Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Edmonton Rethinks Its Brand Image

The curiosity and creativity of city dwellers are key ingredients to revamping the image and reputation of any city— and that´s exactly what the City of Edmonton harnessed. In partnership with Story Engine, the municipality launched the “Make Something Edmonton” campaign, which sought to highlight the stories of Edmonton residents and entrepreneurs. Rather than purchasing a brand image, the City of Edmonton instead chose to have its people speak for it through a unifying campaign.



Production year: 2016

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

TODD BABIAK, entrepreneur, se trouve dans un café.


TODD BABIAK

Une ville, ce n'est pas un

produit, c'est un organisme. Il

faut utiliser une autre méthode

et il faut utiliser l'esprit,

la curiosité et la créativité

des gens qui habitent là-bas.


Des images de la ville d'Edmonton, de murales, de devantures de commerces défilent. Sur un immeuble, on peut lire écrit en grandes lettres : «Take a risk. It's the most Edmonton thing you can do.»


TODD BABIAK travaille sur son ordinateur portable dans un café.


TODD BABIAK

Je m'appelle Todd Babiak.

Je travaille pour une entreprise

qui s'appelle Story Engine

et avec la ville d'Edmonton,

nous avons lancé

une entreprise qui s'appelle

«Make Something Edmonton» .

Normalement, les villes, quand

il y a des problèmes d'image, de

réputation, les petites villes

comme Edmonton, on achète

quelque chose, on achète

une marque d'une agence

de publicité.


Sur un écran d'ordinateur, défilent différents slogans de villes en anglais.


TODD BABIAK

Normalement, c'est

un logo, une phrase, un slogan.

Edmonton: ville dynamique.

Quelque chose comme ça.

Et ça ne marche pas. Alors, nous

avons commencé quelque chose

pour la Ville d'Edmonton,

un programme pour l'économie

et aussi pour les emplois,

pour l'invitation,

l'investissement d'Edmonton.

Pourquoi Edmonton? La réponse,

c'est pourquoi Edmonton.


Différentes images des paysages d'hiver et de la ville d'Edmonton sont montrées.


ADAM SWEET, conseiller à la Société de développement économique d'Edmonton est dans son bureau.


ADAM SWEET

C'est une opportunité de dire

et de parler de toutes

les histoires de la ville.

Pas seulement de dire:

(Propos en anglais)

"C'est City of Champions."

La ville d'Edmonton, c'est

trop complexe pour se trouver

dans seulement un slogan.

«Make Something Edmonton»

a commencé avec

le maire d'Edmonton...

Ils ont fait un «task force».

C'est un «task force» pour

trouver l'identité. C'était

quelque chose qui a pris

toute l'énergie du conseil

en 2012, 2013.


Les témoignages de TODD BABIAK et d'ADAM SWEET se superposent, bien qu'ils s'agissent de deux entrevues différentes.


TODD BABIAK

Et le problème numéro 1

qu'ils ont défini, c'était

notre image et notre réputation.


ADAM SWEET

On a reconnu avec

«Make Something Edmonton»

que l'image de la ville,

ça ne peut pas être

construit par le gouvernement.

Ça ne peut pas être construit

par un groupe qui ne vient pas

d'ici. C'est seulement par les

citoyens. Alors, les citoyens,

ils construisent la ville et

aussi, ils construisent l'image

de la ville. C'est pas l'image

qu'on peut mettre sur les

citoyens. Ça, c'est quelque

chose qui... C'est le passé.


Défilent des images d'école, d'artisans, de boulangers, de librairies, d'épiceries, de concerts.


TODD BABIAK

On a besoin de prendre toute

la communauté ensemble pour

trouver l'identité d'Edmonton.

Edmonton, c'est pour les gens

qui veulent lancer quelque

chose, qui veulent essayer

quelque chose de nouveau.

Quand nous avons demandé

pourquoi Edmonton, nous avons

entendu les histoires

comme l'histoire de Bioware,

l'entreprise de «video games».

Nous avons entendu l'histoire

de PCL Construction. Nous avons

entendu l'histoire de Stantec,

de Running Room, de Boston

Pizza, de Earls. Nous avons

lancé le premier «food bank» au

Canada, le deuxième en Amérique

du Nord. Nous avons lancé

la première mosquée du Canada.


ADAM SWEET

C'est une ville différente.

C'est une place où vous pouvez

faire... où vous pouvez prendre

un risque. C'est une place où

vous commencez une entreprise

ou une idée. Et c'est une place

où vous êtes supportés,

pas seulement par la communauté,

mais par le comité,

la région ainsi que la province.


TODD BABIAK

La façon de faire de

«Make Something Edmonton»

pour résoudre

un problème d'image et

réputation, c'est la première

fois que quelque chose a passé

ici au Canada et au monde

entier. C'était vraiment un

modèle, une stratégie bizarre,

et c'est la première fois.

C'est vraiment «edmontonien»

d'utiliser «Make Something Edmonton» .


Le soir tombe sur le centre-ville de Toronto.



Episodes of TFO 24.7

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par