FLIP

FLIP presents funny videos, tutorials, game reviews, parodies, music performances and more! Follow PHILIPPE his fellow YouTubers - on our YT channel. To watch our show, tune in to TFO every thursday at 7 pm.

Share
Universe image FLIP Universe image FLIP

Video transcript

Flip Algorithm: Episode 24

From #BONBON to #MAGIQUE, follow the Algorithm and see where it takes you! Featuring Roseline Filion, Marina Bastarache, Vanessa Duchel, Simon Leclerc, Miro Belzil, Pascal Morrissette and more of your favourite YouTubers!



Réalisateurs: Emmanuel Nabet, Isabelle Drouin
Production year: 2017

Accessibility
Change the behavior of the player

video_transcript_title-en

PHILIPPE LACROIX s'adresse au public de l'émission. L'adresse suivante apparaît: «@lacroixPHIL». Tout au long de l'émission PHIL LACROIX sera nommé PHIL.


PHIL

Bienvenue à Flip.

Aujourd'hui à l'émission,

entrevue aux chandelles avec un

Pascal Morrissette

littéralement en feu.


PASCAL MORISSETTE brûle quelque chose devant PHIL dans un extrait de l'émission.


PASCAL MORISETTE

On la brûle!


L'extrait se termine.


PHIL

(S'adressant au public de l'émission)

Miro Belzil fait

pousser des cochons.


Un extrait de clip de MIRO BELZIL est présenté.


MIRO BELZIL

(Chantant)

Dans mon jardin de bacon


L'extrait se termine.


PHIL

(S'adressant au public de l'émission)

Et le jury Flip fait

le ménage dans nos petits

et grands complexes.


Un extrait du Jury est présenté. C'est VANESSA DUCHEL qui s'exprime.


VANESSA DUCHEL

Les gens qui disent

qu'ils en ont pas, bien, cool.


L'extrait se termine.


PHIL

(S'adressant au public de l'émission)

Peu importe la plateforme, le

plus fou des algorithmes, c'est

par ici! Eille, eille, filme pas

mes pieds, c'est mon complexe!

(Gigotant sur place)

Filme pas mes pieds!


Générique d'ouverture


Titre :
Flip L'algorithme


Intertitre :
#Bonbon


AMÉLIE ST-ONGE verse un plat de bonbons dans la bouche de PHIL. Il y en a tellement que ça ne rentre plus dans sa bouche.


PHIL LACROIX

Ah! Non!


Titre :
Banc d'essai [langue_etrangere=EN

Sugar Rush]

Titre :
/langue_etrangere


PHIL est accompagné AMÉLIE ST-ONGE et de CAMILLE LAM.


PHIL LACROIX

(S'adressant au public de l'émission)

On nous dit souvent qu'il faut

pas manger trop de sucre parce

qu'on se ramasse tout de suite

avec un trop-plein d'énergie.

Bien, on va tester si c'est

vrai. Ce qu'il faut savoir,

c'est qu'on n'a pas mangé depuis

des heures; on est à jeun.

Comment vous vous sentez?


AMÉLIE ST-ONGE

J'ai très faim.


CAMILLE LAM

Moi aussi.


PHIL LACROIX

On va commencer par prendre

nos signes vitaux. Après ça,

on va manger du sucre et on va

prendre nos signes vitaux

à différents moments

pour voir l'impact sur le corps.


Texte informatif :
La pression artérielle


Une infirmière prend la pression artérielle à tour de rôle de PHIL, CAMILLE et d'AMÉLIE.


INFIRMIÈRE

T'as une belle pression.


PHIL LACROIX

Ah wow!


INFIRMIÈRE

120 sur 90.


PHIL LACROIX

Est-ce que l'expérience serait

plus agréable si j'avais

un minimum de muscles?


INFIRMIÈRE

(Riant)

Pour toi ou pour moi?


L'infirmière est ensuite avec AMÉLIE.


AMÉLIE ST-ONGE

Puis, elle est-tu bonne?


INFIRMIÈRE

Oui, 110 sur 80.


AMÉLIE ST-ONGE

Mais elle est moins

élevée que Phil.


INFIRMIÈRE

On a tous nos propres

petites normes.


L'infirmière prend la pression de CAMILLE.


INFIRMIÈRE

128 sur 92.


Texte informatif :
Le pouls Mesure du rythme cardiaque en battements par minute


L'infirmière prend le pouls des trois animateurs à tour de rôle, en commençant par AMÉLIE.


INFIRMIÈRE

82.


L'infirmière prend le pouls de PHIL.


INFIRMIÈRE

74 battements/minute.


PHIL hausse les épaules.


INFIRMIÈRE

Oui, c'est normal.

Entre 60 et 100.


L'infirmière prend le pouls de CAMILLE


INFIRMIÈRE

67.


Texte informatif :
La glycémie Mesure le taux de sucre dans le sang


INFIRMIÈRE

(S'adressant à PHIL)

Maintenant, on va faire

ta glycémie. OK, ça veut dire

que c'est un petit maringouin

qui va venir te piquer, OK?


PHIL LACROIX

(S'éloignant)

Ah, je veux pas.


INFIRMIÈRE

(Le retenant par le bras)

Non, non, ça va bien aller.


L'infirmière est avec AMÉLIE.


AMÉLIE ST-ONGE

Moi, j'ai pas peur.


INFIRMIÈRE

T'as pas peur?


AMÉLIE ST-ONGE

Non, je suis pas comme Phil.


INFIRMIÈRE

Ah, t'es brave.

(Piquant le bout du doigt d'AMÉLIE)

Pique.


L'infirmière pique ensuite le bout du doigt de PHIL.


PHIL LACROIX

Tu l'as fait?


INFIRMIÈRE

Oui.


PHIL LACROIX

J'ai même pas senti.


INFIRMIÈRE

5,1. C'est dans la moyenne.


L'infirmière révèle le taux de glycémie d'AMÉLIE.


INFIRMIÈRE

4,8.


AMÉLIE ST-ONGE

Je sais pas ce que

ça veut dire, mais hé!


INFIRMIÈRE

La norme, c'est environ

entre 4 et 8.


L'infirmière révèle le taux de glycémie de CAMILLE.


INFIRMIÈRE

4,4!


PHIL, CAMILLE et AMÉLIE se rejoignent ensuite devant une table sur laquelle se trouvent plusieurs bols remplis de bonbons.


PHIL LACROIX

Bon, bien, je pense

qu'après les signes vitaux,

on l'a mérité. On a cinq minutes

pour manger autant qu'on veut.


AMÉLIE ST-ONGE

Après, c'est une boule. As-tu

goûté à ça, Cam? C'est bon.

Fais ton cochon.


AMÉLIE approche un bol rempli de bonbons de la bouche de PHIL et en verse tout le contenu.


PHIL LACROIX

Il y en a beaucoup!


PHIL essaie difficilement de retenir les bonbons dans sa bouche.


CAMILLE LAM

C'est pour enlever...


CAMILLE approche de PHIL un autre bonbon, lui qui a déjà la bouche pleine.


PHIL LACROIX

J'en ai déjà trop

dans la bouche.


AMÉLIE ST-ONGE

C'est fort!


CAMILLE LAM

Mais ça goûte-tu... Ah!


AMÉLIE ST-ONGE

(Donnant un bonbon à CAMILLE)

Tiens, ma petite fraise.


PHIL LACROIX

Maudit que t'es...


Texte narratif :
30 minutes plus tard


À tour de rôle, AMÉLIE, PHIL et CAMILLE revoient l'infirmière.


AMÉLIE ST-ONGE

Je me sens mieux que quand

je suis arrivée ce matin.


PHIL LACROIX

Mieux que tantôt?


INFIRMIÈRE

Entre Coeur de pirate

et Louis-José Houde

sur une échelle?


AMÉLIE ST-ONGE

Je serais genre sa soeur.


PHIL LACROIX

Je me sens un peu

Gino Chouinard.


CAMILLE LAM

Entre les deux.


INFIRMIÈRE

Comme, t'as la moitié

de Coeur de pirate et la moitié

de Louis-José Houde.


CAMILLE LAM

Oui.


INFIRMIÈRE

7,9.


Un tableau apparaît, sur lequel on constate que la pression, le pouls et la glycémie de PHIL sont à la hausse après 30 minutes.


INFIRMIÈRE

8!


AMÉLIE crie, étonnée.


Un tableau apparaît, sur lequel on constate que la pression, le pouls et la glycémie de AMÉLIE sont à la hausse après 30 minutes.


AMÉLIE ST-ONGE

Hein! Excusez, j'ai crié. Aïe!


INFIRMIÈRE

Oui.

T'étais à 4,8 et là, t'es à 8.


L'infirmière donne le résultat à CAMILLE.


INFIRMIÈRE

8,8!


Un tableau apparaît, sur lequel on constate que la pression, le pouls et la glycémie de CAMILLE sont à la hausse après 30 minutes.


INFIRMIÈRE

T'es la plus haute.

Tu gagnes le prix. Yé!


CAMILLE LAM

Yé! Ça fait juste

augmenter par la suite?


INFIRMIÈRE

Ça dépend comment ton corps

réagit au sucre.


Texte narratif :
30 minutes plus tard


À tour de rôle, AMÉLIE, PHIL et CAMILLE revoient l'infirmière.


AMÉLIE ST-ONGE

Sérieux, je me sens fatiguée.


PHIL LACROIX

Euh... instable.


CAMILLE LAM

Mon niveau d'énergie

est plus bas.


INFIRMIÈRE

Entre le marchand de sable

et le lapin de Pâques?


AMÉLIE ST-ONGE

Bien, le marchand de sable

parce que clairement,

il va passer bientôt.


CAMILLE LAM

Définitivement pas

le lapin de Pâques.


INFIRMIÈRE

Comme plus la fée des dents?


CAMILLE LAM

La fée des dents est-tu calme?


INFIRMIÈRE

Je sais pas.

Elle travaille juste la nuit.


CAMILLE LAM

La fée des dents.


PHIL LACROIX

Je me sens un peu comme

un

(langue_etrangere=EN)

pug.

(/langue_etrangere)

Un

(langue_etrangere=EN)

pug

(/langue_etrangere)

des fois,

ça gosse, c'est sur le gros nerf

et des fois, c'est comme: Groin!


INFIRMIÈRE

C'est quoi,

ton animal préféré?


PHIL LACROIX

Mon animal préféré,

c'est le singe.


INFIRMIÈRE

Dans trois secondes,

tu vas faire le cri du singe.


Alors que l'infirmière s'apprête à piquer le bout du doigt de PHIL, celui-ci imite le cri du singe.


INFIRMIÈRE

1, 2, 3, pique.


L'infirmière pique le bout du doigt de AMÉLIE, puis c'est au tour de CAMILLE.


INFIRMIÈRE

Est-ce que

tu veux faire le cri de

ton animal préféré, toi aussi?


CAMILLE LAM

Ce serait pas un cri,

ce serait juste comme: Miaou!


INFIRMIÈRE

OK, prête? Un, deux, trois, miaou!


CAMILLE LAM

Outch!


L'infirmière leur donne leur résultat à tour de rôle.


INFIRMIÈRE

7,3.


Un tableau apparaît, sur lequel on constate que la pression est à la hausse, tandis que le pouls et la glycémie de PHIL sont à la baisse après 60 minutes.


PHIL LACROIX

C'est bien?


INFIRMIÈRE

T'es normal.


Un tableau apparaît, sur lequel on constate que la pression et le pouls sont à la baisse, tandis que la glycémie de CAMILLE est à la hausse après 60 minutes.


INFIRMIÈRE

9,5. D'habitude, sous le 10,

on est contents.


Un tableau apparaît, sur lequel on constate que la pression et la glycémie sont à la hausse, tandis que le pouls de AMÉLIE est à la baisse après 60 minutes.


INFIRMIÈRE

11,3. Habituellement,

on donne de l'insuline!


AMÉLIE ST-ONGE

C'est normal

que je me sente pas bien.


INFIRMIÈRE

Oui, ça se peut. Moi,

je te suggère de boire de l'eau.


AMÉLIE ST-ONGE

J'étais comme sur mon

(langue_etrangere=EN)

high

(/langue_etrangere)

de sucre, mais là,

je [langue_etrangere=EN] crash[/langue_etrangere]

totalement.


CAMILLE LAM

Je commence à me sentir

plus normale.


PHIL LACROIX

On dirait que mon cerveau,

il veut rien savoir. Il est

comme: OK, j'ai tout donné.

C'était un peu une expérience

extrême non plus.

Il y a personne qui fait ça dans

la vie: pas manger pour ensuite,

se gaver de bonbons.


INFIRMIÈRE

Et souvent, on est vraiment

excités dans les fêtes et tout

ça parce qu'on est en famille

ou on est entre amis.


AMÉLIE ST-ONGE

C'est plus ça qui fait

qu'on est sur un

(langue_etrangere=EN)

sugar rush[/langue_etrangere].

PHIL LACROIX

La fête! Rrr!


CAMILLE LAM

Raaa!


Intertitre :
#Drogue


Le visage de PHIL est éclairé par une lampe de poche.


PHIL

(S'adressant au public de l'émission)

Imaginez-vous que

c'est la nuit. Vous êtes seul

à la maison et soudainement,

ça sonne à la porte.

Vous décidez d'aller répondre

même si vous savez que c'est pas

normal. Vous ouvrez la porte et

devant vous, il y a une personne

en apparence normale

qui vous demande...


ROSELINE FILION

Un échantillon de pipi.


PHIL et ROSELINE éclatent de rire.


PHIL

Voyons donc, Roseline,

un échantillon de pipi?


ROSELINE FILION, plongeuse olympique, est avec PHIL. L'adresse @RoselineFilion apparaît.


ROSELINE FILION

Je te le dis.

C'est vraiment ça qui se passe.

Quand t'es sélectionné

pour faire un test antidopage

par surprise, ils sonnent

à la maison. Ils te montrent

un papier disant que t'as été

sélectionné pour faire un test

antidopage et il faut

que t'aies envie sur le moment.


PHIL

Oui, c'est ça. Fait que toi,

en tant qu'athlète olympique,

un moment donné, à n'importe

quelle heure de la nuit,

ils ont sonné chez toi?


ROSELINE FILION

Exactement, et ils doivent

savoir où je suis en tout temps.

C'est pour ça qu'il existe une

plateforme Web où les athlètes

doivent entrer toutes leurs

informations de localisation:

ton adresse postale, à l'école,

à l'entraînement, partout.

Ils doivent savoir

en tout temps où tu es.


PHIL

Avec ton horaire.


ROSELINE FILION

Avec ton horaire, exactement,

pour savoir où ils peuvent aller

te chercher, où ils peuvent

aller te prendre pour faire un

test, soit d'urine ou de sang.


PHIL

Mais pourquoi

ils te sélectionneraient, toi?


Quelques photos de ROSELINE pendant les compétitions sont présentées pendant l'entrevue.


ROSELINE FILION

Parce que je suis sur l'équipe

nationale, je fais des

compétitions internationales.

Donc, je suis contre

les meilleurs athlètes au monde.

Faut surveiller tous les

athlètes dans tous les sports.

Donc, à partir de ce niveau-là,

eh bien, t'es obligé

obligatoirement de te mettre,

de te soumettre à un test.


PHIL

Même ceux qui ont l'air

gentils comme ça.


ROSELINE FILION

Oui, mais généralement,

c'est ceux qui ont l'air gentils

qu'il faut pas sous-estimer!


PHIL

Qui font des beaux sourires.

Mais bon, un coup que t'as été

sélectionnée et qu'ils cognent

chez toi n'importe quand,

comment ça fonctionne,

qu'est-ce qui se passe?


ROSELINE FILION

Alors, là, ils te disent

si t'es testé pour de l'urine ou

du sang, ou les deux, ça arrive.

Pour l'urine par exemple,

ils vont te donner un petit pot.

Et il y a un chaperon, hein.

Il doit te suivre partout

parce que la personne

t'accompagne à la toilette.


PHIL

Hein?


ROSELINE FILION

Oui, oui.

Ça te regarde de A à Z.


PHIL

Pendant que tu fais pipi.


ROSELINE FILION

Oui. Tu fournis

ton échantillon, tu dois lever

ton chandail en haut du nombril,

descendre tes pantalons en bas

des genoux, et la cerise

sur le [mot_etranger=EN]sundae[/mot_etranger],

faire un 360 sur toi-même.


PHIL

C'est tellement gênant!


ROSELINE FILION

Mais pour être sûr que t'as

rien caché pour changer...


PHIL

Comme si t'avais pas un faux

échantillon d'urine sur toi.


ROSELINE FILION

Exactement. Oui, oui, oui.

Après ça, tu fais pipi

dans ton pot. Tu dois remplir

un beau pot de 90 millilitres,

donc pour imaginer,

c'est vraiment beaucoup.


PHIL

Un gros pipi.


ROSELINE FILION

Il faut que t'aies

une bonne envie, mais...

Et ensuite de ça, on prend cet

échantillon-là. C'est l'athlète

qui va faire les manipulations

pour les mettre dans des pots

scellés qui sont ensuite envoyés

dans le laboratoire

pour l'analyse.


PHIL

Mais là, j'imagine que quand

tu sais que t'as rien pris de

mal, tu donnes ton échantillon

de pipi et après ça,

tu te dis: C'est correct.

C'était gênant, mais c'est fini.


ROSELINE FILION

Oui, mais c'est tout le temps

un peu stressant parce qu'il y a

tellement de médicaments,

de suppléments qu'il faut

faire attention. Il y a un site

Internet qu'on peut essayer de

voir lesquels médicaments on a

le droit, on n'a pas le droit.

Tu sais, par exemple, un athlète

peut pas prendre de Tylenol

extra-fort. Fait que ça peut

aller à beaucoup d'éléments:

une crème qui a

un peu de cortisone...

C'est très intense et on est

tout le temps un peu stressés

quand on fait les tests.


PHIL

Fait que tu te dis: J'ai

regardé quand même tout ce que

j'ai consommé, les médicaments

et compagnie. En principe,

je devrais être correcte.

Mais t'as quand même un doute.


ROSELINE FILION

T'as toujours un doute

et de toute façon, là, la morale

de cette histoire avec le dopage

et ce que moi, j'encourage,

c'est: prends-en pas de drogue.

T'en as pas besoin.

Trouve-toi une activité qui est

motivante et tu vas te créer

ton adrénaline toi-même.


PHIL

Tout à fait d'accord.

Merci beaucoup, Roseline.


ROSELINE FILION

Ça me fait plaisir.


Intertitre :
#Sports


PASCAL BOYER @PascalJustinB s'adresse au public de l'émission devant un amphithéâtre de sport.


PASCAL BOYER

Si vous êtes comme moi, vous

adorez aller aux endroits où

vous êtes pas supposés aller. Et

c'est exactement ça qu'on fait

aujourd'hui au Centre Canadian

Tire à Ottawa! Bien là,

il y a pas juste des Sénateurs

là-dedans. Il y a aussi des

hot-dogs à 40 dollars. Venez-vous-en.


PASCAL est devant l'entrée de l'amphithéâtre. Une maxime en anglais est écrite sur le mur. PASCAL la traduit à sa manière.¿ [PASCAL BOYER

«Icitte. Tout de suite.Ottawa.»

Là, on s'apprête à rentrer dans

le stade. Ici, c'est une entrée

qui est réservée pour les

joueurs, pour les entraîneurs,

pour les artistes.

On n'a pas le droit d'être ici.


PASCAL entre par l'entrée réservée.


Texte narratif :
La passerelle


PASCAL BOYER

Quand t'es dans un stade,

tu regardes au-dessus de toi,

tu vois toutes sortes d'affaires

qui pendent de là,

c'est là qu'on s'en va.

Ah! Ah [mot_etranger=EN] my God[/mot_etranger]! Ah [mot_etranger=EN] my God[/mot_etranger]!

PASCAL marche sur la passerelle et regarde la surfaceuse Zamboni passer sur la glace.


PASCAL BOYER

On est à 100 pieds au-dessus

de la glace, ce qui est quand

même assez haut, et c'est drôle,

je le sens dans les jambes

qu'il y a comme rien en dessous

de moi. Tu sais, quand

ton équipe vient de marquer

un but, il y a comme un...


PASCAL montre le clairon qui marque le marquage des points lors d'une partie de hockey.


PASCAL BOYER

Il y a comme un gros bruit

de même. Ça sort de ça.

C'est la même

chose que les trains.

C'est [mot_etranger=EN] loud[/mot_etranger], très [mot_etranger=EN] loud[/mot_etranger].

Texte narratif :
La Régie


PASCAL poursuit sa visite. Il marche dans un couloir. Puis entre dans la régie.


PASCAL BOYER

Ici, on est dans la boîte

technique du stade. C'est là

qu'on contrôle la musique,

les lumières et évidemment,

c'est ici qu'on retrouve...

... la [mot_etranger=EN] horn[/mot_etranger]!

(mot_etranger=EN)

Yes[/mot_etranger]!

Texte narratif :
La galerie de presse


PASCAL BOYER

(Entrant dans la galerie de presse)

Ils sont bien placés pareil,

hein?

(Changeant sa voix)

«Gilles, il semblerait

que Philou de Flip

s'avance sur la glace.

Il tente une échappée, mais oh,

il est rattrapé par la défense

qui lui lance des tranches

de fromage, le pauvre.»


Texte narratif :
La cabine des juges


PASCAL BOYER

(Devant la cabine des juges)

«Personnel autorisé

seulement.»

On est à l'endroit

où est-ce qu'il y a des juges

qui s'assurent que les pénalités

qui sont données sont bonnes,

que les buts sont bons, etc.

Puis ils peuvent regarder ça en

(mot_etranger=EN)

real time[/mot_etranger]

sur leur gros écran.

C'est petit. Faut s'aimer.


Texte narratif :
La régie de télévision


PASCAL BOYER

Et tu sais, le samedi soir,

quand tu ouvres ta télé

et que tu regardes un match,

bien, c'est ici qu'ils décident

ce que tu vas regarder.

Tous les éléments graphiques,

le découpage, etc.,

c'est ici qu'ils planifient ça

et ils t'envoient ça

directement dans ta télé.


Ensuite, PASCAL se rend sur la glace.


PASCAL BOYER

Hein?

Le Centre Canadian Tire

peut accommoder

jusqu'à 17 000 personnes.

Ça fait du monde à la messe, ça.


Texte narratif :
La chambre des joueurs


PASCAL se rend ensuite aux vestiaires de l'équipe des Sénateurs d'Ottawa.


PASCAL BOYER

Là, c'est pas mal la cerise

sur le gâteau.

Quand tu rentres dans la chambre

des joueurs, tu remarques tout

de suite que le tapis a l'air

neuf. Il y a une très bonne

raison là-dessus: c'est qu'on

n'a pas le droit de marcher

sur cette partie du tapis,

là où il y a le logo. Il y a

même des gens qui nous ont dit

qu'il y a une pénalité de 1000 dollars

si tu marches sur le logo.

Fait que là, bien,

faut apprendre à marcher autour.


PASCAL est devant le tableau des l'instructeur.


PASCAL BOYER

(Changeant sa voix)

«C'est simple, OK? On va

rentrer sur la glace par icitte,

comprends-tu? Et on va

se diriger vers le but adverse.

Pas le nôtre, le but adverse. Le

but, les gars, comprenez-vous,

c'est de faire des buts.

1, 2, 3, [mot_etranger=EN] go, sens, go[/mot_etranger].»

Texte narratif :
La salle de tir


PASCAL BOYER

Et c'est ici que je commence

ma carrière en tant que nouveau

défenseur des Sénateurs

d'Ottawa. Hein?


PASCAL tient un bâton de hockey et s'exercer à faire des tirs au but.


PASCAL BOYER

(Se commentant)

«Ah! Ah! Il manque!»


Dans une autre pièce, des figurines avec la tête qui bouge des joueurs de l'équipe des Sénateurs sont posées sur des tablettes. PASCAL imite une figurine à tête qui bouge.


PHIL est avec ROSELINE dans le studio.


PHIL

Oui, un stade comme ça, c'est

impressionnant pas mal. Toi,

Roseline, des stades, t'en as

vus partout à travers le monde.

C'est lequel, le plus gros?


ROSELINE FILION

Je te dirais

que c'est celui de Pékin.

Quand je suis allée aux Jeux

olympiques de 2008, quand

je suis entrée à la cérémonie

d'ouverture, il y avait 60 000

personnes dans ce stade-là.

C'était tellement impressionnant.


PHIL

Et le plus beau stade?


ROSELINE FILION

Ça reste le même, hein, parce

qu'il avait une forme de nid

d'oiseau, donc la structure

était vraiment super belle.


PHIL

C'est un peu comme le studio

de Flip. C'est aussi beau, j'imagine.


ROSELINE FILION

C'est pareil.


Intertitre :
#Complexes


Chaque intervenant s'adresse individuellement au public de l'émission à la manière d’une «vox populi».


FRANCESCA MERENTIÉ

J'aurais aimé ça avoir

une [mot_etranger=EN]

shape

(/mot_etranger)

plus plastique. Ah,

je suis donc bien influençable!


Titre :
Le jury Les complexes


SIMON LECLERC

Oui, j'ai un complexe.


VANESSA DUCHEL désigne son menton.


VANESSA DUCHEL

Ça, ici, mon double menton.


FRANCESCA MERENTIÉ

Mon nez!


MARINA BASTARACHE

Mes fesses et mes hanches.


LP

J'ai un petit peu de bedaine,

j'ai pas assez de muscles.


MANU

À l'âge de 26 ans,

j'ai commencé à faire de l'acné.


La femme hausse les épaules et prend un air effaré.


SIMON LECLERC

Je suis comme

ultra mal proportionné.


Le dessin d'un bonhomme allumette apparaît à côté de SIMON LECLERC.


MARINA BASTARACHE

J'ai déjà connu aussi

des

(mot_etranger=EN)

fitness models extra fit

(/mot_etranger)

, qui ont 90

abdos que tu savais

même pas que ça existait,

ils sont complexés aussi.


LP

Je crois que tout le monde

a des complexes.


MARINA BASTARACHE

Et ça fait juste partie

de la nature humaine.


SIMON LECLERC

La société où est-ce qu'on

est, on se fait afficher

(mot_etranger=EN)

non-stop

(/mot_etranger)

à des complexes.


MANU

Les réseaux sociaux,

c'est malsain.


VANESSA DUCHEL

On a des images

à tous les jours des gens

qu'on voudrait être.


MANU

Facebook, c'est moins pire,

là, mais Instagram, c'est

la pire chose. Ça a aucun sens.


VANESSA DUCHEL fait semblant de regarder son téléphone.


VANESSA DUCHEL

Ah... Quatre, cinq abdos

de plus que moi, elle.


FRANCESCA MERENTIÉ

Quand je me fais prendre

en photo, je rentre

parfois mon ventre.


MARINA BASTARACHE

Là, c'est sûr que je pense

à mes fesses. Là, je me dis:

Envoye, on raidit ça.

Tiens-les pour la photo,

ça va bien se passer.


LP fait semblant de faire une pose photographique et prend une position très inconfortable.


MANU

Il y a aucune pose

que tu pourrais tenir

dans la vraie vie. C'est comme:

twiste, bouge, souris.


VANESSA DUCHEL

Faut toujours que je me place,

que je rentre mon ventre,

que je sois de côté,

que quelqu'un me cache.


LP

Mais en plus, c'est que

tu peux corriger tes photos

pour avoir de l'air parfait.


MANU

Faut pas perdre

de temps avec ça.


SIMON LECLERC

Il y a d'autres trucs à faire

dans la vie que juste vouloir

ressembler à quelqu'un

que tu vois. Tout est

(mot_etranger=EN)

fake[/mot_etranger]

souvent en plus.


LP

Il y a rien de plus frustrant

que de voir une photo trop

parfaite, puis là, tu te dis:

«Voyons, ça se peut pas.»

Puis là, tu vois la personne en

réalité et tu fais comme: «Tu

ressembles même pas à ta photo.

À quoi ça sert de la mettre

ta photo si c'est pas toi?»


MARINA BASTARACHE

C'est quand même

comme ça que je suis née,

puis j'apprends à tous les jours

à m'accepter de plus en plus.


VANESSA DUCHEL

Ce que je fais pour m'aider

un petit peu, c'est que j'ai

commencé à suivre sur Instagram

des gens qui me ressemblent.

Fait que je m'inspire

plutôt que d'envier.


MARINA BASTARACHE

C'est sûr que

c'est difficile de passer

par-dessus un complexe.


SIMON LECLERC

Je pense que plus t'en ris,

de ton petit complexe, plus

ça devient un petit côté de toi

que tu trouves

(mot_etranger=EN)

funny[/mot_etranger],

puis ça te dérange moins.


MANU

Puis c'est correct

finalement, on s'en fout.

On s'en fout vraiment.


LP

Soyez heureux.


Intertitre :
#Insécurité


PASCAL BOYER est devant un mur blanc et s'adresse au public de l'émission.


PASCAL BOYER

T'es franco-ontarien,

mais ça te tente pas de parler

en français parce que t'as peur

qu'on se moque de ton accent?

Je comprends ça.

Ici, il y a tout plein

d'accents, puis à la longue,

ça peut devenir intimidant.

Heureusement, t'as besoin d'une

seule excuse pour te sortir

de tous tes pétrins.


Texte narratif :
Excuses possibles


Cinq boutons virtuels apparaissent à côté de PASCAL. Sur chacun des boutons, on peut y lire, dans l'ordre: «Insécurité linguistique», «Ça me tente pas», «Je suis gêné», «[langue_etrangere=EN]I don't like french[langue_etrangere=EN]», «C'est pas cool». PASCAL appuie sur le bouton «Insécurité linguistique».


PASCAL BOYER

L'insécurité linguistique, c'est

ton passe-droit pour ne jamais

parler en français en Ontario,

même à l'école. Bon, oublions

un instant que parler français

est considéré un atout dans

la majorité des carrières sur

la surface de la planète Terre.


Les photos d'un agriculteur, d'un pompier et d'un astronaute défilent. Sur chacune des photos, le visage de PASCAL a été ajouté.


PASCAL BOYER

Qui veut vraiment

parler français? Personne.

Mais ça vient d'où ça,

l'insécurité linguistique?

En fait, ça vient de nous, les

Franco-Ontariens, parce qu'on

trouve ça drôle de rire des gens

de Windsor, Sudbury, Russell

à cause de leur accent.

Comme si on n'avait pas déjà

assez de problèmes comme ça,

on décide de s'en rajouter

une couche. C'est drôle, ça.

Mais ça vient aussi

d'un problème qui vient

de l'extérieur, car nos amis

du Québec et de la France font

semblant de pas trop comprendre

ce qu'on vient de dire, qu'ils

nous corrigent, et ce, même

dans une conversation amicale

informelle et qu'ils nous

trouvent donc

(mot_etranger=EN)

cute[/mot_etranger]

d'encore exister.

C'est sûr que ça aide pas.

Mais ce n'est pas que ça.

L'insécurité linguistique

témoigne, en fait, d'une paresse

générale que les gens ont envers

le fait français en Ontario.


Texte narratif :
Insécurité linguistique


Un diagramme circulaire apparaît à côté de PASCAL. Le diagramme s'intitule «heures vécues dans une journée». Le diagramme affiche 75 % pour l'anglais et 25 % pour le français.


PASCAL BOYER

Grâce à cette excuse

révolutionnaire, on peut passer

de six heures par jour

vécues en français à zéro.


Le diagramme affiche maintenant 100 % pour l'anglais.


PASCAL BOYER

Alors, la prochaine fois qu'on

te demande de parler en français

ou qu'on te corrige à cause

que t'as dit «si j'aurais» ou

«qu'est-ce que tu parles de»;

qu'on te propose de consommer

du DJ UnPier plutôt que l'infâme

musique anglophone de Drake,

que tu hésites entre «un»

ou «une» voiture, n'oublie

pas: choisis l'insécurité

linguistique et tous tes

problèmes vont disparaître. Bon,

certainement pas ceux du fait

français en Ontario, mais ça...

Ha, ha. Ça, c'est autre chose.

Toi, toi, par contre,

tu pourras vivre le reste

de ta journée

(mot_etranger=EN)

in English[/mot_etranger].

L'insécurité linguistique,

l'excuse parfaite pour ne pas

parler en français en Ontario,

appuyée par le Fier d'être

Simplement franco-ontarien.


L'adresse internet suivante apparaît: www.insécuritélinguistique.on.ca.


Intertitre :
#Langue


PHIL tient un petit chien dans ses bras. Le chien lui lèche les doigts.


PHIL

Bon, bien, hein... J'avais

les mains sèches, mais j'imagine

que t'as réglé le problème.


FRANCESCA MERENTIÉ est aussi dans le studio à l'autre bout d'une table sur laquelle est posée une grosse boîte blanche, qui semble percée d'une fenêtre. L'adresse suivante apparaît. @FrancescaMerentiertv.


FRANCESCA

Eh! Non, la bave de chien,

Phil, ça contient des bonnes

puis des mauvaises bactéries.

Fait que si t'as

peut-être des allergies,

ça peut peut-être t'aider

pour des petites démangeaisons.

Mais si t'as jamais été blessé

au doigt, ça peut te causer

des infections graves parce que

la bave de chien contient aussi

de mauvaises bactéries.

Tu veux vraiment savoir ce que

la bave d'animaux peut faire?


PHIL

Hum-hum.


FRANCESCA

Tu vas devoir passer au test.

Fait que ton défi...


PHIL ne tient plus le chien.


FRANCESCA

Ton regard accusateur, là...

Ton défi, c'est vraiment

de deviner ce qu'il y a dans

la boîte mystérieuse et pour ça,

tu vas seulement devoir t'aider

de ton sens du toucher.


PHIL

OK.


Par la fenêtre de la boîte, on aperçoit un gros escargot.


FRANCESCA

Bonne chance, Phil.


PHIL

OK. J'y vais?


FRANCESCA

Vas-y.


PHIL glisse ses mains dans la boîte, par des orifices sur les côtés.


PHIL

C'est dur.


FRANCESCA

As-tu déjà goûté à...


PHIL

Ah, en dessous, c'est mou.


FRANCESCA

Ah, OK.


PHIL

Euh, c'est un coquillage?

C'est quoi? C'est un escargot!


FRANCESCA

C'est un escargot, parfait.

Tu sais, l'escargot, là,

sa bave est utilisée

dans les cosmétiques à cause

des propriétés de l'élastine

que ça donne à la peau.

Je vais te montrer ça.


FRANCESCA tient un tube de crème cosmétique et en verse un peu sur le bout d'un doigt. Puis elle touche son pouce et son index et la substance semble élastique.


PHIL

Wow!

Mais là, je vais me l'écraser

partout dans la face.


FRANCESCA tient le gros escargot dans ses mains et lui fait un bisou.


FRANCESCA

Prochaine boîte!


Dans la boîte, une grenouille se tient à la verticale sur la vitre de la fenêtre. PHIL glisse ses mains et cherche à tâtons pour trouver l'animal.


PHIL

OK.

Je la touche pas,

je la touche pas.


PHIL tâtonne et la grenouille se déplace pour s'échapper.


PHIL

Je sais pas

elle est où. Elle est où?

Ah! Elle est collée

dans la vitre! Je sais pas,

c'est gluant. C'est comme

un petit tas de quelque chose.

Je sais pas c'est quoi.


FRANCESCA

C'est une grenouille. En fait,

en Écosse, des chercheurs

ont découvert que la bave de

la grenouille tungara, ça peut

aider à des antibiotiques.


PHIL

(Regardant vers la vitre)

Ah [mot_etranger=EN] my God[/mot_etranger], man!

Elle est collée!


FRANCESCA

Ah, dégueu!

(Riant)

Maintenant, passe

à la prochaine boîte.

T'as les nerfs à vif, hein?


PHIL

Oui.


Dans la boîte une chauve-souris assez grosse est posée dans le fond.


FRANCESCA

Attention, il y a des griffes.


PHIL glisse ses mains à nouveau dans la boîte.


PHIL

Oui, c'est ça, j'haïs ça ce

que tu me dis, là. Je n'écoute

plus rien de ce que tu dis.


FRANCESCA

Doucement, doucement.

Doucement.


PHIL touche la tête de la chauve-souris et pousse un cri de stupeur en retirant aussitôt ses mains.


FRANCESCA

C'est poilu et ça a des ailes.

C'est en fait une chauve-souris.

Tu sais, les chauves-souris,

il y a la chauve-souris vampire.


Des photos de différentes chauves-souris sont présentées.


FRANCESCA

En fait, sa salive a des...

Ça sécrète une substance

anticoagulante et c'est utilisé

en médecine. En fait, bientôt,

là, ça va être utilisé

en médecine pour combattre

les caillots sanguins.

C'est pas le fun, ça?


PHIL

Tu m'as fait toucher

à une chauve-souris?


FRANCESCA

Oui.


PHIL

Elle est vivante?


FRANCESCA

Bien oui.


PHIL

Ah, mon Dieu! Ah, mon Dieu!

C'est même pas une vraie!


FRANCESCA éclate de rire.


FRANCESCA

On passe à ta dernière boîte.

Hum...


Dans la boîte il y a un bol qui contient un genre de purée.


FRANCESCA

Attention, hein?

Très méchant, celui-là.


PHIL glisse ses mains à l'intérieur de la boîte pendant que FRANCESCA donne des petits coups dessus.


PHIL

Arrête de frapper la boîte!

Je touche à rien, là.


FRANCESCA

Tu l'as pas encore trouvé?


PHIL

(Touchant le bol)

C'est dur.


FRANCESCA

Hum-hum.


PHIL

C'est un bol.


FRANCESCA

Puis ça mord. Ça mord.


PHIL

C'est genre dans le bas. Ah!

C'est-tu, c'est-tu un...


FRANCESCA

C'est de la bave de chameau.

Tu viens de toucher

à la bave de chameau. En fait,

c'est un dessert, une spécialité

portugaise [mot_etranger=POR] baba de camelo[/mot_etranger].

J'ai découvert ça à Toronto

puis depuis, je suis en amour.

(mot_etranger=EN)

Check[/mot_etranger] ça.

FRANCESCA tient un bol similaire à celui dans la boîte et tient aussi une cuillère pour manger le dessert.


PHIL

C'est dégueulasse.


FRANCESCA

Ah, mais non! C'est du lait

concentré. C'est super bon!

À part le pouding chômeur,

super bon.


FRANCESCA tend le bol à PHIL et en prend un deuxième pour elle-même.


FRANCESCA

Allez, déguste ça. Je suis

sûre que tu vas l'adopter.


PHIL

Ah, ça m'écoeure.


FRANCESCA

Essaie.

Le nom, lui, vient en fait

de la texture mousseuse.

Ça rappelle un peu la bave

de chameau elle-même, hein.


PHIL

C'est vraiment bon.

Il goûte un peu le caramel ou

la tarte au sucre. Mmm! Je vais

me faire pousser un chameau.


Intertitre :
#Baver


Intertitre :
Mon jardin de bacon


Titre :
Mon jardin de bacon


Miro Belzile est dans un champ de maïs. Il marche et s'adresse au public de l'émission en chantant. Les paroles de la chanson défilent à la manière d'un karaoké.


MIRO BELZILE

(Chantant)

Viens!

La récolte a été bonne cette année.

Dis-moi, est-ce que tu veux

y goûter?

Suis moi!

C'est par là!

«Enwaille»!

Presse un peu le pas!

On en cueille en masse

Puis je me sens pas mal pour ça!


MIRO entre dans le champ de maïs et avance entre les tiges.


MIRO BELZILE

(Chantant)

C'est l'offre et la demande

Puis la demande est grande


MIRO se retrouve au pied d'un convoyeur qui décharge du copeau de feuilles de maïs. Ensuite, il marche sur une ferme jusqu'à un enclos où des porcs vivent. MIRO flatte les porcs puis recommence à marcher sur la ferme en chantant.


MIRO BELZILE

(Chantant)

N'aie pas peur, c'est normal

Si ça sent plus que l'engrais

Dans mon jardin de bacon

Dans mon jardin de bacon

N'aie pas peur c'est normal

Si ça ne ressemble pas

à ce que c'est-à-dire

Dans un jardin de bacon

Dans un jardin de bacon


MIRO danse avec les porcelets dans la maternité d'une porcherie.


Puis MIRO chante en marchant dans la ferme.


MIRO BELZILE

(Chantant)

Je peux en mettre partout!

Carbonara

Confiture

Caramel

Ah puis un peu dans ma quiche

puis ma crème glacée!

Bacon/Nutella

Bacon/Nutella

Mal de cœur puis ça passe

Ah puis j'en veux encore!

C'est le remède contre

mes lendemains de veille


MIRO rencontre les verrats dans un champ. Puis de nouveau il caresse les porcelets dans la maternité de la porcherie. Ensuite, MIRO continue de chanter dans le champ de maïs.


MIRO BELZILE

(Chantant)

Et Dieu sait qu'y en a eu

des lendemains de veille...


MIRO se promène sur la ferme.


MIRO BELZILE

(Chantant)

N'aie pas peur, c'est normal

si ça sent plus que l'engrais

dans mon jardin de bacon

dans mon jardin de bacon

N'aie pas peur, c'est normal

Si ça ne ressemble pas à ce que c'est

Dans un jardin de bacon

Dans un jardin de bacon


MIRO s'enfonce entre les épis de maïs.


Intertitre :
#Cochondingue


Dans le cadre d'une entrevue, PHIL LACROIX et PASCAL MORRISSETTE sont assis face à face sur des chaises de type balançoire dans un bar. Une table se trouve entre eux. L'adresse suivante apparaît: @Pascal_Morissette.


PHIL LACROIX

(S'adressant au public de l'émission)

Il y a un gars dans le showbiz

qui déborde d'énergie,

c'est Pascal Morrissette.


PASCAL MORRISSETTE

Il se présente encore.

Ah, tu parlais pas de toi?


PHIL LACROIX

Bien oui, je parle de toi.


PASCAL MORRISSETTE

Tu parles de moi?


PHIL LACROIX

Bien oui!


PASCAL MORRISSETTE

Ah, c'est génial.


PHIL LACROIX

Mais là, on s'est dit:

Regarde, une petite

ambiance feutrée, là...


PASCAL MORRISSETTE

Moi, j'adore ça.

On est sur des balançoires ET

la réalisatrice nous a demandé

de pas trop se balancer, mais

c'est impossible. Fait que moi,

je dis qu'on donne un petit

coup.


PASCAL MORRISSETTE se balance.


PASCAL MORRISSETTE

Ça va être fait, genre.


PHIL LACROIX

Wouh! On s'est dit que, genre,

avec des petites chandelles,

il y aurait une petite

ambiance confession.


PASCAL MORRISSETTE

OK, tu veux me faire parler.

Moi, je suis un livre ouvert.


PHIL LACROIX

Ah oui, pour vrai?


PASCAL MORRISSETTE

Dont vous êtes le héros même.


PHIL LACROIX

Ah non, mais pour vrai,

t'as comme pas de secrets?


PASCAL MORRISSETTE

Sérieusement, pas tant.


PHIL LACROIX

Toi, aimes-tu te lever

le matin?


PASCAL MORRISSETTE

Bien là, avec

Cochon dingue,

que je fais à Télé-Québec,

j'ai pas le choix parce que

souvent, on est appelés

à entrer à 6 heures du matin.


Une photographie des membres de l'équipe de cette émission est présentée.


Un extrait vidéo de cette émission, alors que PASCAL BARRIAULT, un des coanimateurs, regarde dans une longue-vue. Il aperçoit des SIRÈNES, incarnées par PASCAL MORRISSETTE.


SIRÈNES

Coucou!


PASCAL BARRIAULT

(Sursautant)

Ah! Je les imaginais pas

comme ça, les sirènes.


L'extrait prend fin et l'entrevue se poursuit.


PHIL LACROIX

Qu'est-ce qu'il a de spécial,

ce projet-là, pour toi?


PASCAL MORRISSETTE

C'est le plus beau show que

j'ai fait en télé de ma vie

parce que c'est un show

jeunesse. Moi, j'aime beaucoup

la télé jeunesse, puis

on joue des personnages, on se

fait rire, il y a un contenu

intéressant. C'est un

rendez-vous avec les jeunes

à tous les soirs de la semaine.

Moi, j'aime ça. J'aimais ça,

moi, quand j'étais

jeune le rendez-vous.


PHIL LACROIX

Puis là, en plus, tu

travailles avec ton

bon ami Pascal Barriault.


PASCAL MORRISSETTE

Je suis écoeuré.


PHIL LACROIX

Pour vrai?


PASCAL MORRISSETTE

Je suis tellement tanné de

travailler avec. C'est pas vrai,

on a encore du

(langue_etrangere)

fun.[/langue_etrangere=EN]

Mais on a fait

«Boum, c'est canon!» ensemble.


Un extrait de «Boum, c'est canon!» est présenté.


PASCAL MORRISSETTE

(S'adressant au public de l'émission)

Bienvenue à l'émission...


L'extrait prend fin et l'entrevue se poursuit.


PASCAL MORRISSETTE

On est allés à l'École

de l'humour ensemble, on est

amis. On se voit trop souvent.


Un extrait vidéo met en scène PASCAL MORRISSETTE et PASCAL BARRIAULT. Tous deux sont cachés derrière un décor. Leur tête est visible et leurs mains sont glissées dans les manches de costumes auxquels sont attachées des jambes, de sorte qu'ils ont l'air de très petite taille.


PASCAL MORRISSETTE

C'est pas grave parce qu'on

est les meilleurs amis...


PASCAL MORRISSETTE ET PASCAL BARRIAULT

Du monde! Hé! Hé!


PASCAL MORRISSETTE et PASCAL BARRIAULT dansent et rigolent.


PASCAL MORRISSETTE ET PASCAL BARRIAULT

Hé! Ha, ha, ha!


L'extrait prend fin et l'entrevue se poursuit.


PASCAL MORRISSETTE

On se connaît par coeur,

on a encore du

(langue_etrangere=EN)

fun[/langue_etrangere]

en plus.


PHIL LACROIX

On a-tu des secrets sur lui?


PASCAL MORRISSETTE

Il est quand même coquet.


PHIL LACROIX

Ah oui?


PASCAL MORRISSETTE

Genre, j'ai déjà vu

une styliste faire: «Bien là,

je sais pas quel bas tu vas

mettre avec tes souliers.

On les verra pas.» «Oui,

mais ceux-là fittent plus avec

mon noeud papillon, puis tout.»

Il est coquet.


Des photos de PASCAL BARRIAULT sont présentées.


PASCAL MORRISSETTE

Même que des fois,

ça m'énerve, mais une fois

qu'il est habillé, je fais:

«Ah, c'est cool quand même.»

Mais moi, c'est le genre

d'énergie que je trouve

difficile à aller chercher.

Je suis daltonien en plus,

j'ai tellement

de misère à m'habiller.


PHIL LACROIX

Ça change-tu ta vie

d'être daltonien?


PASCAL MORRISSETTE

Je trouve ça original, moi,

comme défaut ou comme maladie.

Non, mais tu sais, ça fait

jaser. Regarde. «Ça, c'est

quelle couleur? Ça, c'est quelle

couleur?» Là, t'as le goût de

me pointer des affaires. Comme

toi, ta chemise, on pourrait

passer un bon deux heures

à faire: «Ça, c'est-tu bleu?

Ça, c'est-tu mauve?»


PHIL LACROIX

L'émission s'appelle

Cochon dingue. Toi, qu'est-ce qui te

rend dingue dans la vraie vie?


PASCAL MORRISSETTE

Qu'est-ce qui me rend dingue?

Du côté négatif, le manque

d'éducation de certains adultes.

Le racisme, ça me rend dingue,

genre! C'est même pas pour être

(langue_etrangere=EN)

deep[/langue_etrangere],

ça me rend fou.

Je ne comprends pas. En fait,

je comprends, c'est un manque

d'éducation, c'est un manque

de référents, c'est un manque

d'ouverture sur le monde.

Puis ça, ça me rend dingue

que l'éducation, ça soit pas la

priorité. Le racisme, moi, ça me

rend fou. Je viens d'un milieu

multiculturel à Montréal,

multiethnique, c'était tellement

riche. J'ai des amis haïtiens,

italiens, arabes... Puis j'adore

ça. C'est mes amies haïtiennes

qui m'ont donné le

(langue_etrangere=EN)

beat[/langue_etrangere].

J'ai pas pris de cours.

C'est mes amies haït...


PHIL LACROIX

T'as jamais pris de cours?!

Mais Pascal, t'es tellement bon!

Non, mais quand tu danses...


PASCAL MORRISSETTE

Non, mais je veux qu'on vive

ce moment-là quand il dit

que je suis très bon.


PHIL LACROIX

Non, mais c'est vrai.

Moi, je suis comme un peu

jaloux. Ah oui.


PASCAL MORRISSETTE

Tu sais, il se laisse

lancer des fleurs.

C'est dans le laisser-aller

que ça se passe, la danse.


PHIL LACROIX

Ah oui, c'est ça

qui me manque.


PASCAL MORRISSETTE

Tu te juges, ça veut dire,

pendant que tu bouges.


PHIL LACROIX

Oui.


PASCAL MORRISSETTE

Bien, c'est ça, ça marche pas.

Faut que tu te laisses aller.

Tout le monde est

capable de danser.


PHIL LACROIX

Je sais que tu tripes

sur le public jeunesse.

C'est quoi que les jeunes

ont besoin aujourd'hui?


PASCAL MORRISSETTE

Les jeunes ont encore besoin

de bons modèles. Un modèle,

moi, c'est Stéphane Crête

quand j'étais jeune, c'est

la gang de «Dans une galaxie»,

Claude Legault.


Un extrait de cette émission est présenté, alors que les membres d'un équipage sont aux commandes d'un vaisseau.


CLAUDE LEGAULT

Un mur immense, capitaine.

C'est tellement grand

qu'il y a pas de haut ni de bas.


L'extrait prend fin et l'entrevue se poursuit.


PASCAL MORRISSETTE

C'étaient des bons modèles,

je voulais devenir eux. Puis ce

qu'ils envoyaient comme message,

c'était positif. C'étaient

des modèles francophones puis

c'est important qu'il y en ait.


PHIL LACROIX

As-tu l'impression

que les jeunes ont pas assez

de bons modèles ou qu'ils ont

des mauvais modèles?


PASCAL MORRISSETTE

Bien, j'ai l'impression qu'il

y a beaucoup de divertissement

et moins de contenu.

Tu sais, moi, il y a bien

des jeunes qui me disent:

«Hé, on a appris telle affaire

dans ton émission.»

Bien, c'est important

qu'ils aient appris de quoi.


PHIL LACROIX

Oui. Bien, Pascal, je te

laisse éteindre nos chandelles,

notre moment confession

est terminé.


PASCAL MORRISSETTE

J'avais un tour

dans mes poches.


PHIL LACROIX

T'as apporté un tour de magie?


PASCAL MORRISSETTE

Bien oui, regarde.


PASCAL MORRISSETTE montre à PHIL son portefeuille. Une carte en dépasse.


PASCAL MORRISSETTE

Tu vois mon portefeuille?


PHIL LACROIX

Oui. Attends,

c'est-tu ta carte?


PASCAL MORRISSETTE

Ça, c'est ma carte... de mon

ancien permis de conduire.


PHIL LACROIX

Wô, wô, wô.


PASCAL MORRISSETTE

J'avais des lunettes et

des longs cheveux.

Bien, voyons!

OK, je suis d'accord.

Cette carte-là mérite

d'être brûlée.


PASCAL MORRISSETTE replace la carte dans son portefeuille.


PASCAL MORRISSETTE

On la brûle!


Des flammes s'échappent du portefeuille de PASCAL MORRISSETTE, qu'il tient ouvert devant lui.


PASCAL MORRISSETTE

C'est incroyable quand même.


PASCAL MORRISSETTE referme son portefeuille et les flammes s'éteignent.


PHIL LACROIX

Je comprends pas.

Il vient d'où, le feu?


PASCAL MORRISSETTE

Ah, bien là,

c'est un tour de magie.


PHIL LACROIX

Merci, Pascal.


PASCAL MORRISSETTE

Merci, Phil!

OK, faut que je...


PASCAL MORRISSETTE souffle sur les bougies.


PHIL LACROIX

Oui.


PASCAL MORRISSETTE éteint toutes les bougies d'un seul souffle.


PHIL LACROIX

Wouh!


PASCAL MORRISSETTE lève les yeux au plafond et croise ses petits doigts.


PASCAL MORRISSETTE

Si je mens, je vais

en enfer. Clé cadenas.


PASCAL MORRISSETTE se libère les deux mains.


PASCAL MORRISSETTE

J'ai fait un voeu.


Intertitre :
#Magique


ROSELINE FILION et FRANCESCA sont avec PHIL qui a de nouveau le petit chien dans ses bras.


ROSELINE FILION

Ah... qu'il est beau!


PHIL

Oh, oh, oh. OK, je pense qu'il

vient de me faire pipi dessus.


FRANCESCA

Beurk!


FRANCESCA

Oh, écoute, Phil,

ne t'inquiète pas.

Peut-être qu'il a des propriétés

bénéfiques, le pipi de chien.


PHIL

Je pense pas, non.

Non, t'as-tu quelque chose

pour laver ça?


ROSELINE FILION

Mais peut-être que Francesca

a raison. Mais ça peut contenir

peut-être des produits dopants?

J'irais faire un test de dopage.


ROSELINE tend un petit contenant pour test de pipi.


PHIL

Bien, là, voyons,

je l'ai pas bu, son pipi.


FRANCESCA

Allez, allez, allez.


ROSELINE FILION

Allez, vas-y, vas-y.


FRANCESCA ET ROSELINE

Bon pipi!


ROSELINE FILION

Il croit vraiment

n'importe quoi, lui.


FRANCESCA

Oui, ça lui arrive.

À la semaine prochaine!


ROSELINE FILION

Salut!


Générique de fermeture


Episodes of FLIP

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Entertainment
  • Category Report

Résultats filtrés par