Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

What a Mess!

When Vincent learns that Sierra knows the Swiss tourist who is staying with them, he sees an opportunity to earn points with his crush, so he works hard to be a flawless host. But the guest twists her ankle, and Vincent is in for a pretty hectic afternoon. And after he finally gets his rösti right, Sierra tells him that they were actually talking about two different Swiss girls!



Réalisateur: Stephan Joly
Acteurs: David Beaudoin, Claudia Bouvette, Camille Felton
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d’ouverture


Titre :
Subito texto


VINCENT est chez lui et passe l’aspirateur dans le salon. MARIE, sa mère, sort de la salle de bain.


MARIE

Bon! La salle

de bain est faite.


VINCENT

Et le salon aussi!


MARIE

Parfait, super!

Jennifer m’a dit ce matin

qu’elle avait fait

la chambre de sa mère, Brigitte.

Donc, on devrait être prêts

pour recevoir Frieda.


VINCENT

Et elle devrait arriver

vers quelle heure?


MARIE

Dans son courriel, elle avait

écrit 8 h 22: j’imagine

qu’elle est sur le bord...


FRIEDA sonne à la porte.


MARIE

D’arriver! Viens!


MARIE ouvre la porte.


FRIEDA

Bonjour! Bonjour! Bonjour!

Oh! Oh, vous devez

être... Vincent!


VINCENT

Exactement!


FRIEDA

Enchantée!


FRIEDA embrasse VINCENT sur les joues trois fois.


MARIE

Enchantée! Moi, c’est Marie.


FRIEDA

Oh! Enchantée!


FRIEDA embrasse MARIE sur les joues trois fois.


MARIE

Bienvenue chez vous!


FRIEDA

Je suis ravie d’être là!

Oh, oh...

En me louant la chambre,

Brigitte m’avait bien dit

à quel point

sa famille était sympathique.

Elle m’a pas menti!


MARIE

Écoutez, je prendrais plus

de temps pour vous accueillir,

je suis désolée, mais j’ai

une journée un peu chargée.


FRIEDA

Pas de souci, Marie!

Je peux très bien me débrouiller

toute seule.

Faites votre journée de boulot,

et moi, je m’occupe de tout!

Au menu ce soir: un authentique

roesti suisse!


À l’école, HUGO vient rejoindre SIERRA à son casier.


HUGO

Sierra! Aimerais-tu ça

que je te dise l’heure?


SIERRA

Euh... Oui?


HUGO

(Regardant sa montre)

Il est 8 h.. Attends.

La grande aiguille...

Il est 8 h 40!


SIERRA

C’est une belle montre.


HUGO

Regarde! C’est un héritage

de Pépère Charlebois.

Il l’a portée pendant 40 ans!


SIERRA

Ah? Mais est-ce

qu’il est décédé?


HUGO

Pépère? Non, il s’est acheté

un téléphone intelligent.

Il avait le choix de la donner

à 27 de ses petits-enfants.

C’est moi qu’il a choisi!


SIERRA

Wow! Félicitations!


HUGO

Merci!


VINCENT arrive à son casier, situé à côté de celui de SIERRA.


VINCENT

Salut!


HUGO

Eh, Vincent!

Tu veux que je te dise l’heure?


VINCENT

Non, je sais. Il est 8 h 40.

J’arrive tard parce qu’il y a

une touriste hippie

qui a débarqué

chez nous ce matin.


HUGO

Ah... Madame Cardinal!

Vous voulez savoir l’heure?


SIERRA

Elle vient d’où,

ta touriste hippie?


VINCENT

De Suisse. C’est une vieille

madame bien affectueuse.

Elle donne trois becs

au lieu de deux.


SIERRA

Ils font tous ça, les Suisses.


VINCENT

Ah?


SIERRA

Elle s’appelle comment?


VINCENT

Euh... Frieda.


SIERRA

Frieda qui?


VINCENT

Müller, je pense.


SIERRA

Frieda Müller?

Suisse? Elle a 60 ans

puis elle est super motivée?


VINCENT

Ouais.


SIERRA

Je la connais! Oui!

Je l’ai rencontrée au Brésil!

C’est elle qui m’a appris

comment faire du yoga!


VINCENT

Pour vrai?


SIERRA

J’en reviens pas!

Vous hébergez mamie Frieda

chez vous.


VINCENT

Mais oui!


SIERRA

Ça fait tellement

longtemps que je l’ai vue.


VINCENT

OK! Mais... Veux-tu venir

souper chez nous ce soir?

Elle va nous faire du roesti!

Je sais pas c’est quoi, mais...


SIERRA

Du roesti, c’est...

C’est un genre de galette

de patates râpées.

C’est super bon.


VINCENT

OK! Cool! Ça fait que...

Tu veux venir souper chez nous?


SIERRA

OK!

Mais on lui dit pas, OK?

On fait une surprise

à Frieda. C’est bon?


VINCENT

C’est bon!


Plus tard, JENNIFER vient rejoindre VINCENT près de la salle des pas perdus. Elle dépose sur la table une valise contenant des vêtements tachés de peinture.


JENNIFER

Puis? Est-ce que la touriste

suisse est arrivée?


VINCENT

Ouais!


JENNIFER

Est-ce qu’elle est aussi

cool que ma mère le disait?


VINCENT

Tellement cool

qu’elle connaît Sierra.


JENNIFER

Hein? C’est tellement

hot!


VINCENT

Mets-en!

Et puis en plus, je l’ai

invitée à souper ce soir.

Pour faire plaisir à la Suisse.


JENNIFER

Hum-hum, c’est ça...


VINCENT

Quoi?


JENNIFER

Avoue-le que c’est pas pour

faire plaisir à la touriste.

C’est toi qui es content

que Sierra vienne souper.


VINCENT

Bon... OK, oui.

Peut-être un peu.

Surtout que madame Cardinal m’a

donné une permission spéciale

pour manquer tout l’après-midi.


JENNIFER

Hein? Comment ça?


VINCENT

Je lui ai demandé d’échanger

ma double période de géo

contre un rapport d’entrevue

sur la topographie des Alpes

et les traditions suisses.

Et elle a dit: "oui!"

Comme ça, eh bien, je vais

passer tout l’après-midi

à me rapprocher

de Frieda, la Suisse.

Ce soir, on va être

les meilleurs amis du monde,

puis Sierra va être

full impressionnée.


JENNIFER

Pas d’allure...


VINCENT s’en va. MONA vient rejoindre JENNIFER.


MONA

Ah ben! Si c’est pas

mon artiste préférée!


JENNIFER

Mona!


MONA

(Indiquant la valise de vêtements tachés de peinture)

Est-ce que c’est pour mon...


JENNIFER

Oui, oui. C’est pour la toile

que vous avez commandée.


MONA

Ah! J’ai assez hâte

de voir ça!


JENNIFER

Je pensais faire

une peinture abstraite,

un peu comme celle

que vous m’aviez achetée

pour votre salon,

mais plus punchée-


MONA

Wô, wô!

(Propos en anglais)

Time out!

(Propos en français)

Je pense qu’on s’est

mal comprises.

Je... Je veux pas

une toile punchée.

Je veux un portrait

pour ma salle de bains.


JENNIFER

Vous voulez un portrait de...


MONA

Eh bien, de moi.

C’est pour mettre

au-dessus de ma toilette,

entre ma barre à serviettes

puis ma pharmacie.

D’ailleurs, je t’ai apporté ça:

(Donnant à JENNIFER une serviette de couleur saumon)

c’est pour t’aider à trouver

la bonne teinte de saumon,

parce que c’est important

que ça fitte.


JENNIFER

La bonne teinte

de saumon...


MONA

Oui!

Et il faut que ça me ressemble,

surtout, hein.

Comme... une photo,

mais prise avec des pinceaux.

Tu vas être capable?


JENNIFER

Oui...


MONA

Attaboy!

Vive la peinture!


MONA s’en va. JENNIFER semble quelque peu découragée.


Plus tard, VINCENT entre chez lui. Il trouve une chaise renversée et une pomme de terre sur le plancher de la cuisine.


VINCENT

Euh... Frieda?


VINCENT va voir dans le salon, avant de revenir dans la cuisine.


VINCENT

Frieda? Êtes-vous là?


VINCENT prend son téléphone.


VINCENT

(Laissant un message)

Allô, m’man? Euh...

Je sais pas si Frieda

t’a laissé un message

disant qu’elle s’en allait

quelque part,

mais elle est pas à la maison

puis c’est bien le bordel ici.

Faque... C’est ça, je sais pas

si elle t’a dit que-


FRIEDA arrive derrière VINCENT et lui touche l’épaule. VINCENT lâche un cri, ce qui fait sursauter FRIEDA.


FRIEDA

Oh, mon pauvre Vincent!


VINCENT

Ça va? Ça va?


FRIEDA

Oh, je suis désolée...


VINCENT

Non. Non, non.

C’est pas grave.


VINCENT aide FRIEDA à s’asseoir.


VINCENT

Qu’est-ce qui est

arrivé à votre cheville?


FRIEDA

J’ai été maladroite.

J’ai voulu rattraper

une pomme de terre en fuite.

Et boum! Je me suis

tordu la cheville.


VINCENT

Oh non! Pauvre vous!


FRIEDA

Bah, ça va aller! J’ai pas

nonante ans, quand même!


VINCENT

Vous avez pas quoi?


FRIEDA

Nonante ans! Neuf décennies,

un siècle moins dix ans.

Neuf fois dix années.

100 années-


VINCENT

OK! OK!

90 ans! Je comprends.


FRIEDA

Ce qui m’embête,

c’est le roesti.

Il va falloir remettre ça

un autre jour.


VINCENT

Non, non, non! On peut pas

reporter le roesti!


FRIEDA

Malheureusement,

mon pauvre Vincent,

je suis pas un flamant rose.


VINCENT

Hein?


FRIEDA

Je peux pas cuisiner

sur une patte!


VINCENT

Ah, ah... Mais non, c’est sûr!

Mais... Que diriez-vous

d’être ma coach de roesti?


FRIEDA

(Reprenant VINCENT sur la prononciation)

roesti!


VINCENT

(Prenant un accent pointu exagéré)

Que diriez-vous d’être ma coach de roesti?


FRIEDA

Parfait, Vincent!


De son côté, JENNIFER essaie de reproduire la couleur de la serviette de MONA en mélangeant plusieurs couleurs de peinture.


JENNIFER

Un poil trop foncé,

je pense...


HUGO vient la rejoindre.


HUGO

Jenn! Est-ce que tu veux

que je te dise l’heure?


JENNIFER

Euh... Non, pourquoi?


HUGO

J’ai une nouvelle montre!


JENNIFER

Ah! Super vintage!


HUGO

Vintage, est-ce que ça marche

avec mon style, ça?


JENNIFER

Oui...


HUGO

Ça marcherait plus si

je m’habillais un peu plus flyé?

Je sais pas, là.


HUGO prend la serviette de MONA et la passe autour de son cou.


JENNIFER

Euh... Non, la cape

en ratine saumon,

ça marche pas vraiment

avec ton teint.

Pendant que t’es là,

me dirais-tu si ça,

c’est la même couleur?


HUGO

Tu devrais rajouter du vert.


JENNIFER

Du vert?


HUGO

Du vert pâle.


JENNIFER

Oui! OK! Oui, oui...

J’en ai justement ici.

Mais c’est du vert vraiment,

vraiment pâle.


JENNIFER prend une assiette dans laquelle il y a de la peinture blanche.


HUGO

Mets-en! On dirait

presque du blanc.


JENNIFER

C’est fou, hein?

Me passerais-tu le rouge?

Je vais recommencer

ma couleur, s’il te plaît?


HUGO tient l’assiette contenant la peinture rouge, pendant que JENNIFER y ajoute du blanc.


HUGO

Une chance que t’as un tablier:

tu pourrais vraiment

te tacher.


JENNIFER

Ouais, hein?

Surtout que cette peinture est

presque impossible à enlever.


HUGO

C’est ça.

Attention...


Pendant ce temps, VINCENT vient retrouver FRIEDA au salon, tandis qu’elle repose sa cheville. Il lui tend un plat en plastique.


VINCENT

Voilà!


FRIEDA

Qu’est-ce que c’est?


VINCENT

Les oignons.

J’ai pleuré toutes les larmes

de mon corps en les coupant.

Je les ai mis dans un plat

pour les neutraliser.


FRIEDA

Bien, bien! Voyons voir...

(Ouvrant le plat)

Oh...


VINCENT

Quoi?


FRIEDA

Dans mon roesti,

les cubes d’oignon

mesurent 3 millimètres.

Ici, on a du 2, du 4, du 5.

Ça ne cuira pas uniformément.


VINCENT

Bon, eh bien, je vais

les recommencer, d’abord.


FRIEDA

Non, non! Je vais pas

t’obliger, Vincent!


VINCENT

Ça me fait plaisir.


FRIEDA

Alors, soit. Je te laisse

recouper les oignons,

mais j’ai un petit truc

pour éviter les larmes.


FRIEDA fouille dans son sac et en sort un masque de plongée qu’elle remet à VINCENT.


FRIEDA

Ah!

Voilà!


VINCENT

(Surpris)

Un masque de plongée?


FRIEDA

Essaye-le!


VINCENT enfile le masque.


VINCENT

Parfait!


MARIE entre dans la maison.


MARIE

Vincent?


En apercevant VINCENT, MARIE sursaute et lâche un cri.


VINCENT

Maman? Que fais-tu là?


MARIE

Comment ça, "que fais-tu là"?

Je pensais que t’étais mort!


VINCENT

Hein? Comment ça?


MARIE

T’as laissé un message

sur ma boîte vocale.


VINCENT

J’ai oublié de te rappeler.


MARIE

Qu’est-ce qui s’est passé?


FRIEDA

Oh! Tout est de ma faute,

Marie! Tout est de ma faute!

Je me suis tordu la cheville

et j’ai fait un cheni pas possible.


MARIE ET VINCENT

Un quoi?


FRIEDA

Un cheni. Un che-ni.

Un... désordre,

un bric-à-brac, un fouillis,

un capharnaüm-


VINCENT

OK! C’est bon!

On comprend.


MARIE

Mais là! Frieda,

avec votre cheville foulée,

voulez-vous que j’aille

vous conduire à la clinique?


FRIEDA

Tout est sous contrôle, Marie!

Vincent s’occupe de moi

comme un ange gardien.


VINCENT

Oui! C’est ma coach de roesti!


FRIEDA

Il a beaucoup à apprendre.

Mais j’ai confiance!

On va y arriver! Peut-être...


MARIE

OK! Moi, faut que je retourne!

Bye! À tantôt!


MARIE sort de la maison à toute vitesse.


FRIEDA

À tantôt, Marie!


VINCENT

(Remettant son masque)

Bon, eh bien, allons-y!


Dans la salle des pas perdus, HUGO s’approche de MONA.


HUGO

Mona! Aimeriez-vous ça

que je vous dise l’heure?


MONA

Oui... Tiens donc...

Pourquoi pas...


HUGO

Yes! Il est...


MONA

Mon Dieu? Il est

quelle heure, coudonc?


HUGO

Je sais pas! Ma montre est

pleine de peinture vert pâle!


MONA

Hein? Oh!

Ça, c’est plutôt blanc,

si tu veux mon avis.


HUGO prend une clé et s’apprête à gratter la peinture qui recouvre sa montre.


MONA

Mais, non, non! Fais pas ça!

Tu vas égratigner le cadran!


HUGO

Je peux faire quoi de mieux?


MONA

Aller voir un bijoutier.

Il y en a un à côté de l’école.


HUGO

Ah! C’est une bonne idée, ça.


MONA

Mais demain. Aujourd’hui,

c’est fermé.


HUGO reçoit un appel.


HUGO

Salut, Pops!

Quoi? Pépère vient souper?

C’est sûr que je vais la porter, oui!

OK, bye!


HUGO raccroche.


HUGO

Il faut absolument que je règle

ça aujourd’hui.


MONA

Hein?


HUGO

Comment ça, "hein"?


Plus tard, MONA vient rejoindre JENNIFER. Elle lui tend un livre d’art ouvert.


MONA

Je l’ai!

Je veux ça!


MONA montre à JENNIFER une peinture de Botticelli représentant une femme nue dans un coquillage, alors que trois personnages lui apportent de quoi se couvrir en volant.


MONA

Au lieu d’elle, ce serait moi.

Habillée, là!

Puis drapée dans du saumon.


JENNIFER

Vous êtes sûre?


MONA

Tu seras pas capable?


JENNIFER

Mais oui!

C’est super facile.


MONA

Bon...


JENNIFER

OK... Prenez ça...


MONA prend sa serviette et la passe autour de son cou.


JENNIFER

Euh...

Euh... Non, non...

Pas comme un foulard.

Euh... euh...

Oh, oui! OK! J’ai une idée!

Oui! On a quelque chose!


JENNIFER replace la serviette pour essayer de reproduire la femme sur la peinture qui se couvre les seins avec ses cheveux.


De son côté, VINCENT est avec FRIEDA qui épluche des pommes de terre.


VINCENT

Merci encore de répondre

à mes questions!


FRIEDA

Ça me fait plaisir,

mon petit Vincent.


VINCENT

C’est vraiment gentil.


FRIEDA

C’est la moindre des choses.

Vous me recevez si bien.


VINCENT

Il y a rien, là. Moi aussi!


FRIEDA

Je suis ravie! Vraiment!


VINCENT

OK! OK! Première question...


FRIEDA

(Propos en français et en allemand)

Vas-y, schatz!


VINCENT

Comment vous m’avez appelé?


FRIEDA

(Propos en allemand et en français)

Schatz!

Trésor, joyau, bijou...

Pactole, pécule-


VINCENT

OK! OK! C’est beau!


Pendant ce temps, MONA se tient devant JENNIFER qui est devant sa toile.


MONA

Puis? Ça achève?


JENNIFER

Non, vraiment pas.


MONA

Combien de temps encore?


JENNIFER

Je sais pas. Je dirais

peut-être une heure?


MONA

Une heure? Mais non!

Je peux pas!

Il faut que j’aille

surveiller...


JENNIFER

Mona, je peux--


MONA aperçoit SIERRA qui passe dans le corridor. Elle l’interpelle.


MONA

(Criant)

Sierra! Sierra!


SIERRA

Oui?


MONA

T’es mandatée pour surveiller

la salle des pas perdus

en mon absence.


SIERRA

Euh...


MONA

Ta! Ta! Ta!

Si tu fais bien ça, je te donne

une galette de Guylaine.

Mieux que ça! Deux galettes!


SIERRA

C’est parce qu’il fallait

que je fasse une carte

pour ma mamie suisse,

puis j’avais pas...


SIERRA se tourne vers JENNIFER qui la supplie du regard.


SIERRA

Hum... OK! Je vais le faire!


MONA passe son sifflet autour du cou de SIERRA.


MONA

Attaboy! Vive la peinture!


MONA, énervée, essaie de replacer la serviette dans laquelle elle est drapée, mais elle la déplace.


JENNIFER

Non, non, non...

On recommence.

(Replaçant correctement la serviette)

Comme ça, maintenant,

vous êtes une déesse.


VINCENT continue de poser ses questions à FRIEDA.


VINCENT

Donc, j’ai noté qu’il y avait

trois grandes régions en Suisse.

Le Jura, le plateau

puis les Alpes.

Les Alpes, c’est

les montagnes, c’est ça?

Puis les avez-vous déjà montées?


FRIEDA

Bof.


VINCENT

Bof?


FRIEDA

Il y a des sommets

tellement plus excitants!

L’Everest, le K2...


VINCENT

C’est en Suisse, ça?


FRIEDA

Non! C’est au Népal!


VINCENT

Mais c’est sur la Suisse,

mon travail--


FRIEDA

C’est fascinant, le Népal,

avec ses traditions,

ses langues...


VINCENT

Mais la Suisse, elle?


FRIEDA

Tu sais, Vincent,

je me considère davantage

comme une citoyenne du monde

que comme une Suissesse.


VINCENT

Une Suissesse?

C’est comme ça qu’on appelle

les femmes suisses?


FRIEDA

Tu veux pas que je te parle

de l’Asie, plutôt?

J’ai presque fait

le tour l’an dernier.


SIERRA est assise dans la salle des pas perdus. Tous les élèves présents se lancent des boules ou des avions de papier. HUGO vient s’asseoir à la table de SIERRA.


HUGO

T’aurais pas ça une potion--

T’aurais pas ça

une potion exotique magique

qui enlève les taches

de peinture?


SIERRA

Pourquoi? Qu'est-ce qu'il y a?


HUGO tend son poignet à SIERRA.


SIERRA

Oh!

Oh non! Ta belle montre!


HUGO

Si Pépé Charlebois voit ça,

il va faire un "infractus

du biocarde".


SIERRA

On dit infarctus du myocarde.


HUGO

En tout cas, il va

en faire un solide.


SIERRA

On peut peut-être essayer

avec de l’eau puis du vinaigre.

Ma mère utilise ça

pour laver ses fenêtres.


HUGO

Ça va marcher?


SIERRA

On peut essayer.

Je sais où en trouver.


SIERRA s’en va et MONA arrive dans la salle des pas perdus à ce moment.


MONA

Mais qu’est-ce

qui se passe ici?


VINCENT continue de prendre des notes à propos de la Suisse. FRIEDA remarque l’heure.


FRIEDA

Ah... Oh, tudieu!

Il faut s’activer!

Sinon, le roesti

sera jamais prêt à temps!


VINCENT

Mais il est juste 12 h 30!


FRIEDA

La recette familiale veut

que les pommes de terre macèrent

avec les épices 206 minutes.

Sinon, ça sera pas un vrai

roesti. Allez, à la râpe!


VINCENT se rend dans la cuisine et commence à râper les pommes de terre. FRIEDA vient le rejoindre et étale du papier journal sur le comptoir.


FRIEDA

Voilà...


VINCENT

Qu’est-ce que vous faites?


FRIEDA

C’est comme du papier ménage.


VINCENT

Du papier ménage?


FRIEDA

Du sopalin, de l’essuie-tout,

papier absorbant...


VINCENT

OK! OK! C’est beau!


FRIEDA

Prochaine étape: l’essorage

des pommes de terre.

Tu prends les pommes de terre

râpées dans tes mains...

et tu les presses très fort,

comme une éponge.

Voilà!


VINCENT

Ça fait beaucoup de jus, ça.


FRIEDA

C’est bon, Vincent.


VINCENT

(Apercevant ses feuilles parmi les journaux)

Oh! Mes notes!


FRIEDA

Tes quoi?


En essayant de sauver ses feuilles, VINCENT accroche la passoire qui tombe sur la cheville de FRIEDA.


VINCENT

Oh, non! Je suis désolé!

Ça va?


FRIEDA

Tudieu, ouille! Tout va bien,

tout va bien, Vincent.


VINCENT reçoit un message texte de SIERRA.


SIERRA

(Par message texte)

J’ai hâte au roesti!!!


FRIEDA

Ça va, Vincent... Ouille...


VINCENT

Je m’excuse, je voulais pas.


FRIEDA

Ça va, ça va. Tout va bien.


Dans la salle des pas perdus, MONA s’impatiente et remet son sifflet autour de son cou.


MONA

OK! Le party est fini.

Tout le monde bouge.

Go, go, go, go, go!

(Pour elle même)

Mona, c’est la dernière fois

que tu délègues.

La dernière!


SIERRA revient à ce moment avec de l’eau et du vinaigre pour HUGO.


SIERRA

Ah, Mona! Vous avez

repris votre sifflet?

(S’adressant à HUGO)

Tiens! De l’eau, du vinaigre.

T’as juste à frotter

ta montre avec.


MONA

(Fâchée)

T’étais où?


SIERRA

Hugo a besoin de vinaigre.

J’en avais dans mon casier.

Je me suis dit

que j’allais juste-


MONA

Tu devais surveiller la salle!


SIERRA

Oui... Il est rien arrivé.


MONA

Tu peux dire adieu

aux galettes de Guylaine.

Je te démets de tes fonctions.


Fâchée, MONA s’en va. Pendant ce temps, HUGO frotte le cadran de sa montre avec de l’eau et du vinaigre.


SIERRA

(S’adressant à HUGO)

Puis, ça marche?


HUGO

Oui! Il est exactement midi!


SIERRA

Ça se peut pas. On est

presque à la fin du lunch.


HUGO

J’ai un peu de misère

avec mes aiguilles.

Petite aiguille,

grande aiguille...

Il est exactement midi!


SIERRA

Montre-moi!


SIERRA porte la montre de HUGO à son oreille.


HUGO

Quoi? Qu’est-ce qu’il y a?


SIERRA

Oh, oh...

C’est parce que ta montre

ne marche plus, Hugo.


Quelques instants plus tard, MONA est de retour auprès de JENNIFER pour la suite de la peinture. MONA regarde un peu partout autour d’elle.


JENNIFER

Mona, vous bougez!

Mona, ça me dérange pas de faire

ça dans la salle des pas perdus.

Mais si vous êtes pas capable

d’arrêter de bouger,

je peux pas.


MONA

OK! Non, non!

Je ne bouge plus, promis.

Je ne bouge plus.


SIERRA et HUGO discutent juste à côté d’eux.


SIERRA

C’est quoi qui rime avec yoga?


HUGO

"Montre qui marche pas".


SIERRA

Oh! Je l’ai!

Alors...


SIERRA lit le message qu’elle a écrit dans une carte.


SIERRA

"Mamie Frieda, je me suis

ennuyée de toi".

"J’espère qu’on fera encore

du yoga chez moi au Canada!"

Ça marche, mes rimes?


HUGO

C’est qui, mamie Frieda?


SIERRA

Oh! C’est une madame

qui habite chez Vincent.

C’est une Suisse,

je l’ai rencontrée-


HUGO

Une madame suisse?


SIERRA

Oui.


HUGO

Suisse le pays, ou l’animal?


SIERRA

Suisse, le pays! Hugo!


HUGO

Yes!


HUGO se sauve à toute vitesse. SIERRA va jeter un œil par-dessus l’épaule de JENNIFER pour regarder le portrait qu’elle est en train de faire de MONA.


SIERRA

Ah, ah! C’est bien drôle!


MONA

Quoi? Qu’est-ce qui est drôle?


JENNIFER

Mona, s’il vous plaît!


MONA

Oh...


SIERRA

OK! Ça, c’est ses sourcils!


MONA

Quoi, mes sourcils?


JENNIFER

Ils sont bien corrects.


MONA

C’est mieux de pas les faire

trop gros. Hein, Jennifer?

Parce que quand on dessine

des sourcils trop gros,

ça donne l’air sévère.

Puis comme c’est pour un portait

de salle de bains,

c’est mieux si j’ai l’air

pas trop sévère, hein!

Ce serait mieux si j’avais

l’air plus zen, plus...

Aquatique! Oui! C’est ça!

Donc, ça prend définitivement

des sourcils moins fournis.


JENNIFER

(Découragée)

Moi, j’abandonne.


MONA

Non, non!

Abandonne pas maintenant!

Pas maintenant,

on a presque fini, hein?

Je ne bougerai plus, promis!

Je vais me discipliner.

Je serai une statue de marbre,

un bloc de granit,

une tour de béton.


JENNIFER

Attendez, ne bougez plus.


MONA

Quoi?


JENNIFER

Mettez-vous comme vous étiez.


MONA

Comme ça?


JENNIFER prend une photo de MONA à l’aide de son téléphone.


JENNIFER

Pourquoi j’y ai pas

pensé plus tôt?


SIERRA

Je sais pas.


JENNIFER place son téléphone, sur lequel la photo de MONA est affichée, près d’elle.


JENNIFER

Vous pouvez retourner

surveiller, Mona.


MONA

Mais là! Une promesse

est une promesse!


JENNIFER

D’accord...


Chez les Beaucage, FRIEDA se repose dans le salon. Elle a placé sur sa cheville un sac de légumes congelés. Un fracas provient de la cuisine où se trouve VINCENT.


VINCENT

Voyons!


FRIEDA

Vincent? Ça va?


VINCENT

Euh... Oui... Vous?

Votre orteil, ça va?


FRIEDA

Ça va!


On sonne à la porte d’entrée.


FRIEDA

Je m’en occupe!


HUGO entre dans la maison.


HUGO

C’est vous, Frieda la Suisse?


FRIEDA

Absolument. Toi, t’es qui?


HUGO

Hugo le Québécois.


FRIEDA

Oh!


HUGO

Est-ce une coutume suisse

de se mettre des légumes

congelés sur les jambes?


FRIEDA

Ah, ah! Non. Je me suis juste

blessée en cuisinant.

Heureusement, Vincent

a pris la relève.

Ça fait trois fois

qu’il recommence son roesti

pour qu’il goûte exactement

la bonne chose.

J’ai jamais vu un garçon

aussi perfectionniste.


Un fracas provient de la cuisine.


VINCENT

Ayoye! Maudit!


FRIEDA

Alors, Hugo le Québécois,

qu’est-ce que je peux

faire pour toi?


HUGO

Ma montre est brisée.


FRIEDA

Et?


HUGO

Vous pouvez la réparer?


FRIEDA

C’est pas de bol,

je connais rien aux montres.


HUGO

Voyons! Tous les Suisses

sont bons là-dedans!


FRIEDA

Pas tous, malheureusement.

C’est comme si,

parce que tu es Québécois,

je te demandais de me construire

une cabane à sucre.


HUGO

OK. Si j’en construis une,

vous allez vouloir la réparer?


FRIEDA

Montre!


HUGO

Hein?


FRIEDA

Fais voir! Allez!

Ah! Je crois que j’ai

trouvé le problème.

C’est une montre mécanique.

Il faut la remonter

tous les jours.

Sinon, elle cesse

de fonctionner.


HUGO

C’est tout?


FRIEDA

C’est tout!


FRIEDA remonte la montre d’HUGO.


HUGO

Wow!

Pour la cabane à sucre, est-ce

qu’on est capable de s’arranger?


FRIEDA

Ça va, oublions ça.


HUGO

Merci, Frieda la Suisse!


FRIEDA

C’est rien! Hugo le Québécois.


Plus tard, MARIE et SIERRA entrent dans la maison et elles se rendent dans la salle à manger où les attend VINCENT qui a mis la table.


MARIE

Coucou!


SIERRA

Salut!


VINCENT

Allô!


MARIE

Eh, fiston!

Oh! Wow!


SIERRA

Ça sent le roesti!


VINCENT

Ouais, il est encore

au four pour rester chaud.


MARIE

T’es un ange, toi!


SIERRA

Elle est où, mamie Frieda?


VINCENT

Elle est aux toilettes.


SIERRA

Oh! J’ai tellement

hâte de la voir!


VINCENT

Ferme tes yeux!


SIERRA

OK...


VINCENT va chercher FRIEDA pour la conduire jusque dans la salle à manger.


VINCENT

Frieda? J’ai

une surprise pour vous.


FRIEDA

Une surprise?


VINCENT

Fermez vos yeux!

OK...

Comme ça...

Tadam!

C’est Sierra!


Ni FRIEDA ni SIERRA ne semblent se reconnaître.


FRIEDA

Ah! Frieda! Enchantée!


SIERRA

Bonjour!


FRIEDA

Ouh! Si vous permettez,

mes petits légumes congelés

m’attendent au salon!


FRIEDA s’en va dans le salon.


SIERRA

(S’adressant à VINCENT)

C’est pas elle!


VINCENT

Quoi?


SIERRA

C’est pas la bonne

Frieda Müller.


VINCENT

Oh, non...


SIERRA

Je pense que c’est un nom

super commun en Suisse.

J’aurais dû y penser avant.

Tu trouves pas que ça sent

un peu bizarre?


VINCENT

Mon roesti!


VINCENT ouvre la porte du four. De la fumée s’en échappe, ce qui déclenche le détecteur de fumée.


HUGO retourne à l’école. Il retrouve JENNIFER près de la salle des pas perdus, alors qu’elle range ses pinceaux et son matériel.


JENNIFER

Hugo! T’es pas encore parti?


HUGO

J’avais oublié mon sac.


JENNIFER

Ah! Puis ta montre?


HUGO

Tout va bien.

Frida l’a sauvée.


JENNIFER

Ah! Pendant que t’es là,

je te montre ma toile?


HUGO

OK!


JENNIFER dévoile la peinture de MONA à HUGO.


JENNIFER

Tu la reconnais?


HUGO

Mais oui!


JENNIFER

OK! Pfiou!


HUGO

C’est une policière

qui sort d’une palourde.

En tout cas, moi, j’y vais.

Pépère Charlebois m’attend. Bye!


JENNIFER

Une palourde?


JENNIFER cache sa toile, alors que MONA entre dans la salle des pas perdus.


MONA

Oh, oh, oh!

Ç’a l’air sec, ça!


JENNIFER

Euh... Ouais...


MONA

Je peux?


JENNIFER

Euh, eh bien...


MONA

Ah!


MONA retire le bout de papier qui cache la toile.


JENNIFER

Si vous aimez pas ça,

je peux la changer.

Je sais, le coquillage ressemble

un peu à une palourde puis-


MONA

C’est la plus belle chose

que j’ai vue de toute ma vie...


MONA, émue, serra JENNIFER dans ses bras.


Pendant ce temps, chez les Beaucage, SIERRA et VINCENT discutent dans la salle à manger, pendant que MARIE et FRIEDA sont dans la cuisine.


SIERRA

T’as pas tout raté!


VINCENT

Un: j’ai pas d’interview

à donner à madame Cardinal.

Deux: j’ai fait

calciner le roesti.

Puis trois, eh bien...

Je me suis trompé de mamie.


SIERRA

Bon: un, je suis déjà

allée en Suisse.

T’auras juste à m’interviewer.

Deux: je suis sûre

que ça va être super bon.

Puis trois: même si c’était pas

ma vraie mamie,

je te trouve quand même

super cool

de t’être occupé d’elle

tout l’après-midi.


JENNIFER entre dans la maison.


JENNIFER

Allô!


VINCENT

Hé!


SIERRA

Puis? Ta toile?


JENNIFER

Ah! Mona était super contente.


SIERRA

Ah, cool!


VINCENT

Bravo!


FRIEDA et MARIE viennent les rejoindre dans la salle à manger.


JENNIFER

Ah! Bonjour! Je suis Jennifer,

la fille de Brigitte.


FRIEDA

Oh! Frieda! Enchantée!


VINCENT

Qu'est-ce

qu'on mange finalement?


MARIE

Salade de saumon aux bouts

de roestis bien cuits!


JENNIFER

Ah... Je prendrai pas

de saumon.

Je pense que j’ai eu

ma dose pour aujourd’hui.


VINCENT

T’as réussi à récupérer

mon roesti?


MARIE

Oui, goûte! Goûte!

Allez-y! Un petit bout.

Un petit bout, Frieda.

Tiens.


SIERRA

J’en ai jamais mangé

un aussi bon.


MARIE

Malgré tout!


FRIEDA

(Frappant contre son verre)

Excusez-moi, excusez-moi.

J’aimerais prendre un moment

pour souligner la qualité

du roesti, oui, mais surtout...

Surtout la grande gentillesse

de Vincent

qui s’est occupé de moi

tout l’après-midi.


MARIE

Oh, bravo!


VINCENT

Merci, merci!


FRIEDA

Franchement, Vincent,

je n’ai jamais été aussi

bien accueillie.

Tu mériterais la channe

du meilleur hôte.


VINCENT, SIERRA, MARIE ET JENNIFER

La quoi?


FRIEDA

La channe. Le trophée...

La coupe, le bol en or...


MARIE

Ah!


FRIEDA

La récompense.

La mention...


MARIE

Bon appétit!


TOUS

Santé!


Fin de l’épisode


AUDREY

(S’adressant au public de l’émission)

Viens sur le site web

de l’émission, il y a un jeu vraiment

cool à découvrir.


L’adresse internet suivante apparaît: « tfo.org/subitotexto ».


Générique de fermeture

Episodes of Subito Texto

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Fiction

Résultats filtrés par