Universe image Ciné TFO Universe image Ciné TFO

Ciné TFO

Watch the best movies on CinéTFO! Enjoy our selection of free movies to discover (again) classics and the best works of contemporary auteur films. For movies airing on TV, take a look at our CinéTFO Passport !

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Carancho

Sosa is a carancho, a lawyer who specializes in traffic accidents in Buenos Aires. Insurance loopholes and rampant corruption allow him to unscrupulously take advantage of accident victims, who line the pockets of the city´s crooked cops and lawyers. One night while trolling for potential clients, he meets Luján, a young emergency department doctor who drugs herself regularly in order to keep working insane hours.



Réalisateur: Pablo Trapero
Acteur: Ricardo Darín
Production year: 2010

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Le long métrage Carancho est un film en espagnol sous-titré en français.


Générique d'ouverture


Des débris jonchent une rue. Des personnes sont allongées au sol.


Titre :
Carancho


Texte narratif :
22 morts par jour, 683 par mois, 8000 par an, 100000 ces dix dernières années. En Argentine, la mortalité routière touche surtout les moins de 35 ans. Le marché des indemnités est florissant.


La nuit, sur une rue, deux assaillants bousculent SOSA.


ASSAILLANT1

Allez, fils de pute!


ASSAILLANT2

Viens par là.


ASSAILLANT1

Avance!


ASSAILLANT2

D'où tu connais mon père?


SOSA

Du foot.


ASSAILLANT2

Quel club?


ASSAILLANT1

Moron.


Les assaillants frappent SOSA qui tombe au sol.


ASSAILLANT2

Dans quel club,

fils de pute?


SOSA

Arrêtez...


ASSAILLANT1

Dans quel club?


SOSA

Almirante Brown.


Les assaillants frappent SOSA sur le sol.


ASSAILLANT1

Répète!

Fils de pute!

Dans quel club était mon père?


Les assaillants donnent des coups de pied à SOSA qui se recroqueville sur le sol.


ASSAILLANT1

Quelle équipe?

Dans quel club était mon père?


SOSA

Laferrere.


ASSAILLANT1

Tu t'en souviens pas?


SOSA

Je ne sais plus...


ASSAILLANT1

Tu aurais pu attendre

qu'il soit enterré!

Arnaqueur de merde...

On se tire.


Les hommes donnent des coups de pied à SOSA.


ASSAILLANT1

Respecte les morts,

fils de pute!


ASSAILLANT2

Sale rapace...


ASSAILLANT1

Allez, on se barre.


Les assaillants s'éloignent. SOSA gémit de douleur.


Dans une salle de toilette, LUJAN prépare une seringue. Elle s'injecte le contenu de la seringue dans son pied. La voix de PICO se fait entendre à l'extérieur de la pièce.


PICO

Tu es prête, Lujan?


PICO

Dépêche-toi, s'il te plaît.


LUJAN

J'arrive.


Sur la rue, SOSA se redresse sur ses genoux. Il crache du sang en gémissant. Il respire avec douleur.


LUJAN sort de la toilette. Elle prend un sac à dos et un appareil radio portable. Elle se dirige vers PICO qui l'attend au volant d'une ambulance.


PICO met en marche les gyrophares de l'ambulance et démarre.


SOSA est au volant de sa voiture. Il démarre et s'engage sur une route.


Dans l'ambulance, LUJAN pose la tête contre la vitre. Elle semble fatiguée. Une voix se fait entendre par la radio de l'ambulance.


SANTILLAN

(Par la radio)

Accident moto contre camionnette

entre Mosconi et Villegas.


Sur une rue, GUSTAVO, un homme blessé, est allongé. Un policier est accroupi à ses côtés.


POLICIER

Ne vous inquiétez pas.

Ça va aller.


L'ambulance de LUJAN et PICO arrive sur le lieu de l'accident.


LUJAN

Je le vois, il est là-bas.

Prends le brancard, Pico.


LUJAN sort de l'ambulance et se dirige vers des policiers.


LUJAN

Bonsoir.


LUJAN se dirige vers l'homme allongé sur la rue. SOSA soutient la tête de GUSTAVO.


LUJAN

(S'adressant à SOSA)

Qu'est-ce qui s'est passé?


SOSA

Il a coupé la route

à la camionnette.

Gros choc à la tête,

sans casque.


LUJAN

Vous savez s'il a bu?


SOSA

Je n'ai rien senti.


LUJAN

Vous connaissez son nom?


SOSA

Gustavo, je crois.


LUJAN

Il est resté conscient?


SOSA

Il parlait il y a quelques minutes.


LUJAN

Gustavo, vous m'entendez?


GUSTAVO

Oui.


LUJAN

Je suis médecin.

Je vous mets un collier

cervical et on vous

emmène à l'hôpital.

Vous savez ce qui s'est passé?


GUSTAVO

Non.


LUJAN

Vous ne vous souvenez

de rien?

Vous avez quel âge,

Gustavo?


GUSTAVO

24


LUJAN

Vous travailliez?


GUSTAVO

Oui.


LUJAN

Restez calme.

(S'adressant à SOSA)

Vous m'aidez

à le soulever?

Lâchez sa tête

et venez à côté de moi.


SOSA

J'ai mon brevet de secouriste.


SOSA se lève et suit les directives de LUJAN.


LUJAN

Très bien.

Mettez une main ici

et attrapez l'autre côté

Je compte jusqu'à trois

et on le soulève.

Prêt? Un, deux, trois...


LUJAN et SOSA soulèvent GUSTAVO.


GUSTAVO gémit de douleur.


LUJAN

Restez calme.


LUJAN

Un, deux, trois...

On le pose.


LUJAN et SOSA déposent GUSTAVO sur une civière.


LUJAN

Parfait.


SOSA

C'est bon.


PICO demande à un policier de l'aider pour transporter le blessé dans l'ambulance.


LUJAN examine les blessures sur le visage de SOSA.


LUJAN

(S'adressant à SOSA)

Est-ce que ça va?


SOSA

Moi?

Oui, ça va...


LUJAN

C'est vous qui l'avez percuté?


SOSA

Non, c'est autre chose.


LUJAN

Voyons.


LUJAN examine le visage de SOSA.


LUJAN

Ne bougez pas.


On entend PICO qui referme la porte de l'ambulance.


PICO

(On y va, Lujan!)


LUJAN

(S'adressant à SOSA)

Vous avez besoin

d'un point de suture.


SOSA

Merci.


L'ambulance redémarre. PICO est au volant et LUJAN est dans la boîte arrière avec le blessé.


LUJAN

Pico!

Tu le connais?


PICO

Quoi?


LUJAN

Tu connais le type

qui nous a aidés?


PICO

Oui.

Pourquoi?


LUJAN

Il nous suit.


PICO

T'inquiète pas.

Il nous accompagne

à l'hôpital.


L'ambulance arrive à l'hôpital et le blessé est apporté à l'intérieur.


Dans le stationnement, SOSA s'adresse à PICO.


SOSA

Alors?


PICO

Ils le refusent.


SOSA

Pourquoi?


PICO

J'en sais rien.

Il y a personne, c'est le bordel...

Toujours les mêmes conneries.

Elle insiste.


SOSA

C'est qui, cette fille?


SOSA

Elle est nouvelle.

C'est la sœur d'un ami.


PICO et SOSA entrent dans l'hôpital et se dirigent vers LUJAN qui parle à une réceptionniste.


LUJAN

Vous avez des soins

intensifs et un scanner.


RÉCEPTIONNISTE

Désolée, je peux pas le prendre.


LUJAN

Je n'irai nulle part,

alors trouvez une solution.


RÉCEPTIONNISTE

Parlez au chef de service.


SOSA s'approche.


SOSA

Excusez-moi.


RÉCEPTIONNISTE

Bonsoir.


SOSA

Russo est là?


RÉCEPTIONNISTE

Oui.


SOSA

Vous pouvez l'appeler?


RÉCEPTIONNISTE

Je vais voir.


La réceptionniste s'éloigne.


LUJAN

Et moi, je fais quoi?


RÉCEPTIONNISTE

Vous attendez.


LUJAN s'adresse à GUSTAVO sur une civière à proximité.


LUJAN

Gustavo, est-ce que ça va?


LUJAN regarde SOSA.


LUJAN

(Désemparée)

C'est incroyable.


SOSA

Ne vous en faites pas.


SOSA entre dans le bureau de la réceptionniste.


SOSA

Excusez-moi.


Plus tard, PICO et une infirmière transportent la civière de GUSTAVO en compagnie de LUJAN.


LUJAN

Pico, je pose le dossier

et je te rejoins dehors.


LUJAN remplit un formulaire et sort de l'hôpital.


SOSA l'attend à proximité de l'ambulance.


SOSA

Tout va bien?


LUJAN

Oui, merci.


SOSA

Aucun problème?


LUJAN monte dans l'ambulance.


LUJAN

Non, tout va bien.

Merci pour le coup de main.


SOSA

De rien.

Je peux avoir votre nom?


LUJAN

Olivera.


SOSA

Et votre prénom?


LUJAN

Lujan. Lujan Olivera.

Vous voulez voir mon badge?


SOSA

Non.


SOSA offre une carte d'affaires à LUJAN.


PICO monte dans l'ambulance.


SOSA

Tenez. En cas de besoin....

Gardez-la, on ne sait jamais.

À bientôt.


LUJAN

Merci beaucoup, Sosa.

Ciao.


SOSA salue LUJAN qui s'éloigne dans l'ambulance.


Sur la route, LUJAN discute avec PICO qui fume.


LUJAN

Ça fait longtemps

que tu connais Sosa?


PICO

Oui, ça fait pas mal de temps.


LUJAN

C'est-à-dire?


PICO

Ça doit faire huit ou dix ans.


LUJAN

Ça a toujours été un « rapace »?


PICO

Non.

Seulement depuis

qu'il a perdu le droit d'exercer.

Il travaille pour ces pourris

de la Fondation.

Au début, c'est 200

pesos l'info.

Si le cas les intéresse,

c'est 300 de plus.


LUJAN

Les victimes sont indemnisées?


PICO

C'est l'arnaque,

mais elles touchent de l'argent.

Ces gens n'ont pas de sécu,

pas de boulot.

La Fondation joue presque

le rôle d'assistante sociale.


LUJAN

D'assistante sociale?


PICO

Oui, d'assistante sociale.

Pour le gars qui se fait renverser

et qui est en mille morceaux,

c'est le bon plan.

Les rapaces viennent

et l'aident à couillonner

les assurances.


SOSA entre dans un appartement. Il s'endort sur un fauteuil et écoutant la télévision.


Sur une rue, l'ambulance de LUJAN roule avec les gyrophares allumés.


LUJAN assiste une femme enceinte dans l'ambulance.


LUJAN

On est presque arrivé.


Sur la civière, la femme gémit de douleur.


Plus tard, LUJAN assiste une femme âgée qui est blessée au visage.


LUJAN

Avec quoi ils vous ont frappée?


FEMME ÂGÉE

Je ne sais pas.

Je rentrais chez moi

et ils m'ont agressée.

Je me suis blessée en tombant.

J'ai mal sur le haut de la tête,

docteur.


LUJAN

Vous vous souvenez

clairement de tout?


FEMME ÂGÉE

Oui, plus ou moins.


Plus tard, LUJAN discute avec un homme blessé à la tête assis à l'arrière de l'ambulance.


BLESSÉ

Vous êtes flic?


LUJAN

Non, je suis médecin.

Essayez de vous calmer

un peu.

Je suis là pour vous aider,

pour soigner votre plaie

à la tête.

Une fois à l'hôpital,

vous serez pris en charge.


BLESSÉ

Je veux partir.


LUJAN

Maintenant, c'est impossible.

Une fois à l'hôpital,

vous serez libre de partir.


BLESSÉ

Je t'aime.


LUJAN

C'est bien. Restez tranquille.

Restez assis bien sagement.


L'homme blessé essaie de toucher à LUJAN.


LUJAN

Arrêtez de me toucher

et essayez de vous calmer.


BLESSÉ

Salope.


LUJAN

Salope?

Qu'est-ce qui vous prend?

Calmez-vous un peu!


PICO

Qu'est-ce qui se passe?


L'homme blessé s'approche de LUJAN qui le repousse.


BLESSÉ

Salope!


PICO arrête l'ambulance, puis se lève pour s'interposer entre l'homme et LUJAN.


BLESSÉ

Embrasse-moi.


PICO

Viens, je vais l'embrasser, moi.


L'homme blessé attrape LUJAN.


LUJAN

Du calme! Lâchez-moi!


PICO et LUJAN sortent l'homme de l'ambulance.


Plus tard, LUJAN conduit une voiture.


LUJAN entre dans un appartement. Elle avale des comprimés. Elle prend une douche.


Le matin, SOSA marche sur une rue.


Dans les bureaux de la Fondation, SOSA discute avec une CLIENTE1.


SOSA

On reprend.

Essayez de vous rappeler

les détails.

Il y avait un témoin, c'est ça?


CLIENTE1

(En pleurant)

Le voisin a dit

que c'était la faute du camion.

Il roulait sans phares

et à contresens.


SOSA prend la main de la CLIENTE1.


CLIENTE1

Il n'a pas eu le temps

de l'éviter, Maître.

Ils ont dit que c'était

un accident.


SOSA

Si ça pouvait être évité,

c'est pas un accident,

mais un incident.


Dans le bureau, SOSA discute avec un CLIENT qui a un bras dans un plâtre. SOSA écrit des notes sur un papier.


LUJAN

La police a photographié

la voiture.


CLIENT

Je ne sais pas.

Je crois...


SOSA

Vous avez déposé plainte?


CLIENT

Oui, je l'ai fait.


SOSA

Où est le papier?


CLIENT

Ma femme doit l'avoir

à la maison.


SOSA

Qui vous a secouru?


CLIENT

Des policiers.

En passant, ils m'ont vu

sortir en titubant de la voiture.


SOSA

Ils vous ont emmené

à l'hôpital?


CLIENT

Oui.


SOSA

Quel médecin vous a soigné?


CLIENT

Je ne sais plus,

un médecin habillé en vert

ou en blanc.


IBANEZ entre et se dirige vers le bureau de CASAL.


SOSA

Vous avez fait des radios?


CLIENT

Oui.


IBANEZ

Salut Sosa.


SOSA

Vous avez ces radios?


IBANEZ entre dans le bureau de CASAL.


IBANEZ

(S'adressant à CASAL)

Ça passera pas, au procès.


CASAL

C'est pas ma faute.


IBANEZ

Dis à Guerrero qu'il a 20 points.

Pourquoi tu ne l'as pas signé?

C'est si difficile, Casal?


CASAL se lève pour fermer la porte de son bureau.


SOSA se lève pour chercher un document sur une étagère. MUNOZ s'adresse à lui.


MUNOZ

Qu'est-ce que tu as au visage?


SOSA

Rien, laisse tomber.


MUNOZ

Je devrais peut-être t'escorter.


SOSA

Qu'est-ce que le Chien fait là?


On entend les voix de IBANEZ et de CASAL qui proviennent du bureau à la porte fermée.


IBANEZ

Vous dormez, ou quoi?

Tout vous est servi

sur un plateau.


CASAL

Lâche-moi.


IBANEZ

Tu as des gens sous tes ordres,

une voiture, un bureau,

une secrétaire...

Si tu es là,

c'est que je le veux bien.


À son bureau, SOSA s'adresse à une nouvelle cliente.


SOSA

Ce document nous autorise

à prendre en charge

la présentation de l'affaire.


CLIENTE2

(En pleurant)

C'est pas possible,

ça peut pas être vrai.

Je ne sais pas quoi faire, Maître.


SOSA

On s'occupe de tout.


CLIENTE2

Je... sans...

Mes voisines m'ont dit

du bien de vous,

mais je ne suis pas sûre.


SOSA

Une chose après l'autre.


IBANEZ et CASAL sortent de la pièce dans laquelle ils étaient et se dirigent vers la sortie des bureaux de la Fondation.


CASAL

(S'adressant à IBANEZ)

Cherche du côté du commissariat!

C'est là-bas qu'on t'entube!


IBANEZ

Non, le vrai problème vient d'ici!


SOSA

(S'adressant à sa cliente)

Calmez-vous.


IBANEZ sort. SOSA fait signe à CASAL de s'approcher.


SOSA

Maître Casal,

vous pouvez venir un instant?

Madame est la veuve de M. Arrieta.

L'accident de la calle Marmol.


CASAL

Toutes nos condoléances, madame.

Nous ferons tout pour vous aider.


À l'hôpital, LUJAN dort sur un petit lit.


PICO la tire par le bras pour la réveiller.


PICO

Réveille-toi.

Je t'attends dehors.


LUJAN se réveille, puis se dirige vers SANTILLAN, assis à un bureau.


LUJAN

Salut.


SANTILLAN

Salut, comment ça va?


LUJAN

Qu'est-ce qu'on a?


SANTILLAN

Accident de la voie publique.


LUJAN prend un coffre et un appareil radio. SANTILLAN lui remet un dossier.


LUJAN

Merci.


LUJAN donne le coffre à PICO au volant de l'ambulance.


LUJAN

On y va?


PICO conduit l'ambulance. LUJAN est assis sur le banc passager.


LUJAN

Je te l'avais dit,

c'est beaucoup plus loin.


PICO

C'est bon, on y est presque.


LUJAN

Mets ta ceinture, Pico.


PICO grimace et met sa ceinture de sécurité.


Assis derrière son bureau, SOSA se prend la tête à deux mains. Il respire profondément.


CASAL discute avec SOSA.


CASAL

On en a parlé des milliers

de fois.

J'en ai marre.

Tu peux pas partir maintenant.


SOSA

Regarde-moi bien.

Je n'en peux plus.


CASAL

Tu es fatigué?

Très bien, je vais faire un tour.


SOSA

Ça ne date pas d'aujourd'hui.

Je suis fatigué depuis longtemps.


CASAL

Je suis dans le même

état que toi.

Tu sais à quel point

j'en ai marre du Chien?

Il refuse tout changement!


SOSA

Je m'en fiche.

Dès que je peux

à nouveau exercer,

je me tire.


CASAL

Aujourd'hui, je parle à Rinaldi.

J'ai besoin de toi, ici.


SOSA

Comment ça?

Tu veux partir ou rester?


CASAL

Je laisserai personne m'éjecter.

Si quelqu'un doit partir,

c'est le Chien.

Rinaldi veut le faire tomber.

Il me l'a dit.

Combien de temps

crois-tu qu'il lui reste?

C'est fini pour lui.

Place au suivant!


SOSA

(En parlant d'un air grave)

Ne sous-estime pas le Chien.


CASAL

Écoute-moi bien.

On doit être plus uni que jamais.


CASAL examine une feuille couverte d'écriture.


CASAL

Allez, mec...

Tu veux me faire sauter?

Toi, ils te croient.

Moi, non.


SOSA prend la feuille que CASAL lisait.


Dans un hôpital, SOSA s'approche d'un homme qui attend sur une chaise.


SOSA

M. Moyano,

la compagnie de taxi m'a appelé,

la voiture a un peu de retard.


HOMME

Je ne suis pas M. Moyano.


SOSA

Excusez-moi.

M. Moyano a eu un accident.

Je suis son avocat,

mais je ne l'ai jamais vu.


SOSA s'éloigne de l'homme.


HOMME

Moi aussi, j'ai eu un accident.


SOSA

Que s'est-il passé?


HOMME

Un connard m'a renversé

avec sa camionnette.


SOSA

Quand ça?


HOMME

Hier.


SOSA indique un document que l'homme tient.


SOSA

Ce sont vos radios?


HOMME

Oui.


SOSA

Vous permettez?


L'homme donne le document à SOSA qui s'assoit et le consulte.


Le soir, SOSA écrit sur une feuille en prenant appui sur le toit de sa voiture.


Dans une pièce sombre, un EMBAUMEUR maquille le corps blessé d'une femme décédée. SOSA le questionne en notant les réponses.


EMBAUMEUR

Elle allait travailler.

Une voiture qui sortait

de boîte l'a renversée.


SOSA

À quelle heure?


EMBAUMEUR

À l'aube.


SOSA

Mariée? Des enfants?


EMBAUMEUR

Oui, mariée, deux enfants.


SOSA

Vous connaissez son mari?


EMBAUMEUR

Oui. Il est en chemin.


Dans un salon funéraire, SOSA discute avec un homme attristé.


SOSA serre la main de l'homme et fait un signe de croix.


Dans sa voiture, SOSA parle avec un homme à l'aide d'une radio.


VOIX MASCULINE

(Par radio)

Tu as des affaires

à récupérer, Sosa.

Passe à la régul.


SOSA

(En parlant dans la radio)

Bien reçu. J'arrive.


VOIX MASCULINE

(Par radio)

Je t'attends.


SOSA roule en voiture.


Une ambulance arrive à l'hôpital.


LUJAN entre dans un bureau et salue SANTILLAN et SOSA qui discutent.


LUJAN

Bonsoir.

Salut, Sosa.


LUJAN présente un document à SANTILLAN.


LUJAN

Voici tous les papiers.


SANTILLAN

Parfait.


SANTILLAN consulte le document.


SANTILLAN

(S'adressant à LUJAN)

Parle-moi du cas

de l'avenida Almafuerte.


LUJAN

C'est une femme de 82 ans,

hypertendue,

qui a présenté un pic

hypertensif.

Il y avait six victimes.


PICO entre.


PICO

Bonsoir.


SANTILLAN

Salut, Pico.


PICO

On va manger?


Dans un restaurant, SOSA, SANTILLAN, PICO et LUJAN mangent et discutent autour d'une table.


PICO

Et le gars de l'avenida Mosconi?


SOSA

Lequel?


PICO

L'histoire du cycliste renversé.


SOSA

Il y a eu un raté

de la part de la banque

et la police d'assurance du mec

n'a pas été prélevée.

Le jour même, il a tué un cycliste.


PICO

La poisse!


SANTILLAN

Le cycliste a dû griller le feu.

Il y en a toujours

un qui fait une connerie.


SOSA

Les assurances sont là pour payer,

mais un accident reste un accident.


PICO

Et la nana de l'auto-école?

Elle était monitrice

depuis des années.

Elle conduisait tranquillement

et devant son pare-brise,

elle voit un gars tomber raide mort,

tué par un pot de fleurs.

Ça lui a fait un tel choc

que son cœur s'est arrêté net.


LUJAN, PICO et SANTILLAN rient.


PICO

La voiture a dévié,

elle est montée sur le trottoir

et a écrasé un gamin

qui était en fait son neveu.


SANTILLAN

C'est des conneries.


PICO

Pas du tout! Ça arrive.


SANTILLAN

Le camion est en route.

Vous êtes prêts, les gars?

Il y n'y a rien pour toi, Sosa?

À plus tard.


LUJAN

À plus.


Ils se lèvent de table.


À la sortie du restaurant, SOSA s'approche de LUJAN.


SOSA

Lujan!

Tout va bien?


LUJAN

Oui.


SOSA

Je m'occupe pas

des erreurs médicales.

C'est long, ça rapporte rien...

Je laisse les médecins tranquilles.


LUJAN

Tant mieux.


SOSA

J'aimerais changer la façon

dont tu me regardes.


LUJAN

C'est-à-dire?


SOSA

On dirait que je te fais peur.


LUJAN

(En souriant)

Tu ne me fais pas peur.


SOSA

Ça te plaît de travailler ici?


LUJAN

Oui, j'aime bien.

Mais je ne veux pas

faire des gardes toute ma vie.


SOSA

En attendant mieux,

tu t'en contentes.


LUJAN

Sûrement.


SOSA

C'est pareil pour moi.


LUJAN

Qu'est-ce que tu attends?

Un gros carambolage?


SOSA et LUJAN rient.


SOSA

Non, je sais pas trop...

J'aimerais changer d'air,

partir d'ici.

Mais je suis pas sûr.

En fait, depuis que je te croise

régulièrement,

j'envisage de rester.


LUJAN acquiesce.


LUJAN et SOSA s'approchent de l'ambulance.


LUJAN

C'est ta technique de drague?


SOSA

Non, c'est vrai.

Je suis pas doué pour...


De l'ambulance, PICO appelle LUJAN.


PICO

On y va, Lujan.


LUJAN

Je dois y aller.


SOSA

À quelle heure tu termines

ta garde?


LUJAN

(S'adressant à PICO)

J'arrive.


LUJAN

À 8 heures.

Peut-être un peu plus tôt.


SOSA

Je peux t'attendre?


LUJAN acquiesce.


LUJAN

Comme tu veux.


SOSA

Je t'attends.


LUJAN

D'accord.


LUJAN entre dans l'ambulance et salue SOSA. L'ambulance s'éloigne.


Dans la toilette du bureau des ambulanciers, LUJAN se met du rouge à lèvres. Elle sort dans le stationnement et retrouve SOSA qui attend.


LUJAN

Tout va bien?


SOSA

Oui, et toi?


LUJAN

J'ai terminé.


SOSA

Ça a été?


LUJAN

Oui, mais je suis fatiguée.

Je devrais aller dormir,

je crois.


SOSA

Je t'offre un petit café?

Cinq minutes...


Dans un restaurant, LUJAN et SOSA sont assis côte à côte à une table et discutent.


SOSA

Tu as passé ton diplôme

et ton internat là-bas,

et comme les places étaient rares,

Pico t'a trouvé ce boulot.

C'est pas si mal.


LUJAN

Et toi?


SOSA

Quoi, moi?


LUJAN

Qu'est-ce que tu as fait

pour être suspendu?


SOSA

Rien.

Je n'ai pas eu de chance,

c'est tout.


LUJAN

Ah bon.


SOSA

Mais j'ai comme l'impression

qu'elle est en train de tourner.


LUJAN

De quoi tu parles?


SOSA

De ma chance.


LUJAN

Pourquoi?


SOSA indique l'extérieur du restaurant avec sa tête.


SOSA

Tu vois le feu, là-bas?

Regarde.


LUJAN regarde par la fenêtre.


SOSA

Si deux voitures passent au rouge,

je t'embrasse.


LUJAN rit.


LUJAN

Tu es fou?


SOSA

C'est pour le jeu.

Je veux te prouver

que ma chance tourne.


LUJAN

Tu te mouilles pas.


SOSA

Tu préfères trois?


LUJAN

Dix.


LUJAN rit.


SOSA

(En riant)

Tu exagères et tu le sais.

Il est 6 heures du matin.


LUJAN

Disons quatre.


SOSA

Quatre.

Ça fait quand même pas mal.

Mais va pour quatre.


LUJAN et SOSA regardent par la fenêtre.


SOSA

Allez, aidez-moi un peu.


LUJAN rit.


SOSA

Et de une.

C'est bon.


LUJAN rit.


SOSA

Deux.

Deux. Continuez.


LUJAN

Les camions ne comptent pas.


SOSA

Bien sûr que si.

Trois, quatre...

Cinq.

J'ai réussi.


LUJAN rit.


SOSA

Et c'étaient pas des camions.


LUJAN

Je t'embrasse pas pour autant.


SOSA

Alors je le fais.


LUJAN

Je dois y aller.


SOSA

(En riant)

Je suis mal, là.


LUJAN et SOSA entrent dans un appartement et s'embrassent passionnément. Ils se déshabillent.


LUJAN et SOSA s'embrassent sur un lit. SOSA regarde par la fenêtre ouverte de la chambre.


SOSA

Je ferme?


LUJAN acquiesce. SOSA embrasse le corps de LUJAN, se lève et ferme les rideaux de la fenêtre. SOSA embrasse LUJAN qui reste impassible sur le lit. SOSA se couche à côté de LUJAN qui s'est endormie.


Dans la toilette, SOSA se rhabille.


Sur le lit, LUJAN dort.


Dans la cour d'un garage, SOSA examine le moteur d'une voiture. VITALI examine la voiture, puis remet un document à SOSA.


SOSA

Ce sera prêt aujourd'hui?


VITALI

Oui.


SOSA

(En lisant le document)

« Assurances La Superior »,

c'est bien.

C'est encore valable?


VITALI

Oui.


SOSA

C'est bon.

Combien tu en veux?


VITALI

Je te la laisse pour 500,

avec les réparations.


CASAL et SOSA discutent avec VEGA dans le bureau de la Fonsation. CASAL désigne un document qu'il lit.


CASAL

Par la présente,

j'autorise l'avocat

à percevoir la somme

correspondant au pacte

de quota litis,

déduction faite du montant

obtenu à titre d'indemnisation.

Le contrat est signé

en double exemplaire.


VEGA

Le reste, je le touche quand?


SOSA

Je te l'ai dit,

il faut attendre.


VEGA

Je sais. Mais je pourrais avoir

3000 d'avance, Héctor?


CASAL fait signe à SOSA de le suivre.


SOSA

Termine de lire.

Je reviens.


CASAL et SOSA s'éloignent pour discuter.


CASAL

Combien tu veux lui donner?


SOSA

File-lui 200 de plus.


CASAL sort de l'argent de sa poche et le donne à SOSA.


CASAL

J'ai vu Rinaldi.

C'est sur les rails.

Tu dois le rencontrer.


SOSA

Encore la même histoire?


CASAL

Oui. Je te fais pas confiance.

Tu seras jamais

aussi bien traité qu'ici, Sosa.


CASAL s'éloigne. SOSA s'approche de VEGA pour lui donner l'argent.


SOSA

Voilà 200 de plus.


VEGA

Merci, mon vieux.

Maintenant, je fais quoi?


SOSA

Signe.


VEGA signe.


VEGA

Je boirais bien

une petite bière.


SOSA

Vega, t'es un vrai poivrot.

Signe, on boira ce soir.


Dans son lit, LUJAN se réveille. Elle allume une lampe et s'habille. Elle se lève et retrouve SOSA dans la cuisine qui fait cuire des légumes.


SOSA

Salut.


LUJAN

Salut.


SOSA

Enfin!

Viens.

Tu te sens bien.


LUJAN

Oui.


LUJAN et SOSA se sourient avec gêne.


LUJAN

Qu'est-ce qui s'est passé?


SOSA

Rien. Tu t'es endormie.


LUJAN

Désolée.


SOSA

C'est pas grave.


LUJAN

J'ai dormi longtemps?


SOSA

Presque 12 heures.


LUJAN rit. SOSA pose ses mains sur les épaules de LUJAN.


SOSA

Tu as faim?


LUJAN hésite.


SOSA

Tu n'aimes pas trop parler,

au réveil.


LUJAN

Non, je n'ai pas l'habitude,

c'est tout.


SOSA embrasse LUJAN.


LUJAN

Tu veux un coup de main?


LUJAN se place devant une planche à couper.


SOSA

Coupe un peu de poivron

et de courgette.


LUJAN

Celle-là?


SOSA

Oui.

Les deux.


LUJAN coupe les légumes.


LUJAN

Comme ça.


SOSA

Oui.


SOSA est assis seul sur un fauteuil. Il réfléchit.


LUJAN arrive au garage des ambulanciers et fait la bise à PICO.


PICO

Qu'est-ce que tu fais là?


LUJAN

Je fais un remplacement.


PICO

Où est Santillan?


LUJAN

Aucune idée. On m'a appelée.

Je vais me changer.


Dans un garage sombre, SOSA prépare une seringue et fait une piqûre dans le bras de VEGA avec qui il discute.


VEGA

Tu fais un arpège rapide

avec le pouce et avec les ongles.

Tu comprends?


SOSA

Oui.


VEGA

Le pouce vers le bas

marque les notes graves.

Et le reste de la main...

joue les notes aiguës.

Troisième, seconde, première...

Tu repasses en arpège

avec pouce et ongles.

Pouce, main.

Pouce, main...


SOSA donne un médicament à VEGA qui l'avale.


VEGA

Pour la samba,

tout est dans la technique

de gratte.

J'aimerais tellement

savoir jouer d'un instrument.

Tu joues, toi?


SOSA

Non.


SOSA examine les yeux de VEGA.


SOSA

Tu sens l'alcool.


VEGA

Non...


SOSA

Arrête de mentir.


VEGA

Non!

Il faut encore attendre?


SOSA

Non, c'est bon.

Garde la jambe bien tendue.


SOSA se lève pour prendre une masse et un chiffon.


VEGA

Les petits devraient tous

apprendre à jouer.


SOSA donne le chiffon à VEGA.


SOSA

Mords là-dedans.


VEGA place le chiffon dans sa bouche.


SOSA

Tu sens quelque chose?


VEGA

Non.


SOSA

Sûr.


VEGA

Oui. Fais pas ton trouillard!


SOSA

On y va. Ne crie pas.


SOSA soulève la masse donne un coup sur le genou de VÉGA qui pousse un cri étouffé. VÉGA gémit de douleur.


SOSA

Tiens le coup.


SOSA aide VEGA à se lever.


SOSA

Allez, viens. Sois fort.

Si tu cries, tout risque de foirer.


VEGA avance en sautillant avec l'aide de SOSA.


SOSA

Écoute-moi.

Je te laisse là.

Tu te rappelles

ce que je t'ai dit?

Ne le regarde pas.

Vega, tu entends?


VEGA

(En gémissant de douleur)

Oui.


SOSA

Allez, tiens le coup.

Vas-y.


VEGA ouvre une porte et sort de la pièce.


SOSA sort du garage et se dirige vers la voiture qu'il a achetée plus tôt. Une autre voiture similaire arrive sur la rue. VEGA avance en titubant sur le trottoir. Il marche sur la rue et se jette devant la voiture qui arrive et le frappe. VEGA roule sur le sol.


SOSA sort de sa voiture et se dirige en courant vers VEGA.


Le conducteur de la voiture qui a frappé VEGA sort de sa voiture.


SOSA

Qu'est-ce qui s'est passé?


CONDUCTEUR

(Paniqué)

Il est sorti de nulle part.

Ça m'est jamais arrivé!


Des passants arrivent sur le lieu de l'accident. SOSA s'accroupit devant VEGA.


SOSA

Quel con!


CONDUCTEUR

Il a bondi sur le pare-brise.


SOSA

(S'adressant à VEGA)

Monsieur, ça va?

Tu m'entends?


CONDUCTEUR

Jamais, en 30 ans

de permis!


Dans leur ambulance qui roule, PICO et LUJAN discutent.


LUJAN

On va où, Pico?


PICO

Sur un accident.


LUJAN

La régul ne nous

a pas appelés.


PICO

Peu importe.

Tiens-toi prête, on arrive.


PICO immobilise l'ambulance sur le lieu de l'accident. LUJAN sort et s'approche de SOSA qui s'occupe de VEGA.


SOSA

(Étonné)

Qu'est-ce que tu fais là?


LUJAN

Je travaille!


SOSA

Bien sûr, pardon.


LUJAN

Que s'est-il passé?


SOSA

Apparemment, il a une fracture

à la tête et à la jambe.

Il a perdu beaucoup de sang.


LUJAN

C'est arrivé quand?


SOSA

Il y a quelques minutes, pas plus.


LUJAN examine VEGA. SOSA est visiblement inquiet.


SOSA

Je peux t'aider?


LUJAN

Oui.


SOSA place un collet sur le cou de VEGA.


LUJAN

Il est resté inconscient?


SOSA

Oui, tout le temps.


LUJAN

Tu sais comment il s'appelle?


SOSA

Vega. C'est un ami.


PICO dépose un brancard près du blessé.


SOSA

Le brancard.


LUJAN

Mets une main là,

et l'autre en face.

Prêt? Un, deux, trois...

On le soulève.


LUJAN et SOSA soulèvent le corps de VEGA.


LUJAN

Un, deux, trois...

On le pose.


LUJAN et SOSA déposent VEGA sur le brancard.


SOSA

Attention.


LUJAN attache les sangles du brancard.


LUJAN

Je mets une sangle ici.

(S'adressant à un passant)

Attache l'autre sangle.


SOSA aide le passant à attacher la sangle.


LUJAN

C'est bon.

On peut lever.

(S'adressant a SOSA)

Tu peux m'expliquer

ce qui s'est passé?


SOSA

Pas maintenant. Attends.


LUJAN, SOSA et PICO se placent en position pour soulever le brancard.


PICO

Un, deux, trois...


LUJAN, SOSA et PICO redressent le brancard.


SOSA

Je te raconterai tout.


LUJAN

Tu le prends, Pico?


PICO

Je l'ai.


PICO et SOSA placent VEGA dans l'ambulance. LUJAN indique à SOSA de monter avec elle.


LUJAN

Monte avec moi.


LUJAN ferme la porte de l'ambulance.


LUJAN

Qu'est-ce qui s'est passé?


SOSA

Je t'expliquerai tout plus tard.

Sauve-le. Aide-moi.

Je te dirai tout, promis.


LUJAN donne des gants de caoutchouc à SOSA.


LUJAN

Enfile ces gants.


SOSA

Qu'est-ce que je dois faire?


LUJAN

Enfile-les.


LUJAN examine les yeux de VEGA. SOSA met les gants.


LUJAN

Tu sais ce qu'il a pris?


SOSA

Du tramadol et de la codéine.


LUJAN

Pour quelle raison?


SOSA

Pour ne pas sentir la douleur.


LUJAN

Je ne comprends pas.


PICO entre dans l'ambulance, met en marche les gyrophares et démarre.


SOSA

Je vais tout t'expliquer.


LUJAN

Il fait un arrêt.


LUJAN donne un masque respiratoire à SOSA.


LUJAN

Prends ça.

À mon signal, tu presses deux fois.

Vas-y.


LUJAN découpe les vêtements de VEGA.


SOSA

Je dois faire quoi?


LUJAN

Quand je te le dis, tu ballonnes.

Un, deux...

On arrive quand, Pico?


PICO

Dans 7 minutes.


LUJAN fait un massage cardiaque à VEGA. SOSA pose le masque respiratoire sur la bouche de VEGA.


LUJAN

Appelle et dis qu'il est en arrêt.


PICO

(En parlant dans la radio)

Ici le camion 28.

On a un homme d'environ 65 ans.


SOSA

Sauve-le.


LUJAN

Tais-toi et concentre-toi.

Allez! Un, deux...


SOSA appuie sur le ballon du masque respiratoire pour faire respirer VEGA.


PICO

(En parlant dans la radio)

On arrive dans 7 minutes.


LUJAN continue le massage cardiaque.


SOSA

Accroche-toi, mon vieux.


À l'hôpital, un infirmier aide LUJAN à sortir le brancard de VEGA.


INFIRMIER1

Qu'est-ce qu'on a?


LUJAN

Un accident de la voie publique.

C'est un homme de 65 ans,

il a perdu connaissance.

Il est en arrêt et on l'a massé

7 minutes.


SOSA continue à appuyer sur le masque respiratoire posé sur la bouche de VEGA pendant que l'INFIRMIER1 et LUJAN emmènent le brancard dans les couloirs de l'hôpital.


INFIRMIER1

Tu lui as passé quelque chose?

Une allergie connue

à un médicament?


LUJAN

Aucune idée.


SOSA

(S'adressant à LUJAN)

Je t'en supplie...


L'INFIRMIER1 mène le brancard de VEGA dans une salle d'opération. Il s'adresse à des médecins et à des infirmiers.


INFIRMIER1

Un patient de 65 ans en arrêt,

polytraumatisé.


Les médecins soulèvent, puis posent VEGA sur une table d'opération.


LUJAN

Apporte le brancard, PICO.


MÉDECIN1

(S'adressant à LUJAN)

Tu peux brancher l'oxygène?


LUJAN prépare un tube d'oxygène.


MÉDECIN2

Défibrillateur!


L'INFIRMIER1 donne les poignées d'un défibrillateur au MÉDECIN2.


MÉDECIN2

Donnez-moi du gel.


INFIRMIER1

Défibrillateur allumé.


MÉDECIN1

On pose une voie veineuse.


INFIRMIER1

Ça charge.


MÉDECIN1

(S'adressant à LUJAN)

Donnez-moi l'oxygène.


Le MÉDECIN1 branche le tube d'oxygène au masque sur la bouche de VEGA.


Le MÉDECIN2 applique les poignées du défibrillateur sur la poitrine de VEGA.


MÉDECIN2

On s'écarte. Je choque.


Une décharge électrique fait sautiller le corps de VEGA.


LUJAN

Qu'est-ce que je peux faire?


MÉDECIN1

(S'adressant à LUJAN)

Passe aux admissions

et laisse tes transmissions.


LUJAN sort de la pièce. SOSA l'attend à l'extérieur.


SOSA

(Inquiet)

Comment il va?


LUJAN reste silencieuse. Elle a l'air en colère.


SOSA

(Désemparé)

Lujan, comment il va?


LUJAN

Il est mort, Sosa.


SOSA retient LUJAN qui s'éloigne.


SOSA

C'est pas possible!

Il ne peut pas être mort!


LUJAN

Il est mort.

Lâche-moi.


LUJAN libère son bras.


LUJAN

Tu as compris?

Lâchez-moi.


LUJAN s'éloigne.


SOSA revient vers la salle d'opération. Une infirmière ferme la porte.


INFIRMIÈRE1

Veuillez attendre dehors.


SOSA soupire, l'air accablé. Il se prend la tête dans les mains.


LUJAN remplit un formulaire. IBANEZ et CASAL s'approchent d'elle.


IBANEZ

Docteur?

Je suis le sous-commissaire Ibanez.


CASAL

Maître Casal. Bonsoir.


LUJAN les salue tristement.


IBANEZ

Vous étiez sur l'intervention

de la calle Morelli?

Il me faut une copie

de votre rapport, s'il vous plaît.


LUJAN

Adressez-vous aux admissions.

Excusez-moi.


IBANEZ

Je vous en prie.

Merci beaucoup.


LUJAN s'éloigne. CASAL la suit.


CASAL

Nous aurons besoin

de votre identifiant

et des détails de l'accident.

Si vous voulez bien coopérer...


LUJAN s'éloigne sans répondre. Elle croise SOSA qui console la VEUVE de VEGA qui est en pleurs.


SOSA

Il voulait prendre soin de toi.

Je t'abandonnerai pas.


LUJAN

Excusez-moi.


LUJAN pose la main sur l'épaule de la VEUVE.


LUJAN

Calmez-vous.

On a fait tout notre possible.

Je suis désolée.


La femme pleure.


LUJAN

Doucement.


LUJAN s'éloigne.


VEUVE

C'est impossible...


SOSA

Attends-moi là.

J'ai un détail à régler.

Je reviens.


SOSA marche à la suite de LUJAN dans le corridor. IBANEZ l'appelle dans son dos.


IBANEZ

Attends!

Sosa!


LUJAN sort de l'hôpital et s'approche de PICO.


LUJAN

(En parlant avec colère)

Tu es un taré de m'embarquer

dans tes histoires?


PICO

Ça devait être un type

avec une jambe cassée.


LUJAN

Tu déconnes?

C'est moi qui signe.

T'as rien a perdre, toi!


SOSA arrive. LUJAN s'éloigne.


LUJAN

Je rendre.


SOSA suit LUJAN et la prend par le bras.


SOSA

Écoute.


LUJAN repousse SOSA.


LUJAN

Ne me touche pas.


SOSA

D'accord. Mais c'est très important.

Qu'est-ce qu'ils t'ont dit?

Ne signe rien, ne déclare rien.

C'est à moi de régler ça.


LUJAN pousse un rire de mépris.


LUJAN

C'est quoi, ces conneries?


SOSA

Tu n'aurais pas dû être impliquée.

Pardonne-moi.


LUJAN ramasse un sac et continue à marcher.


LUJAN

J'ai rien à te pardonner.

Un homme est mort

par ta faute.


SOSA

Même si tu me crois pas,

je rendais un service à Vega.

Il avait besoin d'argent.

Tout était censé bien se passer.

Je sais pas quoi faire.


LUJAN

À moi de trouver une solution?

Tu es assez grand, Sosa.

Je veux plus jamais te voir.


LUJAN s'éloigne à pied de SOSA.


IBANEZ et CASAL sortent de l'hôpital.


IBANEZ

Le voilà.


CASAL

Viens, Sosa!


IBANEZ

Allez!


SOSA entre dans l'hôpital à la suite d'IBANEZ et CASAL.


LUJAN porte des habits de médecin. Elle marche dans un couloir d'hôpital.


LUJAN discute avec une infirmière. Elle indique un patient.


LUJAN

Et lui?


INFIRMIÈRE2

Un patient pour la chir.

Les prélèvements sont faits.

Il a une douleur abdo.

La chir doit le voir.


LUJAN

Il est prévenu?


INFIRMIÈRE2

Oui. Il est absent.


LUJAN indique un patient dans une autre chambre.


LUJAN

Et lui?


INFIRMIÈRE2

Il a fait une grosse chute.

Fracture ouverte et trauma crânien.


LUJAN

Vous avez fait des radios?


INFIRMIÈRE2

Oui.


LUJAN

Un scanner?


INFIRMIÈRE2

Non, pas encore.


LUJAN

Il est pas passé par la traumato.


LUJAN et l'INFIRMIÈRE2 visitent un patient qui tousse dans une autre chambre.


LUJAN

Et ce patient?


INFIRMIÈRE2

Une suspicion de tuberculose.


L'INFIRMIÈRE2 donne une photographie radiologique à LUJAN qui l'examine.


LUJAN

Pourquoi il est pas en isolement?


INFIRMIÈRE2

C'est pas moi qu'il l'ai vu.

Et il n'y a pas de lits.


LUJAN et un médecin marchent dans les couloirs d'un hôpital.


MÉDECIN3

Ça t'intéresse de prendre

la garde de vendredi.


LUJAN

Bien sûr.


MÉDECIN3

On ne dirait pas.


LUJAN

Vendredi, j'avais ma journée.

Et comme je suis fatiguée...


MÉDECIN3

Pour être titularisée,

il faut accumuler les heures.

Tu la prends, alors?


LUJAN

Oui. Merci.


Dans une salle d'opération, LUJAN examine un patient à l'aide d'un stéthoscope.


LUJAN

(S'adressant à une infirmière)

Je n'entends rien.


Un médecin entre avec une civière sur laquelle est posé le BAGARREUR2.


MÉDECIN4

Vite, il y en a encore

deux autres.


LUJAN

D'accord.

(S'adressant à l'infirmière)

Pas de défense abdominale.


INFIRMIÈRE3

Vas-y, je m'en occupe.


LUJAN s'approche du patient qui vient d'arriver et lui parle.


LUJAN

Qu'est-ce qui s'est passé?


BAGARREUR2

J'en sais rien.

Une bagarre.


LUJAN

On vous a frappé où?


BAGARREUR2

Partout.


LUJAN

Vous avez perdu connaissance?


Sur la première civière à proximité, le BAGARREUR1 s'agite.


BAGARREUR1

T'es là, enfoiré?

Fils de pute!


Le BAGARREUR1 se redresse et donne un coup de pied sur la civière du BAGARREUR2.


BAGARREUR2

(S'adressant à LUJAN)

Lâche-moi, salope.


Les deux bagarreurs se lèvent et s'empoignent.


LUJAN

(En criant)

Du calme!

Arrêtez!

Appelez la sécurité!


Les deux bagarreurs se donnent des coups de poing.


LUJAN

(En criant)

On se calme!

Arrêtez, arrêtez!

La sécurité!


INFIRMIÈRE3

Elle arrive!


Le BAGARREUR1 sort de la pièce. Des cris et des bruits de bagarre éclatent dans l'hôpital. LUJAN et les infirmiers appuient contre les portes de la pièce pour empêcher des gens d'entrer.


On entend un coup de feu.


LUJAN

C'était quoi, ça?


INFIRMIÈRE3

Un coup de feu.


Un autre coup de feu se fait entendre.


LUJAN s'accroupit et s'adresse au BAGARREUR2 qui est resté dans la pièce.


LUJAN

Ne bougez plus.

Restez où vous êtes.

(S'adressant à l'INFIRMIÈRE3)

Ça va?


Les bruits de bagarre cessent.


LUJAN

(S'adressant au BAGARREUR2)

Venez.

Vous êtes calmé?


Le BAGARREUR2 s'assoit sur une civière.


BAGARREUR2

Oui. C'est bon.

Ils vont prendre cher,

ces cons.


LUJAN

Bande de tarés.


Plus tard, LUJAN écrit sur des feuillets de prescription.


Dans une ambulance, LUJAN est assise à côté de PICO. Elle parle avec impatience.


LUJAN

Mets la sirène,

qu'on avance un peu!


PICO

C'est rouge.

Que veux-tu que je fasse?


PICO met en marche une sirène et continue d'attendre au feu rouge.


PICO

Ou tu préfères l'autre?


PICO met en marche une autre sirène.


Dans un restaurant, PICO, LUJAN, SANTILLAN et un AMBULANCIER discutent autour d'une table.


PICO

Depuis qu'il a quitté la Fondation,

je l'ai pas revu.

Il me doit encore du fric.


SANTILLAN

C'est vrai que ça fait un bail.


AMBULANCIER

Moi, je l'ai vu

à l'hôpital San Martin.

Je l'ai croisé dans le couloir.


SANTILLAN

(S'adressant à LUJAN)

Tu ne l'as pas vu non plus?


LUJAN

Non.


PICO

(S'adressant à SANTILLAN)

Et alors, quoi de neuf?


SANTILLAN

Rien. L'avocat a appelé pour savoir

si j'étais au courant

des cinq jours à Tablada.

J'ai répondu que non.


LUJAN est songeuse.


SANTILLAN

Il m'a dit qu'il irait

quand même.


LUJAN marche dans le couloir de l'hôpital. SOSA la suit à distance.


Dans un bureau, LUJAN discute avec un médecin.


LUJAN

Un homme pour la traumato.


Le médecin prend des notes sur une feuille.


LUJAN

Une femme pour la chirurgie.


LUJAN remarque SOSA qui la regarde derrière un comptoir.


LUJAN

Un homme de 25 ans

à mettre en isolement.


MÉDECIN3

Non, celui-là,

il faut le réorienter.


LUJAN donne des papiers au MÉDECIN3.


LUJAN

Les ordonnances sont là.

Merci.


LUJAN sort du bureau et s'approche de SOSA.


LUJAN

Qu'est-ce que tu fais là?


SOSA

Je t'ai appelée.


LUJAN

Je sais.


SOSA

Je t'ai laissé des messages,

mais tu n'as jamais répondu.

J'ai besoin de te parler.


LUJAN

Ici, c'est pas possible.


SOSA

Dis-moi où et quand.

J'y serai.

Il faut que tu m'écoutes

une minute. Pas plus.


LUJAN

Ça va?


SOSA

Parfaitement bien. Et toi?


LUJAN

Bien.


SOSA

Quand?


LUJAN

Je sais pas. J'ai du travail.


SOSA acquiesce. LUJAN s'éloigne.


Dans le stationnement de l'hôpital, SOSA entre dans sa voiture.


Caché sur le banc arrière, MUNOZ se lève puis étrangle SOSA avec son bras. Un COMPLICE entre dans la voiture et s'assoit à côté de SOSA.


MUNOZ

Qu'est-ce qui te prend,

Sosa?

Tu as changé

après avoir vu la Vierge?


Le COMPLICE frappe SOSA au visage.


MUNOZ

Ce fric t'appartient pas.

Tu vas devoir en briser,

des os, pour tout rembourser.

En attendant, je continuerai

à te démolir le portrait.


Le complice frappe à plusieurs reprises SOSA dans le ventre.


MUNOZ

Je dis quoi, à Casal?

Hein? Je lui dis quoi?

Ça fait un bail

qu'on se connaît, Sosa.

Tu sais que je préférerais

être avec Romina,

ou avec mes gosses

devant la télé.

Au lieu de ça,

je dois venir te remettre

les idées en place.


SOSA tousse avec douleur.


Le COMPLICE frappe la tête de SOSA sur le volant de la voiture.


MUNOZ

Je dis quoi, à Casal?

Que les choses soient

bien claires, Sosa.

Ici, le seul responsable, c'est toi,

enfoiré de merde.


Les deux hommes sortent de la voiture et s'éloignent.


À l'hôpital, un infirmier mène LUJAN dans une pièce où attend SOSA.


INFIRMIER2

Un gars avec une plaie

à la tête te réclame

depuis dix minutes.


LUJAN s'approche de SOSA qui est allongé sur une civière, la tête ensanglantée.


LUJAN

Sosa, tu te fous de ma gueule?

Qu'est-ce qui t'est arrivé?


SOSA

(En parlant avec difficulté)

Rien.


LUJAN

Tu as vu ta tête?

Assieds-toi.

Tu y arrives?


SOSA

Oui, bien sûr.


LUJAN aide SOSA à s'asseoir.


LUJAN

Viens avec moi.


SOSA

Et mon blouson?


LUJAN

Je le prends.


LUJAN mène SOSA par le bras.


LUJAN

Un peu plus vite.

Par là.


SOSA est assis sur une table d'opération. LUJAN prépare une aiguille pour lui faire des points de suture.


SOSA

Vega devait être mon dernier coup.

C'était facile.

Je l'avais fait plein de fois.

Tout le monde y trouvait

son compte.

C'était ma dernière mission

pour la Fondation.


LUJAN

Ne bouge plus.


SOSA

Ma suspension levée,

j'étais censée être libre.


LUJAN fait des points de suture pour fermer une plaie sur le front de SOSA.


SOSA

Et au beau milieu

de ce bordel,

tu es apparue.

Et j'ai senti que les choses

pouvaient changer.

Mais évidemment...

quelque chose devait clocher.


LUJAN

Quelque chose...


LUJAN tourne la tête de SOSA qui la regarde.


LUJAN

Ne bouge plus.


SOSA

C'est très étrange.

J'ai l'impression

de sortir de prison.

Même avec le droit d'exercer,

je ne pourrais pas rester ici.

C'était une mise en garde.


LUJAN termine d'attacher un point sur le front de SOSA.


SOSA

Je vais filer droit.


LUJAN

C'est ça, filer droit.


SOSA

Je me suis fait casser la gueule

pour attirer ton attention.


LUJAN rit.


SOSA

J'ai récupéré l'argent de Vega

et je l'ai donné à sa femme.

Elle le méritait.

Tant pis si je me fais

casser la gueule.

Je ne peux pas continuer

à travailler ici, Lujan.

J'ai pas envie

d'être abonné à l'hôpital.

Il faut que je me tire.


LUJAN fait un autre point sur le front de SOSA.


SOSA

J'avais deux possibilités :

soit te dire au revoir,

soit te demander de m'accompagner.

Qu'est-ce que tu en penses?


LUJAN

Que tu ne sais pas ce que tu dis.


LUJAN termine un point sur le front de SOSA.


LUJAN

Je reviens.


SOSA

Je suis sérieux.


LUJAN s'éloigne.


Dans une ambulance, LUJAN discute avec PICO qui conduit.


LUJAN

Il s'est fait frapper.


PICO

Comment ça? Quand?

Il a dû se faire recoudre,

et tout ça?


LUJAN

Oui, je lui ai fait deux points.


PICO

Tu lui en aurais fait 10!

Tu as craqué dès le premier jour.


LUJAN

(Contrariée)

Tu es bête!


PICO

Ça se voit sur ton visage.


PICO rit.


LUJAN

T'es con...


CASAL accueille SOSA dans un bureau.


CASAL

(En parlant avec colère)

Putain, qu'est-ce qui t'est arrivé?

Tu es débile, ou quoi?

J'ai déjà assez d'emmerdes.

N'en rajoute pas.


LUJAN

Je veux qu'on me foute la paix.


CASAL

J'en ai rien à foutre!

Ce secteur, c'est pas le tien.

Tu as foiré l'affaire Vega.

Tu as gardé mon fric

et ça te suffit pas?


LUJAN

Déduis-le de ce que tu me dois

et on est quitte.


CASAL

Quitte?


LUJAN

Absolument.


CASAL

Tu n'es pas en mesure

de négocier.

Tu sais quoi? Dégage.


CASAL s'éloigne et SOSA le suit.


SOSA

Je veux plus bosser

avec toi.

Ça a duré beaucoup

trop longtemps.

Laisse-moi bosser seul.

J'amasse un peu de fric

et je me tire d'ici.


CASAL

Je te comprends.

Mais ce sont mes accidents,

mes clients,

ma clinique, mon hôpital...

Même San Justo

et tout le pays sont à moi.

Fous le camp loin d'ici

si tu veux pas d'emmerdes.

Ou si tu préfères...

tu peux t'occuper d'associations,

de divorces, d'héritages...


SOSA

Francisco Abendano,

accident de bus.

L'assureur a payé

270000 pesos.

Il en a perçu 30 000.

Delia Ortega, enceinte,

renversée sur le passage piéton.

Je m'en souviens parfaitement.

150000 versés, 25000 perçus.

Rodrigo Suarez, accident de moto.

80000 versés, 1000 perçus.

Et Martin Prieti et sa famille?

112000 versés, 30 000 perçus.

Je continue?


CASAL

Tu es la voix de ma conscience?


SOSA

(En parlant à voix basse)

Non, mais j'ai leurs numéros, idiot.

J'ai les copies des procès-verbaux

d'accord.


CASAL reste immobile.


SOSA

S'ils te font tous un procès,

tu es un homme mort.

Jusqu'à quand tu vas jouer

au plus fort?

Qui va te défendre? Le Chien?

Rinaldi? Qui?


CASAL

Tu me menaces, ou quoi?


SOSA agite la tête, indécis.


CASAL

Tu es fou? Tu as oublié

ce que j'ai fait pour toi?

Je t'ai aidé à te relever,

je t'ai donné du travail...


LUJAN

Tu vas me faire pleurer.


CASAL

Vas-y, pleure!


SOSA frappe CASAL sur l'épaule.


SOSA

Écoute-moi!

Tu me laisses un peu de temps,

je fous du fric de côté

et je me casse.

C'est pas plus compliqué.

Tu piges?

(En parlant avec colère)

Je rêve!


SOSA s'éloigne de CASAL. MUNOZ s'approche de lui.


MUNOZ

Calme-toi.


SOSA

Tu me fous la gerbe.


MUNOZ

Fais pas de conneries.


SOSA

Enfoiré!


Dans l'hôpital, LUJAN discute avec le MÉDECIN3. LUJAN semble épuisée.


MÉDECIN3

Tu as vu Nevares,

le patient avec un FA?


LUJAN

Oui.


MÉDECIN3

Tu lui as donné de l'héparine?


LUJAN

Bien sûr.


MÉDECIN3

Tu es folle?

Tu veux le tuer?

Tu n'as pas vu qu'il faisait

une hémorragie digestive?


LUJAN

Non, désolée.


MÉDECIN3

Où tu avais la tête?


LUJAN

Je n'ai pas dormi.


MÉDECIN3

On est tous fatigués.

Tu vas finir par en tuer un.

Va t'en occuper.


LUJAN

J'étais sur le point de partir.


MÉDECIN3

Tu partiras quand ce sera réglé.

C'est clair?


LUJAN fait demi-tour et s'éloigne du MÉDECIN3.


Plus tard, LUJAN dort sur un lit d'hôpital. Une infirmière vient la réveiller.


INFIRMIÈRE3

Docteur, on vous attend

en haut.


LUJAN se lève et met des gants de plastique. Elle rencontre un médecin dans un corridor.


MÉDECIN4

Vite, Lujan.


LUJAN

Qu'est-ce qu'il y a?


MÉDECIN4

Un accident entre un camion

et une voiture.


LUJAN

Combien de victimes?


MÉDECIN4

On en a six.


LUJAN

Six.


MÉDECIN4

Trois d'entre elles

sont dans un état grave.


LUJAN

On est combien?


MÉDECIN4

Il y a Juarez, toi et moi.


LUJAN

Où est Garrido?


MÉDECIN4

Il est de garde.


LUJAN s'approche d'un patient sur une civière. Une femme en panique s'approche d'elle.


VICTIME1

Docteur, aidez-nous,

je vous en prie!


LUJAN examine le patient.


LUJAN

Que s'est-il passé?

Calmez-vous.


VICTIME1

Il est en train de s'étouffer!


LUJAN

Restez ici et calmez-vous.


LUJAN apporte la civière. Un infirmier arrive.


INFIRMIER4

On a quoi?


LUJAN

Un arrêt respiratoire.

(S'adressant à la VICTIME1)

Doucement, madame.

Si vous criez, je peux rien faire.

Attendez dehors.


LUJAN et l'infirmier apportent le patient dans une salle d'opération.


LUJAN

(S'adressant à l'INFIRMIER4)

Enlève son t-shirt

et mets-lui de l'oxygène.

(S'adressant au patient)

Calmez-vous, monsieur.

(S'adressant à l'INFIRMIER4)

Il n'arrive pas à respirer.


L'INFIRMIER4 pose un masque sur la bouche du patient.


INFIRMIER4

Il est hypertendu?


LUJAN

Oui.

Donne-moi de la Betadine.

(S'adressant au patient)

Respirez doucement.


Sur une table à proximité, un médecin utilise un défibrillateur sur un patient en arrêt cardiaque.


LUJAN fait une piqûre à son patient.


LUJAN

Il respire mieux.

(S'adressant au patient)

Vous m'entendez, monsieur?

Respirez profondément.


INFIRMIER4

Il ventile, c'est bon.

Vas-y, si tu veux.

Je reste.

Mets-lui le collier

et c'est bon.


LUJAN

Appelle la chirurgie.


LUJAN met un collier sur le cou du patient.


LUJAN

Le collier est en place...


INFIRMIER4

Je reste avec lui.


LUJAN

(S'adressant au patient)

Tout va bien, monsieur.


INFIRMIER4

(S'adressant au patient)

Respirez bien profondément.


LUJAN sort de la pièce.


LUJAN installe un tube à injection dans le bras de la femme qui paniquait plus tôt.


VICTIME1

(En pleurant)

Je n'avais qu'un seul frère,

docteur.


LUJAN

Dites-vous que votre mari

est sain et sauf.


LUJAN pose une main sur l'épaule de la VICTIME1.


VICTIME1

(En pleurant)

C'est vrai. Merci, docteur.


LUJAN

Ça va aller.


VICTIME1

(En pleurant)

Qu'est-ce que je vais

dire à ma mère?


LUJAN

Chaque chose en son temps.


La VICTIME1 enlace LUJAN.


LUJAN

Vous allez trouver

les mots pour lui dire.


LUJAN remarque CASAL qui parle à une autre victime de l'accident.


VICTIME1

(En pleurant)

C'est affreux...


Le jour, sur une rue, LUJAN marche avec SOSA.


LUJAN

Attends. Promets-le-moi.


SOSA

Quoi?


LUJAN

Que tu vas filer droit.


SOSA

Je te l'ai déjà dit.


LUJAN

Promets-le-moi encore.


SOSA

Je te le promets encore.

C'est bon.


LUJAN hésite, puis acquiesce.


LUJAN

Allons-y.


SOSA

Merci.


LUJAN

Je le fais pour elle.


SOSA

Moi aussi.

Merci de me faire confiance.


LUJAN

De rien.


Dans un parc, LUJAN présente SOSA à la femme VICTIME1. SOSA et la femme discutent sur un banc.


VICTIME1

Ma famille est en pourparlers

avec un autre cabinet.

(Triste)

Selon eux, c'est mieux

d'avoir tous le même avocat.


SOSA

C'est faux.

Vous êtes libre

dans votre choix.

Ne signez rien pour l'instant.

Apportez-moi les papiers

et je vous expliquerai

ma proposition.


VICTIME1

Entendu, Maître.

Que va-t-on faire

pour mon frère?

Ma belle-soeur est désespérée.

On ne nous dit rien,

ni à l'hôpital ni à la police.

Ils refusent même

de nous rendre le corps.


Dans un centre funéraire, SOSA marche en compagnie d'hommes qui transportent un cercueil jusqu'à une crypte. Des personnes pleurent dans durant la procession. On entend un bruit d'explosion. SOSA s'éloigne et sort sur la rue.


Sur la rue, la voiture de SOSA est en flamme. SOSA s'approche. Le système d'alarme de la voiture est en marche.


Au comptoir de service de l'hôpital, LUJAN remet des documents à une femme.


LUJAN

Rapportez-moi les radios.

Je suis de garde toute la nuit.


Le MÉDECIN3 arrive et s'adresse à LUJAN.


MÉDECIN3

Olivera,

tu peux venir une minute?


LUJAN

Que se passe-t-il?


LUJAN s'approche du MÉDECIN3.


MÉDECIN3

Tu as perdu la tête?

À quoi tu joues?


LUJAN

Je ne comprends pas.


MÉDECIN3

Ne joue pas à la plus naïve

avec moi.

Tu aides le rapace

qui rôde autour de l'hôpital?


LUJAN

Non.


MÉDECIN3

Ne me prends pas

pour un con.

Fais attention à ce que tu fais.

Ça risque de mal finir.

Tu pourrais le regretter.


LUJAN baisse le regard.


MÉDECIN3

Regarde-moi quand je te parle.


LUJAN

Je crois que vous faites erreur.


MÉDECIN3

La seule qui fait erreur, c'est toi.

Je t'aurai prévenue,

ne l'oublie pas.


Dans une cabine de toilette, LUJAN se fait une piqûre dans le pied. Elle semble en panique. Elle s'arrose le visage dans un lavabo. Elle respire difficilement, gémit puis s'effondre.


Dans une cuisine, SOSA prépare un thé.


Il apporte une tasse à LUJAN qui se réveille dans un lit.


SOSA

Salut.

Bonjour.

Tu te sens bien?


LUJAN

Oui.


LUJAN regarde autour d'elle.


SOSA

Qu'est-ce que tu cherches?


LUJAN

Mes affaires sont restées

à l'hôpital?


SOSA

Non.

J'ai tout mis dans ton sac.

Tu les veux?


LUJAN

Non, c'est bon.

Tu peux y aller, si tu veux.


SOSA

C'est ce que tu veux?


LUJAN

(En riant)

Je veux que tu restes.


LUJAN pose sa tête contre le bras de SOSA.


SOSA l'embrasse.


SOSA

Alors je reste.


LUJAN

Merci de m'avoir ramenée.


Devant un bureau, SOSA charge un pistolet.


Au garage, SOSA discute avec VITALI.


VITALI

Il est venu ici.


SOSA

Qui ça?


VITALI

Le gros balèze.


SOSA

Et?


VITALI

Il m'a demandé si je t'avais vu.


SOSA

Tu as les papiers?


VITALI

Oui.


SOSA donne une pile d'argent à VITALI qui lui remet des papiers.


VITALI

Qu'est-ce que tu mijotes?


SOSA agite la tête d'un air abattu.


SOSA entre dans une voiture. VITALI s'approche pour lui parler.


VITALI

Fais-toi discret,

les prochains temps.


SOSA s'éloigne en voiture.


Dans un bar, SOSA s'adresse à un serveur.


SOSA

Dites à Ibanez que Sosa le demande.


SERVEUR

D'accord

Je vous sers quoi?


SOSA

Un verre d'eau.


SOSA regarde IBANEZ qui discute avec RINALDI et des policiers.


IBANEZ

(S'adressant à RINALDI)

Tu crois que je vois pas

que tu complotes avec Casal?

J'en ai ma claque.


RINALDI salue SOSA en sortant du bar.


RINALDI

Salut, Sosa.


SOSA

Rinaldi...


IBANEZ s'approche de SOSA et lui serre la main.


IBANEZ

Sosa!

Désolé pour l'attente.


SOSA

C'est pas grave.


IBANEZ guide SOSA à travers le bar.


IBANEZ

Tu aimes bien

me faire des surprises, toi.

Tu quittes la Fondation

sans dire un mot,

en claquant la porte.

C'est un manque de respect.


SOSA lève les yeux d'un air étonné.


IBANEZ

C'est exactement ça.

Tu débarques ici sans prévenir.


SOSA

Non, j'ai prévenu...


IBANEZ

Qui ça? Personne!


IBANEZ et SOSA discutent à une table.


IBANEZ

Tu travailles sur l'accident

de la route 3?


SOSA acquiesce.


IBANEZ

Tu as déjà les pouvoirs?


SOSA

J'en ai deux.

Casal a les trois autres.


IBANEZ

Et qu'est-ce que tu fais là?


SOSA

Je veux pouvoir

travailler tranquillement.

Casal est très stressé,

il m'empêche de bien bosser.

J'ai besoin que tu le contrôles.


IBANEZ

Oui.

Il veut me couillonner, Casal.

Il complote avec Rinaldi.

C'est toujours la même histoire.

Les plus faibles

veulent dépouiller le plus fort.


SOSA

Je ne veux dépouiller personne.


IBANEZ

(En pouffant)

Moi, si!

Je veux récupérer les cinq pouvoirs.

C'est toi qui vas me les apporter,

pas Casal.

On se rend service mutuellement.

Ça marche comme ça, non?


SOSA acquiesce.


IBANEZ

De quoi as-tu besoin

pour obtenir ces pouvoirs?


SOSA

De temps.


IBANEZ

Tu en auras.

Je me charge de Casal,

il ne t'emmerdera pas.

Quand tu as les pouvoirs signés,

apporte-les-moi.

Si tout se passe bien,

j'ai de grands projets pour toi.


La nuit, SOSA roule dans sa voiture.


Dans un bureau, SOSA discute avec un PROCUREUR.


PROCUREUR

Maître, nous souhaitons négocier,

mais la situation est très compliquée.

Vous avez certains dossiers,

Me Casal en a d'autres.

Ce serait plus simple

qu'un cabinet défende

toutes les victimes.

Vous comprenez?


SOSA

Parfaitement bien.

Si vous préférez, on peut poursuivre

cette discussion au tribunal.


PROCUREUR

Me Casal m'a appelé cinq fois,

aujourd'hui, pour me dire

que vos pouvoirs ont été révoqués.


SOSA

Et vous croyez ce que dit Casal?


À l'hôpital, la VICTIME1 qui est devenue la cliente de SOSA parle avec LUJAN. Elle lui tend un carton.


VICTIME1

On aimerait vous inviter.

On fête les 15 ans de ma fille.


LUJAN lit l'invitation en souriant.


LUJAN

Merci beaucoup.

C'est adorable.


VICTIME1

Vous allez venir,

n'est-ce pas?


LUJAN

C'est quand?


VICTIME1

Samedi prochain.


LUJAN

Je travaille, ce samedi.

Je suis de garde.


VICTIME1

Essayez de passer,

s'il vous plaît.

Grâce à vous, mon mari

est en vie et on peut fêter

l'anniversaire.

Ça nous ferait très plaisir.

Vous serez notre invitée d'honneur.


Dans une salle de réunion, des personnes habillées pour une soirée se placent pour prendre une photographie. Un gâteau d'anniversaire est placé sur une table. Le nombre « 15 » est placé sur le gâteau.


PHOTOGRAPHE

Tout le monde sur la photo!

Vous êtes prêts?

Souriez. Ouistiti!


Le PHOTOGRAPHE prend une photographie.


PHOTOGRAPHE

Parfait! Une autre.


Le PHOTOGRAPHE prend plusieurs photographies.


Pendant la fête, LUJAN et SOSA sont assis à une table en compagnie de la VICTIME1 et de sa famille.


SOSA

Avec une offre pareille,

il a signé, c'est logique.

C'est la même histoire

avec notre dossier.

Au bout d'un an,

vous verrez que le procès

a rapporté 80000,

100000 ou 120000 pesos,

et vous comprendrez

qu'on vous a roulés.

Vous voudrez porter plainte,

mais vous aurez déjà signé.

Ils ont beaucoup d'argent,

beaucoup de dossiers,

le vôtre par exemple,

et ils ont du temps.

Ils peuvent attendre.


Une autre victime de l'accident prend parole.


VICTIME12

Bien. Mais avec vous,

on touchera l'argent quand?


SOSA

Ce n'est pas moi qui décide.

Il faut en discuter,

comme ç'a été le cas avec eux.


SOSA indique l'homme qui a été sauvé par LUJAN.


SOSA

L'important, c'est de ne pas

être pressé,

sinon, c'est perdu d'avance.

Le secret pour gagner,

c'est d'être patient.


Au rythme d'une musique, LUJAN et SOSA dansent avec des invités. Les invités font une ronde autour d'eux.


VOIX FÉMININE

Vive Maître Sosa!


Les danseurs applaudissent.


LUJAN

(En riant)

Allez, on va au milieu.


LUJAN essaie sans succès de faire danser SOSA au milieu d'une ronde.


SOSA et LUJAN s'enlacent avec affection. SOSA embrasse LUJAN.


Sur un lit, SOSA et LUJAN sont nus. Ils s'embrassent et font l'amour. SOSA gémit de plaisir. LUJAN l'embrasse.


SOSA

(En chuchotant)

Je t'aime.


Enlacés sur le lit, SOSA et LUJAN discutent.


LUJAN

En arrivant à Buenos Aires,

j'ai rencontré un anesthésiste.

J'ai commencé à me droguer

avec lui.

C'est la seule chose qui me calme.

Je crois aussi que ça me plaît.


SOSA embrasse LUJAN.


SOSA

Tu as des photos?


LUJAN

(En riant)

Je te les montrerai jamais.


SOSA

Dommage.

Je crois que tu me plairais, grosse.


LUJAN

Je te plais pas, comme ça?


SOSA

(En faisant mine d'hésiter)

Si, ça va...


LUJAN rit et l'embrasse.


LUJAN

Tu es méchant.

Dis-moi quelque chose sur toi.


SOSA

Sur moi?

Non...


LUJAN

Pourquoi?


SOSA

Parce qu'on est bien, là.

Et je veux pas que ça change.


Sur un fauteuil, SOSA et LUJAN regardent la télévision. LUJAN lit un livre.


Dans le bureau d'un notaire, SOSA et les cinq victimes de l'accident sont réunies pour signer un contrat. Les victimes signent les documents tandis que le NOTAIRE lit le contrat.


NOTAIRE

À San Justo,

région de La Matanza,

province de Buenos Aires,

les parties déclarent déléguer

les pouvoirs

en faveur de Maître Héctor Sosa,

afin qu'il puisse intervenir

dans toutes les affaires judiciaires

et par conséquent,

percevoir les indemnités

obtenues et effectuer

les démarches nécessaires.


SOSA

En d'autres termes,

vous m'autorisez

à percevoir l'argent

que l'assureur versera.

À mon tour de signer.


Sur un balcon, SOSA et LUJAN sont assis sur un fauteuil. LIJAN boit dans une tasse et SOSA lit un livre.


Sur un fauteuil, devant une télévision, SOSA et LUJAN discutent en regardant les images de l'anniversaire auquel ils ont participé.


SOSA

Tu voulais que je danse

pour te moquer de moi.


LUJAN

(En riant)

Pas du tout!


SOSA

(En riant)

Si, je le savais.


LUJAN indique la télévision.


LUJAN

Tu vois, j'avais raison.

Regarde un peu tes épaules.


SOSA reconduit LUJAN à l'hôpital en voiture.


Devant l'hôpital, LUJAN embrasse SOSA.


LUJAN

Et c'est reparti pour un tour.


SOSA

Je passe te chercher ce soir?


LUJAN

Je suis de garde jusqu'à demain.


SOSA

On fait comment?


LUJAN

Je t'appelle.


Dans une salle d'opération, LUJAN examine une radiographie. Elle s'adresse à un infirmier qui pousse une civière sur laquelle est posé un patient.


LUJAN

Tu peux l'emmener au déchoc

et lui poser une voie?

(S'adressant à un autre infirmier)

Au box 12, il faut changer la perf.


Au comptoir de l'hôpital, un patient s'adresse à LUJAN.


PATIENT

Je viens pour une prise de sang.

Voilà l'ordonnance.


LUJAN

Adressez-vous à l'autre bureau.


LUJAN s'essuie les cheveux dans une douche. Les lumières de la pièce s'éteignent. Elle sort de la douche et tente vainement de rallumer les lumières.


LUJAN

Il y a quelqu'un?


LUJAN essaie d'ouvrir la porte du vestiaire, mais elle est fermée à clé. Elle frappe à la porte et appelle.


LUJAN

(En appelant)

Je suis enfermée.


La voix de CASAL s'entend de l'autre côté de la porte.


CASAL

La porte est bloquée, docteur.

Voilà un peu de lecture.

Ça vous fera passer le temps.


Quelqu'un glisse des documents sous la porte.


LUJAN examine les documents. Elle frappe à la porte.


LUJAN

Ouvrez!


MUNOZ ouvre subitement la porte.


MUNOZ

Y a un souci?


LUJAN

Laissez-moi.


MUNOZ

Avance.


LUJAN

Laissez-moi tranquille.


MUNOZ indique le fond de la pièce à LUJAN et la pousse.


MUNOZ

Du calme.

Ne complique pas les choses.

Reste calme et tout ira bien.

Il y a quelqu'un d'autre?


LUJAN

(Apeurée)

Non.


MUNOZ

Tu sais ce qu'on fait ici?


LUJAN fait « non » de la tête.


MUNOZ

T'es débile

ou t'as pas lu le dossier?


CASAL

(S'adressant à MUNOZ)

Attends-moi à l'entrée.


MUNOZ s'éloigne.


CASAL

Pourquoi tu t'es mêlée de ça?


LUJAN reste muette, confuse.


CASAL

Tu sais pourquoi on est là.

On t'a envoyé des signes.

T'as toujours pas compris?


LUJAN

Laissez-moi sortir.


LUJAN fait un pas vers l'avant.


CASAL prend LUJAN par la gorge et la pousse contre un mur. LUJAN crie de douleur.


LUJAN

Vous me faites mal.


CASAL

Tu vas où, là?

On n'a pas fini de discuter.


LUJAN a du mal à respirer.


CASAL

Je te dirai quand on a fini.


LUJAN

C'est bon, là?


CASAL gifle LUJAN, puis la frappe avec une ceinture.


SOSA arrive à l'hôpital en voiture. Il s'arrête devant LUJAN qui marche dans le stationnement. LUJAN entre dans la voiture. Elle est blessée à la bouche.


SOSA

Qu'est-ce que tu as?

Qu'est-ce qu'ils t'ont fait?

Laisse-moi voir.

Lujan, laisse-moi te regarder.


SOSA examine le visage tuméfié de LUJAN.


SOSA

Fils de pute!


LUJAN

(En gémissant de douleur)

Emmène-moi loin d'ici.


SOSA

Comment tu te sens?

Réponds-moi, chérie.


LUJAN reste silencieuse.


SOSA démarre la voiture.


SOSA

Pardonne-moi, s'il te plaît.

Lujan, pardonne-moi.


Chez LUJAN, SOSA accompagne LUJAN à la toilette.


SOSA

Assieds-toi. Accroche-toi.


LUJAN s'assoit sur la cuvette.


SOSA

Montre-moi.

Ouvre la bouche.


SOSA examine les blessures de LUJAN. Elle a la bouche ensanglantée.


SOSA

Fils de pute...

Je vais t'enlever ça.

Lève les bras.


SOSA aide LUJAN à se déshabiller. Elle gémit de douleur.


SOSA

Quoi?


LUJAN

J'ai mal.


SOSA

Où ça?


LUJAN

Partout.


SOSA rince le visage de LUJAN.


LUJAN

Attends...


SOSA

Quoi?


LUJAN

Aide-moi.

S'il te plaît.


SOSA

Qu'est-ce que tu veux?


SOSA apporte une seringue et un flacon à LUJAN. Elle lui désigne son bras.


LUJAN

Ici.

Pique dans la veine.


SOSA

Je sais comment faire.

Ne t'inquiète pas.


SOSA injecte le contenu d'une seringue dans le bras de LUJAN.


LUJAN se calme.


SOSA

Regarde-moi.


LUJAN

Merci.


SOSA embrasse LUJAN.


SOSA

(Inquiet)

Pardonne-moi, je t'en supplie.


LUJAN

Ça va aller.


SOSA et LUJAN se regardent dans les yeux.


SOSA

Je t'aime.


LUJAN sourit.


Avec une clé, SOSA ouvre la porte du bureau de la Fondation. Il attrape un petit tiroir en métal et se dirige vers le bureau de CASAL.


SOSA frappe la tête de CASAL avec le tiroir. CASAL s'effondre.


SOSA

(En criant)

Fils de pute!


SOSA frappe CASAL à plusieurs reprises avec le tiroir.


SOSA

Ne la touche plus jamais!


CASAL frappe SOSA avec un verre qui éclate.


SOSA

Enfoiré de merde!


SOSA frappe CASAL avec le tiroir.


SOSA

Plus jamais!

Tu entends?

Plus jamais!


SOSA frappe CASAL jusqu'à épuisement. SOSA est blessé à la tête. Il parle au corps immobile et ensanglanté de CASAL.


SOSA

Tu m'as bien entendu?

Réponds!

Enfoiré de merde!


SOSA se dirige vers la sortie du bureau. Il rencontre MUNOZ qui entre.


MUNOZ

Qu'est-ce qui s'est passé?


SOSA repousse MUNOZ et sort.


Dans sa voiture, SOSA gémit de douleur. Des voitures klaxonnent derrière lui.


SOSA prend une douche.


SOSA rejoint LUJAN qui dort sur un lit. Il la prend par un bras.


SOSA

Lujan, on s'en va.

Réveille-toi, allez.

S'il te plaît, lève-toi.


LUJAN s'assoit.


SOSA

Écoute-moi. On n'a pas le temps.

Il faut partir.


LUJAN remarque la blessure sur le visage de SOSA.


LUJAN

Qu'est-ce que tu as?


SOSA

Prends des fringues.

Je t'expliquerai.

Prends ce sac.


Dans un ascenseur, LUJAN et SOSA s'enlacent. Ils sortent de l'ascenseur et se dirigent vers la sortie de l'immeuble. SOSA remarque qu'une voiture de police est stationnée à proximité.


SOSA

Ne regarde pas dehors.

Regarde-moi.

On va changer de plan.

Tu remontes à l'appart.

Tu t'enfermes jusqu'à mon retour.


LUJAN panique et se met à pleurer.


SOSA

Ne décroche pas le téléphone.

Écoute-moi.


LUJAN

(Suppliante)

Ne me laisse pas...


SOSA

Lujan, écoute-moi!

On n'a pas de temps à perdre!


LUJAN ferme les yeux et pleure. SOSA se fâche.


SOSA

Écoute-moi! Regarde-moi.

Ouvre les yeux.

Regarde-moi.


LUJAN ouvre les yeux.


SOSA

Prends le sac et monte.

Enferme-toi et n'ouvre à personne

jusqu'à mon retour.

Ne réponds pas aux appels.

Ça va aller.


SOSA donne le sac qu'il porte à LUJAN et ouvre la porte de l'immeuble.


SOSA

Je reviens.

Je te promets de revenir.


LUJAN

(En pleurant)

Je t'en supplie...


SOSA

Calme-moi. Monte.

Je reviens, ma chérie.


SOSA sort de l'immeuble. Des policiers le menottent aussitôt.


Dans le bureau de la fondation, un policier pousse SOSA jusqu'à IBANEZ qui examine le corps de CASAL. Les mains derrière le dos, SOSA gémit de douleur sous l'emprise du policier.


IBANEZ

Regarde un peu.

Regarde ce que tu as fait.

Tu l'as pas loupé, dis-moi.

Tu t'es un peu emporté.

Le pauvre petit...

Casal cherchait les emmerdes,

et il les a trouvées.


IBANEZ se lève et regarde SOSA.


IBANEZ

Ce qui est fait, est fait.

Tu m'as même rendu service.

Mais je veux pas

que tu aies d'emmerdes avec eux.


SOSA

Qu'est-ce que tu veux?


IBANEZ

Que tu gardes ton calme.

(S'adressant au policier qui retient SOSA)

Détache-le.

(S'adressant à SOSA)

Assieds-toi.


Le policier fait asseoir SOSA et lui enlève brusquement les menottes. SOSA pousse un grognement de colère.


IBANEZ

Tu as récupéré tous les dossiers

sans me prévenir.

Peu importe.

Quand tu toucheras l'argent,

encaisse le chèque

et apporte-moi le fric.


SOSA

Combien?


IBANEZ

La totalité, bien sûr.

Prends-le comme un investissement.


SOSA

C'est pas mon fric.


IBANEZ

Je peux pas résoudre

tous tes problèmes.

Je t'offre déjà amitié

et protection.

Ça te suffit pas?


SOSA soupire de découragement.


IBANEZ

(En appelant)

Munoz!


MUNOZ entre dans la pièce.


MUNOZ

Qu'est-ce qu'il y a?


IBANEZ

Sosa doit traiter

une affaire délicate pour moi.

Tu vas l'accompagner

et rester avec lui,

je veux qu'il soit en sécurité.


MUNOZ

(S'adressant à SOSA)

Viens.


IBANEZ

Allez-y tranquillement.


MUNOZ prend SOSA par le bras et le guide hors de la pièce.


IBANEZ

Au fait, Sosa...

Ce fauteuil est pour toi.


Chez LUJAN, SOSA regarde par la fenêtre. Sur la rue, il voit MUNOZ qui discute avec des policiers.


LUJAN est couchée sur un fauteuil. SOSA lui caresse la tête. Elle lui caresse le visage. Ils s'embrassent.


Dans la toilette, SOSA pose avec découragement sa tête contre une pile de documents.


Dans le salon, SOSA et LUJAN discutent.


SOSA

Écoute-moi bien.

Villegas 1357,

en face du terrain vague.


LUJAN hoche la tête.


LUJAN

Si tu récupères le fric,

tu es libre?


SOSA

Non.

Donc, sois très attentive.


LUJAN

C'est de la folie.


SOSA baisse la tête de découragement.


LUJAN

(Triste)

Reste avec moi,

je t'en supplie.


LUJAN pleure. SOSA s'approche d'elle.


SOSA

On en a vu d'autres.


LUJAN acquiesce puis embrasse SOSA.


LUJAN

(En chuchotant)

Fais attention à toi.

J'ai tellement peur...


SOSA

N'aie pas peur.

Fais-moi confiance.

L'adresse de la banque?


LUJAN

Villegas 1357.


SOSA

C'est bien.


SOSA embrasse LUJAN.


Par une fenêtre, LUJAN regarde SOSA qui entre dans sa voiture. Elle ferme la fenêtre et descend le rideau. Elle regarde une feuille sur laquelle une carte a été dessinée.


LUJAN sort de son appartement. Elle sort de l'immeuble et entre dans une voiture.


Dans le bureau du NOTAIRE, SOSA consulte des documents en compagnie du NOTAIRE et de MUNOZ.


NOTAIRE

Les indemnités en faveur

du plaignant,

d'un montant de 580000 pesos,

seront versées en trois chèques,

rédigés à l'ordre de l'avocat du plaignant.

La suite parle des parties prenantes.

Puis vous devez signer.


Un assistant remet des chèques à SOSA.


SOSA

Parfait.


SOSA signe des documents.


Dans une voiture, MONUZ conduit SOSA jusqu'à IBANEZ qui attend dans un stationnement. SOSA sort de la voiture avec une mallette.


IBANEZ

Sosa, te voilà enfin.

Tu as tout?


SOSA remet la mallette à IBANEZ.


IBANEZ

Petite vérification...


IBANEZ examine la mallette.


IBANEZ

Le compte y est, on dirait.

Allons-y.


Au garage, LUJAN et PICO discutent avec VITALI. VITALI s'éloigne. LUJAN monte au volant de sa voiture et PICO monte à ses côtés. LUJAN fait reculer sa voiture sur la rue.


Dans un bureau, une employée compte une grande quantité de billets de banque à l'aide d'une machine. IBANEZ remet les chèques à un autre employé. SOSA dépose l'argent dans un sac.


IBANEZ

Le compte y est.


SOSA regarde sa montre.


L'employée termine de compter les billets.


EMPLOYÉE

530000.

Et 560000.

Il y a 20000 de commission.


SOSA et IBANEZ discutent dans un ascenseur.


IBANEZ

Le bureau est dans un sale état.

On va commencer par le nettoyer,

puis on va remplacer les meubles

et faire venir les peintres.

Quelle couleur te plairait?


SOSA est confus.


IBANEZ

Tu voudrais quelle couleur,

pour le bureau?


SOSA

Aucune idée.


IBANEZ

Pourquoi pas une couleur claire,

pour donner une impression

d'espace et de prestige.

C'était trop sombre, trop chargé.

On verra ça plus tard.


IBANEZ, SOSA et un policier sortent de l'ascenseur et marchent dans un stationnement souterrain.


IBANEZ fredonne.


SOSA

On a terminé.

Tenez.


SOSA donne la mallette qu'il porte à IBANEZ.


IBANEZ prend SOSA par le bras.


IBANEZ

Tu viens avec nous, Sosa.


SOSA

Où ça?


IBANEZ

On te dépose où tu veux.


IBANEZ guide SOSA devant une voiture de police.


IBANEZ

Monte.


Le policier fait monter SOSA à l'arrière de la voiture. IBANEZ et le policier montent devant.


IBANEZ

Tu me diras

quelle couleur tu as choisie.

J'ai fait changer les serrures.

Je récupère les clés cet après-midi,

rappelle-moi de te donner un jeu.


SOSA a l'air désemparé. La voiture démarre.


IBANEZ

J'ai la liste

de tous les accidents du week-end.

Hier soir, un taxi a renversé

deux piétons sur un trottoir.

C'était un de ces bordels!

Tu as lu le journal?

Combien, cette semaine?

Beaucoup, non?

Ce mois-ci, il y en a déjà

plus de 30. Un vrai carnage.


Dans la voiture, SOSA s'injecte le contenu d'une seringue.


IBANEZ

Tu es au courant du carambolage?

Le bus était plein à craquer.

Il y a une douzaine de blessés

et un couple tué.


SOSA respire profondément.


La voiture sort du stationnement et franchit une barrière.


IBANEZ

Ces connards pourraient

réparer la barrière.


POLICIER

C'est n'importe quoi.


SOSA attache sa ceinture de sécurité.


IBANEZ

Un des blessés est handicapé

à 60%.

Il nous le faut, celui-là.

Tu t'en chargeras, Sosa.

Qu'est-ce qu'il a?

Il a perdu sa langue, ou quoi?


Un camion entre en collision avec la voiture. Les fenêtres éclatent.


À proximité, dans une ambulance immobile, LUJAN et PICO entendent le bruit de l'accident.


LUJAN

(En criant)

Démarre! T'as entendu?


PICO

On attend Vitali.


LUJAN

Non, on y va!


PICO

On l'attend, je te dis!


LUJAN sautille d'impatience sur son siège.


PICO

Qu'est-ce qu'il fout?


LUJAN

(Énervée)

Démarre, au moins!

Va voir au coin.


Un camion endommagé arrive sur la route.


PICO

Le voilà.

L'état de la caisse....


VITALI parle aux ambulanciers par la fenêtre ouverte du camion.


VITALI

(En criant)

Dépêchez-vous!


LUJAN

(En criant)

Qu'est-ce qui s'est passé?

(S'adressant à PICO)

Dépêche-toi!

Qu'est-ce qui s'est passé?


PICO fait avancer l'ambulance.


PICO

J'en sais rien.


LUJAN examine les alentours.


LUJAN

(En panique)

C'est une épave! Tu vois?


PICO

Non, pas encore.


LUJAN ouvre la porte de l'ambulance pour se préparer à sortir.


L'ambulance s'arrête près de la voiture de police qui a capoté.


LUJAN sort de l'ambulance et se dirige vers l'épave.


LUJAN

(En appelant)

Sosa!

Sosa, ça va?


Le corps d'IBANEZ est à moitié sorti d'une fenêtre. Le corps du policier est étendu à proximité. LUJAN ouvre le coffre de la voiture. SOSA est immobile à l'intérieur. Il bouge la tête.


LUJAN

Tu m'entends, mon amour?

Ne bouge surtout pas.


PICO arrive.


PICO

Ne le touche pas

et mets-lui le collier.


LUJAN

Il faut le sortir.


PICO tire sur le corps de SOSA pour le faire sortir par la fenêtre.


PICO

(S'adressant à SOSA)

Ça va?


SOSA

Ma jambe.


LUJAN

Tu m'entends?


SOSA

Oui, ça va.


LUJAN

Surtout, ne bouge pas.


SOSA utilise ses mains pour sortir de la voiture.


LUJAN

Attends, attends!

Je lui mets le collier.


PICO

Pas le temps, aide-moi à le sortir.


PICO sort SOSA de la voiture. LUJAN se penche sur lui.


LUJAN

Comment tu te sens?

Ne ferme pas les yeux.

Regarde-moi.


PICO aide SOSA à se lever.


SOSA

Je vais bien.

Le fric...

Prends la mallette.

La mallette...


PICO aide SOSA à marcher. LUJAN va chercher la mallette d'argent dans la voiture accidentée.


SOSA

Il est venu très vite.

Beaucoup trop vite...


PICO

Le choc a été violent.


SOSA

Apporte-lui la mallette.


LUJAN rejoint PICO et SOSA avec la mallette.


LUJAN

Ne t'énerve pas, reste calme.


PICO fait monter SOSA dans l'ambulance.


PICO

Assieds-toi.


LUJAN

Je dois l'examiner.


PICO

On se casse d'ici.


LUJAN

Laisse-moi l'examiner, PICO.


PICO se dirige vers l'avant de l'ambulance. Un coup de feu retentit et PICO s'effondre.


LUJAN crie.


LUJAN

Pico!


LUJAN et SOSA se jettent dans l'ambulance comme d'autres coups de feu retentissent.


SOSA

Où est l'arme?

Donne-la-moi.


SOSA sort un pistolet d'un sac. LUJAN sort de l'ambulance pour examiner PICO. Avec le pistolet, SOSA tire sur IBANEZ qui est couché à proximité de la voiture accidentée.


SOSA

Où est la voiture.


LUJAN

Là-bas.


SOSA tire vers IBANEZ.


SOSA et LUJAN s'éloignent de l'ambulance à pieds. LUJAN tient la mallette d'argent. SOSA titube.


LUJAN

Ça va?


SOSA

(En criant)

Monte dans la voiture!


Des coups de feu retentissent. LUJAN monte au volant de la voiture qu'elle a stationnée à proximité. SOSA monte sur le banc du passager.


SOSA

(En criant)

Démarre!


LUJAN

(En panique)

J'y arrive pas!


Coups de feu transpercent le pare-brise de la voiture. LUJAN démarre et s'avance vers IBANEZ qui se tient sur la rue.


SOSA

Ne freine pas, continue!


La voiture frappe IBANEZ qui roule sur le capot. LUJAN crie de peur.


LUJAN

(Apeurée)

Est-ce que ça va?


LUJAN cherche à examiner SOSA tout en conduisant.


LUJAN

Regarde-moi. Ouvre les yeux.


SOSA

Oui.


LUJAN

Je fais quoi?


SOSA

(En parlant d'une voix faible)

Vérifie qu'on n'est pas suivi.


LUJAN

Personne ne nous suit.


LUJAN pose une main sur la tête de SOSA.


LUJAN

Regarde-moi. Est-ce que ça va?


SOSA

Tourne à droite.


LUJAN fait tourner la voiture.


SOSA

Tu as fait ce qu'il fallait.


LUJAN

(En pleurant)

Ça va?


SOSA

Oui.


LUJAN se tourne vers SOSA et laisse la voiture s'arrêter.


LUJAN

Regarde-moi.

Comment tu te sens?


SOSA

Merci, docteur.


LUJAN

Je t'aime.


LUJAN embrasse SOSA. On entend des klaxons de voitures.


SOSA

Moi aussi. Cassons-nous d'ici.


LUJAN

Oui, on y va.


La voiture est emboutie et se renverse violemment.


Dans le noir, des voix se font entendre.


VOIX MASCULINE

Laissez passer, pardon!


VOIX FÉMININE

Je vois une femme à l'intérieur.

Il y a aussi un homme.

Il est couvert de sang.

Pas de pouls. Sang sur l'abdomen

et la région lombaire.

On s'occupe de la femme.

Madame!

Dites-moi ce qui s'est passé.


VOIX MASCULINE

Tiens, le collier cervical.

Je vais t'aider.


VOIX FÉMININE

On peut la soulever. À trois.

Un, deux, trois...


On entend le bruit d'un corps qui est déplacé.


VOIX MASCULINE

Pardon, laissez passer!


Générique de fermeture

Movies

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Cinéma
  • Category Fiction

Résultats filtrés par