Universe image Motel Monstre Universe image Motel Monstre

Motel Monstre

In the village of Bouillon, a strange team manages an old motel built next to a thermal spring with mysterious properties. The team is made up of repugnant monsters, a crazy old man and Magalie, 15, a clumsy but resourceful teenager. They move heaven and earth to keep the spring and the motel open, as the very survival of the monster species depends on it! Cohabitation is not always easy. Magalie and the monsters adapt to communal living, become friends despite their differences and face, tog...

Official sitefor Motel Monstre
Share

Video transcript

Bloody Ambulance

Magalie and Anton are following a first aid class taught by Charles. Magalie struggles to master the information, and when one of the monsters gets hurt, Magalie must choose between her exam and her friend.



Production year: 2013

Accessibility
Change the behavior of the player

video_transcript_title-en

Dans le village de Bouillon, une étrange équipe gère un vieux motel bâti à côté d'une source thermale aux propriétés mystérieuses. L'équipe est composée de monstres répugnants, d'un vieillard lunatique et de Magalie, 15 ans, une ado souvent maladroite, mais toujours débrouillarde. Ils remuent ciel et terre pour garder la source et le motel ouverts, puisque la survie de l'espèce des monstres en dépend!

Nous sommes dans le lobby. Mais il n’y a personne en vue. On peut toutefois entendre la voix de MAGALIE.


MAGALIE (hors champ)

Prends ça toi!

C'est pas assez serré.

Il faut pas que ça se détache.

Il faut tirer plus fort.

Comme ça, c'est bon.

(Nous apercevons enfin MAGALIE assise sur un fauteuil et en train de nouer ses lacets de façon à ce que ses souliers soient attachés ensemble. Puis, elle se lève et tente de marcher.)


[MAGALIE:] Ahhh!

(MAGALIE titube et s’écroule au sol.)


[MAGALIE:] Ouch!

(Générique d’ouverture)

(Début information à l’écran)

(Ambulance Saint-Gnant)

(Fin information à l’écran)

(MAGALIE détache les lacets et enlève ses souliers.)


[MAGALIE:] C'est quoi qu'il

faut mettre déjà? Du chaud?

Non! Du froid. Ah, je sais plus!

(MAGALIE tient sa cheville avec ses deux mains. On peut lire la douleur sur son visage. CHARLEZ LE ZOMBIE apparaît.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Magalie blessée?
[MAGALIE:] Non, non, ça va, Charles.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non, non,

non, Charles regarder.

(CHARLES LE ZOMBIE se penche pour examiner le pied de MAGALIE.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oh, belles bottes.
[MAGALIE:] Merci.

Je les ai achetées hier pour

me promener dans la forêt.

J'y vais cet après-midi.

(CHARLES LE ZOMBIE enlève la botte du pied et MAGALIE hurle de douleur.)


[MAGALIE:] Ahhhh!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Ahhhhh!
[MAGALIE:] Ou pas.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Désolé.

(CHARLES LE ZOMBIE échappe la botte sur le pied de MAGALIE. Elle hurle à nouveau.)


[MAGALIE:] Ahhhhh!
[CHARLES LE ZOMBIE:] OK, OK,

Magalie reposer. Pas bouger.

Attention.

(CHARLES LE ZOMBIE prend MAGALIE dans ses bras et la dépose sur un fauteuil.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Charles s'occuper

de tout!

(CHARLES LE ZOMBIE disparaît un instant.)


[MAGALIE:] Imagine si tu n'avais

pas été là ou si j'avais été

toute seule dans la forêt.

Tous les employés devraient

suivre un cours.

(CHARLES LE ZOMBIE réapparaît avec une trousse de premiers soins.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Charles formateur.

Certification Ambulance Saint-Gnant.

(CHARLES LE ZOMBIE sort une carte certifiant qu’il a été formé par Ambulance Saint-Gnant.)


[MAGALIE:] L'ambulance Saint-quoi?
[CHARLES LE ZOMBIE:] Saint-Gnant.
[MAGALIE:] Saint-Jean.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Saint-Gnant.
[MAGALIE:] Jean.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Gnant.
[MAGALIE:] Jean!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Gnant!
[MAGALIE:] JEAN!
[CHARLES LE ZOMBIE:] SAINT-GNANT!
[MAGALIE:] OK. Je vais aller

chercher tous les monstres,

puis Étienne aussi.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non,

non, non! Étienne déjà formé.

Ambulance Saint-Gnant, Croix

Beige, Pataugeuse Saint-Loin,

Castors, Louveteaux,

Jeannettes...


[MAGALIE:] OK, OK, OK!

Je vais aller chercher

les autres d'abord.

(CHARLES LE ZOMBIE sort un bandage.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Youpelaille!

(CHARLES LE ZOMBIE enroule le bandage autour de la cheville de MAGALIE.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Tadam!
[MAGALIE:] Wow! Merci Charles.

(MAGALIE se relève et marche sur son pied.)


[MAGALIE:] Aïe!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Attends, attends.

(MAGALIE se rassoit. CHARLES part un instant et revient avec une canne.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Utiliser un jour

ou deux.

(Sans le vouloir, CHARLES LE ZOMBIE pose la canne sur le pied de MAGALIE.)


[MAGALIE:] Ahhh!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Oops! Désolé!

Artéfact zombibliothèque.

Canne de sorcier.


[MAGALIE:] Merci Charles.

Elle est super belle.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Magalie correcte?
[MAGALIE:] Oui, oui.

J'ai juste eu tellement peur que

personne vienne m'aider tantôt.

Je pense qu'on fait un

bon coup avec ce cours-là.

(MAGALIE se relève et commence à marcher avec la canne.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Attention.

Magalie marche comme Charles.

(Nous retrouvons KIMI dans le sous-sol, en train de se peigner les cheveux.)


[KIMI:] J'aime ça quand il y

a plus d'eau chaude.

Je devrais prendre ma

douche à cette heure-là

à tous les matins.

(Soudain, KIMI entre en transe et un esprit prend contrôle de son corps.)


KIMI (en tant que VOIX MASCULINE)

C'est vrai que

c'est le fun, hein?

Mais ce qui est

encore plus le fun,

c'est de pas se laver pantoute!

Ha!

(KIMI redevient elle-même.)


[KIMI:] C'était quoi ça?

On dirait qu'il me répondait.

Ça se peut pas?


KIMI (en tant que VOIX MASCULINE)

Bien oui, ça se peut.

Ça s'appelle la communication

intra spirituelle.

Nous autres, toé puis moé,

on est des communicateurs.

Moé, c'est Marcel.


[KIMI:] Moi, c'est Kimi.

Allô? Allô? Ça, c'était weird.


KIMI (en tant que MARCEL)

Hey! Tu sais la brosse

que tu as dans les mains?

Ben, elle est en métal.

Il faut que tu la tiennes

au-dessus de ta tête.

C'est comme une antenne

de char, la grande.


[KIMI:] Ah!

(KIMI prend sa brosse et la tient au-dessus de sa tête. La brosse s’illumine alors comme par magie.)


[KIMI:] Est-ce qu'on est nombreux

à faire de la communication

patente-affaire-chose?


KIMI (en tant que MARCEL)

Ouais, on est pas

mal une grosse gang.


[KIMI:] Affreux!

Puis, vous parlez de quoi

quand vous communiquez?


KIMI (en tant que MARCEL)

Nous autres, on fait partie

d'un groupe qui s'appelle les

<< Humilificateurs >>!

On se raconte des

histoires humiliantes

qui sont arrivées aux autres.

Plus ça crée des malaises,

plus on aime ça, tu sais!


[KIMI:] C'est cruel ça!

J'adore ça, les malaises!

Est-ce que je peux faire

partie de votre groupe?


KIMI (en tant que MARCEL)

Ah oui!

Faudrait juste que tu te trouves

une histoire assez humiliante

pour qu'on t'accepte.


[KIMI:] Ha, ha, ha!

Je vais t'en

trouver une juteuse.

10-4, OVER.


KIMI (en tant que MARCEL)

Ha, ha, ha! Over! Ha, ha!

T'as pas besoin de dire

<< over >> à chaque fois

que t'as fini de parler,

la grande. Ha, ha, ha!


[KIMI:] Ah! Ça, c'est humiliant.

Ça commence bien!

(De retour au lobby, où nous retrouvons MAGALIE assise sur un fauteuil. Devant elle, CHARLES LE ZOMBIE pointe les différents os du corps avec une règle en bois en se servant d’ANTON LE VAMPIRE comme modèle.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Crâne, mandibule,

clavicule, humérus...


[ANTON LE VAMPIRE:] Biceps!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui, c'est ça.

Côtes, sternum, ventre...


[ANTON LE VAMPIRE:] Bien là, Charles.

Laisse un peu de temps à Magalie

pour admirer le corps d'un

vampire qui vient tout

juste d'avoir 266 ans.

Ce n'est pas tous les

jours qu'on peut voir ça.


[MAGALIE:] Oui, Anton.

Je les vois à tous

les jours, tes bras.


[ANTON LE VAMPIRE:] Et, tu es chanceuse,

mais j'ai remarqué que depuis

que j'ai 266 ans, mes proportions

sont comme plus parfaites que d'habitude.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Impossible être

plus que parfait.


[ANTON LE VAMPIRE:] Tu sais ce

que je veux dire, Charles!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Besoin enseigner

parties du corps.


[ANTON LE VAMPIRE:] Il faut prendre

le temps pour admirer un chef-d'oeuvre.

On ne peut pas juste passer ses

composantes en revue comme ça.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Euh, oui.
[ANTON LE VAMPIRE:] Euh, non.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui.
[ANTON LE VAMPIRE:] Non.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui.
[ANTON LE VAMPIRE:] Non.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui!
[ANTON LE VAMPIRE:] Non!
[MAGALIE:] Les gars, est-ce

qu'on peut continuer?

On était rendu au ventre.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Prendre pause.

Aller chercher mannequin.

Mannequin chiale pas.

Mannequin anatomie parfaite.


[ANTON LE VAMPIRE:] Parfaite?

Ha, ha! Tu sauras que mon

anatomie est au moins dix fois

plus parfaite que

celle de ta poupée!

Et, je te le prouverai!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Impossible plus

que parfait.


[ANTON LE VAMPIRE:] Tu sais ce que

je veux dire, Charles!

(Quelques instants plus tard, ANTON LE VAMPIRE dévale les escaliers du sous-sol où se trouve KIMI.)


[ANTON LE VAMPIRE:] On m'a humilié!
[KIMI:] Qui t'a humilié?

Qu'est-ce qui est arrivé?


[ANTON LE VAMPIRE:] Je vais montrer

à Charles que c'est moi qui

a le corps le plus parfait!

Tu n'aurais pas aperçu le

ruban à mesurer par hasard?


[KIMI:] Je m'attendais à quelque chose

de plus humiliant que ça.

Ce sera pas assez pour

les Humilificateurs.


[ANTON LE VAMPIRE:] Les humidificateurs?

Pauvre Kimi. Tu t'es mise à parler

aux électroménagers?


[KIMI:] Non, je parle aux esprits

intra-spirit...patente...

En tous cas, là, je

peux communiquer, moi!


[ANTON LE VAMPIRE:] Non, la communication,

ce n'est pas ton fort, toi, aujourd'hui.


[KIMI:] Non! Je veux dire...

Ah, puis laisse donc faire!

Raconte-moi une histoire

humiliante à la place.

(ANTON LE VAMPIRE se met à fouiller dans le coffre à outils.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Tu ne vois pas

que je suis occupé?


[KIMI:] Je vais t'aider à trouver

le ruban à mesurer si tu

me contes une histoire.


[ANTON LE VAMPIRE:] J'accepte ton offre,

mais sache qu'il ne m'est jamais

arrivé d'histoires humiliantes

à moi-même. Je suis beaucoup

trop parfait pour ça.

Mais, j'ai peut-être une

histoire à propos de mon ancien

cheval, Fers-à-Tout, qui

pourrait t'intéresser.

En 1803, Fers-à-Tout et moi,

devions rencontrer l'Archie-Duc

de la Prussie, pour recevoir un

prestigieux prix de dressage...

(Quelques instants plus tard, au même endroit, ANTON LE VAMPIRE termine son histoire.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Ha ha ha ha!

Il était couvert de boue de

la perruque à la jarretière!

(Pendant ce temps, dans la cuisine, ÉTIENNE regarde des vidéos sur son ordinateur portable. Il éclate de rire. MAGALIE entre dans la pièce.)


[ÉTIENNE:] Allô Magalie.

Comment ça va le cours?


[MAGALIE:] Pas très bien.

On est déjà en pause. Tiens.

(MAGALIE tend un papier à ÉTIENNE.)


[MAGALIE:] Charles m'en a donné

un de trop. C'est une liste de ce

qu'il faut mettre dans une trousse

de premiers soins.


[ÉTIENNE:] Une trousse! ?

J'ai pas ça moi.

Comment ça se fait que j'ai

pas ça, une trousse, moi! ?

Il faut que je m'en

fasse une tout de suite!


[MAGALIE:] Je voudrais bien

t'aider, Étienne, mais il faut

que je retourne au cours.

Je suis juste venue

te porter le dépliant.

Bonne chance.

(MAGALIE quitte la pièce tandis qu’ÉTIENNE se met à lire la liste.)


[ÉTIENNE:] << Compresses

carrées de gaze... >>

Ah, c'est quoi ça des gazes?

<< Compresses carrées

de gaze stérile de petites

et de grandes dimensions. >>

C'est donc ben pas précis ça!

Je sais! Je vais me faire

des carrés de toutes les dimensions

possibles. Ce sera...

LA MEILLEURE TROUSSE DE

PREMIERS SOINS AU MONDE!

(De retour au sous-sol alors que KIMI est en train de communiquer avec MARCEL grâce à sa brosse à cheveux.)


[KIMI:] Fait que là, il se retrouve

avec une perruque puis des souliers!

Ha ha! Devant le roi...

ou l'archi-duc...? Ha!


KIMI (en tant que MARCEL)

C'est tout? C'est ça ton

histoire? Une histoire qui s'est

passée il y 200 ans, à propos

d'un cheval en talons hauts?


[KIMI:] Euh... Oui.

KIMI (en tant que MARCEL)

Ben là, je ne pense pas

que ça fly, la grande.

Il va falloir que tu travailles

pas mal plus fort que ça

si tu veux faire partie des

Humilificateurs, tu sais.


[KIMI:] Inquiète-toi pas, Marcel.

Je vais te trouver une histoire

bien meilleure que celle-là.

Même s'il faut que je fasse

avancer un peu les choses.

Ha ha!

(De retour au lobby. CHARLES LE ZOMBIE donne son cours et se sert maintenant d’un mannequin en plastique. MAGALIE et ANTON LE VAMPIRE sont assis devant lui.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Heimlich.

Hiemlich quand quelqu'un s'étouffe...


[ANTON LE VAMPIRE:] Comment peut-on

ne pas s'étouffer en voyant

une telle abomination?

(ANTON LE VAMPIRE se lève et s’approche du mannequin.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Sa tête est vraiment

trop petite.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Faire poing avec main.
[ANTON LE VAMPIRE:] Ah oui?

Un poing, dis-tu?

Montre-nous donc ça à

l'aide de ton mannequin.

Oh, ben non!

Ton mannequin ne peut

pas plier les doigts

parce que c'est un mannequin.

Mais regarde-moi, Charles.

Je peux faire un

poing avec ma main.

Est-ce que ça voudrait

dire que, encore une fois,

mon anatomie est supérieure?

Anton: 2 Mannequin: 0

(ANTON LE VAMPIRE se rassoit.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Trouver nombril.

(ANTON LE VAMPIRE retient son rire.)

Mettre le poing 10 cm au-dessus nombril.

Voyons? Où nombril?

(ANTON LE VAMPIRE éclate de rire.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Moi, je dis

ça de même là, mais, un nombril,

j'en ai un! Il est exactement

au deux tiers de la distance

entre ma gorge et mes hanches.

Vous voulez voir?


[MAGALIE:] Non! On ne veut pas voir!

Est-ce que ce serait possible de finir

le cours?


[ANTON LE VAMPIRE:] Ben voyons.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Merci.

Bon. Bouche-à-bouche et autres

techniques de premiers soins.

(CHARLES LE ZOMBIE montre comment faire le bouche-à-bouche avec le mannequin. Il enseigne ensuite à MAGALIE à enrouler un bandage autour d’un bras. Puis, il montre à ANTON LE VAMPIRE la technique de réanimation cardiaque. Mais au lieu de donner des petits coups sur la poitrine du mannequin, ANTON se met à le frapper avec son coude un peu à la manière d’un lutteur.)


[MAGALIE:] Je pense que

je commence à comprendre.

C'est quand même facile

quand tu sais quoi faire.

En plus, ça peut sauver des vies!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Bien! Terminé!
[ANTON LE VAMPIRE:] Finalement!

Est-ce qu'on peut

écrire l'examen final?

(faisant référence au mannequin)

Qu'on en termine

avec cette horreur.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non, non,

non, non. Maintenant, cours premiers

soins de monstres.


[MAGALIE:] Quoi?

Premiers soins de monstres?

Mais vous êtes déjà morts?


[CHARLES ET ANTON:] Pis ça?

(Pendant ce temps, dans la cuisine. ÉTIENNE est en train de lire la liste pour la trousse de premiers soins. KIMI apparaît avec sa brosse à cheveux et son casque muni d’antennes.)


[KIMI:] Avec ça, je vais pouvoir

communiquer mains libres.

Ha ha! Heille, Marcel? T'es là?

Prépare-toi pour quelque chose

de gros! Ha ha!

(KIMI se dirige vers ÉTIENNE, toujours concentré sur sa lecture. Il sursaute en apercevant KIMI.)


[ÉTIENNE:] Ahhhh!
[ÉTIENNE:] Ah, salut.

Beau bandeau!

As-tu vu mes bandages?

(ÉTIENNE sort une série de petits bandages de différentes tailles et les montre à KIMI.)


[ÉTIENNE:] Ça, c'est du 1

pouce par 1 pouce.

Deux par deux!

Trois par trois!

Quatre par quatre!


[KIMI:] OK, OK, c'est beau!

C'est beau, Étienne.

C'est beau.


[ÉTIENNE:] J'ai fait le système

métrique aussi. Amenez-en

des plaies! Je suis prêt pour tout.

(KIMI fait apparaît un ourson en peluche démembré.)


[KIMI:] Es-tu prêt pour les

plaies de jouet?

As-tu les bandages qu'il

faut pour réparer ça?


[ÉTIENNE:] Je sais pas.

Je pense. Je vais voir.

(KIMI tend les membres de l’ourson en peluche à ÉTIENNE.)


KIMI (s’adressant à MARCEL)

OK, Marcel, t'es là?

Mon ami Étienne est en train

de jouer avec un toutou.

Je t'envoie des images.

Tu vois? Se faire prendre

avec des jouets, c'est tellement

humiliant.


[ÉTIENNE:] Hein?

Non, non, non, non, non.

C'est toi qui m'as

demandé de le réparer.

Ça fait des années que j'ai

pas joué avec des jouets.


[KIMI:] Mais, mais...

Ben non. Je t'ai vu...


[ÉTIENNE:] No way!

C'est trop dangereux,

des jouets. Tu peux t'étouffer

sur des tout petits morceaux.


[KIMI:] Argh!

(ÉTIENNE se met à lire sa liste.)


[ÉTIENNE:] << Numéros de téléphone

à la maison et au travail de parents,

d'amis, de voisins. >> Hum.

C'est peut-être bon pour

une trousse normale. Mais moi,

j'ai besoin de tous les numéros!

Oui! Le médecin, le dentiste,

le bureau de poste...


[KIMI:] L'embaumeur, tant qu'à y être!
[ÉTIENNE:] Monsieur Lamarre!

Oui! Bonne idée! Il me faut

le bottin de téléphone! Ha!

(ÉTIENNE sort de la pièce en courant. KIMI reprend l’ourson en peluche et le sert contre elle.)


[KIMI:] Tu es tellement rugueux, toi.

Puis, tu sens mauvais.

J'adore ça t'étrangler.

Tu vas être mon ami

pour la vie, hein?

Ben, la mort.

(KIMI entre en transe.)


KIMI (en tant que MARCEL)

Ha ha ha! Attends que

je raconte ça aux autres!

Ha ha! << J'adore ça t'étrangler! >>

Ha ha ha! Ils vont me nommer

le conteur du mois!


[KIMI:] Ah non!

Mon système mains libres!

Attends, Marcel.

Je vais te trouver une

histoire ben plus humiliante

que celle-là.


KIMI (en tant que MARCEL)

Si t'es capable de me trouver

une histoire plus humiliante

que celle-là, ils vont me nommer

le conteur de l'année!

T'as jusqu'à 3 heures.

Après ça, je raconte tout.

Puis toi, tu vas être barrée

du club pour toujours!

Ha ha!

(De retour au lobby. CHARLES LE ZOMBIE tend une feuille à MAGALIE. ANTON les observe.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Premiers soins

monstres importants!


MAGALIE (en lisant)

« Bien qu'elles puissent

être très amusantes,

certaines activités

monstres peuvent parfois

entraîner la vie.

Il faut être prudent. »

Ouin, puis?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Charles serait

plus zombie.


[ANTON LE VAMPIRE:] Ha ha ha!

(redevenant sérieux)

Non, non.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Hector aussi.

Nymphe.


[MAGALIE:] Ouin.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Quoi faire

si Hector brise aile? Dois savoir!


ANTON LE VAMPIRE

(imitant la voix de CHARLES)

Quoi faire si vampire s'endort

à cause de présentation plate?

Dois savoir!

(revenant à sa voix normale)

Non, mais est-ce qu'on peut

avancer s'il vous plaît?


[MAGALIE:] C'est beau, Charles.

Tu as raison.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Maintenant,

travailler replacer

canines vampire disloquées.


[ANTON LE VAMPIRE:] Bon!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Jamais toucher

canines vampire.


[MAGALIE:] Pourquoi?
[ANTON LE VAMPIRE:] Le simple contact

avec la pointe d'une canine

peut être mortel pour un humain.

(CHARLES LE ZOMBIE se dirige vers le mannequin en plastique pour faire une démonstration.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Piquer dans canine.
[ANTON LE VAMPIRE:] Pardon!

J'ai beau chercher, je ne

trouve pas de canines sur ton

mannequin. C'est à cause qu'il

n'en a pas! Mais, moi j'en ai.

Regarde!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Ah, OK!

Disloquer canines Anton.


[ANTON LE VAMPIRE:] Non, non, non,

non, non!

(CHARLES LE ZOMBIE revient au mannequin.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Piquer dans canines.

Tirer fort. Deux mains et replacer.


[MAGALIE:] Ce serait pas mieux

d'aller voir un dentiste?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non, non.

Réparer tout de suite.

Sinon, rester pris.

Plus pouvoir chasser.


[ANTON LE VAMPIRE:] C'est pourtant évident,

Magalie.

(Pendant ce temps, ÉTIENNE entre dans la cuisine avec un bottin téléphonique.)


[ÉTIENNE:] Bon!

Je vais pouvoir mettre

ça dans ma trousse!

(ÉTIENNE met le bottin dans sa trousse et reprend sa liste.)


[ÉTIENNE:] OK.

Monnaie pour téléphoner.

Un téléphone cellulaire,

ce serait mieux.

(ÉTIENNE ouvre la porte du réfrigérateur et trouve un cellulaire.)


[ÉTIENNE:] Ah!

Il me faudrait un deuxième

téléphone si jamais

je perds le premier.

(ÉTIENNE part et revient avec un deuxième téléphone cellulaire qu’il met dans la trousse.)


[ÉTIENNE:] Mais si jamais

la batterie à meurt...?

(ÉTIENNE part à nouveau et revient avec une énorme génératrice. Il dépose ensuite une boîte de gants en plastique dans la trousse. Des diachylons. Du désinfectant. Du gel antiseptique. Et une foule d’autres objets inutiles. Puis, il lève la tête vers le haut, fier.)


[ÉTIENNE:] LA MEILLEURE TROUSSE

DE PREMIERS SOINS AU MONDE!

(De retour au lobby.)

(ANTON LE VAMPIRE est étendu au sol. MAGALIE est penchée au-dessus de lui. Ils font une démonstration. KIMI apparaît et les observe de loin.)


MAGALIE

(lisant à partir d’un manuel)

« Monsieur. Monsieur, monsieur.

Êtes-vous correct?

Je connais les premiers soins

et je suis là pour vous aider. »

(ANTON LE VAMPIRE feint la douleur de façon exagérée.)


[MAGALIE:] OK, Anton, c'est beau là.

J'ai compris.

(ANTON LE VAMPIRE se tord de douleur à nouveau puis s’évanouit.)


[MAGALIE:] Anton? ANTON!?

Tu as pas de pouls!

À l'aide! Vite!

Aidez-moi, quelqu'un!

(MAGALIE fouille dans le manuel. Puis, elle s’apprête à lui faire le bouche-à-bouche. Mais elle s’arrête net à quelques centimètres de sa bouche.)


[MAGALIE:] Attends une minute.

Tu es déjà mort. Anton!

(ANTON LE VAMPIRE se relève, tout souriant.)


[MAGALIE:] Tu en as pas déjà

assez fait avec tes histoires

de proportions parfaites?

J'ai pas besoin de tes

petits jeux de bébé aussi!


[ANTON LE VAMPIRE:] C'est justement

pour te montrer les proportions

parfaites de mes lèvres que

j'ai fait ça. Ha ha ha!

(KIMI se met à rire.)


[KIMI:] Là, je l'ai, mon histoire!

Attends que je raconte ça à Marcel.


[MAGALIE:] Kimi! ?

Qu'est-ce que tu fais là?

Je te défends de raconter

ça à qui que ce soit.

C'était même pas drôle!


[KIMI:] Non, mais c'était pas

mal humiliant par exemple.

Merci Mag!

(KIMI s’en va en courant.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Je ne sais pas

pourquoi tu as honte.

C'est un honneur d'être la

première à embrasser

un vampire de 266 ans!

(ANTON LE VAMPIRE s’avance pour l’embrasser.)


[MAGALIE:] Anton!

Je veux rien savoir d'être

la première à t'embrasser!

On est des amis, c'est tout!


[ANTON LE VAMPIRE:] Mais oui, je le sais,

Magalie. Tu t'emportes.


[MAGALIE:] Moi, je prends ça

au sérieux, les premiers soins!

(MAGALIE part à la poursuite de KIMI.)


[MAGALIE:] Kimi! Kimi!

(MAGALIE se rend jusqu’à la porte de chambre de KIMI et cogne.)


[MAGALIE:] Kimi, tu as pas

le droit de raconter ça.

Même si tu veux impressionner

tes nouveaux amis.


KIMI (à travers la porte)

Tu les connais même pas.


[MAGALIE:] Non, mais je te connais,

toi. Je te défends de raconter

ça à qui que ce soit! Compris?


[KIMI:] Mais si je le raconte pas,

Marcel va dire à tout le monde

qu'il m'a vue en train

de parler à mon toutou.


[MAGALIE:] Ton ourson pas de tête?
[KIMI:] Oui.

(KIMI ouvre la porte.)


[KIMI:] J'ai pas le temps de

trouver une autre histoire.

Il est quasiment trois heures.


[MAGALIE:] Si tu racontes l'affaire

avec Anton, je vais leur dire

moi, à tes amis, que tu dors,

tous les soirs, avec ton toutou.

Puis que tu lui régurgites

des petits habits.


[KIMI:] Tu ferais pas ça.
[MAGALIE:] Non.

Mais, s'il te plaît, Kimi.

C'est pas de leurs affaires.

C'est vrai que c'est humiliant

pour toi que tout le monde sache

pour ton toutou, mais si tu

racontes mon histoire à moi,

ça va être humiliant pour moi.

Ça change rien!


[KIMI:] C'est vrai, ça change rien.

(Le casque de KIMI s’illumine.)


[KIMI:] Marcel? Vous êtes là?

J'ai une histoire pour

tous les Humilificateurs

au grand complet.


KIMI (en tant que MARCEL)

Oui, oui. On est là.

On t'écoute mais fait ça vite.

Moi aussi, j'ai peut-être

quelque chose à raconter.

Ha ha ha!


[KIMI:] Ouais.

Ça me surprendrait

que t'aies grand-chose

à dire après ça, mon grand.


MAGALIE (suppliant)

Kimi!
[KIMI:] Je me suis fait poigner

tout à l'heure à...à parler

à mon toutou. C'est mon toutou

préféré. Il s'appelle Pustule

puis il dort avec moi tous

les soirs, dans mon lit.

Il est tellement rugueux que

je lui raconte tous mes secrets.

Puis, quand je lui mets son

petit costume de vampire,

il est super horrible.

C'est assez humiliant

à votre goût, ça?

(Le casque de KIMI s’éteint.)


[MAGALIE:] Merci Kimi.
[KIMI:] Bah, j'ai décidé qu'il

y avait des choses plus importantes

dans la mort que de raconter

des histoires humiliantes.


[MAGALIE:] Comme quoi?
[KIMI:] Raconter des

histoires d'horreurs!

Il doit y avoir un

groupe qui fait ça.

Sinon, je vais le créer.


[MAGALIE:] Puis moi, je vais

aller échouer mon examen de

premiers soins.

(Quelques instants plus tard, dans le lobby. MAGALIE et ANTON LE VAMPIRE sont en train de compléter le test écrit des premiers soins. CHARLES LE ZOMBIE apparaît derrière eux.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] 5 minutes!

(ANTON LE VAMPIRE révise son examen puis se lève d’un bond et se dirige vers CHARLES LE ZOMBIE.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Terminé!

Non seulement est-ce que je suis

plus parfait que ton mannequin,

mais j'ai terminé d'écrire

mon examen avant lui.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Mannequin fait

même pas examen.


[ANTON LE VAMPIRE:] Précisément!

(ANTON LE VAMPIRE remet sa copie d’examen à CHARLES LE ZOMBIE.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Ne me reste plus

qu'à trouver une jeune demoiselle

en détresse à qui je pourrai venir

en aide grâce à mes nouvelles

connaissances.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Bien!
[ANTON LE VAMPIRE:] Et là, ils vont

certainement m'organiser une cérémonie

où Colette me remettra

les clefs du village.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Moins bien.
[ANTON LE VAMPIRE:] Quelle merveilleuse

manière de souligner mes 266 ans!

Ah oui! Je me vois déjà monter l'allée

pour aller chercher mon prix.

Mes admiratrices me saluent!

Anton, on t'aime! Je le sais!

Et là je prends ce dernier

pas vers mon prix...

(ANTON LE VAMPIRE se prend le pied dans le tapis et trébuche.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Aïe!
[MAGALIE:] Oui, c'est beau!

Tu m'as déconcentrée

pendant tout le cours.

Pourquoi t'arrêterais

maintenant?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Aller chercher

trousse premiers soins.

(ANTON LE VAMPIRE se rend compte que ses canines sont disloquées.)


[ANTON LE VAMPIRE:] AAAAAAAAAHHH!

AAAAAAAAAHHH! AHHHHH!

(Dans la cuisine, ÉTIENNE entend le cri d’ANTON et sursaute.)


[ÉTIENNE:] Du calme, Étienne!

Tes amis ont besoin de LA

MEILLEURE TROUSSE DE PREMIERS

SOINS AU MONDE!

(ÉTIENNE tente de prendre la trousse de premiers soins mais elle est trop lourde. Il tire dessus, en vain, et s’écroule au sol.)

(De retour au lobby.)


[ANTON LE VAMPIRE:] AAAAAAAAAHHH!

Non, non, non, non!

Ahhhh!


[MAGALIE:] Panique pas, Anton.

Es-tu correct? Je connais les premiers

soins et je suis là pour t'aider.

Je sais comment replacer

une canine disloquée.

Un rouleau de bandage...

rouleau de bandage...

(MAGALIE cherche du regard un rouleau de bandage mais n’en trouve pas.)


[MAGALIE:] Bouge pas.

(MAGALIE prend sa canne et l’appuie contre les canines disloquées d’ANTON LE VAMPIRE. CHARLES LE ZOMBIE revient avec une trousse de premiers soins.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Ahn!

Non, non! Ahh!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Ah! Charles

revenu avec trousse.


[MAGALIE:] Ça va peut-être faire mal.
[ANTON LE VAMPIRE:] Non, non, non!

(MAGALIE donne un coup sur la canne et replace les canines d’ANTON LE VAMPIRE.)


[ANTON LE VAMPIRE:] AAAAAHHHNNN!

(ANTON LE VAMPIRE se relève péniblement.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Je vais aller

m'étendre un peu. Je suis un petit

peu fatigué.

(ANTON LE VAMPIRE se cogne la tête contre un mur en voulant passer dans le cadre d’une porte.)


[ANTON LE VAMPIRE:] OK!
[MAGALIE:] Penses-tu qu'il va être correct?

(Soudain, on peut entendre ANTON qui déboule les escaliers.)


ANTON LE VAMPIRE

Aaaaaaahhhhhhhhhh!

Ahh! Aïe! Ahh! Aïe!

Je vais être correct.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Il est correct...

à cause de toi!


[MAGALIE:] Oui, sauf que

j'ai probablement poché l'examen

écrit. Si c'était un examen

pratique, par exemple...?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Pourrait faire

examen pratique.


[MAGALIE:] Yes!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Mais peut-être

plus difficile?


[MAGALIE:] Après ce qui vient

d'arriver, je m'inquiète pas trop.

(Quelques instants plus tard, on retrouve MAGALIE au sous-sol. Elle tient dans ses mains son certificat de l’ambulance Saint-Gnant.)


MAGALIE (lisant)

« Remis à Magalie pour avoir

réussi la formation de

l'ambulance Saint-Gnant. »

(ÉTIENNE entre dans la pièce.)


[MAGALIE:] Puis?

As-tu fini la meilleure trousse

de premiers soins au monde?


[ÉTIENNE:] Oui, mais c'est plutôt

comme la plus << pas pire >> au monde.

J'ai pas pu mettre tout ce que

je voulais dedans.


[MAGALIE:] Pas assez de place?
[ÉTIENNE:] Pas assez de muscles.

Mais, j'ai appris quelque

chose d'important aujourd'hui.

Une trousse de premiers soins

que tu peux pas apporter avec

toi, ça s'appelle une pharmacie.


[MAGALIE:] Oui!
[ÉTIENNE:] C'est bon pour quand

l'urgence est proche mais dans

toutes les autres situations,

il faut quelque chose que

tu peux apporter.


[MAGALIE:] C'est quand même

un peu gros, non?


[ÉTIENNE:] Tu dirais pas ça

si tu avais vu l'autre!


[MAGALIE:] Attends un peu.

Je l'ai vu l'autre jour.

(MAGALIE se lève et marche, toujours avec sa canne, jusqu’à un petit bureau.)


[MAGALIE:] Ayoye! Ah oui!

Elle était là.

(MAGALIE prend une petite trousse de premiers soins sur le bureau.)


[MAGALIE:] Mes parents me

l'ont achetée quand on a visité

la Suisse. Je m'en sers jamais.

Tu peux la prendre comme

trousse, si tu veux.


[ÉTIENNE:] Wow, Magalie!

C'est parfait!

La prochaine fois que mes

amis auront besoin d'aide,

je vais être là tout de suite.


[MAGALIE:] Merci de te soucier

de notre sécurité, Étienne.

(KIMI apparaît tout à coup, une flèche traversant son crâne.)


[KIMI:] Ah!

(ÉTIENNE prend peur en l’apercevant et il s’évanouit.)


[ÉTIENNE:] Ahhhh!
[KIMI:] J'ai un peu mal

à la tête tout d'un coup.


[MAGALIE:] Bouge pas, Kimi.

Je m'occupe de toi.

Je connais les premiers soins

et je suis là pour t'aider!

(MAGALIE se lève pour aller l’aider mais KIMI set met à rire.)


[KIMI:] Ha ha ha!

(MAGALIE se rend compte que ce n’est pas une vraie flèche mais bien un jouet collé sur la tête de KIMI.)


[MAGALIE:] C'est même pas drôle.
[KIMI:] Mets-en que c'est drôle!

Hey, la gang?

Je vous l'avais dit

que ça marcherait.

J'ai trouvé un groupe

qui joue des tours!

Ils sont horribles!

Il faut que j'y aille.

(KIMI disparaît en un coup de vent. MAGALIE se tourne vers ÉTIENNE, toujours inconscient.)


[MAGALIE:] Étienne. Étienne!

(ÉTIENNE se réveille en sursaut.)


[ÉTIENNE:] Aaaahh!

Kimi, Kimi, Kimi!


[MAGALIE:] C'est beau, Étienne.

C'était juste une blague.

(Générique de fermeture)

Episodes of Motel Monstre

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Fiction

Résultats filtrés par