Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Crisis at Queen´s Park

Kathleen Wynne´s government is facing criticism from the Opposition after two Liberals, including the party´s CEO, were charged in connection with election fraud allegations in the Sudbury by-election. Political scientist Geneviève Tellier unpacks the issue. The #ONfr team also sits down with Daniel Giroux, the new president of Sudbury´s Collège Boréal.



Réalisateur: Michel Plaxton

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
#ONFR


Des extraits des reportages à venir défilent pendant la présentation.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Aujourd'hui à #ONfr: bombe

politique à Queen's Park, deux

libéraux accusés de corruption.

Entrevue avec Daniel Giroux,

le nouveau président

du Collège Boréal.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Le Parlement ontarien a été

soufflé mardi par une véritable

bombe politique qui est venue

fragiliser plus que jamais

le gouvernement de la première

ministre Kathleen Wynne.

Patricia Sorbara, ex-chef de

cabinet adjointe de Mme

Wynne, jusqu'à cette semaine,

présidente-directrice générale

du parti libéral de l'Ontario,

fait maintenant face

à deux chefs d'accusation

de corruption. L'ex-organisateur

libéral de Sudbury, Gerry

Lougheed, a également

été accusé de corruption

cette semaine. Les accusations

concernent des événements

qui remontent à l'élection

partielle de Sudbury

de 2015. Les deux accusés

auraient proposé un poste à un

candidat potentiel, Andrew

Olivier, en échange de laisser

toute la place au candidat

vedette Glenn Thibeault. C'est

illégal selon la Loi électorale

de l'Ontario. Pour comprendre

les conséquences majeures que

pourrait avoir cette affaire, je

rejoins la politologue Geneviève

Tellier dans nos studios

d'Ottawa. Bonjour Mme Tellier.


GENEVIÈVE TELLIER, politologue de l'Université d'Ottawa apparaît à l'écran derrière ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER.


GENEVIÈVE TELLIER

Bonjour Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

On a appris aussi cette

semaine que Patricia Sorbara

aurait promis à Glenn Thibeault

un poste de ministre s'il

acceptait de se présenter

pour les libéraux provinciaux.

Qu'est-ce que vous faites de

tous ces développements-là

cette semaine et comment

vous analysez la situation?


GENEVIÈVE TELLIER

Ça arrive à un très mauvais

moment pour le gouvernement

parce qu'en ce moment il y a

des élections partielles qui

se déroulent dans la province.

Le gouvernement veut montrer...

veut se montrer sous son

meilleur jour. Alors, il doit

tout faire pour empêcher des

allégations de corruption.

Maintenant, les partis

d'opposition, disons,

tirent à boulets rouges sur

le gouvernement en disant:

vous voyez, ce gouvernement est

corrompu et ne mérite pas

votre confiance.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Est-ce qu'on peut penser

que Kathleen Wynne elle-même,

la première ministre, a été

associée à certains des gestes

illégaux qui auraient été posés?


GENEVIÈVE TELLIER

C'est difficile à dire. C'est

possible, mais en même temps

c'est aussi probable qu'elle ne

soit pas au courant. On n'a pas

d'éléments de preuve qui

suggèrent qu'elle ait été mise

au courant. Par contre,

c'est quelque chose qui n'est

pas nécessairement documenté

non plus. Est-ce que la première

ministre s'occupe de tous

les détails d'une stratégie

électorale? De tout ce qui est

dit et fait par son équipe?

Probablement pas. Alors, quand

elle dit qu'elle n'était pas au

courant, c'est peut-être vrai.

Mais finalement, personne

ne le sait vraiment, à part

Mme Kathleen Wynne et quelques

autres personnes, probablement

Mme Sorbara.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Ce scandale qui s'est invité

à Queen's Park cette semaine.

D'ailleurs, on a quelques

extraits des échanges

en Chambre ce matin.


Un extrait des débats à Queen's Park est présenté.


JAGMEET SINGH, député NPD, Bramelea-Gore-Malton pose une question.


JAGMEET SINGH

(Propos traduits de l'anglais)

Ça ne devrait pas prendre

des accusations criminelles

pour que le gouvernement

démontre son intégrité.


LORNE COE, député parti PC Ontario, Whitby Oshawa pose une question.


LORNE COE

(Propos traduits de l'anglais)

Qui a ordonné à la chef

de cabinet, adjointe

de la première ministre

et à un collecteur de fonds

libéral de soudoyer de manière

présumée Andrew Olivier

et le ministre de l'Énergie?


YASIR NAQVI, procureur général de l'Ontario répond.


YASIR NAQVI

C'est à la cour de décider

de la véracité de ces

allégations.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, qui discute avec GENEVIÈVE TELLIER via l'écran en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Au cours des dernières

semaines, malgré l'enquête,

Patricia Sorbara n'avait pas été

démise de ses fonctions

initialement. Elle est même

devenue PDG du parti au cours

des dernières semaines. Comment

on peut expliquer la confiance

que Mme Wynne avait encore

en elle?


GENEVIÈVE TELLIER

Comme vous l'avez dit, c'est

assez une vieille histoire. Il y

avait déjà une première enquête

qui avait été faite, aucune

accusation n'avait été déposée

à ce moment-là. Le Parti libéral

devait penser tout simplement

que le dossier était clos et

qu'il n'y avait rien à reprocher

à Mme Sorbara. Alors, c'est

certainement une surprise qui

vient d'arriver. D'ailleurs, on

a pu voir la première ministre

qui a été très vite à réagir

et qui a probablement incité

sa bras droit à démissionner le

plus rapidement possible, ce qui

a été fait. Alors, Kathleen Wynne

se détache, se distance,

si vous voulez, de Mme Sorbara

pour, justement, montrer que

les soupçons d'allégations

ne la concernent pas

elle personnellement.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Le gouvernement Wynne qui

n'est déjà pas très populaire

dans l'opinion publique.

Quelles conséquences est-ce

que ce scandale va avoir sur

sa popularité?


GENEVIÈVE TELLIER

Ça détourne l'attention

des partis d'opposition, des

électeurs, sur cet enjeu-là

plutôt que sur d'autres enjeux

de politiques publiques qu'on

aurait pu voir dans la campagne

électorale. On avait entendu

parler des tarifs d'électricité,

par exemple. Certainement

d'autres dossiers dont on

aimerait discuter publiquement,

l'immigration, l'éducation,

la santé. Ça nous éloigne de ces

sujets pour se concentrer sur un

seul sujet qui n'est peut-être

pas le sujet principal que

le gouvernement veut voir

abordé présentement.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Il faudra voir quel impact

ça aura sur les élections

dans Ottawa-Vanier et dans

Niagara-Ouest-Glanbrook.

Merci beaucoup pour votre

analyse, Mme Tellier.


GENEVIÈVE TELLIER

Ça fait plaisir.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

À bientôt.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Daniel Giroux est le nouveau

président du Collège Boréal.

Mon collègue Sébastien Pierroz

est allé à Sudbury le rencontrer

pour mieux comprendre les

enjeux de son institution.


SÉBASTIEN PIERROZ, premier rédacteur - reporter aux affaires francophones, s'entretient avec DANIEL GIROUX à l'extérieur du Collège Boréal.


SÉBASTIEN PIERROZ

M. Giroux bonjour.


DANIEL GIROUX

Bonjour.


SÉBASTIEN PIERROZ

On est ici au Collège Boréal,

vous en êtes le nouveau

président depuis le 1er

septembre. Vous avez succédé

à M. Riopel. Quel va être

pour vous le défi numéro un

des prochaines années?


DANIEL GIROUX

Je pense qu'à court terme,

aucun doute que le campus

de Toronto à 1 Yonge Street est

critique. Nous avons besoin

de nouveaux emplacements d'ici

le 1er septembre 2020.

Donc, la priorité à court terme,

c'est les emplacements

au campus de Toronto.


SÉBASTIEN PIERROZ

Est-ce qu'on peut parler

aujourd'hui d'un défi

des inscriptions pour

le Collège Boréal?


Pendant l'entrevue, différents aspects de l'enseignement au Collège sont présentés.


DANIEL GIROUX

Dans les petites communautés,

les collèges qui existent depuis

plus de 50 ans. Donc, il y a

des collèges où ils ont une

infrastructure incroyable,

des équipements impressionnants

aussi. Il n'y a aucun doute que

les collègues anglophones, c'est

une compétition pour nous. Nous,

en tant que collège francophone,

il faut nous démarquer.

Il faut démontrer que la qualité

de nos programmes est

deux fois meilleure.


SÉBASTIEN PIERROZ

Quels sont les outils dont

dispose aujourd'hui le Collège

Boréal pour attirer

les étudiants?


DANIEL GIROUX

Plusieurs collègues, pour les

appuyer financièrement, c'est à

travers les étudiants étrangers

et l'appui international.

Plusieurs collèges, la seule

façon qu'ils peuvent balancer et

relever les défis financiers,

c'est avec les investissements

étrangers. C'est la même chose

pour le Collège Boréal. C'est

une priorité pour nous d'attirer

les étudiants étrangers.

Présentement, nous avons

30 inscriptions du côté

des étudiants étrangers.

Nous voulons augmenter ceci

à 100 étudiants d'ici

les prochains trois ans.


SÉBASTIEN PIERROZ

Sur la question de

l'Université franco-ontarienne,

comment le Collège Boréal voit

le projet? Est-ce qu'on se dit

que c'est une bonne idée ou que

c'est quelque chose qui est en

train de nous faire de l'ombre?


DANIEL GIROUX

N'importe quoi qui va

augmenter le nombre de

programmes disponibles en

français, il faut encourager

ceci. Il y a aucun doute que

pour le Collège Boréal du côté

universitaire, il y a beaucoup

d'éléments complémentaires.

On parle avec les partenaires

universitaires d'avoir des

ententes d'articulations.

Par exemple, deux ans de collégial

et deux ans d'universitaire.

Je pense que les employeurs le

disent souvent. La grande valeur

des employés, c'est d'avoir

une combinaison de formations

universitaires et de

formations collégiales.


SÉBASTIEN PIERROZ

Pour un étudiant francophone

à Sudbury, qu'elle sera

vraiment le défi principal?


DANIEL GIROUX

Le principal défi, c'est

de se trouver un emploi dans

la communauté. C'est toujours

un défi. On sait que de plus en

plus, les emplois sont mobiles.

Il peut y avoir des ententes,

des contrats à Val-d'Or au

Québec, en Ontario, outre-mer.

Alors, je pense que les

étudiants qui sont mobiles, qui

ont la capacité de se déplacer

pour se trouver de l'emploi,

il y a un grand avantage sur

les autres étudiants.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Voilà ce qui conclut cette

édition de #Onfr.


Les adresses suivantes apparaissent : @ONFR_TFO et TFO.ORG/ONFR


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Pour tout savoir de l'actualité de

la francophonie ontarienne et

canadienne, visitez notre site

Internet au tfo.org/onfr. Vous

pouvez aussi nous suivre en tout

temps sur notre compte Twitter

et visiter notre Facebook.

N'hésitez pas à commenter aussi

nos sujets sur nos différentes

plates-formes et à les partager.

Au nom de toute notre équipe,

merci d'avoir été là. Ça a été

un grand plaisir de vous

retrouver. On se retrouve la

semaine prochaine. Au revoir.


Générique de fermeture


Episodes of ONFR

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par