Balade à Toronto

Dix artistes de la francophonie canadienne venus de différentes provinces sont invités à venir passer deux jours à Toronto afin de jouer les touristes et quelques-unes de leurs plus belles compositions. Cette série nous offre un regard privilégié et intimiste sur la relève musicale de chez nous toutes couleurs confondues.

Partager
Image univers Balade à Toronto Image univers Balade à Toronto

Vidéo transcription

Joseph Edgar

Véritable oiseau de nuit, Joseph Edgar puise souvent son inspiration dans l’énergie, le chaos et le côté imprévisible des grandes villes. C’est ainsi qu’il débarque à Toronto, son musicien Alexandre Pépin à ses côtés. Le duo longe la façade du Honest Ed’s, une institution commerciale torontoise qui ferme ses portes après plus de six décennies en affaires. De passage à la librairie The Beguiling où convergent les amateurs de bandes dessinées et de mangas japonais, l’Acadien nous relate son parcours vers la musique, ponctué d’arts visuels, d’illustration, de dessin et de poésie. Il nous interprète trois pièces, dont son plus grand succès « Espionne russe » et se remémore l’Acadie à bord d’un water taxi. Après une bouchée chez Poutini sur la rue Queen West, arrêt obligé à la boutique Goorin Bros., où l’artiste ne peut s’empêcher de mettre la main sur un chapeau, sa marque de commerce vestimentaire. Il nous parle de la récente vague artistique acadienne qui déferle sur le Québec avant de s’arrêter à la Horseshoe Tavern, endroit mythique où plusieurs artistes canadiens et internationaux ont fait leurs premiers pas sur scène.



Réalisateur: Simon Madore
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Début chanson thème


VOIX DE JEAN LELOUP

♪ Jamais je n'oublierai

les étoiles ♪

♪ Sur la route de Toronto ♪

♪ Et ce jour sur cette plage

du lac Ontario ♪

♪ Millionnaire ♪

♪ Amoureux ♪


Fin chanson thème


Texte narratif :
1 artiste, 2 jours à Toronto, 3 chansons


Titre :
Balade à Toronto


L'auteur-compositeur-interprète JOSEPH EDGAR est à bord d'un petit bateau et admire la ville de Toronto devant lui.


JOSEPH EDGAR (Narrateur)

Je sus quelqu'un qui

observe beaucoup. Je suis pas

le plus

(langue_etrangere=EN]loud[/langue_etrangere)

dans un bar.

J'aime écouter, observer.

Je suis pas introverti non plus,

mais tu sais, je suis pas

quelqu'un qui cherche à

avoir tous les

(langue_etrangere=EN]spotlights[/langue_etrangere)

.

Un

(langue_etrangere=EN]spotlight[/langue_etrangere)

, je l'ai quand

j'embarque sur une scène.

À part ça...

Peut-être bien que c'est ça

qui fait que je continue

à écrire. J'ai pas eu le

syndrome de la page blanche.

J'écoute plus que je parle.


JOSEPH EDGAR est interviewé dans une salle de répétition.


JOSEPH EDGAR

Mon nom, c'est Joseph Edgar,

mais il fut un temps

que j'allais sous le nom

Marc Poirier.

Mais mon nom en total, c'est

Marc Joseph Edgar Poirier.

Mais depuis une dizaine

d'années, mon nom d'artiste

demeure Joseph Edgar.

Je suis originaire de Moncton,

au Nouveau-Brunswick,

ou Moncton, en Acadie.

Je préfère dire ça.

Ça fait trois ans et demi que

je vis à Montréal, mais...

Ouais, c'est ça. Je suis quand

même un Acadien. Toujours.

Je sais pas, c'est peut-être

juste un genre de petit côté un

peu nationaliste acadien que

j'ai. J'aime bien en été,

quand je vois les vieilles

cartes géographiques,

puis on voit que l'Acadie

était une région. C'était pas

le Nouveau-Brunswick,

la Nouvelle-Écosse et tout ça.

Fait que, tu sais même...

En fait, je devrais même pas

dire Moncton. Je devrais

dire Le Coude en Acadie, si on

veut vraiment le nom original,

mais Moncton, en Acadie. Voilà.


JOSEPH EDGAR se promène à côté d'un grand centre d'aubaines à la vieille enseigne.


JOSEPH EDGAR (Narrateur)

Ça a commencé en poésie et

en disant mes affaires. Puis là,

après ça, la poésie s'est

transformée un peu en

musique. J'avais fait des

lectures de poésie où il y avait

des musiciens. Puis là, j'ai

commencé à chantonner mes poèmes

à un jeune âge. Et puis là, ça a

formé un premier groupe de

musique qui s'appelait Symétrie.

Et de l'essence de Symétrie

et les cendres d'un autre groupe

qui s'appelait The Rich Hippies,

j'ai formé un groupe

qui s'appelait

Zéro Degré Celsius.

Et ça, ce groupe-là, ça a

été mon chemin pour une dizaine

d'années. Et donc, c'est ça. À

ce moment-là, les études en arts

visuels et tout ça a pris un peu

de côté. Parce que Zéro,

ça fonctionnait quand même

relativement bien pour un groupe

acadien qui faisait pas de

musique traditionnelle du tout.

On a quand même réussi à bien

se démarquer. On a fait

des tournées à travers le Canada

et aussi en Europe à

quelques reprises, puis...

Ouais, c'est ça.


Pendant sa visite à Toronto, JOSEPH EDGAR est accompagné de son ami ALEXANDRE PÉPIN.


JOSEPH EDGAR

Alexandre Pépin, ça fait au-delà

de cinq ans maintenant que

je joue avec ce gars-là, puis...

Ah, c'est comme un frère

que j'aime beaucoup,

beaucoup, beaucoup, beaucoup.


Dans la salle de répétition, JOSEPH EDGAR interprète sa chanson «Espionne russe», en s'accompagnant à la guitare. ALEXANDRE s'accompagne à la contrebasse.


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ Hey qu'est-ce que c'est tu

veux qu'il dit de plus ♪

♪ Y a tombé en amour avec

une espionne russe ♪

♪ Qui fumait des super slims

au milieu d'la nuit ♪

♪ Quelque part sur Mont-Royal

tout près de Saint-Denis ♪

♪ Peut-être sur une pleine lune

il ne se souvient plus ♪

♪ Mais se souvient de ses

yeux perçants au coin de la rue ♪

♪ Se souvient de ses cheveux

se souvient de son odeur ♪

♪ Et se souvient de la prendre

et ainsi perdre son coeur ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Ainsi perdre son coeur ♪


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ Se souvient de la prendre ♪

♪ Se souvient de l'odeur ♪

♪ Cherchait dans les ruelles

il cherchait dans les bars ♪

♪ Y a-t-il quelqu'un qui a vu

caché mon coeur quelque part ♪

♪ Il déterrait les arbres

détruisait les gazons ♪

♪ Ouais il cherchait

tout partout en dessous

de chaque buisson ♪

♪ Quand il marchait

sur le trottoir les gens

changeaient d'côté ♪

♪ Pour pas voir le trou de son

(langue_etrangere=EN]chest[/langue_etrangere)

qu'elle lui avait laissé ♪

♪ Mais moi je m'ai arrêté

et j'ai regardé dedans ♪

♪ J'ai dis Hey tout est ok

couche-toi laisse

passer le temps ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Laisse passer le temps ♪


JOSEPH EDGAR

♪ Tout est [langue_etrangere=EN]alright[/langue_etrangere] man ♪

♪ Couche-toi laisse

passer le temps han han ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Oui je l'ai laissé là

dans la mousse pour guérir ♪

♪ Et en deux temps

trois mouvements

j'me suis mis à courir ♪

♪ Maintenant c'est à mon tour

de ne pas pouvoir dire plus ♪

♪ J'ai tombé en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Oui je l'ai laissé là

dans la mousse pour guérir ♪

♪ Et en deux temps

trois mouvements

je me suis mis à courir ♪

♪ Maintenant c'est à mon tour

de n'pas pouvoir dire plus ♪

♪ J'ai tombé en amour

avec une espionne russe ♪


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Hey qu'est-ce que c'est tu

veux qu'on dise au juste ♪

♪ On a tombé en amour

encore une fois de plus ♪

♪ Avec une fille qui fumait

des clopes au milieu de la nuit ♪

♪ Quelque part sur Mont-Royal

tout près de Saint-Denis ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Peut-être sur une pleine

lune on ne se souvient plus ♪

♪ Mais on se souvient de ses

yeux perçants au coin de la rue ♪

♪ On se souvient de ses

yeux perçants au coin de la rue ♪

♪ On se souvient de ses

yeux perçants au coin de la rue ♪

♪ Ouais on se souvient de ses

yeux perçants au coin de la rue ♪


JOSEPH EDGAR

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪

♪ Tomber en amour

avec une espionne russe ♪


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ Tomber en amour ♪

♪ Je peux pas dire plus ♪


JOSEPH EDGAR est interviewé dans la salle de répétition.


JOSEPH EDGAR

Espionne russe, c'est quelque

chose que j'ai fabriqué à partir

de l'image de l'espionne russe,

la femme fatale. La James Bond

(langue_etrangere=EN]evil girl[/langue_etrangere)

que même

James Bond tombe en amour

avec, mais tu sais,

au final, il sait qu'elle

n'est pas bonne, il tombe en

amour avec. Puis là, il se

fait casser le coeur, parce que,

ah, finalement, il est

obligé d'admettre que

ah ouais, c'était...

Fait que vraiment, c'est

juste une histoire que j'ai

écrite genre en peu de temps.

Triangle d'amour. C'est tout.

Fait que ouais, c'est aussi

simple que ça. Il y a pas

une espionne russe. Vraiment.


JOSEPH EDGAR et ALEXANDRE PÉPIN entrent dans la librairie The Beguiling.


JOSEPH EDGAR

Allô.


JOSEPH EDGAR regarde les livres autour de lui.


JOSEPH EDGAR

Oh wow!


JOSEPH EDGAR s'empare d'un grand livre d'images issues du magazine Mad.


JOSEPH EDGAR

Ah oui!

(langue_etrangere=EN]Holy jeeze[/langue_etrangere)

!

C'est un

(langue_etrangere=EN]magazine poster book[/langue_etrangere)

.

JOSEPH EDGAR lit un extrait du livre en anglais et rit avec ALEXANDRE.


JOSEPH EDGAR

Moi,

Mad, c'est vraiment...

C'est ma plus grosse influence

comme le dessin, là.


ALEXANDRE PÉPIN

Ah, la stupidité.


JOSEPH EDGAR

Quand j'avais 14 ans, j'avais

écrit à

Mad Magazine. J'avais

envoyé mon portfolio pour les

avertir que je m'en allais là

aussitôt que je finissais le

(langue_etrangere=EN]high school[/langue_etrangere)

travailler pour eux.

Mad, c'est du génie total.

S'il fallait que je dise

l'influence la plus importante

pour moi au niveau de la satire,

questionner le système et

tout ça, c'est

Mad Magazine.


JOSEPH EDGAR lit un autre extrait en anglais, ce qui fait rire ALEXANDRE.


Un peu plus tard, JOSEPH EDGAR déniche un autre livre.


JOSEPH EDGAR

La bio illustrée de

Sigmund Freud. Vraiment

intéressant. J'aimerais vraiment

m'en aller avec tout de suite.

Mais les détails du

dessin, c'est fou.

C'est tout fait à l'encre.

C'est un travail monumental.


JOSEPH EDGAR est interviewé dans la salle de répétition.


JOSEPH EDGAR

Tu sais, moi, dès un jeune âge,

je me faisais des BD, des

réinventions. Je me faisais

mes propres histoires de

Spider-Man, mes propres

histoires de Superman.

Puis après ça, à l'école,

il y avait comme un programme

d'arts visuels,

fait que là

j'ai découvert la peinture,

la sculpture, tout cela.

Donc, pour moi, c'était

clair que c'était là-dedans

que je m'en allais. Puis,

tu sais, une fois que j'arrive à

l'université, mes cours, c'était

tout en arts visuels, sauf que

là, je peux même pas expliquer

qu'est-ce qui s'est passé.

C'est arrivé tout d'un coup.

Le groupe de musique était

trop occupé, puis j'ai

comme lâché ça pas mal, tu sais.


JOSEPH EDGAR passe à la caisse de la librairie. Il s'empare à la dernière minute d'un petit livre d'images.


JOSEPH EDGAR

(langue_etrangere=EN]Pretty girls farting[/langue_etrangere)

. Faut.

JOSEPH EDGAR interprète sa version de la chanson «Ballade à Toronto».


JOSEPH EDGAR

♪ Aujourd'hui la fumée

d'incendie ♪

♪ A jauni le ciel

et rougi le soleil ♪


JOSEPH EDGAR monte à bord d'un petit traversier touristique longeant les rives de Toronto.


JOSEPH EDGAR (Narrateur)

Même si j'ai grandi dans la

ville de Moncton, tous mes étés,

je les passais sur le bord de

la mer, donc le lien avec l'eau

est quelque chose que...

Tu sais, j'ai juste réalisé

beaucoup plus tard comment

est-ce que c'est super important

pour moi, puis s'il y a

une chose qui me manque de

l'Acadie justement, c'est d'être

près de l'eau, tu sais.

À part la famille et les amis,

tout ça, c'est la chose

qui me manque le plus.

La communauté aussi,

je m'ennuie de ça.

De participer à une

communauté qui est pleine de

feu puis qui est pleine de...

Comme on crée des affaires.

Ça, je m'ennuie de

ça un peu, tu sais.


JOSEPH EDGAR (Narrateur)

(Chantant)

♪ Millionnaire ♪

♪ Amoureux ♪


JOSEPH EDGAR est interviewé dans la salle de répétition.


JOSEPH EDGAR

Moncton, c'est une petite

ville quand même. Il y a pas

des tonnes d'affaires à faire,

donc les gens, ils créent

leurs propres trips.

Donc, qu'est-ce qu'ils font?

Bien, ils composent

des chansons.

Puis là, ils font des

(langue_etrangere=EN]bands[/langue_etrangere)

.

Puis là, ils font des tableaux.

Ils écrivent de la poésie.

Puis ils s'organisent des

soirées. Ils louent comme

des matines, des sous-sols ici

puis là, puis ils créent

leurs propres affaires.

Le carrefour de culture

qui s'y trouve,

les anglophones, les Acadiens.

Et puis là,

tu as comme toute une population

internationale à l'Université

de Moncton. Tout ça, tout ça,

ça crée comme un genre de...

Je peux pas dire New Orleans,

mais quasiment. Tu sais, comme

un nucléus, un noyau de

toutes sortes d'affaires

qui font qu'il y a juste

une belle énergie à puiser.


Dans la salle de répétition, JOSEPH EDGAR interprète sa chanson «Dur à comprendre» en s'accompagnant à la guitare électrique. ALEXANDRE l'accompagne à la guitare et à la batterie. En alternance, JOSEPH EDGAR et ALEXANDRE se promènent dans les rues de Toronto.


JOSEPH EDGAR

♪ Il sent leurs yeux

le regarder ♪

♪ À des milliers de kilomètres ♪

♪ Derrière ses lunettes fumées ♪

♪ La dernière fois

qu'il les a vus ♪

♪ L'image est restée

dans sa tête ♪

♪ Ça finit par le chavirer ♪

♪ C'est dur à comprendre ♪

♪ Dur à comprendre ♪

♪ Comment le coeur vire

et peut venir surprendre ♪

♪ Dur à comprendre

dur à expliquer ♪

♪ Comment une statue de cire

se fait fabriquer ah oui ♪

♪ Il passe des heures

devant une page ♪

♪ Il voudrait leur écrire

une lettre ♪

♪ Sait pas par où

c'est commencer ♪

♪ S'ouvre une bouteille

se vide un verre ♪

♪ Il se roule

une petite cigarette ♪

♪ Bien sûr il oublie de manger ♪

♪ C'est dur à comprendre ♪

♪ Dur à comprendre ♪

♪ Comment le coeur vire

et peut venir surprendre ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Dur à comprendre ♪


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ Dur à expliquer ♪

♪ Comment une statue de cire

se fait fabriquer ♪

♪ Dur à comprendre ♪

♪ Veut pas qu'on se voie ♪

♪ Comment qu'il ferait n'importe

quoi pour les voir ce soir ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Dur à comprendre ♪


JOSEPH EDGAR

♪ Dur à avaler ♪

♪ Quand tu rappelles pu

de ce qui s'est passé ♪

♪ Oui son histoire

je la connais bien ♪

♪ Elle reste [langue_etrangere=EN]stuck[/langue_etrangere]

dedans ma tête ♪

♪ Jamais je ne pourrai

l'oublier ♪

♪ Même si je déménageais d'ici ♪

♪ Pour m'en aller

sur une autre planète ♪

♪ Jamais je ne pourrai

l'oublier ♪

♪ C'est dur à comprendre ♪

♪ Dur à comprendre ♪

♪ Comment le coeur vire

et peut venir surprendre ♪

♪ Dur à comprendre ♪

♪ Dur à expliquer ♪

♪ Comment une statue de cire

se fait fabriquer ♪

♪ Dur à comprendre ♪

♪ Veut pas qu'on se voie ♪

♪ Comment qu'il ferait n'importe

quoi pour les voir ce soir ♪

♪ Dur à comprendre ♪

♪ Dur à avaler ♪

♪ Quand tu rappelles pu

de ce qui s'est passé ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Ah ouais ♪

♪ Ah ouais ♪

♪ Ah ouais ♪

♪ Ah ouais ♪

♪ Ah ouais ♪

♪ Ah ouais ♪

♪ Ah ouais ♪


JOSEPH EDGAR et ALEXANDRE PÉPIN mangent une poutine au restaurant Poutini's House of Poutine.


JOSEPH EDGAR

Bien, elle fait pas tant

squick-squick que ça.


ALEXANDRE PÉPIN

Elle fait pas squick-squick?


JOSEPH EDGAR

Non.

Mais moi, je fais une bonne

poutine. Quand je fais

ma propre sauce, là,

je fais une bonne poutine.

Bien, c'est sûr que tu sais,

souvent, c'est mentionné

que je suis un Acadien.

Justement, je pense, parce

que, tu sais, il y a comme un...

On parlait de la vague

acadienne, tout ça, puis

je pense que les gens,

ils sont contents de dire:

«Ah, en voilà un autre.»

Je pense c'est super bon aussi.

Ça réveille les gens au

Québec, parce que des fois,

les gens au Québec, ils savent

pas vraiment qu'il y a comme une

francophone vibrante, et active,

et dynamique à l'extérieur de

la province du Québec, tu sais.

Et donc, je pense que ça

les allume quelque part.


Pendant leur promenade, JOSEPH EDGAR et ALEXANDRE passent devant un magasin de disques d'occasion. JOSEPH EDGAR examine quelques disques.


JOSEPH EDGAR est interviewé dans la salle de répétition.


JOSEPH EDGAR

C'est sûr que ça aurait toujours

été plus facile pour moi si

j'avais choisi d'écrire en

anglais et d'essayer de pousser

une carrière en anglais par chez

nous. T'as Halifax qui est

proche puis t'as toutes

sortes de communautés où tu peux

aller jouer, tu sais.

Mais le fait que c'était

très important pour moi d'écrire

en français et de contribuer

quelque part à créer une scène

moderne acadienne. Parce

que quand moi, j'ai grandi,

c'était quand même assez...

C'était assez toujours

traditionnel et champêtre,

violon, qui est tout correct,

mais tu sais, là, on aimait ça

Sonic Youth puis on aimait ça

Jane's Addiction, puis, tu sais,

Lou Reed puis tout ça.

Fait qu'il y avait rien de même

vraiment qui se passait. Puis

t'avais quand même une scène

contemporaine très développée en

poésie puis en arts visuels

acadiens, mais la musique,

on dirait que ça manquait

sur une plateforme.

Fait que nous, on est une petite

gang qui a commencé à décider

de pousser ça. Sauf que la

population est tellement petite

que, tu sais, à un moment donné,

ça a plutôt servi à créer

une scène. Puis après ça, bien,

il fallait déménager.

Donc, tu sais, moi,

j'étais un des derniers à

déménager de cette vague-là.

Choisir Montréal, c'est une

décision de carrière à ce

niveau-là. C'est sûr qu'au

niveau personnel, au niveau

familial et tout ça,

ça aurait été bien mieux

de rester plus près de

l'Acadie, mais en même temps,

ça fait je sais pas combien

d'années que tu travailles à ça,

tu bosses comme un fou.

(langue_etrangere=EN]Give it a shot[/langue_etrangere)

Tu sais, là.

Donc, c'est ça. J'ai choisi

Montréal à ce niveau-là. Je vois

la scène montréalaise puis

je trouve quand même que

je «fit» pas nécessairement

dans le portrait du son

Montréal, du son québécois ou

quelque chose comme ça, puis

je suis chanceux que j'arrive

à quand même me faufiler sur

les scènes et à la radio.


JOSEPH et ALEXANDRE continuent leur promenade à Toronto. Ils s'arrêtent à la boutique Gorrin Bros Hat Shop, où l'on vend des chapeaux. JOSEPH EDGAR essaye différents types de chapeaux, puis en choisit un pour acheter.


JOSEPH EDGAR (Narrateur)

(Chantant)

♪ Tant qu'il y aura

des étoiles ♪

♪ Sur le bord de la route ♪

♪ Nous devrons nous arrêter ♪

♪ Tant qu'il y aura

des rivières ♪

♪ Nous pourrons ♪

♪ Nous pourrons nous baigner ♪

♪ Et que plus jamais rien

ne redoute ♪

♪ D'autre destin

que celui du doute ♪

♪ Jamais je n'oublierai

les étoiles ♪

♪ Sur la route de Toronto ♪

♪ Et ce jour sur cette plage

du lac Ontario ♪


JOSEPH EDGAR et ALEXANDRE se rendent ensuite au bar Horseshoe Tavern. Ils commandent une bière.


JPSEPH EDGAR est interviewé dans la salle de répétition.


JOSEPH EDGAR

J'aime bien Toronto.

Je viens assez souvent.

Je dis toujours...

Je me rappelle mon oncle

qui me parlait de Toronto

comme: «À 18 ans, il faut que

t'ailles à Toronto. Il faut que

t'ailles sur Yonge Street.»

Il me disait, c'était comme:

«Là, tu vas devenir un adulte.»

Parce que lui, il l'avait fait,

puis je trouvais ça donc

bien

(langue_etrangere=EN]hot[/langue_etrangere)

, tu sais. Fait que

plus tard, quand j'ai découvert

la musique, Neil Young,

Joni Mitchell, ces affaires-là,

Gordon Lightfoot, je lisais.

Toronto avait été super

important pour eux. Fait

que vers 16, 17 ans, je pense, la

première fois que je suis venu

à Toronto. Je ne me rappelle

plus exactement l'âge. J'ai

vraiment été marqué par Toronto,

puis c'est cette

seizure-là de

trop qui fait que j'ai toujours

plus été à Montréal qu'à

Toronto, mais chaque fois

que je viens ici, j'adore.


Au Horseshoe Tavern, JOSEPH EDGAR regarde sur les murs les différentes photos de musiciens qui y ont fait leur passage.


JOSEPH EDGAR (Narrateur)

Le Horseshoe Tavern, c'est

une place que je me souviens.

Tu sais, quand je lisais

des biographies des musiciens

canadiens puis tout ça,

c'est Horseshoe Tavern.

C'est une place culte que

les gens, tu sais, là...

Si tu jouais à Horseshoe Tavern,

c'était cool. Il y a tellement

d'artistes que je respecte

énormément, du Canada et

aussi d'ailleurs, qui ont

fait leurs premiers pas

internationaux en passant ici.

Je me souviens, j'étais un gros,

gros fan des Rheostatics.

C'est un des

bands canadiens

qui m'a le plus allumé

et inspiré. Et puis ils

avaient fait au début des années

2000 une résidence de cinq

soirées de suite ici.

Fait que moi j'étais venu ici

comme, je pense, quatre des cinq

soirées, tu sais. Puis ça

m'a marqué tellement

ces quatre spectacles-là.

C'est dur de mettre le doigt

dessus, mais c'est de loin une

des meilleures places que j'ai

jamais vu des

(langue_etrangere=EN]bands[/langue_etrangere)

jouer.

Même si je connais pas

les bands, tu «feeles»

qu'il y a de quoi ici,

comme une place sacrée.

C'est comme un genre de monument

à la musique quelque part.


Dans la salle de répétition, JOSEPH EDGAR interprète sa chanson «Alors voilà» en s'accompagnant à la guitare. ALEXANDRE l'accompagne également à la guitare. En alternance, JOSEPH EDGAR se rend dans un bar country assister à un spectacle.


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ C'est le printemps

deux zéro treize ♪

♪ Malgré l'soleil y a

encore d'la neige ♪

♪ J'ai enfilé

mes vieux souliers ♪

♪ Que la sloche d'hiver

a tout ruinés ♪

♪ Juste pour descendre

en bas de la rue ♪

♪ Sur Iberville au parc Molson ♪

♪ Au coin là

où le bus s'arrête ♪

♪ En souhaitant que

vous seriez là ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Mais vous n'y êtes pas ♪

♪ Nous en sommes rendus là ♪

♪ Non vous n'y êtes pas ♪


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ Alors voilà ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Ouh ♪


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ Je me ramasse

j'me vire de bord ♪

♪ Et je me cible

un banc public ♪

♪ Celui qui parait

le moins sale ♪

♪ Celui qu'est moins

rempli de shit ♪

♪ Je m'y étends

je regarde le ciel ♪

♪ Plusieurs heures

se sont écoulées ♪

♪ Maintenant je regarde

les étoiles ♪

♪ J'en ai vu

quatre de suite filer ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Alors voilà ♪

♪ Ce soir il n'y a

même pas de lune ♪

♪ Le ciel est rendu là ♪

♪ Prête-moi pas ta plume ♪


JOSEPH EDGAR

♪ Garde-la pour toi ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Ouh ♪

♪ Ouh ♪

♪ Ouh ♪


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ C'est le printemps

de deux zéro treize ♪

♪ Comme si le temps

s'est arrêté ♪

♪ J'entends pu

le bruit des moteurs ♪

♪ Où même ceux

des bottes enragées ♪

♪ Le ciel est vide

tout comme mon corps ♪

♪ Tout comme vos coeurs

si maganés ♪

♪ On est des milliers

à attendre ♪

♪ Pour le bus d'où vous

alliez débarquer ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Mais vous n'y êtes pas ♪

♪ Le bus n'existe même pas ♪

♪ Non vous n'y êtes pas ♪


JOSEPH EDGAR

(Chantant)

♪ Alors voilà ♪

♪ Alors voilà ♪


JOSEPH EDGAR ET ALEXANDRE PÉPIN

(Chantant)

♪ Ouh ♪

♪ Ouh ♪

♪ Ouh ♪

♪ Ouh ♪


Le soleil se couche sur Toronto. JOSEPH EDGAR est interviewé.


JOSEPH EDGAR

Je suis un peu un oiseau de

nuit, on va dire, ou, tu sais,

j'aime bien l'esprit, l'énergie

de la nuit et tout ça. Souvent,

tu finis à passer près

des bars ou dans les bars, puis,

bien, justement, tu rencontres

toujours du monde super cool.

Ou pas cool, mais juste coloré,

qui ont toutes des

histoires différentes.

Puis tu sais, c'est une...

Autant plus tôt je parlais

comme j'aime la sérénité

de la mer même si elle peut être

violente des fois, j'adore

le chaos et l'imprévisible

d'une grande ville aussi.


JOSEPH EDGAR et ALEXANDRE se promènent à Toronto.


JOSEPH EDGAR (Narrateur)

C'est toujours un cirque. Il y a

toujours des affaires loufoques

qui m'arrivent dans la rue.

Peut-être c'est parce

que je deviens un oiseau de nuit

un petit peu plus à Toronto,

je sais pas, mais j'ai toujours

des... Je rencontre des

personnages bien intéressants

qui... s'ils ont pas encore été

dans mes chansons à date,

ils vont se retrouver d'une

façon ou d'une autre dans

quelque chose que je vais créer.


Générique de fermeture


Début chanson thème


VOIX DE JEAN LELOUP

(Chantant)

♪ Jamais je n'oublierai

les étoiles ♪

♪ Sur la route de Toronto ♪

♪ Et ce jour sur cette plage

du lac Ontario ♪

♪ Millionnaire ♪

♪ Amoureux ♪


Fin chanson thème

Épisodes de Balade à Toronto

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Documentaire

Résultats filtrés par