Universe image ONFR Universe image ONFR

ONFR

Keep abreast of the most pressing issues at Queen's Park and in the francophone communities across Ontario and Canada.

Official sitefor ONFR
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Startling Revelations at the OCOL

The release of the Office of the Commissioner of Official Languages´ annual report was rather subdued this year, without even a press conference to mark it. Within the report is a minor bombshell: in 2016-2017 complaints rose to 40%. Reporter for nationwide issues Benjamin Vachet takes a thorough look at what will be Interim Commissioner Ghislaine Saikaley´s last annual report. After a lengthy controversy surrounding her nomination, the OCOL will find itself without the expertise of Madeleine Meilleur, as she has withdrawn herself from consideration for the position of commissioner. Sébastien Pierroz examines the impact of the former Minister Responsible for Francophone Affairs´ decision.



Réalisateur: Michel Plaxton

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
#ONFR


Des extraits des reportages à venir défilent en rafale durant la présentation.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Aujourd'hui à #ONfr: Madeleine

Meilleur retire sa candidature

au poste de commissaire aux

langues officielles, l'impact

dans la francophonie;

le gouvernement fédéral doit

en faire plus pour protéger

les minorités linguistiques.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de #ONfr.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

C'est dans un contexte de

crise politique marquée par

la controverse, la nomination

de Madeleine Meilleur à titre

de commissaire aux langues

officielles, que la commissaire

par intérim a déposé aujourd'hui

son rapport annuel. Ghislaine

Saikaley a révélé que son

Commissariat a observé une

augmentation importante des

plaintes. Benjamin Vachet est

à Ottawa pour nous en

parler, bonsoir, Benjamin.


BENJAMIN VACHET, reporter national, apparaît sur l'écran de communication dans le studio de #Onfr.


BENJAMIN VACHET

Bonsoir, Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Comment est-ce qu'on peut

expliquer cette augmentation

des plaintes envoyées au

Commissariat?


BENJAMIN VACHET

Il y a deux raisons. On peut

imaginer que le Commissariat aux

langues officielles a un petit

peu plus de succès, qu'il est

plus connu et donc que les

personnes portent plus plainte.

On peut aussi imaginer qu'il y a

un effritement du service dans

les deux langues officielles du

Canada puisque, eh bien, la

majorité des problèmes révélés

et des plaintes concernent

les services au public et,

également, la langue de travail

dans la fonction publique.



Un tableau comparatif des plaintes au commissariat aux langues officielles pour les années 2008 à 2017 apparaît.


Texte narratif :
Plaintes au commissariat aux langues officielles 2008: 634 2009: 609 2010: 1477 2011: 981 2012: 518 2013: 415 2014: 476 2015: 550 2016: 725 2017: 1018


BENJAMIN VACHET

On notera que de ces plaintes,

eh bien, la grande majorité se

trouve en Ontario et qu'on

n'avait pas atteint un tel

nombre, 1018, depuis 2009-2010

une année un peu particulière

parce qu'il y avait eu beaucoup

de plaintes suite à la

diminution de la programmation

en français de CBC

Radio-Canada à Windsor.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Le dévoilement du rapport

s'est fait sans tambour ni

trompette et ne contient

qu'une seule recommandation.

Pour quelle raison?


BENJAMIN VACHET

Une seule recommandation pour

la simple et bonne raison qu'on

a voulu se concentrer là-dessus.

C'est quand même une

recommandation importante

puisqu'on parle de modifier la

Loi sur les langues officielles

qui fêtera ses 50 ans en 2019 et

qui n'a pas été modifiée depuis

1988. Pourquoi ça a été aussi

discret? On peut imaginer

qu'avec les changements de

commissaires, le départ de

M. Fraser en décembre et

l'intérim de Mme Saikaley,

on a voulu faire plutôt profil bas.

Mais les communautés

francophones en situation

minoritaire insistent sur

la recommandation qui semble les

satisfaire. On écoute la FCFA.


La présidente de la fédération des communautés francophones et acadiennes, SYLVIANE LANTHIER, commence la recommandation.


SYLVIANE LANTHIER

C'est une excellente

recommandation parce que s'il y

a une volonté du gouvernement de

le faire, il va certainement y

avoir une volonté, je pense,

dans les communautés de langues

officielles de se mettre au

travail aussi là-dessus.

D'ailleurs, la FCFA,

on a commencé à le faire

déjà ce matin.


En simultané, ÉTIENNE ET BENJAMIN poursuivent leur conversation.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Sur la Colline parlementaire,

quelles ont été les réactions

politiques au rapport?


BENJAMIN VACHET

Comme d'habitude, le

gouvernement dit qu'il va

d'abord prendre le temps

d'étudier ce rapport.

Du côté du Parti conservateur,

on note qu'il y a beaucoup de

choses dans ce rapport qui

reviennent et qui sont des

problèmes récurrents. On

aimerait que le Comité,

notamment, des langues

officielles qui fait lui-même

des recommandations soit

davantage entendu. On

écoute Sylvie Boucher.


SYLVIE BOUCHER, critique du PCC, langues officielles donne son opinion.


SYLVIE BOUCHER

On est rendu en 2017, on a

fait énormément de rapports

aux langues officielles, mais

j'ai hâte que quelqu'un les lise

parce que quand on fait des

rapports, que ce soit de

n'importe quel gouvernement

ou depuis dix ans, c'est souvent

les mêmes recommandations. On ne

trouve jamais vraiment preneur

pour ses recommandations.


En simultané, ÉTIENNE ET BENJAMIN poursuivent leur conversation.


BENJAMIN VACHET

Puis, du côté du Nouveau Parti

démocratique, François Choquette

note que, eh bien, ces problèmes

récurrents pourraient être

réglés tout simplement en

suivant la recommandation

du Commissariat aux langues

officielles de revoir la Loi

sur les langues officielles.


FRANÇOIS CHOQUETTE, critique NPD, langues officielles commente à son tour.


FRANÇOIS CHOQUETTE

Oui, j'espère qu'il aura plus

de pouvoirs, le Commissariat

aux langues officielles, parce

qu'il a démontré que dans une

situation comme Air Canada,

par exemple, il est allé devant

la Cour, il y a eu des plaintes

qui augmentent tout le temps.

Malheureusement, il n'a pas la

possibilité d'aller au bout de

ce qu'il voudrait faire pour

faire appliquer la Loi sur

les langues officielles.


Toujours en simultané, ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER termine la discussion avec BENJAMIN VACHET.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Merci beaucoup, Benjamin,

pour toutes ces explications.


BENJAMIN VACHET

Avec plaisir, Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

La décision de Madeleine

Meilleur de retirer sa

candidature au poste

de commissaire aux langues

officielles à la toute fin du

processus a eu l'effet d'une

bombe hier à Ottawa, mais aussi

dans la francophonie canadienne.

C'est une situation inédite pour

le gouvernement fédéral qui doit

déterminer comment, finalement,

combler le poste de commissaire.

Sébastien Pierroz est dans nos

studios d'Ottawa pour nous

donner quelques détails sur la

suite des événements. Bonsoir,

Sébastien.


SÉBASTIEN PIERROZ, premier rédacteur - reporter aux affaires francophones, apparaît sur l'écran de communication du studio de #Onfr.


SÉBASTIEN PIERROZ

Bonsoir, Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Donc, est-ce qu'on va

recommencer le processus de

nomination à zéro ou est-ce

qu'on va considérer les

candidatures de ceux qui avaient

postulé pour le poste déjà?


SÉBASTIEN PIERROZ

C'est encore un peu nébuleux,

Étienne. Le gouvernement

fédéral va devoir donner

des clarifications.

Ce sera probablement

la semaine prochaine.

Ce que l'on sait d'ores et déjà,

Étienne, c'est que beaucoup

d'organismes ont appelé à un

processus beaucoup plus ouvert,

transparent et inclusif. On sait

que, selon eux, ça n'a pas été

le cas la première fois avec

la candidature contestée de

Madeleine Meilleur. En tout cas,

pour l'instant, on a une

commissaire par intérim qui est

en place jusqu'au 17 juin,

c'est Mme Ghislaine Saikaley,

mais tout indique que Mme

Ghislaine Saikaley va être

prolongée par la suite.


Un extrait vidéo de Madeleine Meilleur et une photo de Ghislaine Saikaley défilent.


En simultané, ÉTIENNE ET SÉBASTIEN poursuivent leur conversation.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Les organismes francophones

ont accueilli la décision de

Madeleine Meilleur avec prudence

ou encore soulagement,

n'est-ce pas?


SÉBASTIEN PIERROZ

Oui, parce que c'est un sujet

qui avait beaucoup divisé les

francophones, la nomination

de Mme Meilleur. Par exemple,

l'Assemblée de la francophonie

de l'Ontario était à l'aise avec

le sujet. C'est les mots que

nous a dits Carol Jolin, le

président, hier. D'autres, comme

par exemple la Société acadienne

du Nouveau-Brunswick, sont

montés aux barricades pour

dénoncer un peu cette nomination

et le processus de nomination.

Donc, un sujet qui a divisé

beaucoup les francophones. Ce

n'est pas la première fois que

les francophones d'est en ouest

sont divisés sur un sujet, mais,

en revanche Étienne, c'est l'une

des premières fois où les

francophones sont divisés

publiquement sur un sujet. Puis,

autour de cette controverse, il

y a eu bien sûr les hésitations

de la Fédération des communautés

francophones et acadiennes, la

FCFA. Au début, on a senti la

FCFA assez neutre et puis, sous

la pression des organismes, la

FCFA a pris ses positions pour

montrer ses doutes par rapport

au processus de nomination.

Une rencontre a été demandée et

effectuée avec Mélanie Joly, la

ministre du Patrimoine canadien.

En revanche, la rencontre avec

le Premier ministre Justin Trudeau,

on s'en rappelle, avait été refusée.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

La FCFA qui est en plein

processus électoral. Il y a

une campagne électorale à la

présidence. Bien malgré elle,

Madeleine Meilleur est devenue

un des enjeux de l'élection.

Comment est-ce que ça

influence la course?


SÉBASTIEN PIERROZ

Oui, Étienne, bien, juste pour

rappeler, il y a deux candidats

à la présidence de la FCFA.

La présidente sortante,

Sylviane Lanthier, puis un autre,

c'est l'ancien président de l'ACFA

en Alberta, Jean Johnson. Donc,

Jean Johnson qui était plus dans

un rôle d'électron libre dans

cette campagne électorale.

Lui, il a dénoncé non pas

la nomination

de Madeleine Meilleur,

mais plutôt le processus

de nomination. Donc,

Jean Johnson qui a donné un peu

une impulsion à cette campagne.

On voit que, finalement, les 19

organismes membres de la FCFA

vont avoir le choix samedi entre

la continuité qui est incarnée

par madame Lanthier, qui est

en poste depuis 2015,

et le changement avec

M. Johnson.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Évidemment, #ONfr vous

offrira une couverture complète

de l'élection ce samedi sur

toutes nos plates-formes.

Merci beaucoup, Sébastien.


SÉBASTIEN PIERROZ

Je t'en prie, Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, s'adresse au public dans le studio de ONFR.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Voilà ce qui met un terme

à cette saison d'#ONfr. #ONfr

continuera de vous informer

tout au long de l'été grâce

à nos réseaux sociaux

et à notre site Web.


Les adresses suivantes apparaissent : www.TFO.ORG/ONFR, Facebook tfoONfr et Twitter @Onfr_TFO.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Je vous invite à nous suivre,

à commenter nos sujets et à

partager nos histoires. On sera

de retour à la télévision

cet automne pour une

nouvelle saison d'#ONfr.

Au nom de toute notre équipe,

merci d'avoir été avec nous

chaque semaine. Passez

un bon été. On se retrouve

à la rentrée. À très bientôt,

au revoir.


Générique de fermeture

Episodes of ONFR

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Report

Résultats filtrés par