Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

Video transcript

Vincent Valentino: Ottawa´s Amateur Film Scene

Vincent Valentino is an amateur Ottawa filmmaker. A few years ago, he founded a group for film fans and other hobbyists in the region. They meet every weekend to make films of all kinds. Valentino has more than one hundred short films under his belt, and he is currently working on his second feature film, a drama that tells the story of a man after he is released from prison. What can you create with a camera, a little money and a lot of passion? In this report, Valentino offers us a glimpse into his Ottawa community.



Réalisateur: Jean-Philippe Bélanger
Production year: 2016

Accessibility
Change the behavior of the player

video_transcript_title-en

VINCENT VALENTINO est assis sur un fauteuil en studio. Pendant son témoignage diverses images de lui en action défilent.


VINCENT VALENTINO

Je m'ennuie. Chaque semaine,

je veux faire un film.

J'ai grandi dans des...

pas des familles d'accueil, mais

des «group homes» et j'étais

toujours entouré des gens.

J'aimais bien ça. Je suis devenu

dépendant de ça. Et après ça,

j'ai déménagé dans un petit

appartement et je m'ennuyais.

Je m'ennuyais beaucoup. J'avais

besoin d'une vie sociale,

rencontrer des gens.


Des images montrent VINCENT VALENTINO écoutant un film dans son salon.


VINCENT VALENTINO

J'ai appris à faire le cinéma

tranquillement. Le cinéma,

ça représente pour moi une voie

créative, mais pas plutôt pour

l'audience, mais pour moi,

pour ma satisfaction. Je regarde

tous mes «shorts films»

comme un album de photographe.


Des extraits de films défilent rapidement.


VINCENT VALENTINO

Et il faut que je sois fier

de ce que j'ai fait.

J'ai commencé un groupe sur

Facebook qui s'appelle

«Ottawa Filmmakers». Tranquillement

pas vite, il y a du monde qui a

joint et j'ai dit: «Bien, OK,

on va se rencontrer à un pub.

On va parler, on va manger, on

va boire, on va avoir du fun.»

Tout le monde se connecte à

travers ce groupe-là. Astheure,

on a plus que 3500 membres

et c'est tous des gens à Ottawa.


Des images montrent VINCENT VALENTINO participant à un tournage.


VINCENT VALENTINO

Moi, j'aime qu'on se rencontre

tous ensemble en fin de semaine

et on... Tu sais, on fait ça

pour des bonnes raisons. On fait

ça pour l'amour du cinéma.


VINCENT VALENTINO dirige son équipe durant le tournage.


VINCENT VALENTINO

Action!


VINCENT VALENTINO est de retour en studio où il témoigne.


VINCENT VALENTINO

Tu travailles avec des gens.

Il faut que tu sois bon avec

des gens. Faut que tu donnes

quelque chose de toi-même.

Le monde, il oublie ça souvent.


Des images montrent VINCENT VALENTINO écrivant dans une pièce aux murs chargés de décorations.


VINCENT VALENTINO

Je suis en train de préparer

mon deuxième long-métrage. Je

voulais avoir plus l'attention

de la communauté. On dirait

qu'on prend ça plus sérieux,

des longs-métrages, parce que

tout le monde, il fait des

«short films». Mais on dirait

que pour être plus satisfait

créativement, j'ai besoin

de faire quelque chose

de plus profond.


Texte informatif :
«The stars look tired» raconte l'histoire d'un homme qui veut refaire sa vie après sa sortie de prison. C'est le deuxième long-métrage de Vincent Valentino.


Des images montrent un homme marchant seul l'hiver au crépuscule.


VINCENT VALENTINO

On dirait que ça me développe

comme un humain,

plutôt que juste un

«filmmaker».

Ça me donne la chance d'explorer

des avenues dramatiques

profondes, tragiques même,

connecter avec des individus...

avec une intimité

que j'ai pas connue de ma vie.


VINCENT VALENTINO parle à quelqu'un de son équipe sur le plateau de tournage.


VINCENT VALENTINO

(Propos traduits de l'anglais)

Je vais attendre avec ce petit parapluie

qui ne s'ouvre pas. Nous sommes à l'heure.


VINCENT VALENTINO poursuit maintenant son témoignage.


VINCENT VALENTINO

La majorité de nous autres,

on a des jobs et des vies.

On peut juste «shooter»

comme le dimanche ou le samedi.

Si ça marche pas, on peut

pas attendre. Il faut qu'on

«move», il faut qu'on «move».


De courts extraits de film défilent : deux hommes s'observent à l'urinoir, le visage d'un autre homme se transforme en figure démoniaque, un homme en feu sort par une porte d'église, des personnes se poursuivent dans un escalier.


VINCENT VALENTINO

J'ai pas de financement.

Je travaille deux jobs, temps

partiel. Tu peux dire que je

suis pauvre même, mais je suis

heureux et on est chanceux

à Ottawa à cause qu'il y a

tellement de gens qui font ça

comme des «hobbies».


Plusieurs membres de l'équipe d'un plateau de tournage s'expriment.


PERCHISTE

(Propos traduits de l'anglais)

Tout le monde offre son soutien.

On essaie de s'aider les uns les autres

sur nos projets.


HOMME

(Propos traduits de l'anglais)

On n'a qu'à mettre une annonce

pour que tout le monde veuille

donner un coup de main.


FEMME

(Propos traduits de l'anglais)

C'est plus ardu de faire

une production indépendante,

car on n'a pas beaucoup de temps,

de ressources ou de personnel.

Obtenir une production

de grande qualité a été un défi,

mais jusqu'ici tout va bien

et on va s'en sortir

compte tenu de tous ces facteurs.


Des images montrent VINCENT VALENTINO faisant du montage sur son ordinateur.


VINCENT VALENTINO

J'ai fait à peu près 100

«short films» dans le cinq ans et demi

que j'ai commencé. J'ai appris

bien des choses. Aie pas peur

d'être «weird». Prends

des chances. Et les opinions des

gens, ça vaut absolument rien.

On est des artistes et on est

sensibles et c'est décourageant,

je comprends ça, mais il y a

bien des gens qui aiment mes

films et il y a bien des gens

qui aiment pas mes films.

Mais ils regardent mes films.


Des images montrent la devanture du cinéma «Mayfair». VINCENT VALENTINO discute avec des gens à la porte.


VINCENT VALENTINO

«Digi60», c'est un festival

qui est bien reconnu à Ottawa.

Ça se passe deux fois par année,

au printemps puis l'automne.

Je suis bien excité à voir ça

sur l'écran. Je suis bien excité

de savoir que les acteurs vont

être là dans le théâtre.


Les spectateurs qui faisaient la file entrent dans le cinéma.


VINCENT VALENTINO

Ça me donne de l'énergie, ça.

C'est juste pour un soir. Ça

m'excite tellement que ça vaut

la peine. Je fais tout ça

juste pour un soir des fois.


Des images montrent des spectateurs écoutant un film au cinéma en mangeant du maïs soufflé.


VINCENT VALENTINO

Puis moi, j'aime encourager

les gens de prendre une caméra

et de faire leurs propres films.

Tout le monde, il a le droit

d'avoir une voix créative.

Même si ça va nulle part dans ma

carrière, je suis content d'être

ici à Ottawa, continuer à faire

des films chaque fin de semaine.

Je suis heureux en ce moment.

Je veux pas changer ça. Je suis

chez nous quand je fais ça.

C'est tout ce qui est important.


Un extrait de film dans lequel VINCENT VALENTINO joue défile sur l'écran de la salle de cinéma, puis l'écran s'éteint.



Episodes of TFO 24.7

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par