Universe image Subito Texto Universe image Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent and Sami are starting high school. Together, they try to ease into a foreign world, full of promise but also fraught with worries!

Official sitefor Subito Texto
Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Paris on a Budget

Maude and Jacques are back from Paris, but there´s no time to rest. Maude receives a call from The News! She had pitched an idea to the local paper for an article about her Parisian stay, and surprise! the article is due today! Maude needs some peace and quiet, but lo and behold, here comes Nicole! She came home on a different flight, and asks to stay at the house while waiting for her lost luggage to arrive. Then, as she´s trying to help Maude pick a picture to go with her article, she accidentally erases them all! But Maude absolutely needs a photograph! So in her kitchen, she tries to recreate a picture of a meal she had in Paris.



Production year: 2016

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Générique d'ouverture


Titre :
Subito texto


C'est le matin. MAUDE est étendue sur son lit. On frappe à la porte de sa chambre.


MAUDE

Oui...


JACQUES, le père de MAUDE, entre dans la chambre.


JACQUES

Le décalage horaire

te dérange pas trop, toi?

Moi, là...

Ça fait des heures et des heures

que je tourne en rond.


MAUDE

Ha! ha! ha! Moi aussi, je suis

réveillée depuis un petit bout.

Ça me tentait juste pas

de me lever.


JACQUES

Ah... Tu savoures le bonheur

de retrouver ta maison?


MAUDE

Ah... Le bonheur

de ne plus être

avec Mme Préfontaine

24 heures sur 24?


JACQUES

Ah, Maude!

(Riant)

Ha! ha! ha!


MAUDE

(Riant)

Ha! ha! ha!


JACQUES

Oui, moi aussi.


MAUDE

Non, j'ai adoré

mon voyage en France,

et le lancement de livre

était parfait, hein?


JACQUES

Génial.


MAUDE

Mais Mme Préfontaine était...

(Soupirant)

... fatigante?


JULIEN A, le frère de MAUDE, entre dans la chambre.


JULIEN A

(Prenant un accent français)

Allô, la Française!

Tu te lèves, dis?


JACQUES

(Prenant un accent marseillais)

Hé, oh!

Je t'avais dit

de ne pas faire

de bruit, alors

schnell!


JULIEN A

Ah... Je suis opprimé

dans cette maison.

C'est pas juste!


JULIEN A quitte la chambre. JACQUES et MAUDE rient.


JACQUES

Ah oui! T'as reçu

un téléphone de

La Nouvelle.


MAUDE

Hein?

La Nouvelle, le journal?


JACQUES

Oui, tu dormais.

Je leur ai dit de rappeler.


Le téléphone sans fil que tient JACQUES sonne. Il le tend à MAUDE.


JACQUES

Ah, ben là, je pense

que c'est eux autres.


MAUDE

Passe-moi ça!

(Parlant au téléphone)

Oui allô?


FÉLICIE entre au casse-croûte de l'aréna, où GEOFFROY travaille derrière le comptoir. FÉLICIE transporte son bâton de hockey et son sac de hockey en se dirigeant vers la porte qui mène à la patinoire. Sur la porte est collée une affiche indiquant: «Entretien annuel. Fermé pour la journée». FÉLICIE soupire.


GEOFFROY

Félicie!

Bienvenue au casse-croûte.

Comment ça va?


FÉLICIE

Bien.


GEOFFROY

Veux-tu t'asseoir?


FÉLICIE

Euh, non, j'allais patiner,

mais j'ai oublié

que la patinoire était fermée.


GEOFFROY

(Riant)

Ouais, l'entretien annuel.

Tu dois être déçue.

As-tu faim? As-tu soif?


FÉLICIE

Qu'est-ce que t'as, Geoffroy?


GEOFFROY

Rien.

C'est juste que

le casse-croûte est vide,

et t'es la 10e personne

qui passe sans rien acheter.


FÉLICIE

C'est sûr que si

tu te jettes sur eux autres

comme tu viens de faire là,

ils ont peur.


GEOFFROY

Il faut que ça change.

Et je vais m'arranger

pour que ça change.


GEOFFROY sort un calepin de sa poche.


FÉLICIE

Comment

tu vas faire ça?


Dans sa chambre, MAUDE parle au téléphone.


MAUDE

Parfait! à tantôt!


MAUDE raccroche et se lève en vitesse.


JACQUES

Wô! Là,

qu'est-ce qui se passe?

Euh, tu repars?


MAUDE

Tu te souviens

qu'avant de partir,

j'avais appelé

La Nouvelle

pour leur offrir un article

sur mon voyage en France?


JACQUES

Oui.


MAUDE

Ils veulent l'article

pour aujourd'hui.


JACQUES

Ben là, c'est génial!


JULIEN A entre dans la chambre.


JULIEN A

(Prenant un accent français)

Oh, là, là!

C'est génial, mec!

Mais dis-moi!


MAUDE

Mais oui, mais...

Faut que je finisse l'article...

Ben, que je le commence.

Et que je trouve

une bonne photo.


JACQUES

T'es capable, voyons.


MAUDE

Avant 5 h?

Il faut que ce soit

vraiment intéressant

si je veux

qu'ils me redemandent.

Bon, faut que

je me change. Bye.


JULIEN A

Allez, on "schnelle"!


JACQUES

OK, "schnellons".


JULIEN A

Oui, "schnellons".

Il faut "schneller".


Au casse-croûte de l'aréna, GEOFFROY explique son idée à FÉLICIE.


GEOFFROY

J'ai des idées

plein mon calepin,

et c'est aujourd'hui

que je les teste.

Veux-tu m'aider?


FÉLICIE

T'aider à quoi?


GEOFFROY

(Se raclant la gorge)

"Révolutionner

le casse-croûte."


FÉLICIE

Wow!

En as-tu parlé

à Donald et Guylaine?


GEOFFROY

Non.

Mais je veux

être sûr de mon coup.

Et ils sont partis

pour la journée, donc...


FÉLICIE

Le casse-croûte

est à toi pour la journée.


GEOFFROY

Exact. Tantôt,

je suis allé

faire un tour dans l'entrepôt,

et j'ai trouvé

plein d'affaires

qui pourraient être

super intéressantes.

Tout ce qu'il me manque,

c'est une partenaire

qui pourrait être dynamique,

enthousiaste,

fantastique...


FÉLICIE

Je me demande bien

où tu vas trouver ça.


GEOFFROY se met sur un genou.


GEOFFROY

Félicie...

est-ce que ça te tente

de faire en sorte

que le casse-croûte

soit sur la coche?


FÉLICIE

Ha! Ça se prononce

"su'a coche".

Mais comme on ne dit plus

vraiment ça...


GEOFFROY

Moi, je le dis.

Et je vais payer, en plus.

Tu perdras pas ton temps.


FÉLICIE

Un salaire, en plus?

Quand est-ce qu'on commence?


GEOFFROY

Euh... Tout de suite.

Pour commencer,

tu vas aller te changer.


Chez les Allard-Fraser, MAUDE est devant l'ordinateur familial. JULIEN A vient la rejoindre. Derrière eux, dans le salon, JACQUES vide les valises.


JULIEN A

Maude...


MAUDE

(Soupirant)

Julien, dérange-moi pas.


JULIEN A

T'as dit que tu m'avais

rapporté un souvenir!


MAUDE

Tantôt,

pas tout de suite.


On sonne à la porte. JULIEN A va ouvrir.


JACQUES

(S'adressant à MAUDE)

S'installer dans l'endroit

le plus passant de la maison,

je pense pas que ça soit

la meilleure idée

pour se concentrer.


MAUDE

J'examine

mes photos de voyage.

L'écran ici est plus grand

que sur mon portable.


JULIEN A ouvre la porte à JULIEN B. JULIEN B tient un ballon de basketball.


JULIEN B

Salut, tout le monde!


JACQUES

Allô.


JULIEN B

(S'adressant à JULIEN A)

On va faire

des paniers dans le parc?


JULIEN A

Ou on peut faire des paniers

pas de panier ici!


JULIEN B

Hou!


JULIEN B drible le ballon.


JACQUES

Wô, wô, wô!

Du calme, les boys.

Maude écrit quelque chose,

faut qu'elle se concentre.


JACQUES s'en va dans une autre pièce. JULIEN B jette un coup d'oeil à MAUDE.


JULIEN B

(S'adressant à JULIEN A)

C'est vrai ce que

tu m'as dit tout à l'heure!

Elle a l'air super endormie.

(S'adressant à MAUDE)

Oh! Je peux voir tes photos?

Es-tu allée au parc Astérix?


MAUDE

Julien, non!


JULIEN A lance le ballon dans une des valises ouvertes. Il ramasse le ballon et trouve un petit pot de verre dans la valise.


JULIEN A

Ouache!

Du pâté de foie gras?


JULIEN B

Ah oui!

J'en ai déjà mangé.


JULIEN A

J'ai pas dit

que j'en mangerais pas.


JULIEN B

Je suis sûr

que tu serais pas capable.


JULIEN A

Je mange tout

ce que je veux, gages-tu?


JULIEN B

C'est pas un peu épais

de gager là-dessus?


JULIEN A

T'as peur, hein?


JULIEN B

Pantoute!

OK, d'abord. Celui qui perd

doit appeler l'autre

"Ô grand estomac de béton!"

pendant une semaine.


JULIEN A

Je vais chercher

l'ouvre-boîte.


JACQUES revient au salon.


JACQUES

Tut-tut-tut!

Ça, c'est mon foie gras.

Vous, vous allez

jouer dehors, OK?


MAUDE

Merci, papa!


JULIEN A

(S'adressant à JACQUES)

Le ballon, le ballon!


JACQUES lance le ballon à JULIEN A. JULIEN B s'attaque à JULIEN A pour lui prendre le ballon.


JULIEN A

Hé!

C'est moi

qui ai le ballon!


JULIEN A et JULIEN B luttent jusqu’à l'extérieur.


MAUDE

Bon, on va enfin

avoir la paix.


On sonne à la porte.


Au casse-croûte de l'aréna, GEOFFROY attend FÉLICIE à côté de la porte du vestiaire des employés.


FÉLICIE

C'est vraiment

nécessaire que je mette ça?


GEOFFROY

Oui.

C'est pour le service

aux tables.

Ça va faire plus flash.


FÉLICIE

Mais j'aurais pu

rester habillée normalement!


GEOFFROY

(Lisant à haute voix les notes dans son calepin)

"Le look rétro

des uniformes vintages

"va augmenter la valeur

de l'expérience client

"et rendre sa visite

inoubliable."


FÉLICIE sort du vestiaire avec un uniforme de serveuse jaune et une casquette à pompons.


FÉLICIE

J'ai de la misère

avec la fermeture éclair.


GEOFFROY remonte la fermeture éclair dans le dos de l'uniforme.


GEOFFROY

C'est super beau.


FÉLICIE

En fait, j'ai de la misère

avec les couleurs aussi.


GEOFFROY

Attends, c'est parce qu'à

partir de ton look rétro,

je vais créer un menu rétro

aussi, mais un peu plus flyé,

avec de la musique rétro

et un D.J.!

C'est une bonne idée,

je le sens.


FÉLICIE

Moi, ce que je sens,

c'est que ton costume pue.


GEOFFROY

Peut-être un peu l'humidité,

c'était dans l'entrepôt.


FÉLICIE

Non! Il sent l'humidité,

la boule à mites

et la cigarette,

et ça me démange!

À part de ça,

le reste de tes idées,

ça sent pas bon non plus.


GEOFFROY

Pardon?


FÉLICIE

Le rétro et le D.J.,

c'est vraiment bizarre.

Et je ferai pas

un bon service aux tables

si je pue

et que je me gratte.


GEOFFROY

Bon...

C'est peut-être un peu trop

en même temps.

C'est pas grave,

j'ai plein d'autres idées.


FÉLICIE

Bon, peux-tu me dézipper?


GEOFFROY veut baisser la fermeture éclair, mais le curseur lui reste entre les doigts.


GEOFFROY

Euh...


Chez les Allard-Fraser, JACQUES ouvre la porte à MME PRÉFONTAINE.


MME PRÉFONTAINE

(Blaguant)

Pitié, pour une pauvre

itinérante sans adresse.


JACQUES

Qu'est-ce qui se passe?


MME PRÉFONTAINE

Allô, Maude.

Vous avez eu

de la chance

d'avoir eu un vol

sans escale.

Moi, j'en ai eu deux,

et ils ont perdu ma valise.


MAUDE

Ah...


JACQUES

Avez-vous besoin

qu'on vous prête

une brosse à dents?


MME PRÉFONTAINE

Non. J'ai mis mes clés

dans un veston

qui est dans ma valise.

Alors, je peux pas

rentrer chez moi. Ha!

Mais la compagnie aérienne va

trouver ma valise bientôt,

et je leur ai demandé

de venir la rapporter ici.

J'aurais peut-être dû

vous en parler avant, hein?


MAUDE

Non, non, non!

C'est beau.

Mais là...

J'ai un article

à écrire.


MME PRÉFONTAINE

Occupe-toi pas

de moi, Maude.

Je suis morte de fatigue.

Je vais aller m'étendre

dans un petit coin par terre.


MAUDE

Allez dans ma chambre,

prenez le lit d'Audrey.


MME PRÉFONTAINE

Merci, Maude.


JACQUES

Je vous conduis, venez.


MME PRÉFONTAINE

(Regardant l'ordinateur de MAUDE)

Oh! C'est tes photos!

Oh! Je peux?


MME PRÉFONTAINE s'assoit pour regarder les photos de MAUDE.


MME PRÉFONTAINE

(Riant)

Ha! ha! ha!

Oh oui!

Ha! ha! ha!

Je m'en rappelle!


Au casse-croûte, GEOFFROY sort du local des employés avec une trottinette.


GEOFFROY

Tadam!


FÉLICIE

Une trottinette.

Tu veux que je fasse

des livraisons?


GEOFFROY

Ha! Non, pas encore,

mais c'est pour le service

aux tables!

Une trottinette,

c'est parfait.

C'est pas trop gros,

ça va pas trop vite

et c'est "su' la coche", hein?


FÉLICIE

Ben oui, ça peut être drôle.


FÉLICIE monte sur la trottinette et fait le tour d'une table.


FÉLICIE

Wou!


GEOFFROY

Attends, faut que

tu transportes des plats.


FÉLICIE

Ah oui, c'est vrai.


GEOFFROY donne une pile d'assiettes à FÉLICIE, qui tente de se promener en trottinette en les transportant.


FÉLICIE

Hé, désolée,

c'est un peu difficile

de garder son équilibre

avec juste une main.


GEOFFROY

Ah oui, tu peux

aller dans le corridor.

Tu vas avoir plus de place

pour te pratiquer.


FÉLICIE

Ah oui!


FÉLICIE sort du casse-croûte au moment ou JULIEN A et JULIEN B y entrent.


JULIEN A

Salut!

Il y a personne, ici?


JULIEN B

C'est mort.

On s'en va.


GEOFFROY

Hé! Partez pas,

partez pas!

Vous allez pouvoir me rendre

un petit service.

Et en même temps,

vous allez vous amuser.


JULIEN A

Quel genre de petit service?

C'est parce que nous,

on a un concours à faire.


JULIEN B

Ouais.


GEOFFROY

Justement,

c'est pour un concours

que j'ai besoin de vous.

Regardez!


GEOFFROY place deux verres en carton sur le comptoir.


JULIEN B

(Ironique)

Des verres en carton!


JULIEN A

(Ironique)

Wow!


JULIEN B

(Ironique)

Comme c'est amusant!


JULIEN A

(Ironique)

Mets-en!

(D'un ton normal)

On s'en va.


JULIEN B

(Propos en anglais)

Let's go.


GEOFFROY

Attendez, attendez!

C'est des verres

qui ont servi à une promotion,

il y a quelques années,

et regarde,

tu déroules le rebord

et ça se peut qu'il y ait un

prix qui soit écrit en dessous.


JULIEN B

Pis ce prix-là,

c'est genre de la bouffe

qui a été préparée

il y a quelques années?


GEOFFROY

Non, non.

Le menu a changé,

mais je vous promets

de remplacer

par quelque chose

d'équivalent.


JULIEN A

Pourquoi tu fais ça?


GEOFFROY

Pour voir

si ça vous donne le goût

de consommer plus.

Je vous sers

un jus d'orange, ça va?


JULIEN B

OK.

Mais je vais prendre

un biscuit, avec.


JULIEN A

Pis moi, une galette.


GEOFFROY

Je vais même

vous mettre la galette

et le biscuit dans un verre.

Comme ça, ça va vous en faire

plus à dérouler.


GEOFFROY entend des assiettes se briser au loin. La voix de FÉLICIE provient du corridor.


FÉLICIE

Je suis correcte!

T'en fais pas!


Chez les Allard-Fraser, JACQUES descend l'escalier et va voir MAUDE.


JACQUES

(À voix basse)

Tu sais, Maude...

T'étais pas obligée

de dire oui.


MAUDE

Vraiment?

"Non, Mme Préfontaine,

"on n'est juste plus capables

de vous endurer."


JACQUES

Ouais, c'est vrai.


MAUDE

C'est peut-être pas une si

mauvaise chose qu'elle soit là.

Si j'ai besoin d'aide

pour mon article...


JACQUES

Ouais, c'est vrai.

Et là, elle est pas ben ben

dérangeante, elle dort.


MAUDE

Ouais!


MME PRÉFONTAINE descend les marches.


MME PRÉFONTAINE

Ah... Je suis pas capable

de dormir, merdouille!

C'est mon premier

décalage horaire.

(S'adressant à MAUDE)

Qu'est-ce que tu fais?


MAUDE

Euh, je travaille

sur mon article.


MME PRÉFONTAINE

Mais là, t'écris pas,

tu regardes des

selfies.


MAUDE

Ouais, j'ai besoin d'une photo

pour mon article.

Je pensais prendre

une de celles-là.


MME PRÉFONTAINE

T'es sûre?

Ça fait tellement ado.


MAUDE

Ha! Ben là,

je suis une ado.

Et je les trouve drôles!


MME PRÉFONTAINE

C'est ce que je dis,

elles sont drôles,

pas sérieuses.

Pourquoi tu prends pas

une des miennes?

J'ai passé mon temps

à te photographier.


MAUDE

Ben oui, je sais:

au restaurant, à l'hôtel...


MME PRÉFONTAINE

Ben oui! Mais c'est tellement

plus spécial, plus particulier.

Excuse-moi.

La tour Eiffel

et l'Arc de Triomphe,

tout le monde

fait ces photos-là.

Mais pas le petit salon de thé

parisien du 17e arrondissement.


MME PRÉFONTAINE prend la carte-mémoire de son appareil photo et prend la place de MAUDE devant l'ordinateur.


MAUDE

Oui, euh,

l'ordi devrait reconnaître

votre carte mémoire

comme un disque dur externe.


MME PRÉFONTAINE

OK...

(Lisant le message affiché à l'écran)

"Voulez-vous réinitialiser

"le contenu original

de la plate-forme?" Oui, oui.


MAUDE

Oui, mais là,

les photos ne seront plus

sur votre carte mémoire.


MME PRÉFONTAINE

Ah... Tu peux me les envoyer

par courriel?

Bon, ça devrait

apparaître, là.

Allons, allons, allons...


L'écran de l'ordinateur devient bleu et affiche le message «Erreur fatale».


MME PRÉFONTAINE

OK. Euh...

Qu'est-ce qui se passe?


MAUDE

Non! L'ordi a gelé!

Papa!


MME PRÉFONTAINE

Est-ce que j'ai fait

quelque chose de pas correct?


MAUDE

Non, il fait ça des fois.

Papa!


JACQUES se lève du divan du salon et se rend devant l'ordinateur.


JACQUES

(Faisant signe à MME PRÉFONTAINE de se lever)

Excusez.


JACQUES s'assoit devant l'ordinateur et tape sur quelques touches du clavier.


JACQUES

Ah non... Non.

Encore gelé.


MME PRÉFONTAINE

J'imagine que

si c'est écrit "erreur fatale",

c'est pas une bonne nouvelle.


JACQUES

(S'adressant à MAUDE)

Je pense qu'il faut

que je l'apporte

à l'hôpital des ordis,

ma belle. Désolé.

Peux-tu travailler

sur ton portable?


MAUDE

Ben là, je n'ai plus de photos!

Je les ai toutes

transférées sur l'ordi!


JACQUES

Oh.


MME PRÉFONTAINE

Elles seraient peut-être

sur ton nuage, Cloud?


MAUDE

Non!

Je voulais

faire un ménage

avant de les envoyer

dans le nuage.

J'ai pas de photo

pour mon article!

Bon, on n'a pas

le choix.

On va refaire une photo.


JACQUES

Quoi?


JULIEN A et JULIEN B sont à une table du casse-croûte. GEOFFROY vient les voir.


GEOFFROY

Pis, comment ça se passe

avec vos rebords?

Est-ce que ça vous donne

le goût de revenir?


JULIEN B

Mets-en! J'ai gagné

avec les deux verres!


JULIEN A

Moi aussi!


GEOFFROY

Comment ça,

avec les deux verres?


JULIEN A

Je prendrais tout de suite

mon assiette de filets de poulet

et mon assiette

de ribs de luxe des olympiques.


JULIEN B

Et moi, mes deux

"casquettes promotionnelles

"athlètes canadiens

de l'avenir".


GEOFFROY

C'est quoi ça?


JULIEN A

Ta promotion.


GEOFFROY déroule le rebord de tous les autres verres.


GEOFFROY

On dirait qu'il y a

un défaut de fabrication,

les verres sont tous gagnants!

Désolé, les gars, j'ai pas de

ribs, pas d'ailes de poulet,

pas de casquettes...


JULIEN B

C'est malhonnête, ça, Julien.


JULIEN A

Ouais. Moi, je ne remets

plus jamais les pieds ici.


JULIEN B

Moi non plus.


JULIEN A

Viens-t'en, Julien.

On s'en va.


JULIEN B

(Propos en anglais)

Let's go.


GEOFFROY

Attendez!

Je vous donne...

Quatre galettes,

pour compenser?


JULIEN A

Huit galettes

et quatre sacs de chips.


JULIEN B

Pis du pop-corn.

Beaucoup de pop-corn.


GEOFFROY dépose un sac de maïs soufflé sur le comptoir.


JULIEN A

Plus.


JULIEN B

Ouais.


JULIEN A ET JULIEN B

Beaucoup plus.


GEOFFROY dépose d'autres sacs de maïs soufflé et des sacs de chips sur le comptoir. GEOFFROY entend FÉLICIE dans le corridor tomber de sa trottinette et casser d'autres assiettes. GEOFFROY court l'aider.


JULIEN A

Bon, viens-t'en, Julien.

Je prends

les sacs de chips.


Plus tard, dans la cuisine des Beaucage, JULIEN A et JULIEN B s'empiffrent de maïs soufflé, de galettes, de chips, de biscuits et de beurre d'arachide.


JULIEN B

Pis, ça va?


JULIEN A

Très bien, toi?


JULIEN B

Mmmm! Super bien!

T'as l'air un peu écoeuré.

Tu mâches moins vite.


JULIEN A

C'est parce que je déguste.

J'ai encore super faim.

Est-ce que je peux

finir les chips?


JULIEN B

Aimes-tu mieux le pop-corn?


JULIEN A

Pourquoi pas les deux?


JULIEN B

Hé!

Moi, j'aimerais ça

avec un biscuit en dessous.


JULIEN A

Oh! Tu me donnes une idée.

Pourquoi pas un sandwich

de pop-corn et de biscuit

entre une galette

et un biscuit?


JULIEN B

Pourquoi pas entre

deux galettes et un biscuit?


JULIEN A

Eh oui!

C'est une bonne idée, ça!

Regarde, je vais

le monter tout de suite.


Chez les Allard-Fraser, MME PRÉFONTAINE fait de la couture tandis que MAUDE essuie un ensemble de thé.


MAUDE

(Soupirant)

Je sais pas

si ça va marcher, mon idée.


À côté d'elles, JACQUES fabrique une petite table et se cogne un doigt avec un marteau.


JACQUES

Ayoye donc!

C'est beau, c'est beau.


MME PRÉFONTAINE

C'est sûr, Maude.

On va réussir

à recréer l'atmosphère

du petit salon de thé parisien

où on a eu tant de plaisir!


MAUDE

Ouais, j'essaie

de me rappeler.

La table était toute petite,

on était tassés et...


JACQUES

J'ai presque fini de rajouter

des pattes à un vieux tabouret.

Ça va ressembler aux petites

tables qu'on avait là-bas.


MME PRÉFONTAINE se pique avec l'aiguille.


MME PRÉFONTAINE

Aïe!


MAUDE

Bon, peut-être

que c'est pas nécessaire

que la nappe soit en dentelle.


MME PRÉFONTAINE

Non, non, non,

c'est vraiment nécessaire.


MAUDE

Oui, mais ça va prendre

trop de temps!


JACQUES

OK, ça y est, c'est fini.


MAUDE s'approche de la table et constate que les pattes sont trop grandes.


MAUDE

OK, mais qu'est-ce

qui se passe?

J'ai rapetissé

ou c'est le décalage horaire?


JACQUES

Voyons, mais...

Voyons donc,

comment ça se fait?


MME PRÉFONTAINE

(Se piquant à nouveau)

Aïe!


JACQUES

(Regardant sa table)

Il me semble que j'ai--


MAUDE

OK, arrêtez tous les deux!


JACQUES

Quoi?


Chez les Beaucage, JULIEN A et JULIEN B mangent leur sandwich aux biscuits et maïs soufflé. Ils ont de la difficulté à manger et se forcent pour ne pas le montrer.


JULIEN A

Mmmm!

Pis, ça rentre bien?


JULIEN B

Mmmm!

Vraiment bien! Toi?


JULIEN A

Au bout!

Même que si

j'étais chez nous...


JULIEN B

Quoi?


JULIEN A

Ben...

J'irais chercher

quelques affaires au frigo.


JULIEN B

Quelles sortes d'affaires?


JULIEN A

Ben... je sais pas.

De la confiture?


JULIEN B

Mmmm!

Moi, j'irais chercher

de la mayonnaise!


JULIEN A

Ah oui! Bien!

Est-ce que t'as

des cornichons?


JULIEN B

Euh, oui, oui.

Mais moi, j'aime bien ça

avec du beurre de pinotte.


JULIEN A

Ajoute une tranche de fromage

et c'est bon pour moi.


JULIEN A retient un haut-le-coeur en cachette tandis que JULIEN B sort de la mayonnaise et des cornichons du frigo.


JULIEN A

C'est vraiment... Ha!


Chez les Allard-Fraser, Maude donne des indications à JACQUES et à MME PRÉFONTAINE.


MAUDE

Bon, là, il faut prendre

la photo plus rapidement que ça.

Moi, j'ai un article

à écrire, hein?

Papa, peux-tu aller

chercher des coussins?

On va en mettre

sur nos chaises

jusqu'à ce qu'on soit

à la bonne hauteur.

Pis... Ah...


MAUDE s'empare d'un pistolet à colle.


MAUDE

Mme Préfontaine,

lâchez votre aiguille.


MME PRÉFONTAINE

Ah! Ben oui.

Ça va être moins parfait,

mais ça va aller plus vite.


MAUDE

Bon, papa,

peux-tu appeler les Julien?

Ça serait bien qu'on soit pas

seuls dans notre salon de thé.


JACQUES

Oui, mais là, ils doivent

traîner au casse-croûte.

Je vais aller les chercher.


MAUDE

Bon, bientôt,

je vais peut-être

pouvoir écrire.


MME PRÉFONTAINE

Donne-moi le pistolet,

tu vas pouvoir

y aller tout de suite.

Allez, allez, Maude.

Vas-y!


MAUDE

(En parlant du pistolet)

OK, c'est chaud, hein?


MME PRÉFONTAINE

Oui, oui.


MAUDE

Faites attention.


MME PRÉFONTAINE

C'est bon.


Au casse-croûte, GEOFFROY est assis à une table avec FÉLICIE, révisant les idées sur son calepin.


GEOFFROY

Peut-être que le service

aux tables en trottinette,

c'était pas

la meilleure des idées.


FÉLICIE

Peut-être.


GEOFFROY

Mais... mais il m'en reste

encore une idée, OK? Félicie...

Qu'est-ce qui

fonctionne encore mieux

qu'un restaurant

avec un thème sportif?


FÉLICIE

Je sais pas. Un restaurant ou

personne tombe jamais?


GEOFFROY

Très drôle. Ha!

Non, non, c'est l'humour.


FÉLICIE

Tu veux servir

de la bouffe drôle?


GEOFFROY

Non, mieux que ça!

Je veux offrir

"une expérience

de divertissement interactif

"qui va faire vivre aux clients

un moment inoubliable."

C'est les employés

qui vont être drôles.


FÉLICIE

Ils vont jouer des rôles?


GEOFFROY

Oui, des personnages,

en improvisant.


FÉLICIE

Ouais, ça peut être le fun.

Je suis déjà allée

dans un restaurant comme ça.

C'était pour fêter

mes 10 ans.

C'était un genre

de maison hantée,

et mon serveur,

c'était un zombie super gaffeur.

Il arrêtait pas d'échapper des

bouts de doigts dans la soupe!


GEOFFROY

Oui, oui, c'est ça!

Toi, tu vas être la serveuse

super gaffeuse,

mais en même temps

super sympathique et drôle.


FÉLICIE

Toi, tu vas jouer

le rôle du propriétaire

qui fait des farces

tout le temps.


GEOFFROY

Ah! OK, parfait.

On va faire un test, OK?


JACQUES entre au casse-croûte.


JACQUES

Allô!

Auriez-vous vu

un des deux Julien, par hasard?


GEOFFROY

(Faisant des clins d’œil à FÉLICIE)

Euh, ben, ils étaient ici, tantôt!

Ils sont repartis.

Je pense qu'ils allaient

chez les Beaucage.


JACQUES

Je vais me dépêcher d'aller

les chercher. On a besoin d'eux.


GEOFFROY

Attendez,

vous voulez rien à manger?


JACQUES

Non, merci, je suis pressé.


FÉLICIE

C'est ma première journée

comme serveuse,

et on manque un peu de clients.

J'aimerais ça me pratiquer.


JACQUES

Ben là, j'imagine que je peux

prendre un petit café.


GEOFFROY

Ben oui,

installez-vous ici.

Félicie va venir vous voir.


JACQUES

OK, parfait.

Pour apporter.


GEOFFROY s'en va derrière le comptoir et FÉLICIE va voir JACQUES à sa table.


FÉLICIE

Qu'est-ce que

je peux vous servir?


JACQUES

Un café pour apporter.


Dans la chambre de MAUDE, MME PRÉFONTAINE lit l'article de MAUDE sur l'ordinateur portable.


MAUDE

Merci de lire

mon texte.

Tant qu'à vous avoir

à la maison,

autant bien

profiter de vous! Ha!


MME PRÉFONTAINE

J'ai fini.


MAUDE

Ah bon? Et puis?


MME PRÉFONTAINE

Ben... c'est correct.


MAUDE

Correct?


MME PRÉFONTAINE

Je sais pas,

ça me semble un peu...

neutre.


MAUDE

Neutre?

Neutre, c'est pas bon, ça.


MME PRÉFONTAINE

D'habitude, t'es tellement

plus personnelle, plus toi-même.

Là, c'est...

C'est un peu beige.


MAUDE

Beige?!

C'est la couleur

la plus plate au monde,

ça, beige!


MME PRÉFONTAINE

Non, non, non!

Beige, c'est élégant,

c'est propre, c'est pas

choquant. C'est correct.


MAUDE

Mon texte est plate.


MME PRÉFONTAINE

Oh... Je te fais de la peine.

Excuse-moi.

Peut-être que le décalage

horaire m'empêche

de me concentrer.

J'ai pas les idées claires.


MAUDE

Ben non, c'est vrai

que mon texte est plate.

Je le savais en l'écrivant,

je le sentais.

Mais là, je voulais

vous le faire lire

en espérant que...

que c'était pas si pire, mais...

Vous voyez

la même chose que moi.


MME PRÉFONTAINE

Peut-être qu'en ajoutant

des adjectifs...


Au casse-croûte, FÉLICIE sert un café à JACQUES.


FÉLICIE

Un bon petit café

pour mon bon petit monsieur!


FÉLICIE fait semblant de trébucher. JACQUES rattrape le café à temps.


JACQUES

Hé! Oh! Doucement, Félicie!


FÉLICIE

Excusez! Tout est ben beau,

mon petit monsieur!


JACQUES

Pourquoi tu m'appelles

"mon petit monsieur"?


FÉLICIE

Parce que c'est drôle!


JACQUES

Ah bon.

Euh...

Je prendrais du lait

dans mon café.


FÉLICIE

Tout de suite,

mon brave monsieur!


FÉLICIE se rend au comptoir et rapporte un panier rempli de sachets de sucre à JACQUES.


FÉLICIE

Voili-voilà,

mon cher monsieur!


JACQUES

Non, ça, c'est du sucre.

C'est du lait que j'ai demandé.


FÉLICIE

Je reviens!


FÉLICIE retourne au comptoir et s'adresse à GEOFFROY.


FÉLICIE

Il me semble

qu'il rit pas beaucoup.


GEOFFROY

Sois plus claire

dans tes intentions comiques.


FÉLICIE revient au comptoir avec le panier rempli de gobelets de lait.


FÉLICIE

Je me dépêche,

mon petit monsieur, pour...


FÉLICIE trébuche et renverse tous les gobelets sur la table de JACQUES.


JACQUES

Hé! Fais attention!


GEOFFROY

Tant qu'à y être,

vous auriez dû vous commander

un verre de lait

au complet!


JACQUES

Je m'excuse,

mais j'aime pas ça

me faire niaiser

quand je suis pressé.


GEOFFROY

Mais c'est de l'humour.

C'est pour rendre votre

expérience client inoubliable.


JACQUES

Ah bon! J'oublierai pas d'en

parler à Guylaine et Donald.

Je suis pas sûr qu'ils vont

trouver ça très drôle de savoir

que les clients se font niaiser

quand ils sont pressés.


Plus tard, la salle à manger des Allard-Fraser est aménagée en salon de thé. MAUDE est à une table avec MME PRÉFONTAINE. JULIEN A et JULIEN B sont assis à une table derrière. JACQUES s'apprête à prendre une photo.


JULIEN A

C'est long!


JACQUES

Hé, oh, oh, oh,

je m'ajuste.


JULIEN A

Quand t'es venu

nous chercher chez Julien,

t'avais l'air super pressé,

et là, tu prends ton temps.


JULIEN B

Tu devrais le remercier,

parce que t'étais

en train de perdre.


JULIEN A

Hé! C'est même pas vrai, ça!


MAUDE

Les gars,

tenez-vous tranquilles,

s'il vous plaît.

Il faut que la photo

soit réussie.

Maintenant que

mon article est raté...


MME PRÉFONTAINE

Maude, c'est pas

ce que j'ai dit.


MAUDE

Non, vous avez dit

beige et correct.

Autrement dit,

plate et banal.


JACQUES

Bon, OK, tout le monde.

C'est parti,

on a 10 secondes.

Souriez de votre plus beau

sourire de France.

Le petit oiseau va...

Ah! mon Dieu!

Le foie gras

pour Julien.


JACQUES court à la table de JULIEN A pour poser le pot de foie gras devant lui. À la vue du foie gras, JULIEN A se lève et part à la course.


JULIEN A

Faut que j'aille

aux toilettes!


L'appareil de JACQUES prend une photo alors que JULIEN B vomit devant MAUDE. JULIEN A s'arrête également pour vomir.


Plus tard, MAUDE est seule dans sa chambre. MME PRÉFONTAINE la rejoint.


MME PRÉFONTAINE

Ton père et moi,

on a fini de tout nettoyer.

J'ai fait brûler beaucoup

d'encens, ça sent presque bon.


MAUDE

La photo?


MME PRÉFONTAINE

Je pense pas

qu'elle va être utilisable.

Pis ton père,

il a jeté la nappe

et il a mis la vaisselle

dans le lave-vaisselle.


MAUDE

Bon... pas de photo,

c'est réglé.

Je vais appeler

La Nouvelle.

Je vais leur dire

que mon article est pas prêt.


MME PRÉFONTAINE

Maude, je suis

vraiment désolée.

Je voulais t'aider pis...

j'ai fini par te nuire.

Oh...


MME PRÉFONTAINE se lève. MAUDE remarque qu'un morceau de dentelle est resté accroché à l'arrière de son pantalon. MAUDE rit.


MAUDE

Ben là, je ris pas de vous, mais...

(Riant)

Ha! ha! ha!

Vous avez de la dentelle

sur les fesses.


MME PRÉFONTAINE

Oh! C'est vrai!

C'est tellement fou,

tout ce qui est arrivé!


MAUDE

Ah... Toutes les photos

qui disparaissent,

l'ordi qui gèle...

Et les deux Julien qui

se transforment en volcan!


MAUDE

C'était dégueu!

Ah! Ça, c'est

comme la fois...


MME PRÉFONTAINE

Quoi? Quoi? Quoi?


MAUDE

À Paris, quand vous avez

échappé votre sandwich

dans la fontaine St-Michel!


MME PRÉFONTAINE

(Riant)

Oh non!


MAUDE

Mais c'est ça!

C'est ça qui manque

dans mon article!

C'est de l'humour!

Il faut que je raconte

toutes les niaiseries

qui nous sont arrivées.


MME PRÉFONTAINE

Ben oui, oui, t'as raison!


MAUDE

Je vais réécrire

tout mon article

en ajoutant

des histoires drôles.

Je vais tout raconter:

la table trop haute...


MAUDE s'assoit devant l'ordinateur portable.


MAUDE

Restez avec moi,

vous allez m'aider.


MAUDE se retourne et constate que MME PRÉFONTAINE dort sur le lit.


Au casse-croûte, FÉLICIE a réussi à remettre ses vieux vêtements.


FÉLICIE

Ç'a fini par marcher.

J'ai mis une goutte d'huile,

j'ai gossé un peu après

et ç'a fini par débloquer.

Qu'est-ce que tu fais?


GEOFFROY

J'enlève toutes les idées

poches de mon carnet.

C'est pas compliqué, je devrais

juste le jeter au complet.


FÉLICIE

Ben là, relaxe.

Ça va pas si mal que ça.

M. Fraser a été fin

quand on lui a expliqué.


GEOFFROY

Il avait raison: les clients

peuvent pas avoir de fun

si on leur explique pas

ce qui se passe avant.

Comment ça se fait

que j'ai pas pensé à ça?


FÉLICIE

On faisait des tests.


GEOFFROY

Je pensais avoir du talent

pour les affaires.

Va falloir que

je trouve autre chose.

Peut-être radiologiste.


FÉLICIE

Attends, là.

Pour commencer,

on a quand même eu du fun, non?


GEOFFROY

Un peu.


FÉLICIE

Il y a des parties de

tes idées qui sont pas si pires.

On devrait les retravailler.


GEOFFROY

Comme?


FÉLICIE

On pourrait avoir

une autre employée,

genre moi, et essayer

d'offrir le service

le plus gentil et le plus

efficace de toute la ville.


GEOFFROY

On peut essayer ça.


FÉLICIE

Pis la musique...

Donald met des affaires

vraiment plates, des fois.


GEOFFROY

Je pourrais lui faire

une playlist vraiment hot.


FÉLICIE

Et Guylaine pourrait donner

des cours de cuisine?


GEOFFROY

Oui! C'est bon!

Félicie, c'est vraiment le fun

de chercher des idées avec toi.

Je vais essayer de convaincre

les patrons de t'engager.


FÉLICIE

Merci, mon bon

petit monsieur!


GEOFFROY et FÉLICIE rient.


Plus tard, chez les Allard-Fraser, JACQUES montre les photos de son appareil à JULIEN A et JULIEN B. Tous rient. MAUDE descend de sa chambre. MME PRÉFONTAINE lit l'article de MAUDE sur l'ordinateur portable.


MAUDE

Qu'est-ce qu'ils regardent,

les cracheurs de pop-corn?


JULIEN A

On regarde les photos

de notre incident stomacal.


JACQUES

Et comme j'ai pris

des photos en rafale,

on essaie de voir

qui a vomi en premier.


JULIEN A

Celui qui vomit en deuxième

remporte le concours

qu'on faisait

entre nous deux.


MAUDE

Hein? Ouache!


JULIEN B

Regarde!

On a vomi exactement

en même temps!


JULIEN A

On est pareils!


JULIEN A et JULIEN B se tapent dans la main.


MME PRÉFONTAINE

(Riant en lisant l'article de MAUDE)

Ha! ha! ha!


MAUDE

Ah, bon!

C'est pas trop beige?


MME PRÉFONTAINE

Ça fait deux fois

que je le lis

et je ris toujours autant.


MAUDE

Ils viennent de m'appeler:

ils ont tellement aimé ça

qu'ils veulent que j'écrive

un deuxième article

dans leur prochain numéro!


MME PRÉFONTAINE

C'est merveilleux, Maude!

Je suis tellement fière de toi!


Le téléphone de la maison sonne. MAUDE répond.


MAUDE

Oui, allô?

Ah, oui, un instant.

(S'adressant à MME PRÉFONTAINE)

C'est pour vous.

C'est la compagnie aérienne.


MME PRÉFONTAINE

(Parlant au téléphone)

Allô? Oui, oui, c'est moi.

Ah! Bon! Oui, c'est parfait.

Ils ont retrouvé ma valise!

Ah? Ah bon?

Il y a pas moyen

de faire autrement?

Ah bon, d'accord.

OK. Au revoir.

(S'adressant à MAUDE)

Je l'aurai pas avant demain.

Mais là,

je vous ai assez dérangés.

Je vais aller

me chercher un hôtel.


MAUDE

Ben non, restez.


JACQUES

Ben oui!

Restez.

On va prendre le thé,

avec du foie gras.


JULIEN A et JULIEN B poussent des cris de dégoût en faisant semblant de vomir.


Fin épisode


BRANDON-LEE

(S'adressant au public de l'émission)

Envie de t'amuser?

Les personnages de

Subito

t'attendent sur le site web

de l'émission.


L'adresse internet suivante apparaît: «tfo.org/subitotexto».


Générique de fermeture


Episodes of Subito Texto

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Fiction

Résultats filtrés par