Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Two Electoral Challenges for the Wynne Government

Kathleen Wynne´s government is playing for big stakes in Ottawa-Vanier and Niagara West-Glanbrook. These two by-elections are a test for the Liberals, who have been dogged by the Opposition´s criticism about the management of the Hydro One privatization and, more recently, Sudburygate. Ryerson University political scientist Patrice Dutil looks closely at the energy issue and its consequences on the Premier´s popularity.



Réalisateur: Michel Plaxton

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
#ONfr


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Aujourd'hui, à ONfr. Élections

partielles, des visions aux

antipodes se font la lutte.

Et le point sur le dossier

de l'énergie en Ontario.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, est en studio, s'adressant au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Des milliers d'électeurs sont

appelés à voter pour celui ou

celle qui représentera le mieux

leurs intérêts lors de

deux élections partielles

ontariennes. Dans Ottawa-Vanier,

les électeurs devront choisir

jeudi prochain, un successeur

à Madeleine Meilleur, alors que

dans Niagara-Ouest-Glanbrook, on

tente de combler le siège laissé

vacant par l'ancien chef

progressiste conservateur,

Tim Hudak. Ces deux élections

partielles mettent en vedette

des candidats aux antipodes

politiques. Et elles illustrent

les différences d'opinion de

nombreux Ontariens sur plusieurs

questions sociales. Pour mieux

comprendre les enjeux, allons

rejoindre Sébastien Pierroz

qui se trouve dans nos bureaux

d'Ottawa. Bonsoir, Sébastien.


SÉBASTIEN PIERROZ, premier rédacteur et reporter aux affaires francophones, apparaît sur écran vidéo en studio.


SÉBASTIEN PIERROZ

Bonsoir, Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Dis-moi, dans quelle mesure

ces élections sont importantes

pour le gouvernement

de Kathleen Wynne?


SÉBASTIEN PIERROZ

Elles sont importantes

tout simplement parce que la

conjoncture n'a jamais été aussi

défavorable pour le gouvernement

libéral depuis les élections

provinciales en juin 2014. à

cela, deux raisons, la première,

c'est la hausse des factures

d'électricité, consécutive à la

vente controversée d'Hydro One.

Et la seconde, c'est le scandale

de l'élection partielle de

Sudbury qui est ressorti et

vient ternir un peu plus l'image

du gouvernement. Il faut savoir,

Étienne, qu'il y avait eu une

autre élection partielle,

c'était au mois de septembre

à Scarborough Rouge-River et les

libéraux avaient été défaits par

les progressistes-conservateurs

et avaient ainsi perdu ce qui

était pour eux, un château fort.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

On dit même que les

libéraux seraient en danger

dans Ottawa-Vanier qui leur

appartient pourtant depuis 1971.

Est-ce que c'est vrai? Est-ce

qu'ils pourraient vraiment

perdre cette élection?


SÉBASTIEN PIERROZ

C'est encore difficile

à prévoir, en tout cas, il y a

eu un débat qui a été organisé

mardi soir où huit des onze

candidats de la circonscription

ont participé. Et à cet égard,

le progressiste-conservateur

André Marin s'est montré assez

offensif. Tandis que Nathalie

Des Rosiers, la candidate

du Parti libéral, a plutôt

vanté les réussites de

son parti, on les écoute.


ANDRÉ MARIN, le candidat progressiste-conservateur d'Ottawa-Vanier, témoigne lors d'un point de presse.


ANDRÉ MARIN

Ottawa-Vanier a été négligé.

Moi, j'aimerais voir la

province mettre l'emphase

sur Ottawa-Vanier, d'investir

dans la communauté, d'appuyer

le conseil municipal et puis

d'investir pour s'assurer

qu'Ottawa-Vanier devienne

une destination de choix.


NATHALIE DES ROSIERS, candidate libérale dans Ottawa-Vanier, témoigne, à son tour lors d'un point de presse.


NATHALIE DES ROSIERS

Il y a eu quand même des

progrès. Évidemment le taux

de chômage a descendu. Il est

à 5,9%. Ottawa est la deuxième

ville en tant que croissance

d'emploi en Ontario. Le taux

de décrochage a descendu aussi.

On a embauché trois mille

infirmières l'année dernière.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Quelle conséquence politique,

Sébastien, si les libéraux

perdent Ottawa-Vanier?


SÉBASTIEN PIERROZ

Ça serait comme un coup de

tonnerre si les libéraux perdent

Ottawa-Vanier, tout simplement

parce que c'est considéré,

dans l'esprit des gens, comme

l'un des derniers bastions

francophones en Ontario.

Et il faut se rappeler

que Bernard Grandmaître

et Madeleine Meilleur, deux des

ministres francophones les plus

connus des dernières années, ont

représenté justement ce comté.

Et puis, il ne faut

pas oublier que si les

progressistes-conservateurs

devaient l'emporter dans

Ottawa-Vanier, ça voudrait

tout simplement dire que

les francophones ne sont plus

vraiment tentés par le vote

libéral comme ils l'étaient

auparavant dans les

régions est d'Ottawa.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Dans Niagara-Ouest-Glanbrook,

les progressistes-conservateurs

seront en position de force.

Il reste que leur candidat a

fait beaucoup parler quand même.



SÉBASTIEN PIERROZ

Oui, Sam Oosterhoff a fait

beaucoup parler; la première

raison c'est qu'il est très

jeune, il n'a que19 ans et la

seconde, c'est que c'est un

conservateur très à droite,

il n'a pas hésité à se référer

à la Bible lors de ses dernières

présentations. Il sera opposé

à deux candidats principaux.

La première, c'est l'avocate

libérale Vicky Ringuette

et le second, c'est le

néo-démocrate Mike Thomas.


Des photographies des différents candidats nommés sont présentées.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Deux élections à suivre

absolument. Merci

beaucoup, Sébastien.


SÉBASTIEN PIERROZ

Je t'en prie.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Depuis plusieurs mois,

l'opposition attaque férocement

chaque jour le gouvernement

Wynne sur la question de

l'énergie. Plus récemment,

c'est le coût des factures

d'électricité que vous payez

qui a été à l'origine de débats

électriques à Queen's Park.

En toile de fond, il y a la

privatisation du distributeur

d'électricité Hydro One. Pour

analyser tout ça, voici mon

entretien avec Patrice Dutil

de l'Université Ryerson.


Sur la rue, le politologue PATRICE DUTIL accorde une entrevue.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Patrice Dutil, bonjour.


PATRICE DUTIL

Bonjour.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Monsieur Dutil, comment

expliquez-vous que l'énergie

soit devenue le boulet

de ce gouvernement?


PATRICE DUTIL

Madame Wynne a hérité

d'un dossier brûlant, il faut

le dire, depuis le début de son

gouvernement. C'est un boulet

qui ne l'a pas lâchée et

là, elle s'est lancée, le

gouvernement Wynn s'est lancé

à privatiser Hydro One qui est

la filiale en charge de produire

l'électricité. Alors, elle

se trouve face à un défi

qui déjà la met dans

un déficit politique.


Défilent des images de pylônes électriques ainsi que de la devanture des bureaux de «Hydro One».


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Jusqu'à quel point la

privatisation d'Hydro One

aide vraiment le gouvernement

sur le plan financier?


PATRICE DUTIL

À moyen terme, moins bonne

décision. À long terme, sans

doute, peut-être une meilleure

décision. C'est vraiment... On

est vraiment dans l'inconnu à ce

moment-là. Et quand je parle de

long terme, on ne parle pas de

l'année prochaine ou dans cinq

ans. On parle dans 15 ans,

20 ans, 25 ans. C'est là que

l'Ontario, que le gouvernement

d'aujourd'hui a à prendre

des décisions qui vont nous

affecter dans une génération.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Pourquoi est-ce que les

efforts du gouvernement pour

réduire notamment la facture

d'électricité ne semblent pas

vraiment influencer

l'opinion publique.


PATRICE DUTIL

Parce que ça coûte cher,

et puis c'est une question

sur laquelle l'opposition peut

toujours gratter. C'est quelque

chose qu'on a tous en commun,

on paye tous une facture

d'électricité. C'est une

question sensible pour le

gouvernement. Qu'on soit

riche ou qu'on soit pauvre, on

paye notre compte d'électricité,

c'est un contentieux.


Des images de compteurs électriques sont présentées.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

On voit Patrick Brown attaquer

tous les jours le gouvernement

sur le dossier de l'énergie

en Chambre. Est-il dans une

bonne position par rapport

gouvernement Wynne?


PATRICE DUTIL

Je dirais que monsieur Brown

est très vulnérable sur cette

question, d'ici les deux

prochaines années, on va

s'attendre à ce qu'il précise

son programme. D'autant plus,

sur quoi il veut miser pour

garantir l'avenir énergétique

de la province. Je pense que

les gens ont raison de poser

des questions plus pointues à

l'égard de M. Brown et du Parti

conservateur. C'est sûr que

là-dessus, il ne présente

pas d'alternatives très

convaincantes, pas

à ce stade-ci.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Est-ce que les événements

qu'on vit actuellement seront

fatals pour le gouvernement

Wynne ou il y a une

porte de sortie?


PATRICE DUTIL

Ça me surprendrait que ce soit

fatal. Je pense que d'ici deux

ans, la prochaine élection,

le gouvernement a amplement

de temps pour s'expliquer.

Mais la même question se pose

aux conservateurs. C'est à eux

de pondre une idée, d'innover,

d'arriver à une approche, pour

être foncièrement différente

de celles des libéraux, afin

de se démarquer du gouvernement.

S'ils ne le font pas, bien, ils

auront à se fier sur d'autres

questions. En particulier, ça va

être l'alternance de dire que

ça fait quand même 15 ans,

à ce moment-là, ce sera 15 ans

au pouvoir. Il est temps d'un

changement, élisez-nous, et puis

on fera les choses un peu

différemment. Ça, ça compte

beaucoup en politique.

Même en Ontario.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Monsieur Dutil,

merci beaucoup.


PATRICE DUTIL

Je vous en prie.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER est de retour en studio. Il s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Et en terminant, je vous

invite à visiter notre site

Internet. Vous y trouverez

notamment cet article de

Benjamin Vachet qui révèle qu'un

groupe d'experts planchent sur

une nouvelle mouture de la Loi

sur les services en français

de l'Ontario. Leurs conclusions

seront présentées la semaine

prochaine lors d'un grand

colloque sur les 30 ans

de la Loi 8.


Des images de l'article en ligne défilent.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

D'ailleurs, ONfr vous proposera

une couverture inédite toute

la semaine prochaine à ce sujet.

C'est à suivre sur notre site

Internet au tfo.org/onfr,

sur les réseaux sociaux et lors

de notre prochaine émission

entièrement consacrée à cet

anniversaire.


Les adresses électroniques, «TFO.ORG/ONFR», Facebook «tfoONfr» et Twitter «@ONFR_TFO» apparaissent.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Au nom de toute

notre équipe, merci d'avoir été

là. On se retrouve la semaine

prochaine. Au revoir.


Générique de fermeture




Episodes of ONFR

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par