Universe image The Little Mosque Universe image The Little Mosque

The Little Mosque

The Little Mosque

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Can I Get a Witness?

Rayyan and J.J.´s wedding day has arrived, but chaos has caught up with them on a day that should be full of happiness.



Production year: 2007

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

BABER sort d'une pizzeria en mangeant une pointe de pizza. Il se frappe malencontreusement contre un passant. La pointe de pizza tombe directement sur sa chaussure et toute la garniture s'étend.


BABER

(Poussant un cri)

Oh! Argh!

Oh, ma sicilienne!

Non, mais vous pouvez

pas regarder

où vous allez,

M. Chemise-et-Pantalon?


PASSANT

Je suis prioritaire ici.


BABER

Prioritaire de rien du tout!

Vous devez laisser passer

le trafic venant de la droite.


PASSANT

«Je» viens de la droite,

alors à votre place,

je prendrais

des cours de piétons.


BABER

Pour votre information,

je suis piéton autodidacte.


PASSANT

On a la parole facile

pour quelqu'un

qui a de la tomate séchée

sur ses mocassins.


BABER

Vous êtes chanceux que ma

religion interdise la violence.


PASSANT

Et pourquoi vous venez pas

me le dire ici?


BABER

Parce que ma religion

interdit la violence.

Ouvrez vos oreilles!


BABER monte dans sa voiture qui est garée tout près et démarre. Mais plutôt que de reculer, la voiture avance et frappe la voiture garée devant la sienne. BABER sort de sa voiture en se lamentant. Il se tient le bas du dos. Le PASSANT s'arrête.


BABER

Ah... Ah...

(S'adressant au PASSANT)

Regardez ce que vous avez fait!

Vous m'avez fait emboutir

la voiture d'un pauvre innocent.


PASSANT

C'est «ma» voiture.


BABER

Et je suis désolé.


Titre :
La petite mosquée dans la prairie Mariée à tout prix


YASIR rentre chez lui avec ses bagages.


YASIR

Chérie, bonjour!


SARAH descend l'escalier à toute vitesse.


SARAH

Oh, tu es rentré, mon coeur!

Tu es enfin rentré.

(Embrassant YASIR)

Comment

ça s'est passé, ton voyage?


YASIR

Trois vols en 26 heures,

c'est pas étonnant que j'aille

pas à Dubaï plus souvent.


SARAH

Oh pauvre chéri!

Tu as l'air fatigué.


YASIR

Avec Karim, j'ai fait que

travailler, dormir

et parfois manger. Excellents

restaurants; la grande classe.


SARAH

Ah, c'est bien. Tu le mérites.


YASIR

Un film de temps en temps

ou un concert.


SARAH

On peut pas travailler

tout le temps, c'est normal.


YASIR

Et les fêtes aussi.


SARAH

Les fêtes?


YASIR

Tu peux pas savoir ce que

Karim peut connaître comme gens.

Partout c'était: «Karim!

Karim !» C'est le roi de Dubaï.


SARAH

Comme Mohammed ben

Rachid Al Maktoum?


YASIR reste muet.


SARAH

T'as oublié d'emporter

ton guide.

Alors, tu as rapporté quelque

chose pour la reine de Mercy?


YASIR

Oui, bien sûr! Oui, oui!

Oui, bien sûr... Oui.

(Cherchant dans sa valise)

Oui, oui, oui...


SARAH

Qu'est-ce qu'il y a?


YASIR

Je me vois à côté

du magasin de l'hôtel

et je me vois apercevant quelque

chose dans la vitrine et...


SARAH

Et tu ne te vois pas

le donner à ta femme

dans deux ou trois secondes?


Plus tard, BABER discute avec FATIMA et AMAAR au sujet de sa rencontre avec le PASSANT.


BABER

Et ensuite, il a insulté

mes capacités à pouvoir marcher!


AMAAR

Vous qui marchez

depuis des années.


BABER

M. Grande-Gueule

avec sa voiture de luxe

et sa chemise et son pantalon.


AMAAR

Des habits? Un vrai sang bleu.


FATIMA

Je pense qu'à un moment pareil,

un peu de nourriture

serait la bienvenue.


BABER

Baber n'oublie

jamais un affront.


AMAAR

C'est pour ça que nous aimons

tellement votre compagnie.


BABER

Hum...


BABER se lève de son siège et son dos craque.


BABER

Ouille!


AMAAR

Oh là, ça va pas?


FATIMA

Tu as dû te faire mal au dos.


BABER

Oh...


J.J. et RAYYAN entrent à la mosquée. Très vite, AMAAR les remarque.


J.J

Est-ce que tu sauterais

dans un feu?


RAYYAN

De joie ou de Bengale?


J.J

De joie.


RAYYAN

Ah, une plaisanterie.

Est-ce que tu changerais

ton nom en Gladys?


J.J

Oh, ça, c'est coton.


RAYYAN

Oui!


AMAAR

(Saluant le couple en arabe)

Assalamu alaykum.


RAYYAN ET J.J.

(Propos en arabe)

Wa alaykoum salam


AMAAR

Qu'est-ce que vous faites?


RAYYAN

On joue à qu'est-ce

que vous feriez

pour un million de dollars?


AMAAR

Oh! Ah, d'accord. Je mangerais

un tube de dentifrice.


RAYYAN

Ça, c'est plutôt : Qu'est-ce

que vous feriez pour 5$?


AMAAR

D'accord. Euh,

deux tubes de dentifrice.


YASIR passe dans le couloir un peu plus loin en sifflant.


RAYYAN

(Interpellant son père)

Hé!

Bienvenue à la maison!


YASIR

Oh, ma chérie! Mon amour!


AMAAR

(S'adressant à J.J.)

Ils se sont pas vus

depuis longtemps.

Maintenant, ils vont

se prendre dans les bras...


YASIR

Oh, J.J.!


J.J

Hé!


YASIR

(Propos en arabe)

Assalamu alaykum.


AMAAR

Et vous aussi.


YASIR

(Propos en arabe)

Assalumu alaykum


AMAAR

(Propos en arabe)

Wa alaykum salam

Amaar, vous permettez

que je vous emprunte J.J.?


AMAAR

Seulement si vous le ramenez.


YASIR

(Entrant dans son bureau avec J.J.)

Donc, j'ai parlé

à mon père ce matin.


J.J

On dirait que vous vous êtes

bien amusés à Dubaï.


YASIR

C'était comme au bon vieux

temps. Mais entre toi et moi,

qu'est-ce que ton père

a perdu comme cheveux!

Comment ça se passe ici?


J.J

Tout va pour le mieux.

On a commencé les excavations

de la sous-station

et là, on était sur le point-


YASIR

Non, non, je parle

entre toi et Rayyan.


J.J

Oh, euh... Eh bien...

Nous passons beaucoup de temps

ensemble tous les deux.


YASIR

Ah, j'aime ce sourire. Enfin,

je crois que j'aime ce sourire.


J.J

Non, non, je parle en public.

On passe beaucoup de temps

ensemble en public.


YASIR

C'est mieux. Et...?


J.J

Euh...

Est-ce que je peux être franc

avec vous?


YASIR

Oui, oui! Allez, allez, tu

gaspilles ton temps de réponse.


J.J

D'accord, je...

Voilà, j'aime beaucoup Rayyan.

En fait...

et avec votre bénédiction,

bien sûr, j'aimerais

vous demander sa main.


YASIR reste muet.


J.J

M. Hamoudi?


YASIR

Appelle-moi papa!


YASIR serre J.J. en riant.


J.J

Il y a juste une petite chose.


YASIR

Cinq petits-enfants suffiront.

Deux garçons, deux filles

et le dernier, vous choisissez.


J.J

Wow! Non, pas ça. Je ne peux

pas officiellement poser

la question tant que mon père

ne vous a pas appelé.

C'est toujours le père du marié

qui appelle celui de la mariée.

Mon père est très à l'ancienne.


YASIR

Oui, bien sûr.


J.J

Évidemment, je voulais

vous en parler avant,

d'homme à homme,

mais quand il vous

appellera demain,

vous voulez bien jouer

les abrutis?


YASIR

Quand on est dans le bâtiment,

on est forcément comédien.

Forcément comé... dien.


J.J

J'ai saisi!


YASIR et J.J. se font de nouveau l'accolade.


Dans son bureau, AMAAR aiguise des dizaines de crayons compulsivement. Le Révérend McGee lui rend visite.


RÉVÉREND MCGEE

Bonjour, Amaar...


AMAAR

Bonjour.


RÉVÉREND MCGEE

Tout va bien?


AMAAR

Pourquoi cette question?


AMAAR qui s'était arrêté recommence à aiguiser des crayons.


RÉVÉREND MCGEE

Oh, pour rien.

Cette boîte de crayons

était neuve ce matin.


AMAAR

J'aime les mines

très pointues.

Si vous connaissez un moyen

de les tailler

sans les raccourcir,

je vous le dis, je suis preneur.


RÉVÉREND MCGEE

Bon, je repasserai.

Non, attendez, attendez.


AMAAR

Excusez-moi, je...

je suis un peu tendu.


RÉVÉREND MCGEE

Vous voulez parler

de quelque chose?


AMAAR

Non, rien, c'est juste...

Vous n'avez jamais constaté que

vous vouliez quelque chose

seulement après avoir vu

quelqu'un qui voulait

cette même chose?


RÉVÉREND MCGEE

Vous pensez à ma compil

de musique country?


AMAAR

Laissez tomber.


LAYLA et son père, BABER, arrivent à la mosquée. LAYLA est sur le point de sortir. BABER se tient le dos. Il souffre.


LAYLA

T'es sûr que tu vas pouvoir

faire ta prière?

Tu devrais peut-être te reposer.


BABER

Parce que je t'aime,

je vais faire

comme si j'avais rien entendu.


AMAAR accueille les fidèles.


AMAAR

(S'adressant à BABER)

Vous n'êtes pas obligé

de vous agenouiller

si vous ne pouvez pas.

Vous devriez aller vous asseoir

sur l'une de ces chaises.


BABER se retour vers les chaises occupées par les vieillards et les handicapés. Un homme toussant dans son mouchoir fait signe à BABER que la chaise voisine est libre.


BABER

Les chaises là-bas?

Et pourquoi pas un écriteau

«Vieil homme décrépi» aussi?


LAYLA

Ça te ferait

encore plus mal au dos.

Vous devriez aller voir

un «chiropracteur».


BABER

Non, le problème

se réglera tout seul.


VIEUX

Venez.


BABER

Et ce «chiropracteur»,

il faut un rendez-vous

ou je peux y aller comme ça?


YASIR se précipite à l'Hôtel de Ville pour voir SARAH.


YASIR

(S'adressant à ANN)

J'ai des nouvelles

très importantes!


ANN, la mairesse, est dans le couloir.


ANN

Vous avez trouvé

un mari pour Sarah

qui, lui, lui achètera

des cadeaux?


SARAH

Je lui en ai peut-être parlé.


ANN

En passant.


Les autres employées de l'Hôtel de Ville discutent entre elles.


FEMME 1

Il est allé jusqu'à Dubaï

et il a rien ramené.


FEMME 2

Quelle humiliation pour elle!


ANN

Je suis sûre qu'elles parlent

de quelqu'un d'autre.


YASIR

Peu importe, c'est plus

important, c'est géant!


ANN

Un mari attentionné pour Sarah

qui lui achètera des cadeaux?


YASIR se retourne vers ANN et lui jette un regard désapprobateur.


ANN

Je file!


YASIR

Assieds-toi!


SARAH

Je suis assise, là.


YASIR

Pardon, je suis

vraiment très excité,

mais notre fille Rayyan Hamoudi,

Dre Rayyan Hamoudi, notre fille!


SARAH

Oui? Oui?


YASIR

Va se marier!


SARAH

Quoi?


YASIR

Oui!


SARAH

Rayyan va se marier!


YASIR

Oui!


SARAH et YASIR sautent de joie.


SARAH

Oh mon Dieu! Oh! Oh!

Je réserve une salle.

J'appelle un traiteur.

Oh, c'était romantique?

Oh, je parie

que c'était romantique!

J.J. lui a demandé quand?

Comment il lui a demandé?


YASIR

Il l'a pas fait.

Pas encore, mais il va le faire.

C'est juste une formalité.


SARAH

La demande en mariage

de Rayyan, c'est une formalité?


YASIR

Mon petit falafel,

tu comprends pas.

Il a ma bénédiction.


SARAH

Et la bénédiction de Rayyan?

Tu sais qu'elle peut dire non?


YASIR

Elle a dit quelque chose?


SARAH

Non, mais ça concerne

d'autres personnes

en dehors de J.J. Et toi.


YASIR

Le pire, c'est que t'as raison.

Mais après, Karim et moi,

on sera pratiquement frères!

(Sautant de joie)

Ouais! Oui!

Pourquoi tu sautes pas? Hein?


LAYLA accompagne son père chez le chiropraticien. BABER attend dans le cabinet.


BABER

Tu vois cette courbe?

(Montrant le plan de colonne vertébrale sur le mur)

C'est ce qui va t'arriver

si tu t'assieds pas bien droite.


LAYLA

Tout le monde a la colonne

vertébrale courbée.

Si tout le monde sautait

d'un pont, tu le ferais aussi?


Le chiropraticien entre dans le bureau et BABER s'aperçoit qu'il s'agit du PASSANT.


CHIROPRATICIEN

Bien, M. Siddiqui.


BABER

Oh! Chemise-et-Pantalon!


CHIROPRATICIEN

Vous! Bonnet-et-Barbe.


BABER

Pourquoi vous êtes là?

Avez-vous aussi piétiné

le «chiropracteur»?


CHIROPRATICIEN

C'est moi,

le «chiropracteur».


BABER

Je ne veux pas

être soigné par lui.

Ce n'est pas le seul

«chiropracteur» de Mercy.


CHIROPRATICIEN

En fait, si.


BABER

Qu'avez-vous fait aux autres?

Vous les avez piétinés?

(S'adressant à LAYLA)

On file.


CHIROPRATICIEN

(S'adressant à LAYLA)

Vous devez vous demander

à quoi ça rime?


LAYLA

Entre nous,

je suis plutôt habituée

à ce genre de situations.


RAYYAN et SARAH sont ensemble au restaurant de FATIMA.


SARAH

Alors, est-ce

que J.J. te plaît?


RAYYAN

Bien sûr qu'il me plaît.

Du moins, je n'ai pas encore

pris de décision.


SARAH

Exactement.

Ça ne dépend que de toi,

peu importe, ce que décident

J.J. et ton père.


RAYYAN

Quoi? Ils en ont parlé?


SARAH

Oui et maintenant,

ton père danse

la farandole

comme si c'était fait.


RAYYAN

Oh, c'est presque mignon.


SARAH

Non, c'est pas mignon,

c'est médiéval.


RAYYAN

Quoi, il danse

avec un flûtiau?


SARAH

Ces deux hommes te traitent

comme du bétail!

T'es censée être une féministe.


RAYYAN

Mais je suis féministe,

mais si J.J. veut parler à papa

avant de venir me voir,

ça me va.

À la fin du compte,

celle qui décidera, c'est moi.


SARAH

Donc, t'es d'accord avec ça?


RAYYAN

Oui!


SARAH

C'est pas tout

ce qui compte en fait?

Ah oui, je crois que oui.

Non, ce l'est pas.

Je suis la mère de la mariée.

Il ne s'agit pas de toi,

il s'agit de moi.


RAYYAN

Pour ton mariage,

il s'agissait de toi!


SARAH

Non, il s'agissait

de ma maman.

Et cette fois, c'est moi.

Je suis en train d'être évincée.


RAYYAN

Je suis vraiment désolée

de gâcher mon mariage pour toi.


SARAH

Ah...


RAYYAN se lève et se dirige vers la sortie. Elle croise AMAAR.


AMAAR

(Propos en arabe)

Assalamu alay... kum...


SARAH est sur le point de sortir aussi.


AMAAR

Sarah, qu'est-ce qu'il y a?


SARAH

Il y a rien,

tout va très bien.

Je pensais juste

être plus heureuse

le jour des fiançailles

de ma fille.


AMAAR est sous le choc.


AMAAR

Fiançailles?


AMAAR s'assoit au comptoir encore abasourdi.


FATIMA

Alors, qu'est-ce

qui vous ferait plaisir?


AMAAR

Brûlure, douleur à la poitrine.


FATIMA

C'est noté.

Un curry bien fort.


Le lendemain, SARAH prépare son petit déjeuner. RAYYAN arrive dans la cuisine.


SARAH

Oh, bonjour, chérie!

Tu vas travailler?


RAYYAN

Sauf si tu veux y aller

pour moi.

Oui, il ne s'agit pas de moi.

Hein? Seulement de toi.


RAYYAN prend quelque chose dans le réfrigérateur et sort de la cuisine. YASIR arrive à son tour.


YASIR

Qu'est-ce qui lui arrive?


SARAH

Oh, on s'est encore disputées.

Mais tu veux que je te dise?

C'est terminé. Je suis la mère

de la future mariée et

il est temps que je m'y fasse.


YASIR

Voilà une nouvelle

qui me fait plaisir.

J'ai eu peur une seconde

qu'elle en veuille à J.J.

Karim a appelé?

Il doit me téléphoner.


SARAH

Ah, pour l'amour du ciel,

J.J., Karim, J.J.

T'as qu'à les épouser

si tu les aimes tellement.


YASIR

Je sais que t'es pas

une experte de l'islam,

mais même toi, tu devrais savoir

que ce genre de chose

n'est pas islamique.


SARAH

Je sais, il se trouve

que tout va tellement vite.

Je me sens un peu écartée.


YASIR

Oh, chérie, t'as raison.

À partir d'aujourd'hui,

je ne parlerai plus

que de Sarah et tout le temps.

Je me brancherai

sur Sarah TV toute la journée.

Oui, 100% de mon temps libre

sera pour ma Sarah.


SARAH

Oh, t'as raison,

on devrait pas se disputer.


YASIR

Oui, et puis d'ailleurs,

ce serait vraiment gênant

de se disputer au mariage

devant J.J. et Karim.


RAYYAN marche dans la ville et croise AMAAR sur la rue.


AMAAR

(Propos en arabe)

Assalamu alaykum.


SARAH

(Propos en arabe)

Wa alaykum salam.


AMAAR

Vous répondez à mon

«assalamu» à nouveau.

C'est bien.


RAYYAN

Oui, je... je suis

vraiment désolée pour hier.

J'avoue que je suis

assez stressée.


AMAAR

Vous voulez parler

de quelque chose?


RAYYAN

Non, ça va.

Je m'en sortirai toute seule.


AMAAR

D'accord.


SARAH

Oui.


Chacun continue son chemin, mais RAYYAN se retourne.


RAYYAN

Ou alors, si vous qui voulez

me parler de quelque chose?


AMAAR

Euh, non. Si!

Et bien, à vrai dire,

étant donné que je tombe sur

vous, j'aimerais savoir si...


RAYYAN

Ah, bonjour, Layla.


LAYLA s'arrête.


LAYLA

Rayyan, tu soignes

les gens chez eux?


Plus tard, RAYYAN s'occupe de BABER qui est étendu sur son divan.


BABER

(Souffrant)

Ouch...


RAYYAN

Et voilà.

Il va falloir que tu restes

calme pendant quelque temps.

Je te donne quelque chose

contre la douleur.


BABER

L'islam interdit

toute sorte de drogue.

Va fourguer tes produits

chez quelqu'un d'autre.


RAYYAN

L'islam n'a rien contre les

prescriptions médicamenteuses.


LAYLA

(S'adressant à son père)

Prends les pilules. C'est ça

ou ce sera l'horreur permanente.


BABER

Ça va aller.

Je parlais pour moi.


RAYYAN

Ça va lui passer.

C'est un léger opiacé.


Plus tard, BABER est au comptoir du café de FATIMA. Il se balance la tête de gauche à droite assis au comptoir. Tout près de lui, FRED TUPPER, l'animateur de la radio locale, lit le journal.


FRED

Tiens, tiens, tiens.

Eh bien, en voilà une surprise.

Il est écrit ici

que les immigrants parleraient

moins bien notre langue

que les gens nés ici.

Typique! Hum!


BABER

(Se penchant sur l'épaule de FRED)

D'accord avec toi, Fred.


FRED

Non, non, pas du tout.

Il est pas avec moi.

J'ai pas envie de voir mon nom

sur la liste des gens

à surveiller.


BABER

Une liste? Debout, bon peuple.

J'adore ce type.

(Pinçant les joues de FRED)

Allez, viens ici.

(Embrassant FRED)

Mon vieux brigand!


BABER s'en va. FATIMA arrive avec le repas de FRED.


FRED

(S'adressant à FATIMA)

Oh, je sens que je vais vomir.


FATIMA

Et moi donc!

C'est un vrai film d'horreur.


BABER est penché devant une distributrice de boules de gomme.


BABER

Bonjour! Dormez bien,

mes petits poulets.

Vous allez bientôt être hachés.


BABER embrasse le distributeur.


FRED

(Observant BABER)

Oui... Beau temps

pour la saison, hein?


FATIMA

Euh, oui,

on n'a pas à se plaindre.


BABER serre le distributeur de boule de gommes dans ses bras.


YASIR est impatient. Il attend près du téléphone dans son salon.


YASIR

Appelle, Karim. Allez...

On a un voyage à planifier.


SARAH

(Entrant dans le salon en soupirant)

Ah!


YASIR

Ah, ma petite pastèque

qui est allée s'enfermer

dans la chambre.


SARAH

Ah, je pouvais pas rester

en colère. J'ai trouvé ça.


YASIR

Ah, notre album de mariage...


SARAH

Oui.


YASIR

Les beaux souvenirs du jour

si particulier pour ta mère.


SARAH

Je suis désolée

d'avoir été si susceptible

pour la demande en mariage.

J'aurais dû me rappeler

le soir où tu m'as demandé

ma main et comme

c'était fabuleux.


YASIR

Oui, je me souviens.

J'avais donné 100$ au type

pour qu'il arrête

la grande roue tout en haut.

Jamais j'oublierai.


SARAH

Il pouvait pas redémarrer.

Il a fallu faire venir une grue

à nacelle pour nous descendre!


YASIR

J'ai dû payer 200$

au grutier en plus.


SARAH

Ah, c'était le bon temps.


YASIR

Oui.


YASIR tape du pied en regardant le téléphone.


SARAH

Tu attends un coup de fil?


YASIR

Quoi? Non. Pourquoi

j'attendrais un coup de fil

quand la seule personne

importante

est assise juste à mes côtés.


SARAH

Tu regardes le téléphone pour

essayer de le faire léviter?


YASIR

Bien quoi, je croyais

que t'aimais mes tours de magie.


SARAH sort du salon, offusquée.


YASIR

Dépêche, Karim, dépêche.


AMAAR consulte le RÉVÉREND MCGEE pour ses conseils.


AMAAR

J'ai une question pour vous.

Vous avez marié beaucoup

de jeunes couples?


RÉVÉREND MCGEE

Ah oui, en effet!


AMAAR

Et la moitié de ces mariages

ont échoué?


RÉVÉREND MCGEE

C'est une donnée nationale.

Ne me le reprochez pas!


AMAAR

Non, non, je sais.

Ce que je veux dire,

c'est qu'en voyant un couple,

comment savez-vous

qu'il ne commet pas d'erreur?


RÉVÉREND MCGEE

En fait, je donne des conseils,

mais il n'y a aucune garantie.

Excepté mon quiz.

C'est une assez bonne garantie.


AMAAR

Un quiz?


RÉVÉREND MCGEE

Un quiz prénuptial.

Si un couple échoue, je suggère

de ne pas abuser

des cadeaux de mariage.


AMAAR

C'est assez triste.


AMAAR

Oui, très triste.


AMAAR est attablé au restaurant de FATIMA en compagnie de RAYYAN et J.J.


RAYYAN

Mmm! Mercredi: les ailes

de poulet de Fatima.

Merci pour l'invitation, Amaar.


J.J

J'ai été étonné. Je croyais

que vous essayiez de m'éviter.


AMAAR

Soyez pas stupide.

Enfin, soyez pas grotesque.

Je veux dire,

soyez pas un idiot stupide.

(Fouillant sa poche)

Hé, regardez ce que j'ai trouvé.

C'est un quiz de mariage

du révérend McGee.

On pourrait le lire

pour s'amuser

en attendant

les ailes de poulet.


FATIMA

(Apportant le repas)

Et voilà mes ailes de poulet.

Mangeons ces ailes de poulet.


RAYYAN

Amaar...

Très sincèrement, je trouve

que certaines questions

sont stupides.


AMAAR

«Est-ce qu'avec

votre partenaire,

vous partagez

les mêmes goûts en cinéma?»


J.J

L'autre jour, on a découvert

qu'on aimait tous les deux

les films de Bob Hope.


RAYYAN

Ah oui!


AMAAR

C'est ce que je disais. Aucun

intérêt. Ah, celle-là est mieux.

«Est-ce que

votre partenaire et vous,

vous partagez les mêmes buts

pour l'avenir?»


J.J

Euh...

Ça, c'est une bonne question.


AMAAR

Bon, alors?


RAYYAN

Amaar...


AMAAR

Vous avez raison.

Autant pour moi.

Est-ce que vous voulez encore

des ailes de poulet? Du soda?

Est-ce que vous pensez que

votre partenaire vous contrôle?

Vous manque de respect?


RAYYAN

Ça suffit.


AMAAR

Vous avez raison, on ne veut

plus d'ailes de poulet.

Quels sont vos projets

pour les enfants?

Votre partenaire en veut-il?


RAYYAN

Il faut qu'on y aille.


J.J

Bien non, voyons.


AMAAR

Oh, objectifs divergents.

Mauvais signe.


RAYYAN se lève et quitte le restaurant.


RAYYAN

Au revoir, Amaar.


J.J

(Suivant RAYYAN)

Désolé, vieux.


AMAAR

Euh... Rayyan?

Attendez.


AMAAR se lève et marche sur quelque chose.


AMAAR

(Se tournant vers FATIMA)

J'ai marché sur un «chewing-gum»!


FATIMA

Baber a décidé

de libérer les poulets.


AMAAR soulève son pied et remarque une plaque de jaune sous la semelle.


BABER dort sur le divan, chez lui. Il se réveille, regarde le flacon de médicaments et se rappelle certains de ses actes, dont l'épisode avec FRED.


VOIX DE BABER

Mon beau brigand!


De nouveau BABER regarde le flacon de médicaments. Soudain BABER se lève et monte l'escalier malgré sa douleur.


LAYLA

(Courant derrière son père)

Papa?

Papa, qu'est-ce que tu fais?


BABER jette les médicaments dans la toilette.


BABER

Je me débarrasse de ces

pilules du diable et ensuite,

je prierai plus fort que

je n'ai jamais prié de ma vie.


Chez les Hamoudi, le salon est illuminé par des dizaines de chandelles. YASIR masse les épaules de SARAH.


YASIR

Voilà, ça va mieux?


SARAH

À moitié mieux.

En fait, un quart mieux et

ça grimpe doucement à un tiers.


YASIR

Détends-toi.

Il n'y a que toi

et ton gentil petit mari.

Et le doux murmure

de la brise de l'océan...


Le téléphone sonne.


YASIR

Karim!


YASIR se précipite sur le téléphone pour répondre et, du même coup, projette SARAH vers la table du salon.


YASIR

Allô!

Hé, mon ami! Comment tu vas?


À l'heure de la prière, BABER arrive à la mosquée. Dans le coin des vieux, la chaise est toujours libre et les vieux saluent BABER comme l'un des leurs. BABER fait fi de son dos et commence à prier. En se penchant pour la prière, son dos craque.


BABER

(Subissant le craquement)

Oh!

Il y a quelqu'un?


La mosquée est vide, seul BABER reste penché sur le tapis.


BABER

Hé! Aidez-moi, s'il vous plaît.


AMAAR

(Passant dans la salle des prières)

Baber, vous êtes encore

en train de prier?


BABER

J'ai fini, mais je suis bloqué.


AMAAR

Vous êtes là depuis longtemps?


BABER

À moins que vous n'ayez inventé

un plancher qui dit l'heure,

je n'en ai aucune idée.


BABER est allongé sur la table du chiropraticien qui lui fait craquer les membres.


BABER

(Subissant un craquement)

Argh!

(S'adressant à AMAAR)

Pourquoi je vous ai laissé

me convaincre?

J'ai tourné le dos

à cet homme une seconde

et vous voyez ce qu'il fait.


AMAAR

Hé, j'ai pas vécu une journée

de rêve moi non plus.

On a tous des problèmes.


CHIROPRATICIEN

M'en parlez pas.

Faut voir ce que ce type a fait

à mon feu arrière.


BABER

(S'adressant à AMAAR)

Qu'avez-vous?

Vous êtes pas vous-même

dernièrement.

Pas que je m'en plaigne

d'ailleurs.


AMAAR

C'est rien. Rien que je puisse

vous dire en tout cas.


BABER

«Dites rien à Baber.

Baber ne comprendrait pas.

Baber est un idiot.»


CHIROPRATICIEN

(S'adressant à AMAAR)

Dites-le-moi.


BABER

(Se faisant balloter)

Aïe!


AMAAR

Ce n'est pas vous, l'idiot.

L'idiot, c'est moi.

J'ai voulu me mêler

du bonheur de quelqu'un,

alors que j'aurais dû

faire le contraire.

J'ai l'impression d'être nul

comme imam et aussi comme ami.


BABER

Vous faites des tas d'erreurs.


AMAAR

Merci.


BABER

Mais vous n'êtes pas nul

en tant qu'ami.

Je ne crois pas,

même si nous ne sommes

que des connaissances.

Argh!


CHIROPRATICIEN

Tournez-vous.


BABER

(S'adressant à AMAAR)

Je ne vous comprends pas.

Pourquoi vous ne dites pas

ce que vous ressentez à Rayyan?


AMAAR

Qui a dit que c'était Rayyan?


BABER

Par pitié, même un aveugle

peut voir ce que vous ressentez

pour cette fille.


CHIROPRATICIEN

Vraiment?


BABER

Oui, mais Rayyan n'est pas

un aveugle.

Vous devez lui parler.

Comment quelqu'un qui a fait

des sermons interminables

ne peut-il pas penser à parler

quand c'est important?


AMAAR

Vous avez raison.

Mais qu'est-ce que je fais là?

(Se levant)

Baber, il faut que j'y aille.


BABER est face contre sol sur la table de chiropractie.


BABER

Vous êtes là pour me protéger.

Ne me laissez pas seul

avec ce monstre!


CHIROPRATICIEN

Il y a plus que vous et moi,

Bonnet-et-Barbe.


Le CHIROPRATICIEN prend un élan et enfonce son coude dans le dos de BABER.


BABER

Aïe!

(Souriant)

Oh... Refaites-le.


YASIR revient au salon, très énervé.


SARAH

Oh, comment était

ton appel important avec Karim?


YASIR

Fantastique nouvelle, chérie!


SARAH

Karim va habiter chez nous?


YASIR

Encore mieux!

Tu peux être tranquille;

les fiançailles sont

enfin officielles.


SARAH

Vraiment? J.J. a fait

sa demande? Rayyan a dit oui?


YASIR

Bientôt, très bientôt.


SARAH

Comment ça, «très bientôt»?

Je vois pas ce qu'il y a

d'officiel là-dedans!


YASIR

Ah, J.J. ne pouvait pas

parler à Rayyan

avant que son père m'ait appelé.

Voilà, c'est fait.


SARAH

Donc, techniquement,

Karim t'a fait sa demande.


YASIR

Oui! Mais chérie,

tu passes à côté

du plus important.

Il va y avoir un mariage et nous

allons être les heureux parents.


SARAH

Toi et moi ou toi et Karim?


YASIR

Toi et moi, mon coeur!

Mais comment t'as pu croire

que je disais ça?

En tout cas, moi,

je crois pas que je disais ça.


SARAH

Donc, mon bébé va se marier?


YASIR

Oui!


SARAH

Oui! Oui!


SARAH et YASIR sautent de joie, mais très brièvement.


YASIR

Ça y est!

Elle pourrait maintenant.


RAYYAN sort de la mosquée et AMAAR s'y dirige.


AMAAR

Rayyan!

Je vous cherche partout.


RAYYAN

Je suis à 10 mètres

de votre bureau.


AMAAR

Oui, en fait, j'allais

vous chercher partout

et j'ai eu de la chance.


RAYYAN

Je suis bien contente

d'être tombée sur vous.

Il faut qu'on se parle.


AMAAR

Je voudrais m'excuser pour mon

comportement ces derniers temps.

Je pense à cette histoire

de quiz. C'était...


RAYYAN

Incroyablement grossier?


AMAAR

Eh bien...


RAYYAN

Hors de propos?


AMAAR

Je...


RAYYAN

Et les ailes de poulet?


AMAAR

Coupable.

En fait, c'était... C'est J.J.

Je savais pas que ça deviendrait

sérieux aussi vite.


RAYYAN

Mais sans vous vexer, Amaar,

d'après vous,

où ça pouvait nous mener?


AMAAR

Bien, manifestement

nulle part, du moins,

nous ne sommes qu'amis

tous les deux, hein?


RAYYAN

Je parlais entre moi et J.J.


AMAAR

D'accord.

Alors, en réalité-


RAYYAN

Amaar, stop.

J.J. a demandé ma main.


AMAAR

C'est vrai?

Qu'est-ce que vous avez répondu?


Générique de fermeture

Episodes of The Little Mosque