Universe image The Little Mosque Universe image The Little Mosque

The Little Mosque

The Little Mosque

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Grave Concern

When a local cemetery falls into financial crisis, Baber and Yasir see an opportunity. Why not buy a portion to use as a Muslim cemetery? This will guarantee being buried in the traditional Muslim way: on the right side, facing Mecca. But the community soon realizes that Mecca isn´t the only thing they will spend eternity facing. Meanwhile, Rayyan tries to garner more responsibilities at the mosque.



Production year: 2007

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

LAYLA, la fille de BABER sort de chez elle. Son père sort derrière elle et l'appelle.


BABER

Layla! Où est-ce que tu vas?


LAYLA

Je vais voir mes amies.


BABER

Et faire quoi?


LAYLA

Ben, on va démolir

un centre commercial.


BABER

Ne me mens pas,

je sais quand tu mens.


LAYLA

Bon, on va pas le démolir,

mais juste piquer des trucs.


BABER

Tu as fait tes corvées?

L'herbe ne se tondra pas

toute seule.


LAYLA

Il faudrait

lui laisser sa chance.


BABER

Bon, vas-y, je vais le faire.


LAYLA

(Parlant de la djellaba de son père)

Euh, tu vas te changer d'abord

ou tu veux pousser la tondeuse

jusqu'à la Mecque?


BABER

Je suis fier de mon physique.

Je garde une dignité

dans tout ce que je fais.


BABER démarre la tondeuse et sa djellaba prend aussitôt dans les couteaux. BABER tombe sur le sol.


BABER

Aaah! Au secours!

Enlevez-moi ça! Enlevez-moi ça!

Au secours!


Plus tard, LAYLA est avec son père dans une salle d'examen de la clinique. RAYYAN, qui est médecin, l'ausculte.


BABER

(Étendu sur un table d'examen)

Je vais mourir. Je vais mourir.


RAYYAN

C'est juste

une petite entorse.


BABER

Petite, mais mortelle.


RAYYAN

Malheureusement, non.


BABER

Oh...

Je vais presque mourir.


LAYLA

Mais tellement dignement.


LAYLA jette un regard complice à LAYLA.


Générique d'ouverture


Titre :
La petite mosquée dans la prairie Mal tombés


RAYYAN arrive au restaurant de FATIMA. AMAAR, l'imam de Mercy est assis au comptoir.


RAYYAN

Assalamu alaykum.


AMAAR

Alaykum assalamu.

Comment va Baber?


RAYYAN

Oh, ça va aller.

C'est un vrai para.


AMAAR

Vraiment?


RAYYAN

Le genre de para qui panique

dès que se présente un problème.

Un para trouillard.


AMAAR

J'espère qu'il pourra venir

à la prière du vendredi.

Il doit s'occuper

des annonces de la communauté.


RAYYAN

Oh. Bien, et moi?


AMAAR

Vous ne serez pas là vendredi?


RAYYAN

Non, je peux faire

les annonces à sa place.


AMAAR

Mais vous venez de dire

que vous ne serez pas là.


RAYYAN

Non.

J'ai dit que je pourrais faire

les annonces.


AMAAR

Attendez, attendez. Est-ce

qu'on parle de la même mosquée?

Du tapis rugueux,

près d'une église,

pleine d'hommes

qui ne veulent pas

que les annonces soient

faites par des femmes?


RAYYAN

Les femmes parlaient dans les

mosquées à l'époque du Prophète.

Que la paix soit sur lui.

Et c'était au VIIe siècle.

Il n'y avait pas de toilettes.


AMAAR

Écoutez. Je suis aussi

progressiste que n'importe qui.

Fille, femme,

les gens sont pas prêts pour ça.


RAYYAN

Traînez-les

jusqu'au XXIe siècle.

Ou ramenez-les au VIIe.


AMAAR

Je n'aurai à faire

ni l'un ni l'autre,

car Baber sera remis sur pied

grâce à vos bons soins.

Vos bons soins féminins.


AMAAR se lève pour partir.


RAYYAN

(Montant le ton)

Je ne fais pas

que réparer les poignets.

Je peux aussi les briser,

vous savez.


Ailleurs, au cimetière, YASIR débarque du matériel avec un employé de son camion.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

Vous étiez censé venir

il y a 15 jours.


YASIR

En tant que directeur

de cimetière,

vous avez appris à profiter

du moment présent.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

Mais regardez

comme les buissons ont poussé.


YASIR

Pas de souci.

Ça fera plus de travail,

mais je vous facturerai

pas plus.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

Si vous étiez venu il y a

15 jours, je vous l'aurais dit.

Je vous aurais prévenu

que j'annule votre contrat.


YASIR

Un coup de chance

que je sois pas venu.

Bien, je l'annule maintenant.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

En réalité, c'est vous

qui avez 15 jours de retard.


YASIR

Plus personne ne veut

être enterré ici maintenant.

Ils préfèrent

le nouveau cimetière.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

Oui, le tape-à-l'oeil là,

à l'entrée de la ville.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

Et donc, à moins que vous

connaissiez quelqu'un

qui veuille acheter deux

douzaines d'emplacements,

je dois tout annuler.


YASIR

Mais...

Nous avons un contrat.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

«Avions» un contrat.

Apprenez à profiter

de l'instant présent.


Dans la maison de YASIR et SARAH, RAYYAN s'assoit pour déjeuner avec sa mère.


RAYYAN

Il est pas croyable, Amaar.

Pourquoi je ne peux pas faire

les annonces?


SARAH

Si t'en as envie, tu le peux.


RAYYAN

Non, je ne peux pas.

Parce que les hommes

de la congrégation

sont des dinosaures.


SARAH

Ah, alors tu ne peux pas.


RAYYAN

Si je peux.

Comment veux-tu qu'ils évoluent?


SARAH

Tu veux que je sois d'accord?


RAYYAN

C'est symbolique, mais

on ouvre une porte symbolique.


SARAH

On veut qu'elle reste ouverte.


RAYYAN

Oui.


SARAH

Bien. Je ne voyais pas du tout

où tu voulais en venir.


RAYYAN

Je vais donc le faire.


SARAH

Et tu vas gagner.


RAYYAN

Il s'agit pas d'un victoire.


SARAH

Il s'agit de quoi alors?


RAYYAN

C'est pour le principe.


SARAH

Sérieusement, c'est quoi

la question?

Je vois pas de quoi

tu veux parler.


RAYYAN

D'accord.


BABER entre au restaurant de FATIMA, YASIR prend un café au comptoir.


BABER

(S'adressant à YASIR)

J'ai failli avoir

la main coupée.


FRED TUPPER est aussi au comptoir et se mêle de la conversation.


FRED

Je croyais que ça n'arrivait

que si on volait quelque chose .


BABER

La tondeuse.

J'ai de la chance d'être ici.


FATIMA

Et on a de la chance

de t'avoir.

(Offrant un menu)

Tu commandes ou tu sors d'ici.


BABER

C'est pas une blague,

j'ai failli mourir.

Crac! Boum! Adieu!

Plus de Baber.


YASIR

Mon ami, et si tu étais mort

en tondant la pelouse?


FRED

Pas grave! Quelqu'un d'autre

aurait fini le travail.


BABER

Il a raison.


YASIR

Juste pour rire.

Imaginons que tu sois mort.


BABER

D'accord.


YASIR

Tu n'aurais pas été enterré

avec les musulmans,

mais avec les chrétiens.


FRED

Et en quoi c'est mal

d'être enterré avec nous?


FATIMA

Un musulman aime être enterré

avec d'autres musulmans

sur son flanc droit.


FRED

C'est meilleur pour le dos?


BABER

Avec le visage

en direction de la Mecque.


FRED

La Mecque, bien sûr.

J'ai une question pour vous

et pour les types

qui vivent à la Mecque.

Quand ils clamsent,

qu'est-ce qu'ils regardent?


YASIR

Le centre-ville.

(Retournant à BABER)

Voilà ce que je pense, Baber.

Il nous faut

un cimetière musulman.

Hum? Bon. T'es avec moi?


Très vite BABER et YASIR se retrouvent devant l'imam, à son bureau.


BABER

Je veux qu'on m'enterre

parmi les musulmans

sur le côté, face à la Mecque,

et je le veux tout de suite!


AMAAR

Vous ne voulez pas

attendre d'être mort?

Parce que si vous êtes

claustrophobe...


YASIR

Vous approuvez,

un cimetière musulman,

ce serait bien pour la communauté.


BABER

Ce serait mortel.


AMAAR

Oui, je crois que c'est

une excellente idée.

Vous avez ma permission.


YASIR

Votre permission?

C'est pour ça qu'on est venu

d'ailleurs, votre permission.

Mais maintenant que nous

l'avons, on se demandait

si vous aimeriez acheter

un emplacement.


AMAAR

Vous êtes malades?

Merci, très chouette,

bien sûr, mais non.

Impossible que je meure ici.

J'ai rien à lui reprocher,

mais non.

Je ne veux pas. Jamais.


AMAAR sort de son bureau, puis revient sur ses pas.


AMAAR

Même si je suis très bien ici.


Après une prière, AMAAR approche du babillard à l'entrée de la mosquée et y retrouve RAYYAN.


AMAAR

Je suis désolé.

Les annonces ne peuvent pas

être faites par une femme.

Les gens trouvent déjà

que je suis trop libéral

et pas assez barbu.


RAYYAN

Laissez-la pousser,

devenez barbu.


AMAAR

Oui. Ça gratte trop.

Vous pourriez gérer le panneau

d'affichage public.

Vous pourriez poser les affiches

du comité interreligions.

C'est comme les annonces,

mais pour une semaine ou deux.

Vous pourriez redéfinir

la politique.


RAYYAN

Ah, vraiment? Vous me feriez

confiance pour ce panneau?


AMAAR

À vrai dire,

il a beaucoup d'avantages.

Vous pouvez mettre toutes

les punaises que vous voulez...

En fait, je plaisante.

On manque cruellement

de punaises.


RAYYAN

Il ne s'agit pas

seulement de moi.

Cela concerne toutes les femmes.

Elles ont-


AMAAR

Mais qui pique

toutes nos punaises?

Écoutez, je suis désolé. Je

voudrais tellement vous aider,

mais c'est un sujet

trop épineux.


RAYYAN

Vous pourriez laisser

pousser votre courage

ou ça aussi ça

gratterait trop?


YASIR retourne au cimetière.


YASIR

(S'adressant au DIRECTEUR)

Alors, voilà mon offre.

Je vous amène 30 nouveaux

clients musulmans.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

Je m'en réjouis.


RAYYAN

Et vous, vous reconduisez

mon contrat d'entretien.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

Je m'en réjouis.


YASIR

Je veux aussi une commission.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

(S'éloignant)

Je m'en vais.


YASIR

Réfléchissez.

Les musulmans ne poussent pas

sur les arbres


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

Et d'après ce que j'ai vu

il ne les élaguent pas

non plus.


YASIR

Bien, j'irai

au cimetière tape-à-l'oeil.


DIRECTEUR DE CIMETIÈRE

D'accord.

Mais je ne peux pas m'engager

que sur votre parole.

J'ai besoin d'un genre d'acompte.


YASIR

Ça marche. C'était mon idée.

Donc je dois assumer

certains risques.


YASIR vend sa salade à BABER au restaurant de FATIMA.


YASIR

Et la bonne nouvelle,

c'est que ton acompte

n'est que de 5 000 dollars.


BABER

Un acompte? Pourquoi moi?

Ça me paraît logique.


YASIR

C'était ton idée, donc c'est

à toi de payer l'acompte.


BABER

Mais 5 000 dollars?

J'étais même pas là.


YASIR

Très, très, très astucieux

de ta part.

Comme tu paies l'acompte,

il pensait que tu serais là.

Tu es un habile négociateur.


BABER

Bien...


YASIR

Un chèque, ça ira.


Après la prière, toujours à la mosquée, AMAAR et RAYYAN discutent toujours au sujet des annonces.


AMAAR

Ça va les perturber.

D'ailleurs, j'ai vu Baber et

il n'est pas si blessé que ça.


SARAH qui se dirige vers la sortie et s'arrête pour écouter.


SARAH

Baber est blessé?


AMAAR

Pas besoin d'une femme

pour le remplacer.


UN FIDÈLE

(Se mêlant aussi de la conversation)

Une femme qui ferait les

annonces pour la communauté?


AMAAR

Vous voyez?

Ils sont déjà troublés.


SARAH

Qu'est-ce qui est arrivé

à BABER?


RAYYAN

Une simple entorse

du poignet.


UN AUTRE FIDÈLE

Une annonce pour une

entorse du poignet est inutile.


UN FIDÈLE

Non. Il dit qu'une femme

devrait faire les annonces.


AMAAR

Ce n'est pas ce que j'ai dit.


RAYYAN

Il dit qu'une femme

ne peut faire les annonces.


AMAAR

Ce n'est pas

ce que j'ai dit non plus.


RAYYAN

Un chimpanzé serait

meilleur que Baber.


UN FIDÈLE

Un chimpanzé mâle ou femelle?


UN AUTRE FIDÈLE

Le chimpanzé va bien

ou il a un poignet foulé?


RAYYAN

Il ou elle.


AMAAR

(Riant faussement)

D'accord!

Dans un souci d'équité

et pour qu'on ne m'accuse pas

de manquer de courage,

on va essayer.


RAYYAN

Oh chouette!


AMAAR

Soeur Sarah?


SARAH

Oui?


AMAAR

Vous ferez les annonces

pour la communauté.


RAYYAN

Merci! Quoi?


AMAAR

Il ne s'agit pas

de vous, d'accord?

Mais cela concerne

toutes les femmes.


SARAH

Pourquoi moi?

J'écoute jamais les annonces.


AMAAR

Vous allez peut-être

changer d'avis.


SARAH

Possible.


RAYYAN soupire de déception. AMAAR et SARAH sortent de la mosquée.


Les FIDÈLES conservateurs observent RAYYAN.


RAYYAN

Alors, quel est

celui d'entre vous

qui vole les punaises, hein?


Le soir, RAYYAN et SARAH préparent le repas dans la cuisine familiale.


RAYYAN

Ils vont tous guetter

ta moindre erreur,

prêts à bondir.


SARAH

Je pense pas

qu'ils vont bondir.


RAYYAN

Oh si! Il va falloir

te montrer deux fois meilleure

que n'importe quel homme

faisant les annonces

pour la communauté.

Trois fois meilleure.


SARAH

J'ai besoin de cette sauce, tu

veux bien bondir sur la cuiller?


RAYYAN

Bien sûr. Ah, je t'aiderai.

Je trouverai des infos.


SARAH

Des infos?


RAYYAN

Oui, pour les annonces.

On les décortiquera ensemble

et on mettra les meilleures

dans un classeur.


SARAH

Wow! Les feuilles

à petits ou gros carreaux?


RAYYAN

Je préfère les gros

parce que...

(S'arrêtant soudainement)

Ah, ça y est,

tu te fiches de moi.


SARAH

Je peux pas juste improviser?


RAYYAN

Si tu improvises, à la moindre

petite faute, ils bondiront.


SARAH

J'ai pas peur

qu'ils bondissent.


RAYYAN

En fait, tu espères que

je fasse tout

et tu n'as qu'à arriver

tranquille?


SARAH

C'est une bonne idée. Merci,

chérie. Continue de touiller.


À la prière du vendredi, BABER est là et d'autres hommes de la communauté aussi.


BABER

(S'adressant à AMAAR)

Yasir a réussi

à faire descendre

le prix à 5000$.


AMAAR

Vos 5000$?


BABER

Oui!


AMAAR

Et vous n'étiez même pas là.


BABER

Vous n'y connaissez vraiment

rien en négociations.

L'homme qui va mettre l'argent

ne peut pas être là parce que...

Parce que...

ce qui est important,

c'est qu'après les prières,

c'est moi qui annoncerai

que nous avons notre propre

cimetière musulman.


AMAAR

Han, han.

À ce propos...


Après la prière, SARAH est prête pour les annonces. AMAAR s'adresse à ses fidèles.


AMAAR

Et maintenant,

les annonces de la communauté

par soeur Sarah Hamoudi.


UN FIDÈLE

(S'adressant à BABER)

C'est toi qui devrais

être à sa place.


BABER

Ah oui.


UN AUTRE FIDÈLE

(S'adressant à BABER)

On est avec toi, mon frère.


SARAH

Bonsoir.

Il y a une réunion

du comité interreligions...

Oh, tout le monde

s'en contrefiche.

(Consultant les annonces)

Euh...

Barbant... Barbant...

Oh, celle-là est écrite

en arabe.

Oh, en voilà une.

Baber a trouvé un emplacement

pour un cimetière musulman.

Tout le monde est invité

à aller là-bas

pour choisir sa tombe.

Bien sûr, il y a encore

des trucs écrits,

mais on en parlera pas.

Merci!


UN FIDÈLE

(S'adressant à BABER)

C'était bien plus court

qu'avec toi.


UN AUTRE FIDÈLE

Elle est géniale.


BABER et YASIR font visiter le cimetière.


BABER

Notre propre cimetière!

Il y a cette bonne odeur

de cimetière neuf.


YASIR

Oui! Très paisible avec

de la place pour les jambes.


BABER

(S'adressant à FATIMA)

Essaie-la, essaie-la!


FATIMA

Je ne vais pas m'allonger

dans une tombe.


BABER

Tu sais pas ce que tu rates.

Bon, de quel côté

se trouve le nord-est?

Là? Ah!


BABER s'allonge sur le côté droit.


AMAAR et RAYYAN font partie du groupe de visiteurs.


AMAAR

Pourquoi ce silence?


RAYYAN

On est dans un cimetière,

alors on ne fait pas de bruit.


AMAAR

Vous n'êtes pas encore fâchée

pour les annonces quand même?


RAYYAN

Oh, bien sûr que non.

Mais vous allez mourir.

Allez, vérifiez

si c'est la bonne taille.


AMAAR

D'accord.


AMAAR s'allonge sur le sol comme plusieurs autres.


AMAAR

Mais je l'essaie

pour quelqu'un d'autre.

Je ne mourrai pas à Mercy.

Même si j'aime bien ici.

C'est une petite ville géniale.


RAYYAN s'éloigne.


AMAAR

Euh... Mais quoi?


YASIR

(S'adressant à FATIMA)

En tout cas,

c'est une très belle affaire.

Je pense en acheter plusieurs.


FATIMA

(Pointant au loin)

Qu'est-ce qu'il y a par là?


BABER

(Répondant à Fatima)

La Mecque.


FATIMA

Non, pauvre ignorant.

Entre nous et La Mecque.


Au loin, BABER remarque un bar avec une grosse enseigne en néon.


BABER

(Lisant l'enseigne)

Ils ont mis un «Z»

au lieu d'un «S».


FATIMA

Ah, j'ai pas envie

de passer l'éternité

à regarder un saloon.


YASIR

Faut pas exagérer!

C'est pas... un saloon.


RAYYAN

Mais il y a un néon

qui clignote,

qui dit «saloon»,

«saloon», «saloon».


AMAAR

Ça remet en cause l'accord.


FATIMA

Ils ne connaissent même pas

leur orthographe.


YASIR

Ah, mais qui peut dire

où est vraiment La Mecque?


Le groupe de visiteur commence à s'éloigner.


YASIR

On peut se retourner

de l'autre côté

et prendre la route

la plus longue.


BABER

Pauvre idiot!

Tu as gâché ma mort.


RAYYAN

(Restant seule avec son père)

C'est aussi bien

comme ça, papa.

Regarde les buissons.


YASIR

Oui, j'adore.


RAYYAN

Celui qui les a taillés

est un vrai boucher.


Plus tard, YASIR essaie de vendre ses terrains de cimetières à ANN, la mairesse.


ANN

Pourquoi voudrais-je acheter

une tombe?


YASIR

Ah, mais parce que

tout le monde en a besoin

un jour ou l'autre.


ANN

J'espérais me rebiffer

contre le système.


YASIR

Je représente un cimetière

qui est surpeuplé.


ANN

Yasir...


YASIR

C'est une très belle affaire.


ANN

Yasir...


YASIR

Il n'y aura pas

de meilleur moment.


ANN

Est-ce qu'on peut passer

à la partie où je dis non?


YASIR s'assoit en soupirant.


YASIR

J'ai besoin de travailler

mon argumentaire de vente.


ANN

Vous avez besoin

de trouver un pigeon.


YASIR essaie maintenant de vendre sa salade au RÉVÉREND MCGEE, pendant qu'il prend un café chez FATIMA.


RÉVÉREND MCGEE

Pourquoi j'achèterais

un emplacement

dans un cimetière musulman?

J'ai déjà un emplacement

dans celui qui est tape-à-l'oeil

à l'entrée de la ville,

là où tout se passe.


YASIR

C'est un investissement.

L'islam est la religion

qui se développe le plus vite.

Sauf votre respect.


RÉVÉREND MCGEE

Qu'est-ce que

vous pouvez y faire?


YASIR

On fabrique toujours

plus de musulmans

sans fabriquer plus de terres.

Vous auriez le premier choix.


RÉVÉREND MCGEE

Mais c'est pas en face

d'un bar de musique country?


YASIR

Exactement! La country est

la musique qui se développe

le plus rapidement au monde.

Au final...


Sifflant en mimant une montée.


YASIR

... ils convergeront.


RÉVÉREND MCGEE

Je vais y réfléchir.


YASIR

Qu'est-ce que je dois faire

pour vous mettre dans une tombe

aujourd'hui?


RÉVÉREND MCGEE

C'est tout réfléchi.


Le RÉVÉREND MCGEE se lève en grimaçant et sort. YASIR pige dans le pourboire laissé par le RÉVÉREND pour faire voir qu'il en laisse aussi.


SARAH rentre chez elle avec un bouquet de fleurs.


SARAH

Salut!


RAYYAN

Oh, tu as l'air bien joyeuse.


SARAH

C'est le jour des annonces

pour la communauté.

On adore mes annonces.


RAYYAN

(Tendant un cartable)

Et mes recherches.


SARAH

Ah oui, bien sûr, sans doute.

Je vais peut-être raconter

une petite histoire amusante.


RAYYAN

Je ne crois pas

que ce soit convenable.

Tu représentes la féminité.


SARAH

La féminité

peut être amusante.


RAYYAN

Oui...

Peut-être que c'est ma faute.

J'imaginais simplement

que la femme qui s'occuperait

de ces annonces

serait quelqu'un qui ferait

du bon travail.


SARAH

Tu es fâchée

car je fais quelque chose

que tu n'as jamais pu faire.


RAYYAN

Ce serait bien si tu

reconnaissais «mon» travail.


SARAH

Mais si tu ne veux pas aider,

bien, laisse tomber!


RAYYAN

(Reprenant son cartable)

Parfait, comme tu veux.


SARAH

Parce que tu connais pas

d'histoires amusantes.


RAYYAN

Je connais des histoires

amusantes, moi aussi!

(S'adressant à YASIR qui arrive)

Papa, tu te rappelles l'histoire

que je t'ai racontée, tu sais,

sur le fermier qui était venu

au cabinet.

Il avait cette énorme rougeur...


YASIR

Oh, c'était triste.


RAYYAN sort sans rien dire.


YASIR

Tu oublies ta pochette.


RAYYAN

C'est un classeur!


BABER rencontre les hommes conservateurs de la communauté chez FATIMA.


BABER

Assalamu alaykum, mes frères.


UN FIDÈLE

Alaykum salam, partenaire.


BABER

Partenaire?


UN FIDÈLE

C'est pas comme ça

que parlent les cow-boys?


UN AUTRE FIDÈLE

Baber aime tellement

la musique cow-boy qu'il veut

se faire enterrer tout à côté.


UN FIDÈLE

Avec ses bottes.


BABER

Cette affaire!

Enterré avec ses bottes.

C'est pas ma faute,

c'est celle de Yasir.


UN AUTRE FIDÈLE

Oui, oui, nous comprenons.


UN FIDÈLE

Oui.


UN AUTRE FIDÈLE

Crible-le de plombs

et enterre-le à Boot Hill.


UN FIDÈLE

Avec ses bottes, bien sûr.


UN AUTRE FIDÈLE

Yay-yay!


Les deux hommes se lèvent en riant.


UN FIDÈLE

Dégaine, Tex!


UN AUTRE FIDÈLE

Aïe, aïe, aïe...


À la prière du vendredi, SARAH raconte une histoire qui semble ennuyer tout son auditoire.


SARAH

Et ensuite, à 12 ans,

j'ai eu une tortue.

Et on l'a appelée Frank.

On aurait dû l'appeler Francine

parce qu'en fait...

(Remarquant l'imam qui gesticule)

Quoi?


AMAAR

(Murmurant)

Les annonces.


SARAH

Ah, les annonces, bien sûr.

Bon, l'entraînement de hockey

sur gazon a été déplacé

sur Range Road 4

à 3h de l'après-midi.

Mais revenons à notre tortue.


Tout le monde se lève pour sortir.


AMAAR

Finis.


SARAH

D'accord. N'oubliez pas

l'entraînement de hockey

sur gazon, Range Road 4

à 3h de l'après-midi. Merci.


À l'heure dite, les gens se rendent au lieu dit pour l'entraînement de hockey sur gazon et se retrouvent au milieu d'un champ. FATIMA est du groupe.


FATIMA

Mais ce n'est pas

un terrain de hockey!

Un chimpanzé ferait

de meilleures annonces.

Bah!


BABER et YASIR sont assis face au bar se trouve au bout du cimetière.


YASIR

Entre nous, ce «Z»,

ça peut pas être une erreur,

il s'allume!


BABER

C'est un fiasco.

J'ai perdu mon acompte et je

suis la risée de toute la ville.


YASIR

Oui, je suis désolé

d'avoir sali ton nom ainsi.


BABER

Qui est devenu Tex.


YASIR

Tex?


BABER

Il y a pas d'autres

solutions. Il va falloir

que je leur explique.

Et il faut qu'ils ferment le bar.

(Se levant)


YASIR

Il vaudrait mieux y réfléchir.


YASIR

On ne m'appellera pas Tex,

on ne me dira pas «Yeppi!»

et «Kaï-kaï-kaï!» à moi!


BABER commence à marcher en direction du bar.


YASIR

Quelqu'un t'a hurlé dessus

en japonais?


JOE est assis au bar et écoute la télé avec le barman.


ANNONCEUR TÉLÉ

Mesdames, mesdemoiselles,

messieurs, bienvenue à tous.

Je sais que vous êtes nombreux

devant votre poste de télé

pour la retransmission

en direct du match

que vous attendez tous-


BABER et YASIR entrent dans le bar.


BABER

Mais quel antre du vice!


YASIR

On va s'en aller.

Des ailes de poulet à 5 cents!

Comment c'est possible?


BARMAN

Je peux vous aider, les mecs?


BABER

Je voudrais que vous arrêtiez

de servir de l'alcool

et plus de danse mixte.


YASIR

Et un soda.

Bien, moi, j'ai soif.


JOE

Qu'est-ce que vous

baragouinez?


BABER

De l'autre côté de la rue,

il y a un cimetière

musulman. On ne veut pas

passer l'éternité à regarder

des cow-boys se saouler.


JOE

Bien, peut-être

que nous, les cow-boys,

nous voulons pas

nous saouler en étant matés

par une bande

de musulmans morts.


BARMAN

D'ailleurs, c'est pas un bar

de cow-boys, mais de sportifs.


YASIR

Ah oui?


JOE

J'ai toujours pensé

que c'était un bar de cow-boy.

À cause du nom.


BARMAN

Mais on regarde du sport.


BABER

Plus jamais d'alcool.

Vous arrêtez sur-le-champ.


JOE

Dites donc, il y a

une roue de chariot au mur.

Dans un bar de sportifs,

il y aurait des maillots.


Un vieil homme arrive sur un fauteuil roulant électrique.


VIEUX

Vous feriez bien de dégager

ou il va y avoir du grabuge.


BABER

Inutile de pointer

votre engin vers moi.


YASIR

(Tentant d'attirer BABER dehors)

Allez, viens.


L'homme au fauteuil électrique fonce sur BABER.


BABER

Il percute délibérément

ma jambe avec son engin.


YASIR

Viens. Viens, viens.


VIEUX

Cet endroit restera ouvert.

Pour le fermer, il faudra passer

sur mon cadavre.


À la télé, le match est commencé et l'annonceur le décrit.


YASIR

(Se tournant vers les clients)

Combien d'entre vous sont

propriétaires de leur tombe?


À la mosquée, SARAH se justifie auprès de l'imam et de RAYYAN.


SARAH

Range Road 4 à 3h...

Range Road 3 à 4h, tout

le monde peut se tromper, non?


RAYYAN

C'était Range Road 10 à 2h.


SARAH

Ah, j'ai été désarçonnée

parce que j'ai pas pu finir

mon histoire de tortue.

On ne doit pas bâcler

une bonne histoire de tortue.


AMAAR

Le point, c'est que vous devez

travailler les deux en équipe.

Non, il y a deux points.

L'histoire de la tortue

n'était pas bonne

et vous devez

travailler en équipe.


RAYYAN

Je fais tout le travail,

elle, elle parle de tortue.


SARAH

Oh, j'ai--


AMAAR

Vous oubliez un détail.

C'est moi qui ai

le mauvais rôle.

Cela dit, maintenant, je ne peux

pas vous forcer à faire équipe.


SARAH

Bien. Je vais faire tout

toute seule.


AMAAR

Comment je peux vous

obliger à travailler ensemble?


RAYYAN

D'accord, bon, je vais

l'aider, mais je veux être

la représentante de la mosquée

au comité interreligions.


AMAAR

Bien non,

vous ne voulez pas ça.


RAYYAN

Si, c'est mon prix.


AMAAR

Bon, vous êtes dans le comité.


SARAH

C'est quoi

le comité interreligions?


RAYYAN

Tu as déjà fait trois annonces

à ce sujet.


SARAH

Oh, j'écoute pas mes annonces!


BABER et YASIR sont maintenant avec les clients du bar dans le cimetière.


JOE

Oui, c'est paisible.


BABER

Et à un jet de pierre

de votre antre du vice.


YASIR

Réfléchissez.

Vous pourrez faire face

à des ailes de poulet à 5 cents

pour l'éternité.


JOE

C'est seulement

les mardis, en fait.


YASIR

Oui, mais quand même.


VIEUX

(Fonçant sur YASIR avec son fauteuil électrique)

J'en achète une!


YASIR

Qui d'autre veut sa tombe?

Il y en a de très bonnes

encore disponibles.


D'autres clients s'approchent.


BABER

(Levant les yeux au ciel)

Hourra pour les infidèles!


À la prière du vendredi, SARAH termine son histoire de tortue.


SARAH

Et figurez-vous

qu'on a retrouvé Francine,

la tortue, à l'intérieur

de ma botte.

À propos de mort, Baber a trouvé

un nouvel emplacement pour nous

au cimetière tape-à-l'oeil

à l'entrée de la ville.


AMAAR

(Commentant la nouvelle)

Oh!

C'était pas du tout amusant.

C'était triste!


RAYYAN

(Répondant à AMAAR)

C'est vous qui l'avez choisie.

N'oubliez pas,

vous avez accepté

que je représente la mosquée

au comité interreligions.


AMAAR

Ce qui est dit est dit.


RAYYAN assiste à une réunion du comité interreligions où des dames discutent de recettes.


FEMME

Donc, Madge,

tu feras les brownies.

Rebecca, les dattes fourrées.

Amala, tu t'occupes

des petits gâteaux.


RAYYAN

Euh... Alors, c'est tout ce

qu'on va faire? Des pâtisseries?

Parce qu'en tant que femmes,

on ne devrait pas tenter de faire

bouger les choses?


FEMME

Si tu ne fais pas

de pâtisseries,

il faut le dire.


RAYYAN

D'accord.

Je vais faire

une charlotte aux noix.


YASIR, SARAH et FATIMA rejoignent un groupe qui essaie le sol dans le nouveau cimetière.


SARAH

Alors, voilà le nouveau

cimetière tape-à-l'oeil

à l'entrée de la ville?

C'est moins tape-à-l'oeil

que je pensais.


YASIR

Le révérend McGee a

un emplacement ici.

Il semble tout à fait ravi.


BABER

(Se levant du sol)

Une très jolie vue dégagée.


FATIMA

(S'approchant de BABER)

Beau travail, Tex!


BABER

Je t'en prie,

ne m'appelle pas Tex.


SARAH

Regarde, je vois

un daim et un bison.


BABER

Je ne suis pas un cow-boy.

La tente d'un homme,

c'est son château.


YASIR

(S'adressant à SARAH)

Donc, nous sommes ravis,

les cow-boys sont ravis.

Je fais un modeste profit

et j'ai une place juste ici.


SARAH

Jolie! Où est la mienne?


YASIR

Quoi?


SARAH

Tu m'as bien acheté une place?


Dans son bureau, YASIR essaie de négocier le rachat de la place du RÉVÉREND pour SARAH.


YASIR

Mais il ne reste que

votre place dans cette rangée.

J'en ai besoin pour ma femme.


RÉVÉREND MCGEE

Il y a longtemps

que j'ai cette place.

Elle a une valeur sentimentale.


YASIR

(Signant un chèque)

C'est de l'extorsion,

ce que vous demandez.


RÉVÉREND MCGEE

Vous aviez raison

pour les tombes.

Mortel, comme investissement.


Générique de fermeture

Episodes of The Little Mosque