Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Abortion: Pro-Choice is for Life

Josée Laramée was raped at 18 years of age. Influenced by a pro-life organization, she went through with her pregnancy and kept the baby. Today, for the first time in public, Laramée discusses the difficulties of being a single teen mother to a seriously ill child. Pro-choice, she now works so women have access to objective information to make more informed decisions about whether or not to have an abortion, keep their baby or put the child up for adoption. Laramée has been working with CALACS (Centre d´aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel) for 25 years. This is the moving story of a mother who would have wanted a genuine choice.



Réalisateur: Carine Ouellet
Production year: 2017

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

JOSÉE LARAMÉE, survivante d'agressions sexuelles témoigne de l'impact de l'agression.


JOSÉE LARAMÉE

J'avais tellement peur,

puis mon estime de soi était

tellement basse. Il est arrivé

dans la nuit et il m'a

violée toute la nuit.

Puis je suis tombée enceinte.

J'avais juste 18 ans.


Texte narratif :
Parce que j'aurais aimé avoir un vrai choix


JOSÉE LARAMÉE

On m'a jamais donné vraiment les

vrais choix. J'aurais aimé ça

qu'on me dise: «Josée, voici

ce que c'est, un avortement.

Voici ce que c'est,

de le garder ou de le placer.

Puis, voici les conséquences que

tu vas vivre de tes trois choix

et les conséquences que tu peux

vivre aussi de positif, pas les

conséquences, mais les bienfaits

que tu peux vivre aussi

positivement des trois choix.

J'étais troublée. J'étais

troublée par les conséquences

que je vivais, troublée par

qu'est-ce que ça voulait dire de

me faire avorter. J'avais aucune

idée. J'avais aucune idée de ce

que ça voulait dire. De le faire

placer non plus et de le garder

non plus. Je me suis tournée

vers des services qui m'ont...

qui m'ont vraiment influencée,

je dirais, à garder...

à garder l'enfant.

Puis, j'avais vraiment le

«feeling» que je faisais la bonne

chose, de le mettre au monde,

même s'il y avait quand même

une petite voix en dedans de moi

qui me disait: Je suis comme

pas trop certaine dans quel

projet que je m'embarque.

Et j'étais extrêmement

troublée par l'expérience que je

subissais finalement. C'est vrai

qu'au départ, ils m'ont donné

ce que j'avais besoin...

pour commencer avec mon fils.

Mais ça a changé.

Mon fils est tombé... Il était

gravement malade. Il y avait des

nuits où je passais des nuits

blanches. Je me souviens

un moment donné, je suis

dans ma cuisine, puis je suis

super fatiguée et je me dis:

Comment je vais faire?

Je serai jamais capable. Je ne

suis plus capable d'être debout

toute la nuit. J'avais pas

vraiment de répit... de répit,

je veux dire intellectuel et

émotionnel, parce que je voulais

que Jean-François puisse avoir

tous les services dont il avait

besoin, dont moi j'étais pas

capable... J'en ai eu, des bons

services. Il y a des personnes

qui m'en ont donné, du soutien.

Mais à l'intérieur de moi, veux,

veux pas, quand les médecins

te disent que c'est incurable

et que Jean-François va terminer

sa vie dans un hôpital,

tu te dis: Pourquoi

je me suis pas fait avorter?

Je me la suis posée,

cette question.


Texte narratif :
Le fils de Josée ne sait pas qu'il est né d'un viol. Il a une tumeur au cerveau. Le jour où elle apprend qu'il ne pourra plus comprendre la situation, elle décide de parler.


JOSÉE LARAMÉE

Ce matin-là, en partant, j'ai

demandé à une de mes collègues

de travail: «T'as-tu le goût

de me filmer? J'ai quelque

chose à dire dans une

caméra en direct.»


Le témoignage vidéo filmé le 11 mai 2017 et diffusé en direct sur Facebook est présenté.


JOSÉE LARAMÉE

Est-ce que j'aurais dû le

garder, est-ce que j'aurais dû

me faire avorter, est-ce

que j'aurais dû le placer?

Regarde, aujourd'hui, je l'ai

gardé et je suis heureuse

d'avoir mon fils près de moi.

Je l'aime beaucoup.

Mais j'aurais aimé avoir

un vrai choix, des vrais choix,

pour être capable de prendre

une décision éclairée.


On retourne au témoignage de JOSÉE .


JOSÉE LARAMÉE

Ce qui m'a plus touchée depuis

que j'ai fait cette vidéo-là

en direct, c'est d'avoir tous

les témoignages que j'ai eus

en privé... de femmes

qui se sont fait avorter.

Entre autres, il y en a qui

m'ont dit: «Josée, en écoutant

ta vidéo, tu m'as enlevé un gros

poids sur les épaules. Je

portais cette honte-là depuis

longtemps, de m'avoir fait

avorter.» Puis, moi, si j'ai

un message à donner, c'est que

peu importe la décision que

t'as prise, c'est correct.

Puis si t'as pris une décision

où est-ce que t'as été

influencée dans ton choix, bien,

porte pas cette culpabilité-là

intérieurement.

Puis si tu portes la honte

ou la culpabilité, bien,

ça t'appartient pas.

Puis un autre message que

j'aimerais lancer, c'est aux

services communautaires ou

aux services à but non lucratif:

quand t'es pro-choix, t'es

pro-enfant, t'es pro-vie aussi.

C'est que tu veux donner

des bons choix pour que ces

enfants-là puissent être dans un

monde égalitaire, dans un monde

où est-ce qu'ils ont droit à

tous les services. Et c'est

correct de donner le choix

aux femmes quand elles sont

enceintes. De ne pas

les influencer selon

tes propres valeurs.

C'est certain que j'y ai

réfléchi avant de témoigner

comme ça publiquement, parce que

c'est épeurant que des personnes

qui vont peut-être analyser

cette vidéo-là de façon

négative et même parfois

violente. Mais...

je pense que les impacts sont

beaucoup plus positifs, parce

que sur 25 000 personnes qui ont

vu ma vidéo publiquement, j'ai

eu aucun commentaire négatif.

J'ai eu des hommes et des femmes

qui m'ont soutenue, qui ont

publié la vidéo et qui veulent

des vrais choix. Donc, moi,

ça m'a donné de la force. Moi,

je vais dire: j'ai pas rien

à perdre. Je le sais qui je suis

aujourd'hui et je la connais,

mon histoire. Donc, pour moi,

de partager et de témoigner

mon expérience pour donner,

justement, de la force aux

femmes qui pourraient vivre mon

expérience ou des expériences

similaires, ça vaut la peine

de raconter mon histoire.


Episodes of TFO 24.7

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Season
  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par