ici,

il a fallu que je le cherche.

Et quand j'ai fini par le

trouver, il ne m'a pas

reconnue. Et c'était...

Lene, c'était.... J'étais...

à nouveau morte.

Et... et il m'a fait redevenir Nelly.


LENE allume la lampe de chevet.


NELLY

Je ne peux pas aller en

Palestine. Et où veux-tu aller, alors?

Me remettre avec... Johnny.


LENE

Impossible.


NELLY

Lene, retourner avec lui,

c'est me retrouver.


LENE

Non!


NELLY

Quand il parle d'elle...


LENE

D'elle?


NELLY

Il m'arrive d'être jalouse...

de moi!


LENE

Quand lui diras-tu?


NELLY

Je ne sais pas.

Lene, c'est comme si on

refaisait connaissance.

Pour la première fois, tu

comprends?


LENE

Et comment imagines-tu la suite?


NELLY

Je vais bientôt arriver

en train. Il te préviendra.

Et je serai de retour.

Ça sera mon retour.


LENE

C'est ton argent qui l'intéresse.


LENE se lève et va s'allumer une cigarette.


LENE

Tu sais ce qui me dégoûte?

Nous, les Juifs, on a écrit,

chanté et trimé...

certains ont combattu pour

l'Allemagne, et d'autres ont été

gazés. Et maintenant,

les survivants reviennent

et pardonnent. Les chambres à gaz

s'arrêtent et on pardonne...

Chaque lâcheté, chaque trahison.

Je ne rentre pas dans votre jeu.


NELLY

Lene, je sais qu'il l'aime.

Je ne crois pas qu'il l'ait trahie.


LENE

Quand je t'ai vue assise dans

le noir, j'ai pensé que tu l'avais

fusillé et que tu avais

besoin d'aide.

Et franchement, j'aurais

préféré ça.


JOHANNES attend NELLY dehors sur sa bicyclette.


NELLY s'assoit sur le porte-bagages et ils partent.


JOHANNES roule sur une route de campagne et s'arrête dans un chemin de sous-bois.


JOHANNES

Je vous attends là.


NELLY avance sur le chemin.


JOHANNES se cache en bordure d'une maison et observe NELLY qui s'approche de quelques personnes qui travaillent au jardin d'une auberge.


L'AUBERGISTE se dirige alors vers la maison en passant près de deux femmes qui nettoient des tables.


L'ÉPOUSE

Mme Lenz! Je suis si contente

de vous revoir.


NELLY

Votre mari aussi?


L'ÉPOUSE

Vous savez comment sont les

hommes.


NELLY

Et ils sont comment?


L'ÉPOUSE

Je peux vous offrir à boire?

On a du vrai café...

pour nos invités de choix.

(En s'adressant à l'autre femme.)

Elsie, prépare-nous un café.


L'ÉPOUSE amène NELLY jusqu'à une table et la fait s'asseoir. L'ÉPOUSE s'assoit aussi. [NELLY

Vous saviez que je me cachais

dans la péniche?


L'ÉPOUSE

Non. Non.


NELLY

Je vous ai vue.

À la fenêtre.

Quand ils m'ont arrêtée,

vous et votre mari...


L'ÉPOUSE

C'était horrible.

Qu'est-ce qu'on aurait dû faire?

J'ai dit la même chose à votre mari.

On était tellement terrifiés.

Et vous savez que notre fils...


NELLY

Mon mari est revenu vous voir?


L'ÉPOUSE

Oui, après votre arrestation.


NELLY

Quand?


L'ÉPOUSE

Juste après.


NELLY se lève et part. Elle remarque un mouvement et se dirige directement la péniche où elle avait été arrêtée.


JOHANNES la regarde. [Comme dans son rêve NELLY rentre dans la péniche et avance vers le piano poussiéreux.


NELLY tire sur une trappe dissimulée dans le mur. Des bruits de pas font sursauter NELLY.


JOHANNES

Que faites-vous là?


NELLY est sous le choc.


NELLY

Il devait... faire froid.

Cet hiver-là.


JOHANNES

C'était comment

avec les aubergistes?


NELLY

Vous aviez raison.

L'aubergiste ne m'a rien

demandé sur le camp.

Mais elle m'a appelée Mme Lenz.

Et elle a pleuré.

Vous étiez là le jour où Nelly a

été arrêtée?


JOHANNES

Qui dit ça?


NELLY

L'aubergiste.


JOHANNES

Allons-y.


JOHANNES et NELLY sont de nouveau sur la bicyclette sur le chemin du retour.


NELLY

Vous avez trahi Nelly?

Quelquefois... c'est pas vraiment

une trahison.

Vous l'avez cachée.

Vous deviez veiller sur elle

tout le temps.

Puis on se fait arrêter

et on est interrogé.

Puis soudain, on vous libère.

Alors on se dépêche d'aller

la retrouver. Et on remarque pas

qu'on est suivi.

Et puis, c'est trop tard.

Vous êtes là, vous ne pouvez rien

faire d'autre que la regarder

se faire embarquer.


JOHANNES freine brusquement.


JOHANNES

Descendez.


JOHANNES dépose le vélo sur le bord d'une voie ferrée abandonnée.


JOHANNES

Venez.

On fait revenir Nelly la semaine

prochaine.

Sur le quai, il y aura moi, Sigrid,

Monika, Frederike, Walther et Alfred.

Un train va arriver, beaucoup de

gens en descendront.

Il vaut mieux que tu sois assise

dans le fond. Le train va se remettre

en marche, et c'est là qu'ils te

verront... dans la robe rouge

et les chaussures de Paris.

La Nelly d'autrefois.

Ils seront soulagés.

Ils vont courir vers toi.

Sigrid sera la première. Elle

est toujours en tête.

Elle fera mine d'être sans voix:

"C'est incroyable."

"Nelly!" Et elle te prendra dans

ses bras. Alfred, comme toujours,

dira: "Ma petite Nelly."

Il ne manquera plus qu'un:

"Comme tu as grandi!"

Monika te parlera de son mari.

"J'ai toujours su que tu

reviendrais."

Frederike se plaindra de sa vie

et de Berlin, comme d'habitude.


NELLY

Et nous?


JOHANNES

On se rapprochera l'un de l'autre.

Tout en douceur.

On ne dira pas un mot.

On ne s'embrassera pas,

on ne se sautera pas au cou.


Toujours près de la voie ferrée NELLY et JOHANNES se jouent la scène. Ils sont tout près l'un de l'autre.


JOHANNES

On ne fera que s'enlacer.

Tu poseras la tête contre mon

épaule. Et on fermera les yeux.

On ne fera rien d'autre.

Rien. Pendant une éternité.


NELLY rentre chez LENE et se dirige vers le salon où dort LENE. L'endroit est désert. Sur la table, une lettre portant l'en-tête LENE WINTER est bien en vue.


Texte narratif :
Mme Schwartz a été mon employée de mars à septembre 1945. C'est une excellente gouvernante...


ÉLISABETH arrive dans la pièce.


ÉLISABETH

Elle vous a laissé une lettre

à vous aussi. Je dois vous

la remettre.


ÉLISABETH sort et revient avec un lettre qu'elle tend à NELLY.


NELLY

Mais où est Lene, alors?


ÉLISABETH

Vous n'êtes pas au courant?

Mme Winter s'est tuée par balle

jeudi.


ÉLISABETH sort du salon encore sous le choc.


JOHANNES et NELLY sont de retour sur le chemin de campagne, à bicyclette.


LENE (Narratrice)

Chère Nelly,

je t'ai dit qu'il n'y avait pas

de retour possible.

Mais pour moi, il n'y a pas

d'avenir non plus.

Nos morts m'attirent plus que

nos vivants.

Je ne peux pas te le cacher:

ton mari a demandé le divorce,

juste après ton arrestation.

Ci-joint une copie du document

en question. Adieu,

Lene.


Dans la nuit, JOHANNES et NELLY arrivent près de la gare. JOHANNES appuie la bicyclette sur un mur.


JOHANNES

Attends là. Je vais chercher

la clé.


NELLY regarde autour d'elle abattue. Un train siffle avant de passer devant NELLY.


JOHANNES ET NELLY entrent dans une chambre.


JOHANNES

Le train arrive vers 8h.

Une demi-heure vous suffira

pour vous laver, vous maquiller

et vous coiffer?

Ou plutôt 45 minutes?

Qu'en penses-tu?


NELLY

Tu me tutoies, tu me vouvoies.


JOHANNES

Je m'en suis aperçu aussi.

Je vais devoir te faire un peu

mal. Ils tatouaient les détenus

d'Auschwitz. D'un matricule

sur l'avant-bras.


JOHANNES prépare son matériel et va dans la salle de bain.


JOHANNES

Quelqu'un te demandera ton

matricule.

Et tu chuchoteras...

que tu l'as fait enlever.

On ne te posera plus de

questions.


NELLY

Sors de là!


NELLY pousse JOHANNES et entre dans la salle de bain et ferme la porte derrière elle. Elle fouille dans son sac et sort le petit revolver que LENE lui avait donné.


NELLY sort aussi un document officiel.


Texte narratif :
AU NOM DU PEUPLE ALLEMAND! Le 4 octobre 1944... Johannes Lenz... divorcé... Nelly Lenz.


Le lendemain, NELLY est dans le train.


Le train entre en gare et les passagers descendent sur le quai.


NELLY descend du wagon de queue.


Des gens attendent sur le quai. Une femme se précipite.


SIGRID

Nelly.


SIGRID serre NELLY contre elle.


SIGRID

C'est incroyable.

C'est si...

Je ne sais pas...


WALTHER s'approche et serre NELLY dans ses bras. Au loin, JOHANNES approche lentement.


WALTHER

Viens que je t'embrasse.


Puis c'est au tour de FREDERIKE de la serrer.


FREDERIKE

Nelly... J'ai dit à Wolfgang...

"Nelly va revenir, je le sais..."

Si seulement il pouvait te voir

lui aussi...

Si...


Ensuite, c'est MONIKA qui la prend dans ses bras. Finalement ALFRED l'accueille aussi.


ALFRED

Ah, Nelly. Christina est morte.

Mon enfant est mort.


MONIKA

Mais va d'avoir voir ton Johnny.

Il est là.


NELLY s'approche de JOHANNES qui est resté distant.


NELLY suit le plan, elle appuie sa tête sur l'épaule de JOHANNES.


JOHANNES pleure en serrant NELLY.


ALFRED

Allons-y, les enfants.

Le repas va refroidir.


ALFRED prend NELLY par le bras et SIGRID et JOHANNES ferment la marche.


Dans un jardin, le groupe est assis autour d'une table.


NELLY ne dit rien. Elle est assise près de JOHANNES.


ALFRED

Tu nous as manqué. Avant-hier,

je suis passé devant le studio.

Devant le banc circulaire où

vous étiez toujours assis.

Les réverbères étaient réparés.

On jouait du piano à l'intérieur.

Quelqu'un chantait.

J'ai fermé les yeux. Et pendant

un instant, tout était comme avant.

Oui... Et maintenant, tu es là,

Nelly. Je n'ai pas à fermer

les yeux pour te voir.

Plus jamais.


SIGRID

À ton retour, Nelly.


FREDERIKE

À Nelly!


MONIKA

Santé.


JOHANNES se lève.

Nelly... Tu es mon amour.

Tu es ma vie. Quoi qu'il arrive.


Le groupe applaudit.


NELLY

Viens. Venez tous.

Viens.


NELLY entre dans le studio.


NELLY

"Speak Low".


JOHANNES

"Speak Low".


NELLY

Oui.


JOHANNES s'installe au piano pendant que les amis prennent place à des tables.


NELLY

J'ai toujours souhaité...

rechanter avec Johnny...

un jour... à Berlin.


JOHANNES joue l'introduction.


NELLY

(En murmurant presque)

♪ Parle tout bas

Quand tu parles amour

Notre journée estivale touche

à sa fin

Trop tôt, beaucoup trop tôt

Parle tout bas

Quand tu parles amour

Notre instant est fugitif,

comme des bateaux à la dérive,

On est balayés loin de l'autre

Trop tôt

(Avec plus de tonus)

Parle tout bas

Chéri, parle tout bas

L'amour est une étincelle,

perdue dans l'obscurité

Trop tôt, bien trop tôt

Où que j'aille

Je sens

Que demain est proche ♪



JOHANNES s'arrête de jouer.


NELLY

♪ Que demain est ici et arrive

toujours trop tôt

Le temps est si vieux

Et l'amour si bref...

L'amour est de l'or pur

Et le temps un brigand

Il est tard

Chéri, il est tard

Le rideau descend

L'heure a sonné

Trop tôt, bien trop tôt

J'attends...


JOHANNES sait. Un grand silence s'est abattu. NELLY prend son manteau et s'en va.


Dédicace : DÉDIÉ à FRITZ BAUER


Générique de fermeture



Movies

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Cinéma
  • Category Fiction

Résultats filtrés par