Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Ghislain Plourde, The Kind Poet from the North

Ghislain Plourde is a magnetic Northern Ontario figure who never fails to make an impression on anyone he meets. A poet full of kindness, Plourde leads a generous life both in his words and in his community involvement. We met with him this spring at his home on the site of Camp Ongrandi, which he co-founded more than 38 years ago to welcome young French-speaking summer campers. A perfect day to intersperse conversation and poetry.



Réalisateur: Eric Bachand
Production year: 2016

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Des vagues viennent s'échouer sur une rive de sable.


Dans sa maison, assis à sa table de travail, GHYSLAIN PLOURDE, poète, écrit et consulte des calepins remplis de textes écrits à la main. Il lit quelques extraits et commente.


GHYSLAIN PLOURDE

(Lisant à voix haute ce qu'il écrit)

«J'essaie de dire "j'aime"

en regardant le bleu du ciel

Qui donnent aux oiseaux des

chansons d'amour à chanter.»

(Commentant)

C'est ça que j'entends à matin.

(Lisant à voix haute ce qu'il écrit)

«Je suis un simple gars grandi

de neige et de bois.

Je suis un simple gars

grandi de neige et de bois.

Naïf aux étoiles

et prude sous le vent.»

(Montrant son calepin)

Ça y est, je pense que c'est

27 poèmes puis ils sont tous

mémorisés ceux-là. C'est facile

là-dedans. Je peux traîner ça

n'importe où. Je mets ça dans

ma poche comme ça puis je m'en

vais avec ça et il y a personne

qui sait ça. Ça paraît pas,

c'est dans l'auto,

je suis dans le bois.


Des images de fleurs sauvages et d'un lièvre défilent. On voit GHYSLAIN PLOURDE marcher dans un champ, puis observer la nature du haut d'un petit pont de bois.


GHYSLAIN PLOURDE

Ma mère m'a dit: «Ghislain,

garde-toi du sucre dans tes

poches. Un petit chapelet

à gauche puis un petit peu

de sucre à droite.» Puis

elle a dit: «Il va y avoir

des abeilles à l'entoure de toi.

Ça va bourdonner, tu vas voir.

Puis ça va être de bonne humeur

puis c'est comme ça que la joie

va continuer. Si tu l'as pas, va

falloir que tu l'attrapes

quelque part, mais si tu

l'as, tu peux le donner.»

Tout jeune, j'ai eu la facilité

de développer le goût de la

parole puis de mémoriser.

Facilement, j'ai développé le

goût de la poésie puis je

me sentais bien là-dedans.

Mémoriser, pour moi, c'est

devenu facile puis ça me donnait

un petit côté spécial. Les gens

négligeaient ça, moi, je l'avais

et j'étais prêt. Ça m'a servi

toute ma vie, toute ma vie.


GHYSLAIN est maintenant assis dehors dans une cour, près d'un feu en plein jour.


GHYSLAIN PLOURDE

Alors, l'instant qu'ils avaient

besoin d'un porte-parole,

j'avais quelque chose à dire.

Puis moi, je me disais:

Ghislain, t'empruntes

des mots...

... pour bâtir un petit village,

pour bâtir un petit projet

avec le bois de tes crayons.

Ça, ça, c'est moi.


GHYSLAIN est maintenant assis sur des troncs d'arbres coupés et lit de la poésie à haute voix.


GHYSLAIN PLOURDE

«Ne cherche pas,

ne cherche plus.

Tu la trouveras cette forêt,

tes amis et encore plus.

Tu goûteras au pays

de ton enfance,

Laver d'une belle

eau de printemps,

Le coeur gonflé de souvenirs,

de chansons,

Baignant dans

un soleil de rosée.»


GHYSLAIN PLOURDE transporte des billots de bois et les empile.


GHYSLAIN PLOURDE

On m'a mis

«foreman» à 17 ans.

J'avais jamais travaillé dans

un moulin à scie. Mon patron,

au bout d'une heure, il m'a mis

un chapeau blanc sur la tête

puis il dit: «Tu vas être

foreman.» J'ai dit:

«Foreman

de quoi?» Il dit:

«"Foreman",

c'est un mot anglais puis ça

veut dire "pour l'homme". T'es à

côté de l'homme. Tu vas être là

pour aider l'homme, pas pour

"runner" la gang. Ils vont

penser que tu "runnes" la gang,

la vieille mentalité, mais

t'es à côté de la personne

pour l'aider puis lui permettre

de faire un bon travail.»

Ça m'a marqué, ça, pour la vie.


GHYSLAIN est à nouveau assis dans la cour.


GHYSLAIN PLOURDE

Moi, quelqu'un qui quitte la

région, je m'énerve pas avec ça.

Il y a une bonne raison pour ça,

il y a un besoin pour lui

puis c'est nécessaire puis

ça peut devenir agréable.


GHYSLAIN transporte une brouette au travers des bois.


GHYSLAIN PLOURDE

Il reste déjà assez de monde

pour regarder le nord aller.

Puis il va en venir d'autres.

Les anglophones s'en viennent

prendre les terres, ils vont

défricher ce qu'on a pas fait,

puis c'est bien correct.

Ils vont arriver avec leurs

familles. Puis nous autres,

là, si on a à partir, moi, je...

Non, non, c'est moi qui vais

contrôler ça. Non, non, non.

De toute façon, sont pas

loin, sont tous à Ottawa.

J'en ai une soixantaine

dans mes neveux et nièces,

c'est tous diplômés, tu sais.

C'est tous à Ottawa.


GHYSLAIN est assis devant un lac et récite un poème.


GHYSLAIN PLOURDE

«J'ai le goût du goût du nord.

Le goût de vivre parmi

les roches et les épinettes.

C'est là que le coeur

est proche de la nature,

Au coin du nord.

Depuis tout le temps

que, sans réplique,

On nous explique que la vie est

à son plus fort au coin du nord.

Depuis tout le temps

que l'on vante,

Depuis tout le temps que

l'on nous chante:

"Moi je viens du nord.

Je fais de la raquette

raquetiqueta",

Bien, moi itou,

j'ai le goût du goût du nord.»


Episodes of TFO 24.7

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par