Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

The Groomer Guy

Prepping snowmobile trails is a solitary job, but that´s exactly what Luc Lévesque, aka The Groomer Guy, has been doing for the Dubreuilville Alouettes Snowmobile Club for the past 21 years. Despite working alone, the Groomer Guy has become a bona fide social media celebrity, thanks to his many comments and videos informing the public about trail conditions. Just ask the over 6000 snowmobilers who follow him on Facebook! Lévesque usually begins his work at nightfall— that way no snowmobilers are out, and the trials are empty. Sometimes he´ll be gone for 20 hours, grooming over 140 km of wooded trials with no cellphone or radio reception.



Réalisateur: Eric Bachand
Production year: 2016

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Dans un garage, des vignettes et des autocollants de motoneigistes sont accrochés aux murs. Dehors, LUC LÉVESQUE, «the groomer guy», opérateur de dameuse, prépare son matériel pour sortir avec la surfaceuse préparer les sentiers de motoneige.


LUC LÉVESQUE

Quand tu t'en vas pour sept

heures de temps, il y a pas de

cellulaire, tu pognes même pas

rien de radio, ça fait du bien.

Tu t'en vas, t'écoutes le son

de la machine, la petite porte

ouverte. Des fois, tu sors,

tu vois des perdrix, des lynx.


La surfaceuse circule dans les sentiers forestiers.


LUC LÉVESQUE

Même après 21 ans à faire de

la surfaceuse sur nos sentiers,

il y a encore des journées

que j'arrive dans une place,

la trail, elle est belle,

le soleil se couche. Je me dis:

Tabarnouche, je suis chanceux de

faire ce que je fais là. C'est

comme mon office aujourd'hui.

Parce qu'on est éloignés, on est

un petit village, le monde,

il entend pas parler beaucoup de

nous autres. Avec Groomer Guy,

ça a commencé quand je voulais

donner de la formation des

conditions de sentiers aux gens,

les motoneigistes, parce que

dans ses débuts, l'Internet,

en 1997, 1996, il n'y avait

pas d'autres opérateurs de

surfaceuses qui faisaient cette

formation-là. Depuis que j'ai

commencé à faire ça, il y en a

qui disaient que Dubreuilville

était un plus petit club

que la fédération qui était

la plus connue.


Une capsule de formation que LUC transmet sur Internet est présentée.


LUC LÉVESQUE

(Propos traduits de l'anglais)

C'est Luc. Le «groomer guy»

(Montrant des panneaux sur les sentiers)

Voici un exemple de traces d'ours.

(Traçant un sentier de nuit)

Nons sommes sur le circuit

des 100 mille, direction nord.

Les sentiers sont beaux.

Enfin, nous avons des températures

chaudes.

Pour ceux qui ne pensent pas

que les tracteurs montent

des pentes, je damais

le sentier en montant.


À l'extérieur d'un relais pour motoneigistes, plusieurs motoneiges attendent dans le stationnement. RAYMOND DUBREUIL du club de motoneige Alouette témoigne.


RAYMOND DUBREUIL

Le Groomer Guy, Luc Lévesque,

c'est moi qui l'ai entraîné plus

ou moins dans les débuts, puis

je dois dire qu'aujourd'hui,

bien, je suis bien content

parce qu'il nous fait beaucoup

de publicité. On apprécie sa

« dédication » envers la qualité

du balisage, et puis c'est lui

qui est en charge comme

président du club. Puis là,

il fait une bonne job, Luc.


LUC est dans son tracteur. Ensuite on le retrouve dans son garage.


LUC LÉVESQUE

Être un opérateur de

surfaceuse, ça a l'air toujours

beau, que tu t'en vas dans la

machine, puis que tu travailles

droit, mais c'est beaucoup

de précision. Tu gardes un oeil

en arrière voir si tout va bien.

C'est des longues heures.


Sur son tracteur, LUC parcourt les sentiers enneigés en alternance avec son témoignage dans son garage.


LUC LÉVESQUE

(Parlant avec un émetteur radio)

On s'en va dans la trail.

On a beaucoup de sentiers.

Il faut passer 12, 15, 18

heures. Le printemps, tu pars

toute la nuit. Tu reviens le

lendemain matin, tu te couches.

Il y a de la maintenance

à faire, le graissage. Il y a

toujours quelque chose qui

casse. C'est beaucoup de temps

et quand t'es sur le sentier

aussi, des fois, faut que

tu poses des pancartes, coupes

des arbres. Bien souvent,

on a des petits trucs. Dans

le groomer, il y a la bouche

pour la chaleur. Tu prends une

sandwich et ça rentre direct

bien comme il faut là-dedans.

Puis après une demi-heure, là,

t'ouvres ça, puis ta sandwich

est bien chaude,

puis le fromage, fondu.

Avoir des commentaires positifs

des sentiers, des gens de

l'extérieur, ça fait chaud au

coeur. Quand quelqu'un arrive

et qu'il te donne un thumbs up

et qu'il te dit: « Eille,

qu'est-ce que vous faites ici,

c'est super. On n'a jamais vu

des beaux sentiers de même. On

est satisfaits, on va revenir. »

Ça te donne un boost d'énergie

pour l'année prochaine,

là, pour continuer.


Episodes of TFO 24.7

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par