Universe image Jacky and Jill AKA BOUBA Universe image Jacky and Jill AKA BOUBA

Jacky and Jill AKA BOUBA

It is one of every child's fondest wishes: to have a real cuddly baby animal of one's own. This dream comes true for the Indian boy Ram, who lives with his father at the foot of the majestic Rocky Mountains. For one day he finds two little grizzly bear cubs who have lost their mother. Jacky and Jill become the joy of his life - and a source of never-ending adventure!

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Dangers of the forest

Dangers of the forest.



Production year: 1977

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT


Générique d'ouverture


Début chanson thème


CHOEURS D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu roules et tu glisses

Sur la blanche blanche neige

Bouba Bouba

Fais bien attention

De ne pas t'éloigner

Du chemin de ta maison ♪


VOIX FÉMININE

♪ Dans la nuit noire et glacée

à côté de ta soeur Frisquette

Tu dors et tu dois rêver

Que tu es le roi de la fête

Amandine ta maman

Tremble de peur elle s'inquiète

Et toi dans ton canoë

Avec moi tu chantes à tue-tête ♪


CHOEUR D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu fais la joie et l'admiration

De ta famille

Bouba Bouba

Mon petit garçon ♪


VOIX FÉMININE

♪ Tu cours et tu vas à travers

Les champs et les bois ♪

L'oncle Émile

Forestier John

Et surtout Daklahoma

Te font des cadeaux princiers

Que tu gardes pour ton papa

Joy t'aime beaucoup tu vois

Elle pleure quand tu n'es pas là

Et Moy le petit Indien... ♪


Fin chanson thème


Titre :
La reine de la montagne


NARRATEUR

Avant son hibernation,

Amandine a donné

naissance à deux petits ours:

un garçon et une fille. Ils

sont jumeaux, mais la couleur

de leur fourrure est différente.


Bouba est devenu l'ami

de Moy, le petit indien.


MOY joue avec BOUBA dans une trappe dans laquelle lui et BOUBA sont piégés.


MOY

(Voyant approcher AMANDINE)

Oh?


BOUBA tente de grimper la paroi de la fosse pour rejoindre AMANDINE.


MOY

Oh...

Oh, j'ai compris!

C'est ta maman.


DAKLAHOMA et ONCLE ÉMILE sont aussi dans la forêt. DAKLAHOMA se couche sur le sol en tenant son fusil.


ONCLE ÉMILE

Alors, qu'est-ce que tu as

à t'arrêter tout à coup?

Tu as trouvé une piste?


DAKLAHOMA

Chut!


ONCLE ÉMILE

Hein?

(Apercevant AMANDINE)

Oh!


AMANDINE se dresse sur ses pattes arrière en apercevant les deux hommes.


DAKLAHOMA

Ne bouge pas. Ne bouge surtout

pas, sinon, il pensera qu'on a

peur et il nous attaquera.


ONCLE ÉMILE

Ah, bien, il aura raison.


DAKLAHOMA

Rassure-toi, j'ai peur moi

aussi. Mais si nous restons ici,

il croira qu'on va l'attaquer.

Et c'est lui qui s'enfuira.

Dépêche-toi de me rejoindre.


ONCLE ÉMILE

(Rampant sur le sol)

Oui, oui, oui! Enfin,

peut-être. C'est ça. Oui. Oh...

Et qu'est-ce qu'on

fait maintenant?


DAKLAHOMA

Pour le moment, on va attendre

tranquillement en espérant

qu'il parte le premier.

De toute façon, nous n'avons pas

le choix.


AMANDINE retourne près du trou pour tenter d'aider BOUBA à sortir.


MOY soulève BOUBA qui s'accroche à la patte de sa mère qui le soulève à son tour.


MOY

Han! Oh hisse!

Ah...


DAKLAHOMA et ONCLE ÉMILE assistent surpris au sauvetage de BOUBA.


DAKLAHOMA

Tu as vu, c'est un ourson.


ONCLE ÉMILE

Oui, je comprends maintenant.

Il est tombé dans le piège et

sa maman est venue le chercher.


MOY

(Voix au loin)

Au revoir, Bouba.

J'espère qu'on se reverra

et qu'on rejouera ensemble.


ONCLE ÉMILE

Mais c'est la voix

de Moy qu'on entend.


DAKLAHOMA

Le pauvre, il est tombé

dans le piège, lui aussi.


AMANDINE pousse ses bébés plus loin, même si elle remarque que DAKLAHOMA la tient en joue.


DAKLAHOMA abaisse son arme, soulagé de voir l'ourse s'éloigner. Aussitôt il accourt vers le piège pour sauver MOY.


DAKLAHOMA

Moy?


MOY

C'est toi, papa.


DAKLAHOMA

Tu m'as fait une de ces peurs.

Tout va bien?


MOY

Hum-hum! Tout va très bien.


DAKLAHOMA

(Tendant la crosse de son fusil)

Tiens, attrape ça.


ONCLE ÉMILE

Cette énorme maman ourse

était sûrement Amandine.

Ça fait longtemps que je l'avais pas

vue. Nom d'une pipe, j'avais

oublié qu'elle était

aussi grosse que ça.


MOY

Alors, tu dis que la maman

de Bouba s'appelle Amandine?


DAKLAHOMA

Hé oui, Amandine! Et des

vieux habitants de la région

l'appellent aussi la reine

de la montagne.


MOY

La reine de la montagne

est une maman ourse?


ONCLE ÉMILE

Et pourquoi pas? Tu as vu

comme elle est grosse? C'est

sûrement l'animal le plus grand

et le plus fort de la montagne.

Il ne fait pas bon s'y attaquer.

Et c'est pour ça que ton père

n'a pas tiré dessus.

C'est pas vrai, Daklahoma?


DAKLAHOMA

Hum-hum! Tu as eu beaucoup

de chance, mais finalement,

j'ai bien fait, parce que c'est

toujours dangereux de s'attaquer

à un ours. Et même si je le

touche d'une balle, ça ne

l'empêchera pas de me massacrer.

Mais, heureusement, aujourd'hui,

Amandine ne pensait

qu'à récupérer son ourson

dans ce piège.


ONCLE ÉMILE

Ah oui, nous avons eu de

la chance. C'est un vrai miracle

qu'elle ait retrouvé son petit.

Sinon, elle nous aurait attaqués

et je me demande ce

qu'on aurait fait.


DAKLAHOMA

Allez, maintenant,

rentrons chez nous.


MOY

Hum-hum!


ONCLE ÉMILE

Quand j'y pense, c'est dommage

qu'on l'ait pas abattue. Ça nous

aurait fait une belle provision

de viande pour l'hiver.


MOY

Ah...


ONCLE ÉMILE

Je plaisante, Moy.


DAKLAHOMA, ONCLE ÉMILE et MOY s'éloignent de la forêt. Plus loin, AMANDINE ramène les petits à la tanière.


AMANDINE

Écoutez-moi, les enfants.

Cette espèce de bâton en fer que

l'indien tenait dans ses mains,

c'est un bâton qui crache du feu.

Et c'est à cause de lui que

beaucoup d'animaux sont morts.

Alors, ne vous approchez plus

jamais des hommes. C'est bien compris?


FRISQUETTE

Mais, maman...


AMANDINE

Allez! Suivez-moi.


FRISQUETTE

Qu'est-ce que tu fais?

Tu viens?


BOUBA

Oui, j'arrive.


BOUBA reste un peu dehors.


BOUBA

(Pensant)

Et pourquoi on ne devrait

plus s'approcher des hommes?

Moi, je me suis bien amusé.

Le petit indien était très gentil

avec moi.


NARRATEUR

Le petit ourson ne pouvait pas

savoir que la vie dans la nature

avait ses lois et que tous

les hommes n'étaient pas

aussi gentils que Moy.


À la maison de DAKLAHOMA, MOY raconte sa rencontre avec BOUBA.


ONCLE ÉMILE

Mais qu'est-ce que tu racontes?

Tu prétends que tu as joué

tout l'après-midi avec cet ourson?


MOY

Hum-hum. Et puis après,

comme je savais pas comment

il s'appelait, j'ai décidé

de lui donner un nom. Alors,

je l'ai appelé Bouba.


ONCLE ÉMILE

(S'adressant à DAKLAHOMA)

Tu entends ça?

(S'adressant à MOY)

Et moi qui croyais que tu étais

tombé dans ce piège non pas

en t'amusant avec Bouba, mais

en voulant échapper à sa mère.


DAKLAHOMA

Et pourtant, j'étais sûr de

t'avoir montré l'emplacement

de tous les pièges que

nous avons creusés.


MOY

Je te demande pardon, papa,

mais, tu sais, je m'amusais

tellement avec Bouba. Il était

si gentil avec moi que j'ai pas

fait attention au temps

qui passait et j'ai oublié

l'emplacement des pièges.


DAKLAHOMA

Han! Écoute-moi. Il y a

autre chose que je voudrais

t'expliquer. Quand Bouba est

parti avec sa mère, on t'a

entendu crier au revoir à Bouba.

Tu t'en souviens peut-être.


MOY

Hum-hum.


DAKLAHOMA

Bon! Alors, écoute, quand tu

as crié, tu as eu de la chance

qu'on t'ait entendu. Parce que

des animaux sauvages passant

par là auraient très bien pu

t'entendre et venir à notre place.

Et s'ils avaient vu un petit

indien sans défense dans ce

piège, ils l'auraient mangé.


ONCLE ÉMILE

Oui. Ton papa a raison. Et,

tu sais, quand j'ai vu Amandine

se dresser tout à coup,

j'ai eu une sacrée frousse.

Pas toi, Daklahoma?


DAKLAHOMA

Hum-hum.


ONCLE ÉMILE

C'est une vision que je

n'oublierai pas de sitôt.

Mais dis donc, toi, tu as dû

avoir une sacrée peur

en voyant Amandine.


MOY

Oh, j'ai pas eu peur du tout.

J'ai été un peu surpris quand je

l'ai vue s'approcher au bord du

piège, mais comme Bouba et moi,

on est copains, je me suis dit

que sa maman ferait pas de mal

à un ami de son petit. Et après,

quand j'ai soulevé Bouba pour

le sortir du piège, j'ai compris

qu'elle me remerciait.


ONCLE ÉMILE

Oui. Peut-être bien qu'elle a

senti instinctivement que tu

voulais pas faire de mal à son

petit. On dit que les animaux

ont un sixième sens pour ce

genre de chose. En tout cas,

il faut reconnaître que Moy est

un garçon qui n'a peur de rien.

Il est presque aussi inconscient

que toi quand tu étais gamin.


TOUS

(Riant de bon cœur)

Ha! Ha! Ha!


NARRATEUR

Bouba et sa soeur Frisquette

venaient de passer leur première

journée dans la nature après de

longues semaines d'hibernation.

Bouba avait fait la connaissance

des hommes en devenant ami

avec le petit Moy.

Après tous les événements

imprévisibles de cette journée

et l'épisode de sa chute

dans le piège, le petit ourson

savourait un repos bien mérité.


BOUBA et FRISQUETTE dorment au chaud sur le flan de leur mère.


Au lever du soleil, la forêt s'éveille. Soudain tous les animaux se taisent et se mettent à l'abri. Une meute de loups traverse la forêt.


Près de la tanière d'AMANDINE, les oursons s'amusent en riant.


AMANDINE sort de sa grotte et renifle l'air pour flairer les odeurs étrangères.


AMANDINE

Ça suffit, les enfants.

Assez joué. On va manger.


BOUBA ET FRISQUETTE

Oui, maman.


BOUBA

Viens. On fait la course.


BOUBA ET FRISQUETTE courent derrière leur mère, puis se nourrissent de jeunes pousses.


BOUBA

Beurk! Beurk!

C'est pas bon!


FRISQUETTE

Où tu vas?


BOUBA

Je vais chercher un endroit

où ce sera moins mauvais.


AMANDINE

Ne va pas trop loin.


BOUBA

Mais non, maman.

Et puis je suis assez grand

pour me débrouiller tout seul.


AMANDINE

Non. Reviens ici.


BOUBA

(Tête basse)

Hum...


AMANDINE

Tu sais que c'est très vilain

de désobéir. Reste avec nous.

Je voudrais vous apprendre

quelque chose.


FRISQUETTE

Quoi, maman?


AMANDINE

Vous allez voir.

Venez avec moi.


AMANDINE marche dans la forêt avec les oursons.


AMANDINE

Écoutez, les enfants. Je vous

l'ai déjà dit: il y a dans

la montagne des ennemis très

dangereux pour des petits ours

sans défense comme vous.

Ils peuvent surgir à chaque instant.


FRISQUETTE

Oui, comme les hommes,

par exemple.


BOUBA

Moi, je les trouve

gentils, les hommes.


AMANDINE

Il n'y a pas que les hommes.

Il y a aussi des animaux comme

les coyotes et les renards.


BOUBA

Les coyotes et les renards?

Mais ils sont comment,

les coyotes et les renards?


AMANDINE

Ce sont des animaux très

rusés, mais tant que je serai

avec vous, ils ne montreront pas

le bout de leur museau.

Vous ne devinerez même pas

leur présence. Mais s'ils vous

trouvent loin de moi, ils vous

attaqueront sans pitié et

ils ne vous épargneront pas.


BOUBA

Moi, ils me font pas peur!

Et s'ils m'attaquent,

je leur écrase le museau.


AMANDINE

Ne dis pas de bêtises. Ils

sont capables de tout quand ils

ont faim. Et ils ont une longue

habitude de la chasse. Vous êtes

trop petits et inexpérimentés

pour leur résister bien longtemps.


FRISQUETTE

Mais alors, qu'est-ce

qu'il faudra faire?


AMANDINE

C'est justement ce que

je veux vous apprendre.


BOUBA ET FRISQUETTE

Hein?


AMANDINE s'arrête près d'un gros arbre.


BOUBA

Bon, alors, qu'est-ce

qu'on fait, maman?


AMANDINE

Venez ici.

Et grimpez à cet arbre.


FRISQUETTE

Quoi? Tu veux qu'on grimpe

là-haut?


AMANDINE

Oui.


BOUBA

C'est facile. J'y vais.


BOUBA grimpe très haut dans l'arbre.


AMANDINE

(S'adressant à FRISQUETTE)

À toi, maintenant.


BOUBA se met soudainement à glisser le long du tronc et s'arrête sur la tête de FRISQUETTE.


BOUBA

Ah... Oh!


FRISQUETTE

Aïe! Fais attention.

Tu m'écrases la tête.


BOUBA

(Remontant)

Oh, excuse-moi.

Je l'ai pas fait exprès.


AMANDINE

Enfoncez bien vos

griffes dans l'écorce.


BOUBA remarque un trou dans l'écorce à l'intersection d'une branche.


BOUBA

Oh, qu'est-ce qu'il y a là-dedans?


Un écureuil sort du nid en poussant de petits cris.]


BOUBA

(Sursautant)

Ah!


BOUBA choqué par la surprise perd prise et tombe sur le dos de sa mère.


BOUBA

Aaaah!

Ah, ce que j'ai eu peur!


AMANDINE

Relève-toi. Ce n'est rien.

Mais tu vois, tu dois faire

très attention. S'il y avait eu

des coyotes ou des renards à

ma place, ils t'auraient mangé.

Alors, je vous le répète, si

vous êtes en danger, vous

grimpez vite en haut d'un arbre.


Les oursons sont de nouveau dans l'arbre.


FRISQUETTE

T'as pas peur,

toi, aussi haut?


BOUBA

Oh si alors.


BOUBA voit MOY près qui fend du bois près de sa maison.


BOUBA

On voit très loin d'ici.


FRISQUETTE

Fais attention. Tu remues

l'arbre. Tu vas nous

faire tomber. Arrête!


BOUBA

Oui, oui, ça va. J'arrête.


AMANDINE et les oursons sont sur le chemin du retour.


AMANDINE

Arrêtez-vous.


BOUBA ET FRISQUETTE

Pourquoi?


AMANDINE

(Reniflant le sol)

Grimpez vite à cet arbre.


BOUBA ET FRISQUETTE

Hein?


AMANDINE

Allez, vite!


BOUBA

Attends-moi. J'arrive.

(Grimpant derrière FRISQUETTE)

Qu'est-ce que t'attends?

Allez! Hein?



AMANDINE renifle le sol jusqu'à un gros arbre dont l'écorce est abîmée.


BOUBA

Hein?


AMANDINE renifle l'arbre puis de ses griffes retire un morceau d'écorce et frotte son dos sur l'arbre pour y laisser son odeur.


AMANDINE

C'est très bien.

Vous pouvez redescendre.


Les oursons redescendent.


BOUBA

Maman, pourquoi t'as fait ça?


AMANDINE

C'est un signal pour bien

montrer à ceux qui viendraient

par ici que c'est la limite

de mon territoire.


FRISQUETTE

Un signal?


AMANDINE

En le voyant, les autres

animaux partiront plus loin.


BOUBA

Moi aussi, je veux en faire un.


AMANDINE

Ha! Ha! Arrête. Ne te

fatigue pas. C'est inutile.


BOUBA

Mais pourquoi?


AMANDINE

Parce que tu es trop petit

pour qu'on voie tes traces.

Et que tu n'es pas assez fort

pour faire des marques.


BOUBA

Tu crois?


FRISQUETTE

Mais pourquoi t'as fait

la tienne si haut?


AMANDINE

Pour que les autres

animaux la voient bien.


FRISQUETTE

Et comme ça, ils la verront?


AMANDINE

Oui. Et maintenant, allez

jouer pendant que je vais faire

d'autres marques plus loin.


BOUBA ET FRISQUETTE

D'accord.


AMANDINE

Et surtout, ne vous éloignez pas.


BOUBA ET FRISQUETTE

Non, maman!


BOUBA

Viens vite. Suis-moi.


FRISQUETTE

Où on va?


BOUBA

Je sais pas. On verra bien.


BOUBA et FRISQUETTE courent dans la forêt. BOUBA s'arrête sur un rocher qui surplombe le lac.


BOUBA

Regarde. On pourrait descendre

au bord du lac.


FRISQUETTE

Non. Maman a dit

de ne pas aller trop loin.


BOUBA

Mais c'est pas loin.

On restera pas longtemps.


FRISQUETTE

Non, non, non, non!

Moi, je veux pas y aller.


BOUBA

Mais regarde,

on y est presque.


FRISQUETTE

(Rebroussant chemin)

Non, non et non!


BOUBA

(Partant en direction opposée)

Oh, va-t'en!

T'es qu'une peureuse.


FRISQUETTE

Non! Me laisse pas toute seule.


BOUBA

Alors, viens avec moi.


FRISQUETTE

T'es fou! Maman a dit qu'on

devait pas aller trop loin.


BOUBA

Oui, mais c'est pas loin.

Oh!


AMANDINE continue de laisser sa marque sur les troncs d'arbres.


Plus loin dans la forêt, BOUBA et FRISQUETTE aperçoivent la maison de MOY.


FRISQUETTE

Oh! C'est la maison

de ton ami le petit indien?


BOUBA

Oui. Elle est jolie, hein?


FRISQUETTE

Oui, très jolie.


BOUBA

Approche-toi un peu.

Tu verras comme

on voit loin d'ici.


FRISQUETTE

Wow!


BOUBA

Ah! Cette promenade m'a

donné envie de dormir. Ah!


Les oursons s'endorment sur un rocher au soleil.


BOUBA rêve qu'il joue avec MOY.


MOY

Attrape-moi!

Arrête, Bouba,

tu me chatouilles.

Allez, on court. Saute!

(Tendant des petits fruits)

Tiens, on partage.

C'est bon, hein?


Tout près du rocher, une meute de coyotes observe les oursons.


BOUBA

(Ouvrant les yeux)

Oh! Vite, réveille-toi.


FRISQUETTE

Quoi? Qu'est-ce qu'il y a?


BOUBA

Tu vois bien.


FRISQUETTE

Oh... J'ai peur.

Qu'est-ce qu'ils veulent?


Les coyotes approchent en se léchant les babines.


BOUBA

Je crois que c'est des coyotes.


FRISQUETTE

Ils vont nous attaquer.


Un des coyotes saute sur BOUBA qui se dresse en donnant des coups de griffes.


BOUBA

Allez-vous-en!


La meute grogne et BOUBA ne se laisse pas impressionner et grogne à son tour.


Un autre coyote se risque d'approcher de BOUBA qui le griffe.


BOUBA profite du retrait du coyote pour fuir.


BOUBA

Viens! On s'en va.



Les oursons courent dans la forêt, poursuivis par les coyotes.


BOUBA

Plus vite! Plus vite!


FRISQUETTE

Oh, je n'en peux plus.


Les oursons sont encerclés.


FRISQUETTE

Grimpons dans cet arbre.


BOUBA

(Voyant FRISQUETTE grimper)

Oh?


Les oursons s'agrippent à l'écorce de l'arbre en grimpant.


BOUBA

Encore, encore!


FRISQUETTE

Je suis trop fatiguée.


BOUBA

Essaie encore.


La meute affamée jappe et saute pour atteindre les oursons.


FRISQUETTE

Oh, je glisse.

Essaie de me pousser.


BOUBA retient FRISQUETTE avec sa tête.


BOUBA

Oui.


Les oursons peinent à rester agrippés.


FRISQUETTE

Allez!


Les coyotes redoublent d'énergie pour faire tomber les oursons.


FRISQUETTE

Maman!


Le grognement d'AMANDINE alerte les coyotes qui se retournent vers le cri.


BOUBA ET FRISQUETTE

Maman!


AMANDINE se dresse à quelques mètres de l'arbre.


Les coyotes sautent sur AMANDINE qui les balaye de quelques coups de patte. Puis AMANDINE se dresse et pousse un terrible grognement qui fait fuir pour de bon les coyotes.


BOUBA ET FRISQUETTE

(Redescendant de l'arbre pour embrasser leur mère qui les repousse)

Maman! Ah?


AMANDINE

Ça vous apprendra à désobéir.

Je vous avais dit de ne pas vous éloigner.


BOUBA

Je te demande pardon. C'est

à cause de moi. Je voulais aller

jusqu'au lac, mais je te promets

que je ne te désobéirai plus jamais.


FRISQUETTE

Moi non plus.


AMANDINE

Si j'étais arrivée quelques minutes

plus tard, les coyotes vous auraient

mangés.


FRISQUETTE

Oh...


AMANDINE

Au moins, j'espère que ça vous

servira de leçon. Suivez-moi.


AMANDINE ramène les oursons dans une clairière.


BOUBA

Tu es très forte. Tu as

fait partir les coyotes.


AMANDINE

Si j'ai été si forte,

c'est surtout parce que j'avais

très peur que les coyotes

vous fassent du mal.


BOUBA

Plus tard, quand je serai

grand, je serai

aussi fort que toi.


NARRATEUR

Ainsi, jour après jour,

Bouba et Frisquette apprennent

les dures lois de la vie

dans la montagne.

Leur maman devra veiller sur eux

jusqu'au jour où ils seront

assez grands pour défendre

eux-mêmes leur liberté

et assurer leur survie.


Générique de fermeture


Début chanson thème


CHOEURS D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu roules et tu glisses

Sur la blanche blanche neige

Bouba Bouba

Fais bien attention

De ne pas t'éloigner

Du chemin de ta maison ♪


VOIX FÉMININE

♪ Dans la nuit noire et glacée

à côté de ta soeur Frisquette

Tu dors et tu dois rêver

Que tu es le roi de la fête

Amandine ta maman

Tremble de peur elle s'inquiète

Et toi dans ton canoë

Avec moi tu chantes à tue-tête ♪


CHOEUR D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu fais la joie et l'admiration

De ta famille

Bouba Bouba

Mon petit garçon ♪


VOIX FÉMININE

♪ Tu cours et tu vas à travers

Les champs et les bois ♪


Fin chanson thème



Episodes of Jacky and Jill AKA BOUBA

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Age
  • Category Fiction

Résultats filtrés par