Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

A Lively Session Comes to a Close at Queen´s Park

The Queen´s Park spring session ended on Thursday, and reporter Jean-François Morissette takes stock of the Legislative Assembly´s season. Meanwhile, Nathalie Des Rosiers´ bill to make Ottawa officially bilingual is reviving the spirits of militant Francophones. #ONfr examines what many consider to be a historic project. Finally, French Language Services Commissioner François Boileau gave #ONfr an interview just prior to the release of his report last Tuesday.



Réalisateur: Michel Plaxton

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
#ONFR


Des extraits des reportages à venir défilent en rafale durant la présentation.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Aujourd'hui à #ONfr: dix ans

du Commissariat aux services

en français, rencontre avec

François Boileau; fin de session

mouvementée à Queen's Park;

et Ottawa ville bilingue, la

pression plus forte que jamais.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

C'est de nouveau l'espoir

pour les francophones d'Ottawa.

Une surprise a marqué la journée

de mobilisation citoyenne

pour faire d'Ottawa une ville

bilingue. La députée libérale

Nathalie Des Rosiers a déposé

hier un projet de loi

qui pourrait en partie répondre

aux demandes du mouvement.

J'en parle avec mon collègue

d'Ottawa, Sébastien Pierroz.

Bonsoir, Sébastien.


ÉTIENNE s'adresse à SÉBASTIEN PIERROZ, premier rédacteur - reporter aux affaires francophones, via l'écran dans le studio.


SÉBASTIEN PIERROZ

Bonsoir, Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Dis-moi, que contient

exactement ce projet de loi?


SÉBASTIEN PIERROZ

Ce projet de loi propose

tout simplement d'officialiser

la politique de bilinguisme en

faisant qu'elle soit enchâssée

dans une loi. C'est donc

une protection supplémentaire

et on parle aussi de l'égalité

et qu'une égalité soit mise

en place entre le français

et l'anglais. Ce qui est assez

surprenant, Étienne, c'est que

le matin il y avait cette marche

citoyenne où on appelait,

finalement, la désignation

bilingue de la ville d'Ottawa.

Puis, il y a eu le projet de loi

de Nathalie Des Rosiers déposé

dans l'après-midi qui a un peu

changé la donne. Donc, le soir,

c'était plus un esprit de

rassemblement et de célébration

pour les Franco-Ontariens.

On est, et on le sent, proche

d'un gros changement pour eux.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Est-ce que ça veut dire

qu'Ottawa va officiellement

devenir bilingue au cours

des prochains mois?


SÉBASTIEN PIERROZ

Tout dépend de ce qu'on entend

par le terme officialisation.

Par exemple, pour l'avocat de

l'Université de Moncton, Michel

Doucet, c'est un statu quo que

ce projet de loi propose. Pour

d'autres, par exemple, comme

François Larocque qui est le

doyen par intérim à l'Université

d'Ottawa à la faculté de droit,

pour lui, eh bien, ce projet

dans le contexte ontarien,

c'est plus ou moins une

officialisation. D'autres sont

beaucoup plus optimistes.

C'est par exemple le cas

de François Baril, qu'on écoute.


Un extrait d'entrevue avec FRANÇOIS BARIL, avocat-conseil #Ottawabilingue est présenté.


FRANÇOIS BARIL

Dans le projet de Mme Des Rosiers,

cette égalité se retrouve dans le préambule,

se retrouve dans la référence

à la Loi sur les services en

français. De façon pragmatique,

de façon fonctionnelle, il y a

équivalence à cet effet.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Donc, Sébastien,

quelles sont maintenant

les prochaines étapes?


SÉBASTIEN PIERROZ

Les prochaines étapes pour les

Franco-Ontariens, il va falloir

décortiquer, étudier ce projet.

On sait que c'est encore frais

dans leur tête. Et puis, Jim

Watson a d'ores et déjà réagi

en disant que ça n'allait rien

changer, c'est un statu quo.

On écoute Gilles LeVasseur

au sujet de Jim Watson.


Un extrait d'entrevue avec GILLES LEVASSEUR, professeur de droit à l'université d'Ottawa.


GILLES LEVASSEUR

C'est une décision

provinciale. Il ne peut pas

juridiquement s'opposer. Est-ce

qu'on veut un conflit politique?

C'est là le débat.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Il faut le dire, tout n'est

pas fait. Il va y avoir

évidemment des débats entourant

ce projet de loi,

aussi des analyses en comité

parlementaire. Finalement,

un vote. On va surveiller le

dossier, n'est-ce pas Sébastien?


SÉBASTIEN PIERROZ

Tout à fait.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Merci beaucoup

pour ce portrait complet.


SÉBASTIEN PIERROZ

Je t'en prie, Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Le commissaire aux services en

français de l'Ontario, François

Boileau, demande au gouvernement

d'en faire plus pour faciliter

la vie des Franco-Ontariens.

Celui qu'on surnomme le chien de

garde des francophones a déposé

cette semaine son rapport

annuel. Pour le dixième

anniversaire du commissariat,

il fait dix recommandations.

Par exemple en santé,

le commissaire Boileau croit que

le gouvernement doit davantage

faire connaître les ressources

en français.


À l'écran du studio les recommandations apparaissent, on peut les lires comme suit 


Texte narratif :
Santé - Portrait des ressources en français - Base de données des professionnels de la santé francophones - Obligations pour les fournisseurs de services


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Il doit aussi y avoir plus d'obligations pour

les fournisseurs de services

qui, actuellement, ne sont pas

assujettis à la Loi

sur les services en français.

En immigration francophone,

maître Boileau croit notamment

qu'il faut établir un échéancier

dans l'atteinte de la cible

de 5% d'immigrants francophones.


Texte narratif :
Immigration - Comitié pour mise en œuvre des recommandations du groupe d'experts - Stratégie globale et échéanciers - Rapport annuel sur le progrès réalisé


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Pour parler des enjeux

de la francophonie ontarienne

à travers le prisme

de son rapport, j'ai rencontré

le commissaire Boileau plus tôt

cette semaine.


Un extrait de l'entrevue avec Le commissaire aux services en français de l'Ontario, Me FRANÇOIS BOILEAU, est présenté.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Maître Boileau, ça fait

dix ans que vous surveillez le

gouvernement. Où est-ce qu'il y

a encore des problèmes

pour obtenir des services

en français?


FRANÇOIS BOILEAU

Partout. Je pense qu'on a

besoin d'en faire davantage.

L'aspect communication est bien

compris par le gouvernement.

C'est l'aspect services,

maintenant, qu'on doit mettre

davantage de focus. Où est-ce

qu'un patient francophone, par

exemple, peut aller pour obtenir

des services de santé

en français? Peut-être qu'on

pourrait l'aider davantage.

Si on fournissait aux citoyens

francophones une application

où on saurait où aller,

ce ne serait pas génial?

Il me semble que ce serait 2017.

Ce n'est pas faire quelque chose

qui est complètement

inventé, impossible.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Dans votre rapport, vous dites

qu'au cours des dix dernières

années il y a plusieurs de vos

recommandations qui ont été

ignorées. Est-ce que vous avez

vraiment une influence

sur l'agenda du gouvernement?


FRANÇOIS BOILEAU

Bien, je vais y aller en

voyant le verre à moitié plein

plutôt qu'à moitié vide.

Je pense que le bureau, on a eu

un impact positif. On a réussi

à faire changer les choses

en Ontario. La majorité

de nos recommandations ont été

retenues, ont été suivies.

À des degrés divers, par contre.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Qu'est-ce qui vous manque pour

avoir encore plus d'influence

sur la communauté

franco-ontarienne

et les services en français?


FRANÇOIS BOILEAU

En ce moment, il y a

des organismes qui échappent

au contrôle de la Loi sur les

services en français. C'est ce

que ça prendrait au commissaire.

C'est d'avoir une loi où il va

pouvoir que ses actions soient

beaucoup plus proactives

avec des organismes

qui touchent quotidiennement

les citoyens francophones.

Les bureaux de santé publique,

qu'on ne vienne pas me dire que

ça ne touche pas les citoyens.

Ça touche tous les citoyens,

et les conseils scolaires aussi.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Vous avez demandé une mise à

jour sur la Loi les services en

français. Est-ce que vous êtes

satisfait des actions

entreprises par le gouvernement

dans ce dossier?


FRANÇOIS BOILEAU

C'était bien parti

lorsque j'ai vu l'engagement de

la ministre en novembre dernier

pour dire: «Oui, je m'engage

à revoir la Loi.» Par la suite,

c'était davantage le silence

radio. Le gouvernement semble

être d'accord, mais semble être

frileux à aller de l'avant.

Donc, la question,

je vous invite à la reposer

à la première concernée

qui est la ministre déléguée

aux Affaires francophones.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Plusieurs citoyens trouvent

que certains dossiers avancent

très lentement, notamment celui

de l'immigration francophone.

Est-ce qu'ils ont raison

de faire ce constat?


FRANÇOIS BOILEAU

Absolument. On est très loin

de la cible de 5%. Pourquoi?

Parce qu'on ne s'est pas doté de

stratégies efficaces en matière

de sélection, en matière

d'accueil, en matière

d'intégration, en matière

de formation et en matière

de rétention. Où sont les

résultats? Est-ce que vous avez

vu les résultats? Moi, je n'ai

pas vu de résultats.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Qu'est ce qu'on vous souhaite

pour les dix prochaines années?


FRANÇOIS BOILEAU

Ce qu'on peut souhaiter

au commissariat au cours

des prochaines dix années,

c'est vraiment d'être davantage

proactif. Être en amont plutôt

qu'en aval. De voir venir

les nouveaux programmes qui s'en

viennent dès la conception même

de l'idée. C'est tout de suite

qu'il faut agir,

pas attendre que

le projet de loi soit déposé.

Parce qu'il est trop tard.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Maître François Boileau, merci

énormément du temps que nous

vous vous nous avez accordé.


FRANÇOIS BOILEAU

Mon plaisir.


De retour en studio, ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

C'est aujourd'hui

que se clôturait la session

parlementaire à Queen's Park.

Pour faire un bilan

de cette session mouvementée,

je me tourne vers mon collègue

Jean-François Morissette.

Jean-François, évidemment, on a

parlé beaucoup de l'augmentation

des prix de l'électricité.

Est-ce qu'il y a eu d'autres

dossiers dont on a parlé

en Chambre?


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE, reporter à Queen's Park, est aux côtés d'ÉTIENNE, en studio.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Il y en a eu d'autres. Il y en

a beaucoup cette session-ci,

mais c'est vraiment les coûts

de l'électricité qui ont dominé

toutes les périodes

de questions, la plupart des

périodes de questions. En mars,

le gouvernement proposait

un plan pour réduire de 25% les

factures des Ontariens. Comment

on réduit les factures? En fait,

c'est en rééchelonnant certains

contrats que le gouvernement

avait signés avec des

fournisseurs de services. Un peu

comme si on réhypothéquait

la maison. Selon le Bureau

de la responsabilité financière,

par contre, ça va réduire

temporairement, mais à partir

de 2021 et ça augmente

drastiquement. 2028, ça va même

au-delà de ce que ce serait

si le gouvernement

n'avait rien fait.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Il faut le dire, quand même,

ce dossier a miné la confiance

des Ontariens face

au gouvernement Wynne. Dans les

sondages, on a pu le constater.

Où est-ce qu'on en est dans les

intentions de vote actuellement?


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Si on fait un petit comparatif,

Étienne, au début

de la session parlementaire,

Kathleen Wynne était troisième,

le parti de Kathleen Wynne était

troisième dans les intentions de

vote. Maintenant, on est rendu

deuxième. On a dépassé le NPD,

mais on reste quand même loin

derrière le Parti

progressiste-conservateur.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Mais tout n'est pas noir

pour Mme Wynne. Il y a un peu

des sources d'espoir pour elle?


Sur l'écran du studio, un tableau sur les intentions de votre des Ontariens apparaît.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Il y a environ trois semaines,

Étienne, il y a un sondage qui

est sorti, un nouveau sondage

qui met Mme Wynne gagnante.


Le tableau affiche, Libéral 37%, Conservateur 34% et NPD 22%.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

C'est vraiment la première fois

en plusieurs mois que ça arrive.

Ça a eu l'effet d'une bombe dans

les couloirs de Queen's Park

et il y a plusieurs libéraux qui

ont vraiment poussé un soupir

de soulagement. Comme quoi,

finalement, tout n'est pas ancré

dans le béton et qu'il y a

encore beaucoup d'éléments

qui peuvent changer

d'ici le prochain scrutin.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Il faut le dire, elle a

certaines cartes dans sa manche

qu'elle peut sortir, notamment

l'équilibre budgétaire atteint

au cours des dernières semaines.

C'est quand même une bonne

nouvelle pour son gouvernement.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

C'est une très bonne nouvelle,

Étienne. On a atteint

l'équilibre budgétaire,

c'était une promesse phare

du gouvernement Wynne.

Charles Sousa l'a dit: cette année,

l'an prochain et l'autre année

suivante, les budgets vont être

équilibrés en Ontario. Donc, on

mise beaucoup là-dessus. Il y a

d'autres crises qui sont venues

brasser un peu les cartes.

On peut penser à la crise

de l'immobilier. Le gouvernement

a agi assez rapidement pour

essayer de calmer le jeu et

en fait, a offert différentes

mesures, dont la fameuse taxe de

15% sur les acheteurs étrangers.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Donc, évidemment, c'est la fin

de session, mais c'est aussi

à un an de l'élection, donc,

ça va probablement bouger

au cours des prochains mois.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

La date à retenir, c'est le 7 juin 2018,

Étienne, le prochain scrutin.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Dans un an. On va surveiller

ça, merci, Jean-François.

(S'adressant au public de l'émission)

C'est sur cette note que se termine

cette édition de #ONfr. On se

retrouve la semaine prochaine

pour une autre émission.


Générique de fermeture


Episodes of ONFR

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par