Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

30th Anniversary of a Pivotal Law

Friday, November 18 marks the anniversary of the French Language Services Act (Bill 8). The Act turns 30 at a time when there is talk of revising its text. French Language Services Commissioner François Boileau would like, for example, for Ontario as a whole to become a designated area. #ONfr also meets with Bernard Grandmaître, the father of Bill 8. 30 years later, he looks back upon this historic milestone for Franco-Ontarians.



Réalisateur: Michel Plaxton

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
#ONFR


On présente des extraits des reportages à venir.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Aujourd'hui à #ONfr: une

émission spéciale sur les 30 ans

de la Loi sur les services en

français avec un retour vers le

passé en compagnie du "père" de

la loi. On regarde vers l'avenir

avec des acteurs actuels de

la communauté francophone.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

La Loi sur les services en

français a 30 ans. La fameuse

"Loi 8" a transformé l'Ontario.

C'est grâce à elle que vous

pouvez, par exemple, obtenir

votre permis de conduire

ou votre carte de santé en

français. Encore plus important,

elle a facilité l'accès

à des soins de santé pour

des programmes d'éducation en

français. Mais vous le savez,

c'est encore bien difficile

d'obtenir des services en

français dans certaines régions

ou de la part de certains

organismes. Pour tenter

d'améliorer la situation,

voici en quatre temps certains

changements proposés à la loi.


Le document initial de la Loi de 1986 sur les services en français apparaît. Ensuite apparaît une carte de l'Ontario où les points de services sont marqués.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

La Loi 8 impose au gouvernement

qu'il offre ses services en

français dans 26 régions

désignées de l'Ontario. Un

concept dépassé selon plusieurs

francophones. Les services en

français devraient aujourd'hui

être disponibles dans des points

de services un peu partout dans

la province, croit notamment

François Boileau, commissaire

aux services en français

de l'Ontario.


On présente un extrait d'entrevue avec FRANÇOIS BOILEAU, titré : Toute l'Ontario désignée.


FRANÇOIS BOILEAU

Je pense qu'on est rendu

ailleurs. D'avoir l'Ontario

comme région désignée,

ça simplifierait

grandement les choses.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

L'Assemblée de la francophonie

de l'Ontario, le porte-voix des

Franco-Ontariens, croit qu'il

faut aller encore plus loin et

faire de l'Ontario une province

bilingue. L'AFO propose même

d'enchâsser la future nouvelle

loi dans la Constitution.


MARCEL MARTEL, historien politique de l'Université York témoigne devant le campus.


MARCEL MARTEL

C'est pour éviter le danger

que, lorsque vous avez

un nouveau gouvernement,

le gouvernement peut abolir

toutes les lois que

le gouvernement précédent ou que

les gouvernements antérieurs

ont votées.


On illustre le propos en montrant des personnes âgées ou des services à la petite enfance pour accompagner le titre : « Fonds publics : obligations francophones ».


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Une nouvelle Loi 8 devrait

s'attaquer à un autre problème.

Actuellement, le gouvernement

donne des contrats à des

entreprises et à d'autres

organisations pour offrir

différents services provinciaux.

Certaines sont considérées comme

des tierces parties et ne sont

pas actuellement assujetties à

la loi. Les autres le sont, mais

offrent rarement des services

en français.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER est lui-même sur le terrain devant le bureau de "York Humber Employment & Social Services".


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Plusieurs programmes d'emplois

et d'aide financière d'urgence

sont offerts par les villes au

nom du gouvernement ontarien.

Le problème, c'est que dans

beaucoup de ces bureaux

d'emploi, les services en

français ne sont pas offerts

malgré leurs obligations. Une

nouvelle loi pourrait permettre

de mieux encadrer l'offre

de services en français

et s'assurer qu'ils sont

bel et bien offerts.


On présente un nouveau segment de l'entrevue avec FRANÇOIS BOILEAU, Commissaire aux services en français de l'Ontario.


FRANÇOIS BOILEAU

On veut assurer le

financement. On échappe les

bureaux du public, un paquet

d'organisations qui oeuvrent

pour le compte du gouvernement

et qui ne peuvent pas être

considérées comme des tierces

parties. Pourtant, ils jouent

un rôle au quotidien

dans la vie des gens.


Un extrait des débats à Queen's Park montre KATLEEN WYNNE en chambre en titrant : Le réflexe francophone au sein de l'État.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Le gouvernement doit aussi

faire ses devoirs et revoir

la manière dont il pense

aux francophones lors du

développement de ses politiques

selon François Boileau.

Une nouvelle Loi 8 pourrait

permettre de mieux protéger

les clientèles vulnérables,

croit-il.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER discute avec FRANÇOIS BOILEAU, Commissaire aux services en français de l'Ontario, dans ses bureaux.


FRANÇOIS BOILEAU

Ce n'est pas juste du

pelletage de nuages, c'est du

concret. C'est pour ça qu'on

fait tout ça. Ce n'est pas pour

le plaisir de la chose. C'est

pour donner aux Franco-Ontariens

une meilleure chance que

l'Ontario réponde à ses besoins

précis comme francophones.


Un nouveau titre apparaît : « Un « chien de garde » qui peut mordre ». [ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Pour s'assurer que la nouvelle

Loi 8 atteigne ses objectifs,

il faudrait donner des pouvoirs

punitifs au commissaire

aux services en français

selon Marcel Martel.


MARCEL MARTEL, historien politique de l'Université York témoigne devant le campus.


MARCEL MARTEL

Si on lui reconnaît un pouvoir

d'imposer des amendes à l'égard

d'un organisme ou d'un ministère

qui est fautif, eh bien,

soudainement, cette Loi 8 va

avoir un peu plus de mordant.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Le gouvernement, lui, n'a pas

entamé de démarches publiquement

pour mettre à jour la Loi 8.


MARIE-FRANCE LALONDE, ministre déléguée aux Affaires francophones, témoigne dans les couloirs de Queen's Park.


MARIE-FRANCE LALONDE

La loi a 30 ans. Il est

peut-être temps de regarder

à la moderniser. Ce dont

on est fier, c'est ce que

la loi a fait pour

les francophones,

les Franco-Ontariens

et Franco-Ontariennes.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

La refonte de la Loi 8 n'est

pas non plus dans le mandat qu'a

reçu la nouvelle ministre

Lalonde de la part de la

première ministre

Kathleen Wynne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

En 1986, Bernard Grandmaître,

ancien ministre délégué aux

affaires francophones a rendu

possible l'adoption de la Loi

sur les services en français. Le

"père" de la Loi 8, comme on le

surnomme, croit maintenant lui

aussi qu'elle doit évoluer

et aller encore plus loin.

Sébastien Pierroz est allé

à sa rencontre.


SÉBASTIEN PIERROZ , premier rédacteur - reporter aux affaires francophones, s'entretient avec BERNARD GRANDMAÎTRE.


SÉBASTIEN PIERROZ

Monsieur Grandmaître, bonjour.


BERNARD GRANDMAÎTRE

Bonjour.


SÉBASTIEN PIERROZ

On est 30 ans après l'adoption

de la Loi 8, la Loi sur les

services en français. Est-ce

que vous vous souvenez du jour

de l'adoption de cette loi?


BERNARD GRANDMAÎTRE

Ah, comme si c'était hier. 30

ans plus vieux, mais ma mémoire

est assez bonne.


SÉBASTIEN PIERROZ

Alors, on a justement les

images. C'était l'instant où

vous présentiez cette loi.


BERNARD GRANDMAÎTRE

La troisième lecture...


M. GRANDMAÎTRE regarde une vidéo sur une tablette électronique.


BERNARD GRANDMAÎTRE

Aujourd'hui, la province de

l'Ontario reconnaît les deux

cultures fondatrices

de notre pays.


;ECTRICE DE NOUVELLE (Narratrice)

Finalement, après avoir

présenté le projet ...


SÉBASTIEN PIERROZ

En 1986, est-ce que vous

auriez imaginé que la Loi 8

devienne aussi populaire

et aussi symbolique pour

les Franco-Ontariens?


BERNARD GRANDMAÎTRE

Je dois te dire que non. Parce

qu'à ce moment-là, j'avais même

des collègues autour de la table

du Conseil des ministres qui

étaient contre, qui étaient

contre la Loi 8. Sans les

nommer, je voulais que ce soit

une loi, mais je voulais que la

loi soit encore beaucoup plus

éventée. La Loi 8 n'est pas

le 11e Commandement de Dieu.

On a encore beaucoup

de travail à faire.


SÉBASTIEN PIERROZ

30 ans après l'adoption de la

Loi 8, on parle quand même de

26 régions désignées, Kingston

en 2009, la dernière c'était

Markham en 2015. Est-ce que

c'est assez de régions qui

sont désignées finalement?


BERNARD GRANDMAÎTRE

Non, pas du tout. Pas du tout.

On travaille encore pour

désigner d'autres... d'autres

régions. Alors, il faut

continuer à augmenter notre

famille et ce n'est pas facile.

Ce n'est pas facile.


SÉBASTIEN PIERROZ

Quelle serait la meilleure

solution? Garder les critères

comme on les a aujourd'hui?

Avoir tout l'Ontario désigné en

vertu de la Loi 8? Ou même aller

plus loin, avoir une province

officiellement bilingue comme

le Nouveau-Brunswick? Qu'est-ce

que vous, en tant que père de

la Loi 8, vous préconiseriez?


BERNARD GRANDMAÎTRE

J'aimerais avoir une province...

qu'on commence

avec idéalement notre capitale,

qu'elle soit bilingue. Qu'on ait

notre université. Alors, il y a

beaucoup de choses à faire avant

d'avoir vraiment notre boule

de neige et de dire: voilà,

nous sommes prêts à avoir

une province bilingue.


SÉBASTIEN PIERROZ

Monsieur Grandmaître,

je vous remercie.


BERNARD GRANDMAÎTRE

C'est moi qui te remercie.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

En terminant, deux élections

partielles se déroulent ce soir.

Une dans Ottawa-Vanier, l'autre

dans Niagara-Ouest-Glanbrook.

Les enjeux sont importants

et les candidats en présence

méritent que vous vous y

intéressiez. Le plus jeune

député de l'histoire du pays,

selon toute vraisemblance,

pourrait notamment être élu.

Plusieurs francophones sont

aussi sur les rangs. Pour tout

savoir, visitez notre site

Internet et suivez-nous en

direct et en continu sur

Facebook et Twitter.


Les adresses suivantes apparaissent : @ONFR_TFO et TFO.ORG/ONFR


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Voilà, c'était #ONfr. À la semaine

prochaine. Merci d'avoir été là.


Générique de fermeture


Episodes of ONFR

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par