Universe image The Little Mosque Universe image The Little Mosque

The Little Mosque

The Little Mosque

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Security Alert

Rayyan and JJ decide to date, but must find a chaperone in order to respect Muslim customs. Meanwhile, after a break-in at the mosque, Amaar has trouble sleeping by himself in his apartment.



Production year: 2007

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

YASIR est à son bureau attenant à la mosquée, il discute avec JUNAID JAFAR, communément appelé: JJ.


YASIR

Ma fille représente tout

pour moi.

Son bonheur est mon bonheur.


JJ

Je ne sais pas trop quoi dire.


YASIR

Ma proposition est simple:

Pendant que tu travailles

avec moi ici à Mercy,

tu amèneras Rayyan à une série

de rendez-vous galants

sous la tutelle d'un chaperon.

C'est très islamique,

très traditionnel.

Et ensuite, vous vous mariez.


JJ

Quoi?


YASIR

OK. Espérons

que vous vous mariez.

Pourquoi s'égarer

dans les détails?


JJ

Oui, mais--


YASIR

JJ, mon amitié avec

ton père remonte à très loin.

T'es comme de la famille.

On pourrait dire que

t'es un fils pour moi.


JJ

Dans ce cas-là,

Rayyan devient ma soeur.


YASIR

D'accord. Oublie

la dernière phrase.

Ce qu'il faut savoir,

c'est que Rayyan est partante.


JJ

Sérieusement?


YASIR

Oui.


JJ

Oui, vraiment?

Elle s'intéresse vraiment à moi?

Et à quel point?


YASIR

J'en sais trop rien. Ça,

il faut lui demander toi-même.

Cela dit, je le

recommanderais pas,

parce que ça montrerait

que t'es trop pressé.


JJ

Bon, eh bien,

si Rayyan est d'accord,


YASIR

Hum-hum...


JJ

Je ne vois aucune raison de--


YASIR

(Serrant JJ contre lui)

Junaid Jafar, tu me rends

vraiment très heureux.


JJ

Tant mieux.


YASIR

Bien entendu,

qui ne serait pas heureux,

un jour comme aujourd'hui?


AMAAR semble déconcerté dans son bureau, YASIR lui a annoncé la nouvelle.


YASIR

C'est marrant.

Vous avez pas l'air heureux.


AMAAR

J'ai...


YASIR

Je sais que Rayyan et vous

êtes très proches.

Et c'est pour ça que j'ai voulu

que vous soyez le premier

à le savoir.

Et bien sûr, Rayyan le sait.

Et JJ, et je l'ai aussi

dit à Sarah.


Le RÉVÉREND MCGEE arrive dans le bureau.


RÉVÉREND MCGEE

(S'adressant à AMAAR)

Hé, l'ami...

Vous êtes d'accord avec ça?


YASIR

Je suis tombé sur lui

dans le couloir.


Générique d'ouverture


Titre :
La petite mosquée dans la prairie Alerte sécurité


Dans la cuisine du presbytère de l'église de Mercy, AMAAR et le RÉVÉREND MCGEE jouent une partie d'échecs en discutant. AMAAR fait les cent pas, pendant que le RÉVÉREND joue son coup.


RÉVÉREND MCGEE

Alors, tout va bien?


AMAAR

Non. Ça va pas bien.

Je meurs de froid.


RÉVÉREND MCGEE

Vous vivez dans le coin

de l'église qui n'est pas isolé.

Il fait un froid du diable.

Oui, c'est vrai, on a...

C'est...


AMAAR

Quand j'ai emménagé, vous avez

dit que c'était douillet.


RÉVÉREND MCGEE

Je vous parlais en

propriétaire. C'est différent.

Enfin, bref, je parlais

de JJ et de Rayyan.


AMAAR

Ah... Ça n'arrivera jamais.

Rayyan ne peut pas accepter

un mariage arrangé

comme ça, voyons.


RÉVÉREND MCGEE

Bien sûr que non--


AMAAR

Je suis pas inquiet.


RÉVÉREND MCGEE

J'ai pas dit ça.

Vous êtes inquiet?


AMAAR

Non. C'est pour ça que je dis

que je suis pas inquiet.


RÉVÉREND MCGEE

Ça va. Ne vous inquiétez pas.


AMAAR

Je suis pas... Désolé.


RÉVÉREND MCGEE

Ne vous inquiétez pas. Oh.

Échec et mat.


Chez les HAMOUDI, RAYYAN et JJ sont assis sur la causeuse, à bonne distance. SARAH et YASIR sont aussi dans le salon chacun de leur côté de la causeuse. Le silence est assez lourd.


SARAH

(Brisant la glace)

Hum...

C'est très sympa.


YASIR

Hum. Hum-hum.


RAYYAN fait un signe de tête à sa mère.


RAYYAN

(Chuchotant)

Hé!


SARAH

Hum?


RAYYAN

(Affichant un sourire figé)

Ah!


SARAH

Et si on leur laissait

un peu d'intimité, chéri?


YASIR

Oui.


SARAH et YASIR sortent du salon.


SARAH

(Soupirant en s'adressant à YASIR)

C'est très bizarre.


YASIR

(Chuchotant)

C'est clair.


RAYYAN

Je trouvais déjà

que c'était bizarre

avant qu'elle ait murmuré:

«C'est très bizarre.»


JJ

Hum-hum.

Qu'est-ce qu'on est supposés

faire exactement?


RAYYAN

On est censés se poser

un tas de questions.

Comme à... à un entretien

d'embauche.


JJ

D'accord.

Alors, quel est

ton plat préféré?


RAYYAN

Les mini beignets.

Quelle est ta couleur préférée?


JJ

Pourpre.


RAYYAN

Le pourpre?


JJ

Non. En fait, j'ai pas

de couleur préférée.


RAYYAN

Et qui s'occupe des tâches

ménagères? Le mari ou la femme?


JJ

Les deux.

Non, non. Laissons

les enfants les faire.


RAYYAN

D'accord.

Rendez-vous au mariage.


JJ

Bon, on peut peut-être voir

comment se passe

un premier rendez-vous

et aviser par la suite.


RAYYAN

Je crois qu'on a besoin

d'un chaperon.


SARAH

(Répondant du corridor)

Je m'en charge!


RAYYAN

C'est sympa qu'ils nous

laissent un peu d'intimité.


Le téléphone sonne et aussitôt YASIR surgit dans le salon.


YASIR

J'y vais.

(S'adressant à RAYYAN et JJ)

Faites comme si j'étais pas là.


YASIR s'assoit sur la table du salon pour répondre.


RAYYAN

C'est un téléphone sans fil.

Tu pourrais peut-être--


YASIR

Une minute.

(Répondant au téléphone)

Allô?

Amaar? Oui, c'est...

Pas si vite.

Qu'est-ce qui se passe?


Dans le bureau d'AMAAR, tout est sens dessus dessous. AMAAR est avec un policier qui constate l'effraction.


POLICIER

Bof...

Probablement juste des gamins.


AMAAR

Mais qu'est-ce

qui vous fait dire ça?


POLICIER

Bien, dans 90% des cas,

c'est ce qu'on dit.


YASIR arrive sur les lieux.


YASIR

Qu'est-ce qui s'est passé?


AMAAR

J'allais me coucher et

j'ai entendu des bruits curieux.


YASIR

Vous avez vu quelqu'un

quand vous êtes descendu?


AMAAR

Je suis pas descendu.


YASIR

Bien, pourquoi?


AMAAR

Les bruits curieux.


Le RÉVÉREND MCGEE arrive à son tour.


RÉVÉREND MCGEE

Oh! Alors, ils vous ont eu,

vous aussi.


AMAAR

Je pensais que vous étiez

chez vous?


RÉVÉREND MCGEE

J'y étais. L'église a

une alarme silencieuse.


YASIR

Pourquoi la mosquée

n'a pas d'alarme?


RÉVÉREND MCGEE

Qui vous dit qu'elle en a pas?


AMAAR

Je n'y comprends plus rien.


YASIR

Rien ne semble avoir disparu.

J'installerai de nouvelles

serrures ce week-end. Bonsoir.


Le RÉVÉREND et YASIR s'apprêtent à partir.


AMAAR

Quoi, vous allez

rentrer chez vous?


RÉVÉREND MCGEE

On est au milieu de la nuit.

On va pas faire un

bowling.


YASIR éclate de rire.


AMAAR

C'est juste que je suis

un peu inquiet.


YASIR

Si vous avez trop peur,

vous pouvez dormir chez nous.


AMAAR

Non, non. Bien sûr que non.

J'ai pas peur.

Vous en faites pas pour moi.

Rentrez.


RÉVÉREND MCGEE

Bonne nuit.

(S'éloignant avec YASIR)

On va pas au

bowling alors.


YASIR éteint la lumière en sortant.


AMAAR court vers l'escalier pour rentrer dans ses quartiers avec peu d'assurance.


Le lendemain, YASIR est avec AMAAR dans son bureau.


YASIR

Alors, vous n'avez pas

dormi du tout?


AMAAR

Qui sait? Peut-être que j'ai

juste rêvé que j'étais éveillé.


YASIR

Vous savez, vous pouvez

toujours venir chez nous

jusqu'à ce que

les nouvelles serrures

soient en place,

mais je vous assure,

il y a aucun danger.


YASIR va vers le mur où il a installé un coffre.


AMAAR

Alors, à quoi sert le coffre?


YASIR

On n'est jamais trop prudents.


YASIR prend une pochette à documents.


AMAAR

Qu'est-ce qu'il y a,

là-dedans?


YASIR

Des souvenirs, des bricoles,

du bric-à-brac.


AMAAR

Donc des trucs

pour la poubelle.


YASIR

Non, pas la poubelle.

J'ai dit bric-à-brac.


AMAAR

Un coup de chance que

les voleurs n'aient pas trouvé.


YASIR

(Soupirant)

M'en parlez pas.


SARAH entre au restaurant de FATIMA et rejoint RAYYAN au comptoir.


SARAH

Je suis contente

de t'avoir trouvée.


RAYYAN

Me trouver?

On devait déjeuner ensemble.


SARAH

C'est vrai? Je devrais

m'acheter un agenda.


RAYYAN

Quoi de neuf?


SARAH

Je ne peux pas chaperonner

ton rendez-vous avec JJ ce soir.


RAYYAN

Papa peut te remplacer?


SARAH

Non. Il y a un

«Magniumathon» à la télé.


RAYYAN

Un quoi?


SARAH

Un marathon de Magnum.


RAYYAN

Et qui c'est,

ce Magnum au juste?


SARAH

Bien, c'est

un détective privé.


RAYYAN

Pourquoi il court un marathon?


SARAH

Laisse tomber.


RAYYAN

(Interpellant FATIMA)

Oh, Fatima,

tu peux chaperonner ma sortie

avec JJ ce soir?


FATIMA

J'ai trop de travail.


SARAH

Pas grave. Rayyan et JJ

peuvent dîner ici.


RAYYAN

Non, je veux pas

que notre premier rendez-vous

soit chez Fatima.


FATIMA semble offusquée.


RAYYAN

Ça met la barre trop haut.

Le deuxième serait

forcément décevant.


FATIMA

Bien essayé.


FATIMA

Et pourquoi pas Baber?


Les trois femmes se tournent vers BABER qui est assis à une table plus loin.


BABER

(N'ayant pas suivi la conversation)

Quoi? J'ai des miettes

dans ma barbe?


SARAH

Rayyan a besoin d'un chaperon

pour une sortie.


BABER

(S'avançant)

Je vois. Quel genre de sortie?


RAYYAN

JJ et moi, on voudrait

aller au cinéma voir

Le coeur de Gabrielle.


BABER

Non. Pas de sortie nocturne

pleine de péchés.

Si je dois être votre chaperon,

on ira se promener

en plein jour.

Je propose une randonnée.


RAYYAN

Soirée Magnum, j'ai compris.


RAYYAN se lève et part.


SARAH

(Se tournant vers BABER)

Sortir le soir,

c'est vraiment un péché?


BABER

Non, mais j'ai pas

envie d'aller voir

un film qui s'appelle

Le coeur de Gabrielle.


YASIR prépare du popcorn pour sa soirée télé. RAYYAN est avec lui dans la cuisine.


RAYYAN

Tu es sûr que

ça ne te gêne pas

qu'on reste avec toi,

JJ et moi?


YASIR

Est-ce que ça gêne Magnum

de porter une chemise hawaïenne?


RAYYAN

Oui?


YASIR

Non. C'est un homme libre.

De toute manière, on va

être bien, tous les quatre.


RAYYAN

Tous les quatre?


AMAAR entre dans la cuisine avec son sac de voyage.


AMAAR

Assalamu aleykoum.


YASIR ET RAYYAN

Aleykoum salam.


RAYYAN

(S'adressant à AMAAR)

Qu'est-ce que vous faites là?


AMAAR

Je vais habiter chez vous

pendant quelques jours.

On fait des travaux

dans mon appartement.


YASIR

Bien sûr. On n'a qu'à dire ça.


AMAAR

De toute façon, ça va être

sympa de bavarder.

Ça fait longtemps

qu'on l'a pas fait.


RAYYAN

Oui. JJ va bientôt arriver.


AMAAR

OK. Je peux partir.


RAYYAN

Vous êtes sûr? Je veux dire:

vous pouvez rester--


AMAAR

C'est vous le boss.


AMAAR dépose son sac et ouvre le réfrigérateur pour se prendre un soda.


RAYYAN

Alors, tout va bien?

Je vous ai pas vu depuis-


AMAAR

Enfin, pourquoi tout le monde

me demande si tout va bien?

Rayyan, je vais bien.

Vous avez ma bénédiction.


RAYYAN

Quelle bénédiction?

Je parlais du cambriolage.


AMAAR

Ah oui. Le cambriolage.

Très déstabilisant.

Enfin, bref, vous verrez

même pas que je suis là.


AMAAR prend un sac de croustilles et s'en va au salon.


Plus tard, AMAAR est assis entre RAYYAN et JJ. Il écoute la série télévisée en mangeant des croustilles.


AMAAR

On n'a plus l'occasion de voir

Burt Reynolds à la télé.


YASIR

C'est normal. Surtout que lui,

c'est Tom Selleck.


RAYYAN

Papa, je crois qu'en restant

sur le canapé,

on empêche Amaar de dormir.


AMAAR

Vous plaisantez? Il y a encore

quatre épisodes à venir.

(Se levant)

Qui veut du café?

Je vais en faire.

(Se retournant)

JJ?

Vous voulez bien m'aider?

La machine à espresso,

c'est hyper compliqué.


JJ

Bien sûr.


JJ se lève pour aider AMAAR. RAYYAN est à bout de nerfs. Dans la cuisine, AMAAR fait comme s'il était chez lui.


AMAAR

(S'adressant à JJ)

Alors, vous et Rayyan...

Très excitant.


JJ

Oh, en fait, Rayyan est

une fille géniale,

et en plus je crois que j'arrive

à un moment de ma vie où-


AMAAR

Bien sûr. Bien sûr.

Mais soyons raisonnables.

Vous n'allez quand même pas

emménager à Mercy.


JJ

Oh non, bien sûr que non.

Mais cela dit, qui peut savoir?


AMAAR

Qui peut savoir?


JJ

Oui, c'est un bel endroit,

avec des gens bien. C'est idéal

pour élever des enfants.


AMAAR

Des enfants?


AMAAR commence à faire du café et soudain du feu jaillit, puis de la fumée.


YASIR

(Depuis le salon)

Hé, faites attention

à la machine, hein?

Elle coûte super cher.


Pendant la nuit, AMAAR est couché sur le canapé-lit dans le salon. Il tourne de tous les côtés sans vraiment dormir. Au bout d'un moment, AMAAR se lève, va à la cuisine et ouvre la lumière. RAYYAN est là, sans hijab et en peignoir. Elle cherche dans le réfrigérateur. RAYYAN hurle. AMAAR surpris, hurle à son tour. RAYYAN se cache en s'accroupissant derrière la porte du frigo et AMAAR se retourne vers le mur.


AMAAR

J'ai rien vu.


RAYYAN

Vous avez vu mes cheveux!

Sans mon foulard!


AMAAR

Vous avez raison.

J'en ai trop vu.


AMAAR attrape un linge accroché à la porte du frigo et le tend à bout de bras sans regarder.


AMAAR

Tenez. Vous voulez mettre ça?


RAYYAN

(Sarcastique)

Oui, bien sûr.

Je vais mettre un torchon.


AMAAR

Désolé. Vraiment désolé.


AMAAR s'accroupit en se tenant à la poignée du frigo.


RAYYAN

Qu'est-ce que vous faisiez là?


AMAAR

Je voulais un verre d'eau.

Et vous, que faisiez-vous?


RAYYAN

J'avais faim.


AMAAR

(S'avançant un peu)

Il y a quelque chose

de bon là-dedans?


RAYYAN

Vous allez sortir d'ici

ou il faut

que je passe le reste

de la nuit dans le frigo?


AMAAR

Vous avez raison.

Je suis désolé.


AMAAR quitte la cuisine en tenant le linge comme paravent.


Au matin, RAYYAN et AMAAR se croisent dans la cuisine.


AMAAR

Assalamu aleykoum.


RAYYAN

Aleykoum salam.

Des projets pour aujourd'hui?


AMAAR

Euh, pas vraiment.

Je vais mettre mon voile.

Je veux dire: le voile.

Enfin, les voiles.

Je vais faire un tour. Et vous?


RAYYAN

Euh, je pensais traîner

un peu à la maison.


BABER est chez lui, il monte un modèle réduit de «monster truck». Le téléphone sonne.


BABER

(Répondant au téléphone)

Allô?


RAYYAN est dans son salon et parle au téléphone à BABER pendant que AMAAR cuisine des crêpes pour une armée.


AMAAR

(Cuisinant des crêpes)

Hop! Oui!


RAYYAN

(Parlant au téléphone)

Par hasard, tu ne voudrais pas

nous emmener avec JJ

faire une randonnée?


BABER

Pourtant, tu m'as dit que

tu n'aimais pas le grand air.


RAYYAN

(Parlant au téléphone)

Euh...

Eh bien, pour l'instant,

je suis pas trop emballée

par l'air intérieur.


Au petit déjeuner, les HAMOUDI sont assis à table. AMAAR fait le service. Sur la table, il y a à manger pour au moins 10 personnes.


SARAH

Vous nous gâtez trop, Amaar.

D'où vient

toute cette nourriture?


AMAAR

Je suis sorti ce matin

et j'ai fait des courses.

Un peu d'oranges pressées?


SARAH

Oui.


AMAAR

(S'adressant à YASIR)

Plus de pommes de terre?


YASIR

Non. Oui, oui,

s'il vous plaît.


AMAAR

Et si j'allais faire

des oeufs brouillés?


AMAAR retourne au comptoir où au moins une douzaine d'oeufs a déjà été cassée.


SARAH

Tout va bien, Amaar? Vous

semblez un peu nerveux ce matin.


AMAAR

Ah, j'ai eu du mal à dormir.

Je crois que je suis encore

chamboulé par le cambriolage.


SARAH

Vraiment? Rien ne vous

préoccupe à part ça?


AMAAR

Le cambriolage,

très traumatisant.

On se croit en sécurité

et quelqu'un viole votre espace

au milieu de la nuit

et emporte quelque chose

d'important pour vous.


YASIR

Qu'est-ce qu'ils ont emporté?

Les cambrioleurs,

qu'ont-ils emporté?


AMAAR

Rien.


SARAH

Alors de quoi vous parlez?


AMAAR

Voulez-vous encore

des oeufs brouillés, oui ou non?


SARAH regarde l'assiette pleine d'oeufs brouillés sur la table.


SARAH

Euh, bien sûr.


AMAAR

Génial.


RAYYAN et JJ se tiennent de chaque côté de la voiture de BABER dans l'entrée attenante à sa maison.


BABER

(Donnant un coup de sifflet)

Le chaperon est ici.

Fini le touche-touche.


RAYYAN

On peut pas se toucher.

On est chacun de notre côté.


BABER

Et si jamais

le frein à main lâche

et que la voiture se met

à rouler?


JJ rigole, mais RAYYAN fait signe de ne pas réagir.


RAYYAN

Le sifflet est

vraiment nécessaire?


BABER

Ce sifflet vous sauvera la vie

si vous vous égarez

pendant la randonnée. Tiens.


JJ

Assalamu aleykoum,

frère Baber. Je suis JJ.


BABER

Aleykoum salam.

Que dois-je dire à tes parents?


JJ

À quel propos?


BABER

Quand tu seras mort de faim

après être tombé

dans une crevasse

parce que tu portais

pas de sifflet.


BABER donne un sifflet à JJ.


RAYYAN

Une crevasse? On n'escalade

pas le Kilimandjaro.


BABER tire une fusée d'alerte qui éclate en l'air.


BABER

Pistolet d'alarme en ordre.

Check.


À la maison des HAMOUDI, AMAAR passe l'aspirateur dans le salon. YASIR et SARAH arrivent. YASIR tient un carton contenant la machine à café brisée.


AMAAR

Salut.


SARAH

Amaar, vous n'avez pas

à faire le ménage.


AMAAR

Pas de problème.

Je rembourse mon séjour.


SARAH

Mais nous avons déjà

une femme de ménage.


YASIR

Dagmar est une femme?


SARAH

Maintenant, oui.

C'est une longue histoire.

Enfin, bref,

elle est venue ici hier.


AMAAR

Vraiment?

Elle est pas très bonne.

(Secouant un plumeau)

Regardez cette poussière.


SARAH

C'est un plumeau.


AMAAR

Exactement.

Est-ce que c'est difficile

de passer un coup

d'aspirateur là-dessus?


SARAH

D'accord.

On va juste...

Bien, on va... On va y aller.


SARAH et YASIR s'éloignent en reculant pendant qu'AMAAR passe l'aspirateur sur le plumeau.


AMAAR

À plus.


Dans la forêt, RAYYAN et JJ avancent dans un sentier. BABER marche derrière.


BABER

Ralentissez. Il y a

du sumac vénéneux partout.


RAYYAN

Si on ralentit encore, on va

finir par marcher en arrière.


BABER

Stop. Cet endroit-là

a l'air très bien.


RAYYAN

Très bien pour quoi?

Je savais pas qu'on s'était

fixé une destination.


BABER

Je veux vous montrer

comment on fabrique un appentis.


RAYYAN

Ah. Oh!

C'est quoi, un appentis?


JJ

J'espère que c'est

une sorte de machine

qui nous téléportera chez nous.


Les moustiques tournent autour de JJ qui se tape dans le cou.


YASIR et SARAH sont ensemble au magasin d'articles ménagers.


SARAH

Tu sais, je suis

inquiète pour Amaar.

Il passe l'aspirateur

sur un plumeau.


YASIR

C'est pas si étrange que ça.


SARAH

Il a dépoussiéré

l'aspirateur après.

Il doit s'inquiéter

pour autre chose que le vol.


YASIR

Moi aussi, je suis inquiet,

mais on peut pas jouer

aux psychiatres de comptoir.


SARAH

Tu veux jamais jouer

au psychiatre de comptoir.


YASIR

Je sais.


Une préposée accueille YASIR.


PRÉPOSÉE

Vous désirez?


YASIR

Oui, voilà. Ma machine

à espresso a...

Comment dire? Explosé.


PRÉPOSÉE

Vous avez apporté le reçu?


SARAH

(Fouillant son sac)

Oui.


PRÉPOSÉE

Vous avez apporté la garantie?


SARAH

Chéri?


YASIR

Elle est dans le coffre.


PRÉPOSÉE

Vous avez apporté le coffre?


YASIR

Arrêtez de poser

des questions.


RAYYAN et JJ sont au milieu d'une clairière et se battent avec les moustiques.


RAYYAN

Je ne me rappelle pas pourquoi

j'ai accepté de faire

cette randonnée.


JJ

Pour sortir avec moi?


RAYYAN

Ah, c'est vrai.

C'est sympa, hein?


JJ

Oui, on a appris

à fabriquer un appentis

et à faire du feu

sans allumette.

Et un chapeau de pluie

avec de la mousse.


RAYYAN

Je crois que Baber a vraiment

besoin d'une femme dans sa vie.


Des coups de sifflet résonnent au loin.


JJ

Si j'avais eu la vague idée

de vouloir rester célibataire,

tout ça m'aurait

fait changer d'avis.


Le sifflet est insistant.


RAYYAN

Je crois qu'on devrait

sortir Baber de la fissure.


JJ

Je croyais qu'on appelait ça

une crevasse?


RAYYAN

Non, une fissure, c'est petit.

Une crevasse,

c'est beaucoup plus grand.


JJ

Je me coucherai

moins bête ce soir.


Le sifflet résonne encore.


YASIR est chez lui, il fouille dans les revues sous la table du salon. AMAAR le rejoint au salon.


YASIR

Où est ma combinaison?


AMAAR

Quelle combinaison?


YASIR

Celle de mon coffre.

Je l'ai notée sur un papier

et je l'ai mise sur la table.


AMAAR

La table basse qui est là?


YASIR

Non, celle qui est près

des toilettes. Oui, cette table.


AMAAR

Ce matin, j'ai fait le ménage.

J'ai peut-être jeté le papier.


YASIR

Amaar, j'ai dû sortir 300$

pour cette machine à espresso.

La garantie est dans mon coffre.


AMAAR

Est-ce que vous pensez

ce que je pense?


YASIR

Que vous allez vous donner

une grosse gifle?


AMAAR

Non. On va devoir

forcer le coffre.


YASIR

(Hésitant)

Ah, je suis désolé.

J'ai oublié que vous étiez

encore traumatisé.


YASIR se dirige à la cuisine.


AMAAR

On peut peut-être

se rappeler la combinaison.

Un anniversaire, une fête.


YASIR

Je l'ai pas personnalisée.

J'ai gardé celle qui était

livrée avec le coffre.


AMAAR

Vous devriez la changer. Ce

sera plus facile à se rappeler.


YASIR

Ah oui, ça,

c'est une excellente idée.


AMAAR

Hé, j'essaie de trouver

une solution.


YASIR

Comme forcer le coffre?

Vous êtes...


Faisant un geste signifiant qu'il est dérangé.


AMAAR

(Suivant YASIR pendant qu'il cherche)

Je suis désolé. Je n'arrive

plus à dormir depuis que j'ai...

Depuis le cambriolage.


YASIR

Oh. Je vois.

Le cambriolage.

Oui. Je suis désolé, mais Amaar,

il va falloir peut-être

tourner la page.


AMAAR

Comment je dois faire?


YASIR

Cherchez au fond de vous-même.

Et vous trouverez la solution.


Dans le bureau de YASIR, AMAAR tient une perceuse géante et des protège-oreilles et des lunettes de sécurité.


AMAAR

Pourquoi est-ce qu'ils font

des coffres aussi difficiles

à percer?


Au restaurant de FATIMA, BABER joue encore du sifflet en s'approchant de RAYYAN et JJ.


BABER

Écoutez, mes enfants.

J'ai plein d'idées

pour notre prochaine sortie.

Je vais vous apprendre à jouer

À la pétanque cailloux,

la pétanque cailloux.


RAYYAN

Entre nous, Baber,

avec JJ, nous pensons que...

Nous nous sommes bien...

bien amusés aujourd'hui,

mais vaudrait peut-être mieux

qu'on ne sorte plus

tous les trois ensemble.


BABER

Vous voulez arrêter? Mais vous

n'êtes sortis qu'une seule fois.


JJ

Non, ce que Rayyan veut dire,

enfin, je crois, c'est que...

vaudrait mieux

que tous les deux,

nous sortions... sans vous.


RAYYAN

Oui.


BABER

Vous ne voulez plus

sortir avec moi?

Il y a quelqu'un d'autre...

quelqu'un de plus jeune?


JJ

Non, non, non.

On ne veut se lier

à aucun chaperon pour l'instant.


BABER

Ne me sortez pas

cette vieille rengaine.


RAYYAN

Oh, on sait juste qu'un jour,

tu rendras un gentil

petit couple heureux

en étant un chaperon

merveilleux.


BABER

(Au bord des larmes)

Vous feriez mieux de partir.


JJ

Baber, écoutez--


BABER

Allez, ouste, ouste!


RAYYAN entre dans le bureau de son père et trouve AMAAR qui tente de percer le coffre au chalumeau. [RAYYAN

Pourquoi dirigez-vous

cette flamme sur le coffre

de mon père?


AMAAR

Parce que j'ai abîmé

sa machine à espresso.


RAYYAN

Oh. Il vous faudrait

une plus grande torche.

Celle-là, ça sert

à faire des crèmes brûlées.


AMAAR

Je le savais.

Alors, comment s'est passée

la randonnée?


RAYYAN

Un désastre.


AMAAR

Vraiment?


RAYYAN

En fait, JJ a été bien,

mais Baber nous a rendus

totalement dingues.


AMAAR

Oh...


RAYYAN

Écoutez, Amaar...

Cette histoire avec JJ,

je voudrais que

vous sachiez que...


AMAAR

Quoi?

Rayyan, vous pouvez

tout me dire.

On est amis.


RAYYAN

Exactement.

Et ça ne changera pas.


AMAAR

C'est facile à dire,

mais bientôt, vous aurez

un crédit sur le dos,

un mari, des enfants.


RAYYAN

Oh oui, c'est vrai.

D'ailleurs, j'ai déjà repéré

une jolie petite maison

de retraite en Floride.


AMAAR

Sérieusement?


RAYYAN

Non.

Pas sérieusement. Amaar...

N'allez pas si vite. Je prends

toute cette histoire avec JJ

au jour le jour, mais c'est tout.


AMAAR

Merci.

Ça me fait plaisir.


RAYYAN

Bien.

Alors, vous couchez

à la maison ce soir ou je...

je peux me balader

sans mettre mon foulard?


AMAAR

Je vais rester ici. Je crois

que je trouverai le sommeil.


RAYYAN

D'accord. Alors, à plus tard.


AMAAR

Oui.


AMAAR rallume son chalumeau et RAYYAN s'en va.


YASIR

(Entrant dans le bureau)

Ça y est!


Au même moment, AMAAR réussit à retirer la porte du coffre.


YASIR

J'ai réussi à trouver

la combi...

(Voyant le coffre)

... naison.


AMAAR rend la porte et le casque de soudeur à YASIR et sort du bureau.


AMAAR

(Sortant en courant)

Désolé.


BABER mange au restaurant de FATIMA, il est seul à sa table. JJ et RAYYAN entrent en riant.


JJ

C'est pas croyable.


RAYYAN

Je sais.


BABER

Bonjour.


RAYYAN

Oh, salut, Baber.


BABER

Rayyan, JJ.

Vous avez l'air en forme.


JJ

Mais vous aussi.


BABER

Vous sortez sans avoir

de chaperon? Hum?


YASIR entre et se glisse entre RAYYAN et JJ.


YASIR

(Tendant la main à BABER)

Un café vite fait

et on se sauve.

Assalamu aleykum,

frère Baber.


BABER

Aleykum salam.

(S'adressant à FATIMA)

Trois cafés, s'il te plaît.


BABER

Je vois que vous avez trouvé

quelqu'un d'autre, hum-hum?

Vous avez l'air bien,

tous les trois ensemble.


JJ

Yasir, Baber a été

notre dernier chaperon.


BABER

Oh... Est-ce que je dois...


BABER

Pas de souci. Je suis heureux

que les choses s'arrangent

de cette façon.

Je suis dans une position

où ce n'est pas bon pour moi

de jouer les chaperons

en ce moment.

Je garde toutes

mes options ouvertes.


JJ

Vous voulez venir avec nous?


BABER

Non, je ne veux pas être

la quatrième roue.


YASIR

C'est pas grave.

Je suis pas jaloux.


BABER

D'accord. Alors, je viens.


YASIR

Mais c'est moi, le chaperon.

Toi, tu es co-chaperon.


BABER

D'accord.

(Se levant)

Alors, on va où?


YASIR tient un plateau de cafés pour apporter.


YASIR

Au cinéma, voir un film

qui s'appelle

Le coeur de Gabrielle.


BABER

Amusez-vous bien. à plus tard.


RAYYAN

(Poussant JJ vers la sortie)

Bien.


Dans la soirée, le RÉVÉREND et AMAAR jouent une partie d'échecs.


RÉVÉREND MCGEE

Vous semblez

plus heureux ce soir.

Je suppose que vous êtes soulagé

d'avoir appris l'arrestation

des cambrioleurs?


AMAAR

J'étais pas au courant.


RÉVÉREND MCGEE

Ils ont été embarqués hier.

Ils les ont trouvés

avec mon plateau pour la quête.


AMAAR

C'est vrai? Il y avait

combien sur le plateau?


RÉVÉREND MCGEE

Oh, il y avait rien.

Mais c'est un très joli plateau.


AMAAR

J'ai eu une discussion

avec Rayyan, vous savez,

à propos de l'histoire de JJ.


RÉVÉREND MCGEE

Ah oui?


AMAAR

Je crois que je paniquais

et que j'avais peur

de perdre mon amie.

Mais ça va.

On sera toujours de bons amis.


AMAAR

Amis, hein?

Ça, c'est... c'est bien.


RÉVÉREND MCGEE

Oui. Amis jusqu'au bout.


Des bruits alarment le RÉVÉREND et AMAAR.


AMAAR

Vous avez pas entendu

quelque chose?


RÉVÉREND MCGEE

Vous voulez dormir

chez moi ce soir?


AMAAR

S'il vous plaît.


AMAAR se lève et s'éloigne. Le RÉVÉREND se lève aussi et joue une dernière pièce sur le jeu d'échecs.


RÉVÉREND MCGEE

(Vers AMAAR dans le couloir)

Échec et mat!

(Se frottant les mains)

J'ai toujours le coup.


Générique de fermeture

Episodes of The Little Mosque