Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Spotlight on the Ottawa-Vanier Election

No date has yet been set for the by-election in the Ottawa-Vanier constituency, but the vote is fast approaching. Progressive Conservative candidate André Marin is casting doubt on the Liberals´ ability to hang on to the constituency they´ve held for the past 45 years. And while it´s true that Patrick Brown´s Conservatives are still polling high, the young leader will soon be required to clarify his political positions, explains political scientist Geneviève Tellier.



Réalisateur: Michel Plaxton

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
#ONFR


On diffuse de courts extraits des reportages à venir pendant la présentation


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Aujourd'hui à #ONfr:

Déboires et espoirs pour

les progressistes-conservateurs

de l'Ontario. Le point sur la

succession de Madeleine Meilleur

dans Ottawa-Vanier.

Les infirmières praticiennes

francophones sont

des denrées rares en Ontario.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Les progressistes-conservateurs

de l'Ontario tentent de se

présenter comme une alternative

crédible pour remplacer le

gouvernement de Kathleen Wynne.

Il reste que Patrick Brown, le

chef de la formation politique,

peine à faire passer

son message. Il est aussi accusé

de se contredire lui-même

sur plusieurs questions.

Patrick Brown peut-il espérer

un jour devenir premier ministre

d'Ontario? On s'intéresse à la

question avec la politologue de

l'Université d'Ottawa, Geneviève

Tellier. Bonsoir Mme Tellier.


GENEVIÈVE TELLIER, politologue de l'Université d'Ottawa apparaît à l'écran derrière ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER.


GENEVIÈVE TELLIER

Bonsoir Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Pas une rentrée facile pour

Patrick Brown. Il s'est enfargé

notamment sur la question du

programme d'éducation sexuelle.

Il y a une certaine

confusion dans ce dossier.


GENEVIÈVE TELLIER

Oui, effectivement. On entend

une chose et son contraire

quelques jours après. Alors,

ce n'est pas clair pour les

électeurs. Puis, ce n'est pas

clair non plus comment Patrick

Brown réussit à se positionner.

L'explication manque.

Des fois, on voit qu'il est

pour ou contre ce programme,

mais on ne sait pas pourquoi et

c'est ce qui amène la confusion.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Au sein même de sa formation

politique, il y a

des tiraillements,

il y a des factions.


GENEVIÈVE TELLIER

Effectivement. Je pense

qu'il y a un message un peu plus

global dans ce qu'on voit. C'est

qu'on est en train de chercher

une définition de ce que

c'est que d'être conservateur

aujourd'hui dans la province.

Est-ce que c'est le même type

de conservatisme qu'on a vu sur

la scène fédérale ou qu'on a vu

il y a quelques années sous

Mike Harris?  Ou c'est un nouveau type

de conservatisme un peu

influencé par de nouvelles idées

qui sont véhiculées, par exemple

avec Justin Trudeau, ou d'autres

personnes sur différentes

scènes politiques au Canada?

Donc, je pense qu'on assiste en

ce moment à cette redéfinition

du conservatisme en Ontario.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

La relation des conservateurs

avec les francophones n'a pas

toujours été facile. On lui a

posé une question à ce sujet.


Un extrait d'une courte entrevue avec PATRICK BROWN, chef du Parti Conservateur, répond à la question.


PATRICK BROWN

Le parti qui a appuyé les

communautés franco-ontariennes,

c'est le parti PC. Maintenant,

je pense que le meilleur ami en

politique pour les communautés

franco-ontariennes,

c'est le parti PC.


On retourne en studio avec ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Est-ce que Patrick Brown est

vraiment le nouveau meilleur

ami des francophones?


GENEVIÈVE TELLIER

Bien, c'est intéressant

comme commentaire. Ça faisait

longtemps qu'on ne l'avait pas

entendu de la part d'un chef

conservateur. Maintenant,

si on regarde les autres leaders

des autres partis, ils pensent

aussi être les meilleurs amis

des Franco-Ontariens.

Ce sera intéressant de voir si

éventuellement les actions vont

suivre les paroles. Par contre,

il y a des signes encourageants

parce que, je regarde

par exemple l'histoire...

l'université francophone, le

débat qu'il y a autour de cette

université. Bien, c'est appuyé

par les trois partis. Il n'y a

pas vraiment d'opposition. Donc,

ça peut être intéressant à voir.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Malgré ces problèmes,

il performe quand même bien dans

les sondages. 15 points d'avance

sur les libéraux dans le dernier

sondage. Est-ce que ça va se

poursuivre jusqu'en 2018, vous

pensez?


Un tableau affiche les intentions de vote de l'électorat Ontarien : PARTI PC 43% NPD 23% PARTI VERT 6% PARTI LIBÉRAL 28%


GENEVIÈVE TELLIER

Deux années, c'est très long.

Je ne suis pas prête à dire

que ça va se maintenir.

En ce moment, je pense que

sa popularité est surtout due à

l'impopularité du Parti libéral.

Kathleen Wynne est très, très

basse dans les perceptions

qu'ont les gens envers sa

performance. Il va falloir voir

comment M. Brown va

pouvoir ensuite maintenir

ou peut-être augmenter

sa popularité. Ce n'est pas

une personne qui est très

charismatique non plus. Alors,

ça va être sur les idées que ça

pourrait se jouer et on attend

encore un peu ces idées-là.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Donc, des débats enlevants

à surveiller. Merci beaucoup,

Mme Tellier.


GENEVIÈVE TELLIER

Ça fait plaisir.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

L'élection n'a pas encore

été déclenchée, mais déjà

la campagne électorale bat son

plein dans la circonscription

d'Ottawa-Vanier. La candidature

de l'ancien ombudsman

de l'Ontario, André Marin, pour

les progressistes-conservateurs,

pourrait bien brouiller les

cartes dans une circonscription

qui, pourtant, est résolument

libérale. Sébastien Pierroz

à ce sujet.


Des images et une carte du comté d'Ottawa-Vanier illustrent le propos.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

Depuis 1971, les libéraux

n'ont jamais perdu dans la

circonscription d'Ottawa-Vanier.

Le parti n'a pour l'instant fixé

aucune date pour l'investiture

d'un candidat, mais la personne

désignée devra avoir fort

à faire pour conserver le comté.

L'équation est souvent difficile

pour convaincre les électeurs

répartis entre la Basse-Ville,

la Côte-de-Sable et Vanier. Dans

Vanier même, le français est

même en recul dans un quartier

autrefois considéré comme

un bastion francophone. Pour

la politologue de l'Université

d'Ottawa, Caroline Andrew,

le visage sociopolitique de

la circonscription est modifié.


CAROLINE ANDREW, sociopolitologue, Université d'Ottawa, témoigne.


CAROLINE ANDREW

Maintenant, la Basse-Ville

est parmi les quartiers les plus

riches d'Ottawa. Même Vanier

s'en va de plus en plus vers

une gentrification. Alors,

ça a changé beaucoup en 40 ans.


On montre les différentes personnes mentionnées, pendant le reportage.


SÉBASTIEN PIERROZ (Narrateur)

Avec la candidature vedette

d'André Marin, ancien ombudsman

de l'Ontario, les

progressistes-conservateurs ont

réalisé une prise intéressante.

Patrick Brown aimerait rééditer

le coup de début septembre

lors de l'élection partielle de

Scarborough-Rouge River quand le

candidat du parti, Raymond Cho,

avait délogé les libéraux

pourtant au pouvoir

dans le comté depuis 17 ans.

Pour Mme Andrew, le contexte est

cette fois-ci différent pour les

progressistes-conservateurs.


On retrouve CAROLINE ANDREW pendant son témoignage, à l'université d'Ottawa. [CAROLINE ANDREW

Aussi, les régions lointaines,

banlieusardes de Toronto,

ont des problèmes énormes

qui dépassent totalement

les problèmes ici.

Ottawa-Vanier, d'une part,

a un héritage. Au moins,

l'organisation libérale

est très forte.


Successivement, les protagonistes défilent pendant le reportage.


SÉBASTIEN PIERROZ

Une victoire d'André Marin

dans Ottawa-Vanier pourrait

donner des ailes au parti

de Patrick Brown. L'ancien

ombudsman va devoir faire

oublier le souvenir de l'hôpital

Montfort puisque c'est justement

son nouveau parti qui avait fait

peser une menace de fermeture

sur l'établissement il y a 19 ans.

Tiraillés entre les libéraux et les

progressistes-conservateurs, les

comtés d'Ottawa seront en tout

cas l'une des clés de l'élection

provinciale de 2018.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

On va rejoindre Sébastien

Pierroz à Ottawa.

Bonsoir Sébastien.


SÉBASTIEN PIERROZ

(Apparaissant à l'écran derrière SÉBASTIEN)

Bonsoir Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Dis-moi, quelles sont les

chances d'André Marin

dans cette élection?


SÉBASTIEN PIERROZ, premier rédacteur - reporter aux affaires francophones discute avec SÉBASTIEN via l'écran de communication.


SÉBASTIEN PIERROZ

Les chances d'André Marin

sont minces, tout simplement

parce que le

Parti progressiste-conservateur

n'a que rarement dépassé les 30%

de votes dans Ottawa-Vanier.

L'atout d'André Marin,

c'est bien sûr qu'il incarne une

intégrité de par son ancienne

fonction, mais aussi il devra

se méfier des dérapages sur les

médias sociaux, aussi d'utiliser

fréquemment le français

dans ses entrevues.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Dis-moi, pourquoi est-ce que

Kathleen Wynne tarde à

déclencher l'élection partielle?


SÉBASTIEN PIERROZ

Disons que les libéraux

avaient un candidat désigné

par l'intermédiaire de Madeleine

Meilleur dans Ottawa-Vanier. Ce

candidat était Mathieu Fleury,

mais ce dernier s'est désisté,

on le sait. Finalement, les

libéraux, ça presse pour eux.

Ils ont maintenant une date.

Le candidat désigné

dans Ottawa-Vanier sera

investi le 15 octobre.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Merci Sébastien.


SÉBASTIEN PIERROZ

Merci Étienne.


Quelques images appuient le propos.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

En terminant, on vous parle

d'une histoire qui touche

les soins de santé en français

dans la province. Une clinique

de Scarborough, Taibu, cherche

depuis neuf mois à combler un

poste d'infirmière praticienne

francophone ou bilingue. Cette

fois-ci, le problème, ce n'est

pas une question d'argent, mais

de ressources humaines. On nous

l'a confirmé. Les infirmières

praticiennes qui parlent

français ne sont pas assez

nombreuses dans la province.

Pour tout savoir à ce sujet,

visitez notre site Internet

au tfo.org/onfr.


Les adresses suivantes apparaissent : @ONFR_TFO et TFO.ORG/ONFR


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Vous pouvez évidemment

aussi nous suivre sur les réseaux

sociaux. Voilà, c'était #ONfr.

À la semaine prochaine,

merci d'avoir été là!


Générique de fermeture


Episodes of ONFR

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par